Etymologie·Non classé·symbolisme

Être ou Avoir, là est la question!

Être ou ne pas être, là n’est pas vraiment la question!

Être ou ne pas être « avoir », être ou avoir, il faut donc choisir?

Être ou ne pas avoir, le faux choisir?

Il fauche oie-sir, je de loi’e-sir, monsieur?!

Attention, article super long et c’est peut-être lourd! On peut s’y perdre, mais dans la Nature, rien n’est linéaire! A part la ligne lol

La Question est ‘quête’, en anglais, ‘quest‘ est la ‘quête’… en quête… de libertés 😉

Dans mes recherches, j’ai en effet commencé à réaliser que le verbe « avoir » était peut-être l’antagoniste du verbe « être » ou même en faite, qu’au départ il n’y avait que le verbe « être » (Au commencement fut le verbe! Être: Je suis!), donc l’unité, et qu’ensuite est née la dualité, (l’unité monétaire) et que le verbe « avoir » est une espèce de corruption du verbe « être », une tromperie pour amener la perte de l’homme, l’exclusion du jardin d’Éden, un code qui dérive et code/cache, et transforme le verbe « être » en verbe « avoir », créant ainsi les concept de propriétés, d’appartenance, d’esclavage, conflit de partage, etc… « Avoir » est-il l’ombre d’Être ou l’ombre de l’Être? Un mot magique hyper puissant entraînant une réaction en chaîne et la déchéance de l’humanité!?

Cela vient aussi du faite que, intrinsèquement, j’ai toujours eu cette conviction que l’argent, le concept de payer, d’échanger et du commerce était mauvais, faux, idiot, contre nature, et que la gratuité devrait être le principe dominant!

J’ai douté lors que le concept du New-Age affirmait que l’argent était simplement un moyen d’échange et que si on pensait positif et qu’on y mettait du bon dedans, c’est bon! Mais comme le dit Rohan Lorian, un billet n’est, ni plus ni moins, qu’un billet d’ordre militaire! Une promesse de se(r)vice, et qui dit service: dit Esclavagisme!

Le problème c’est que si on prend les théories du New-Age, et qu’on applique leur concept des émissions de forme, du symbolisme, de la génération d’onde de forme par le son et les images, de la magie et tout ce coté ésotérique, ils devraient arriver à la conclusion que le symbolisme des billets et de l’argent a un pouvoir, une influence dangereuse.

Le concept argent-monnaie est diabolique, des expériences scientifiques ont été faites sur des tribus et l’introduction du concept « argent » dans leur société à entraîner crimes, corruption, bagarres, séparation, etc… (les Tannas du Pacifique y me semble et une ou deux autres expériences).

L’argent par défaut finance guerres, esclavagisme, horreurs, terreur et destruction, et même si vous plantez des arbres avec! Car il vous faut des arbres au départ pour imprimer votre argent! Il faut couper la forêt pour extraire l’or et l’argent et les minéraux! Une monnaie numérique? Il vous faut détruire la forêt pour construire vos PC! Je veux dire, quels exemples faut-il à tous ces gens là pour qu’ils perdent leur stupidité?! Quelle est l’ampleur de la lobotomie qu’on a subit pour ne pas voir cela comme le nez au milieu de la figure? Quelle magie?

Les gens disent, ouais mais tu veux retourner à l’ère de la bougie! Mais mon pote t’as le QI d’une bougie! Et tu ne le vois même pas! C’est la parabole de la grenouille dans le bocal et de la température qui augmente doucement… Ça ne vous rends pas dingue quand on vous dit qu’un vélo c’est écolo? Que c’est zéro Carbone?! Il apparaît magiquement dans votre magasin! Wow! L’intelligence humaine?! Alors que les tribus, les animaux, ces pauvres primitifs, la nature, ou une simple plante n’ont pas d’intelligence! Eh ben heureusement! Car sinon le monde aurait disparu depuis longtemps! La novlangue d’Orwell a bien redéfini l’intelligence! En d’autres mots, la Stupidité.

« Mooney is the root of all Evil » (voir ici)

Une programmation? De qui? De quoi? Quand? Etc… Est-ce que cela c’est fait naturellement et était inévitable? Y-a-t-il corruption de fichier!?

« L’Attachement: l’Avoir, le lien, le contrat, de part sa propre nature demande de faire un choix. Cela entraîne la Polarité, et cette Polarité crée une Division (Mal-voir). La Division entraîne le Conflit et cette bataille éternelle se propage. Le Détachement Ultime ne peut jamais faire le choix « d’un individu sur un autre », il permet donc l’empathie avec tout ».

Dette, debeo, habeo, beo

Je pars de l’article précédent sur la Dette, ou j’aborde un peu le sujet. Donc voici le copier/coller du fait que le mot « Dette » dérive du verbe « Avoir » et que donc on peut faire la jonction, le lien avec le verbe « Être »!

[dēbeō (I owe), contraction of *dehibeō (I have from), from de (from) + habeō (I have)].

« I owe » est « je dois (de l’argent, un service, ne dette)« , « I have from » est « J’ai de », et « from » est « de », « I have » est « j’ai », je rajoute un truc, et je pense qu’on le verra plus bas dans l’article, qu’en anglais « I owe you » qui est « Je te dois« , peut s’écrire « I O U » phonétiquement (iou, ios, ius, jus, jes(us), yes, je suis, etc…) et on peut lire « I owe » comme « Iowe » qui est « love » donc « Amour » (voir aussi plus bas)… et voir cette article.

Il me semble qu’en anglais, de-beo, « beo » viendrait de « to be » donc « être » et « de » serait donc une négation de « être » qui donnerait « avoir » se retrouvant dans « dehibeo » le « h » donnant « have » , « habeo » donc « ha » et « a » de « avoir » et « beo » étant « être » donc « a »-« être » (sans être) serait « ne pas être » donc « avoir », les verbes « avoir » et « être » seraient opposé?! Et même le verbe « avoir » serait une corruption ou un virus du verbe « être »?

Regardons  « beo » : du vieil Irlandais béo (living, quick; alive; a living being; an immortal), du Proto-Celtique*biwos, du Proto-Indo-Européen *gʷih₃wós (alive), de *gʷeyh₃- (to live). Compare au Gallois byw (to buy, acheter?). From Proto-Italique *dweos, de *dwejos, from Proto-Indo-Européen *dew- (to show favor, revere). Relatif à bene (well) (from *dwe-nēd) et bonus (good) (de *dwe-nos).

Wow! Cela donne « vivant, vite, en vie, un être vivant, un immortel », « vivre », « bien », « bon », « montrer une préférence » (Donc pas loin d’aimer, peut-être le vrai « aimer » car « aimer » vient de « mort »), adorer. La correspondance encore perceptible entre « béni » et « béatifié ».

Du Proto-Germanique *biumi (am), du Proto-Indo-Européen *bʰew- (to become, be). Peut-être aussi « bee » donc « abeille ».

Donc « être » et « devenir » et « (je) suis » 

(Adjectif) Apparenté à l’osque bivus correspondant au latin vivus, au tchèque živý : de l’indo-européen commun *gʷi̯ōu-. De même racine et apparenté au grec ancien βίος, bios (« vie »). Cela donne le « Bio ». « béni » et « béatifié ». Réjouir, rendre heureux. Enrichir, gratifier de. « Rendre Heureux ».

  1. Vivant, vif.
  2. Actif, en activité.
  3. Vif, animé, allègre, gai.

Audeo: aveo et avide… avoir…

audeo
Être s’est fait avoir?

Donc, ici, on a le fait que d’ajouter le préfixe « ha » à « beo » = « be« , « to be« , « être » donne naissance à un nouveau mot ou verbe qui est « habeo », « to have », « avoir », quelque part on ajouter « a » à « être » pour donner « avoir », cela ne marche pas directement en français, on aurait « aêtre » ou « ætre », ni en anglais, mais on va voir les similarités. On pourrait dire que « être » c’est « voir » et du coup, on a « a-voir ». En anglais, si on ajoute « ha » à « be, » on obtient « habe » qui est très proche de « have » donc « avoir ».

Venant des chants et des incantations magiques du Védisme, qu’on retrouve dans cette article: « ṛg-vedá » on est pas loin de « áṛg-ved »,  » áṛge-vd »: « argent » ? On va voir que la Lune ou Moon (en anglais) est reliée à l’argent et au concept de l’argent, et, est peut-être, même, un agent (technologique) de contrôle de l’humanité!

Intéressant de retrouver en proto-celtique gabal (prendre possession, gabelle?) et en gallois gafael ou ad-gabael, *gabaglā du proto-Indo-Européen *gʰh₁bʰ- (comparer Latin habeō, allemand geben), Cournouaillien. gavel (le marteau du juge!) mais aussi louer et l’usure et les intérêts. Marteler! On y retrouve la racine gad/god et bal pour Ba’al et Cabale… Et j’y relie au Sol Invictus et au dieu Élagabal d’un culte babylonien… Sémite Ilāh hag-Gabal, qui dérive Ilāh « god » and gabal « montagne », et je suis pas d’accord, les deux sont inversés, Ila c’est El/Al/îles/illies donc l’Ile ou Montagne et gabal est god/dog/baalÉlagabal aurait donc été un « dieu solaire » Héliogabale donc Hélios pour soleil, hell, élite, île… ius.. illuminati…

Goldorak Go

Petite aparté, on a dans Goldorak (Gurendaizā), la Lune Rouge qui est le présage de l’attaque des troupes de Véga (Véda!)… basées sur le camp de la Lune Noire, on a Horos qui n’a qu’un oeil! Et Hydargos  qui est l’Hydre, la pieuvre!. L’Étoile Véga est dans la constellation de la Lyre (Livre, lire, le bouquin, le poids et la monnaie). Véga est une étoile polaire!

« Les Assyriens nommèrent cette étoile comme-Dayan, le juge du paradis et les Akkadiens Tir-anna, Vie du Paradis (On a la Tyrannie!). Dans l’astronomie babylonienne, Véga pourrait avoir été une des étoiles nommées Dilgan, le Messager de la Lumière. Pour les Grecs, la constellation de la Lyre fut formée à partir de la harpe d’Orphée, Véga représentant la poignée de l’instrument. Dans l’empire romain, le début de l’automne était basé sur l’heure à laquelle Véga disparaissait sous l’horizon. »

« Le terme Wega (devenu Véga) est issu d’une translittération du mot arabe waqi signifiant « tombant », par la phrase ‘النسر الواقع (an-nasr al-wāqi‘), qui se traduit selon les sources par « l’aigle tombant », ou « le vautour plongeant », la constellation étant représentée par un vautour dans l’Égypte antique et par un aigle ou un vautour dans l’Inde antique ».

Chrysocolle ou olivine, un basalte récolté sur la lune par Apollo 15

« Les astrologues médiévaux catégorisaient Véga parmi une quinzaine d’étoiles liées à des propriétés magiques, à chacune desquelles étaient associées une plante et une pierre précieuse. Ainsi, Véga était associée à la chrysolite et à la sarriette d’hiver (Satureja montana : Saturne Moontana?). Cornelius Agrippa lui donna un signe astrologique, Agrippa1531 Vulturcadens.png, qu’il nomma Vultur cadens, une traduction littérale latine du nom arabe. Les listes d’étoiles médiévales indiquent les noms alternatifs Waghi, Vagieh et Veka pour Alpha Lyrae » (Vagin? qui contrôle les règles?).

On a le symbole de l’aigle romain, du vautour tournant et donc de Circé! (La lune). Wega pourrait être ωega donc oméga… eau-méga… voir plus bas. Avec la lyrae, on a yraël, Ra, de lyra, et lyre: bien sûr lire et l’écriture…

« L’armée des forces de Véga se compose de soldats masqués et anonymes : insensibles aux armes des Terriens, ils sont silencieux mais savent parler, et ont la capacité de s’emparer des corps des humains en se fondant en eux » (Ça sent la fiction, la personnification, le storm trooper robot mais humain…).

Lune et Moon

La lune contrôle déjà l’eau au travers de la marée, même jusque dans les arbres, car Francis Hallé dit bien que la forêt est soumise à la marée. Donc, cela pose des questions en regard de la loi de l’eau, loi maritime, loi d’amirauté, loi du commerce! Est-ce que la Lune aurait quelque chose à « avoir » avec cela?! De plus, l’argent est le métal associé à la lune.

On va voir que beaucoup de déesse sont associées à la lune en faite!  Hécate, Luna, Statue de la Liberté, Cybèle, Mithra, Séléné, Britannia, Columbia, Junon, Médusa, Perséphone,  Hersilie, Artémis, Attis, Midas, Juno Moneta, Athéna, Minerve (voir l’article sur la France).

Je de mots:

Être ≠ Avoir, a-voir, ave-oir, ave fait l’oie/loi, au-re-voir, pour-voir, pou-voir, se faire avoir, on se fait avoir… j’ai, jamais, j’aimourir, j’ai-me, amour = amor = a mort = roma = rome = arôme,  ai-mer, a-mer, amer, I-aime, j’aime, j’ai me, Have (H) G des franc-maçon Game (Jeu/Je/Geu en français), G’aime…

Avons-nous affaire à un lan-gage de pro-g(r)ammation ?

Le sol-fait-je, il faux s’avoir jouer sa gamme, com-puter, con=putes, robot-zombie, rowboat, Z-ohm-bee, to be or to have, haven (un port, un refuge, un paradis fiscal), heaven = paradis, safe haven (un abri sûr, un havre de paix), harbor = port (abriter, nourrir), le soleil et la lune, the sun and the moon, the positive and the negative, le positif et le négatif, free et liberty, le libre/gratuit et la liberté, havre de paix/paye/pays, port d’arme, dharma, d’armure, d’amour, d’âme our, dame Ur, amour, amoon, amon, back-gammon, game on, game, moon: la lune c’est nul(e).

On ne peut pas avoir et seulement être, être c’est le présent (cadeau en anglais) et avoir: c’est le passé/futur, car même « j’ai été » est le passé « d’être », la mort, et je serais et « je ser(t) ais » est aussi « avoir ».

Malaisie, malaise, la langue Mal-ai est le mal-être du mal-est, le mal-a-de, c, c’est, s’avoir, sa-voir, ou s’avoir, c’est la possession, de la propriété (propre-été), p(r)o-cession, le procédé, la processus de possession du verbe être, du vers-be être. Marshall Rosenberg, le créateur de la communication non-violente fait référence dans une de ses vidéos que le langage malais n’a pas de verbe « être » ou « avoir », je ne me rappelle plus lequel!

Les Ph(i)ases de la lune, la face cachée de la lune/luna, l’una, donc l’occulte et cachée c’est cashée ou le cash-est, to be seen/scene, ob-scène, obscène, ob-serve, ou  »something to be seen »,  »to be seen » est  »à voir » donc  »avoir, to have », programmation, le con-struct(ure)-heure du temps, la sinusoïde, syn/cos/node/noeud, la structure du con, le stratagème, les strates-gème, strat-j’aime.

J’ai aime le cash-, le C-ash c’est Ash/H, to haveAVE caesar, Avoir = a-vouer, av-roi (ave-roi ou au-roi), avez roi, avez droit, a v oie r, avis oie r, rio-va, iova, « jove is love », c’est pour cela que les americains (protestant reformé) croyant disent « god is love« , aime, âme, amen, have, hast, haben, H-eve,  »Hive » contre  »to Bee » (être abeille),  »to beehave » (comportement/conduite) ou  »to beehive » est travaillé pour la reine-queen, être-avoir, entre-voir, ent-revoir, c’est être-avoir, se faire avoir, pro = prix-était, et terre (propriété, propriétaire), éther.

« Pas d’avoir » est « être sans capital » (on prend les paris?) sa voie (la haute savoie), c’est « s’hêtre » donc le « savoir  du tree of knowlege ou l’arbre ((h)arbor) de la connaissance »; et « s’être » c’est le « tree of life ou arbre/arbor de vie »; car on a vu, mais au présent « on vit/vie/voit/voir », le vrai « être » et pas « l’a-voir », mais c’est un peu le « sa-voir », car « savoir » c’est « être », un petit malaise, mal-aiser ou mal-aider, mal s’aider, mal céder; et « céder » = c’est dé, sait dé, CD mais donc le DCD, décéder!

Le Soleil semble être alors, on le voit directement, que la lune n’est que le reflet du soleil, on se fait avoir, on le et la voit indirectement…

hêtre: se rapproche en anglais de « to be » par le « beech » et de « have » par « haister ». Anagramme de « éther ».

(1694) De l’ancien français (1220) hestre (« jeune hêtre »), de l’ancien bas francique haister (cf. néerlandais heester « arbuste ») ; a évincé l’ancien français fou, fouel, qui désignait l’arbre adulte.
Une autre source parle du germanique hagister (qui a remplacé le latin fagus, mot qui ne survit, étymologiquement parlant, que dans le nom du fruit de cet arbre : « la faine »).

Jésus, est le « jesuis », l’être et L’Être, et le savior/sauveur/savoir être, mais « avoir » seulement d’un oeil, mais pas de l’autre oeil qui est aveugle (le Droit), car le gauche est sinister, donc « sinistre » est « gauche », c’est le mauvais oeil! (m’au vais) oeil, qui fait la l’oie, ait/a la loi; mais qui ne l’est pas (fausse loi), elle ne « laid pas », ne « lait pas » non plus car le lait-tue lente-ment.

Avoir
« Avoir » dans différentes langues.
suite de « avoir »

avoir, du latin habere (« tenir, occuper », puis « habiter », puis « posséder »), aberrant, habiter/posséder, habit, habitude.

« Étymologiquement debitum  viendrait du latin de habitum (de habere), signifiant « avoir en moins » : il y a en effet appauvrissement pour celui qui doit, le débiteur, une diminution de son patrimoine correspondant à la dette ». Histoire du droit de l’obligation.

Être en relation possessive, soit concrète ou abstraite, soit permanente ou occasionnelle, dont le possesseur est le sujet et le possédé est le COD. Donc le verbe « être » qui est possédé, on n’est plus proprietaire de soit!

Tromper, berner, leurrer quelqu’un. Se procurer (procureur, curé, curi), obtenir quelque chose.

Auxiliaire servant à former les temps composés, signifiant le passé, la complétion ou l’expérience.

Synonymes:
Acte de justice. Voir arrêter. Jouir d’un bien ou d’une personne posséder. Avare. Avarie sur le bateau. (Varier?).

(Comptabilité) Somme d’argent qu’un établissement commercial (banque, entreprise, etc.) doit à son client, solde créditeur. Ensemble des biens et richesses appartenant à un individu ou à une personne morale, possession. (Philosophie) Ce que possède un individu.

habeo:

De l’indo-européen commun *g?ab?- (« prendre » ; comparez avec capio, « saisir, prendre ») avec un glissement de sens causatif ou résultatif : « j’ai pris > je possède ». À ne pas rapprocher de l’allemand haben, de l’anglais have, « avoir », mais de geben et give, « donner ».

Le dérivé habilis a également le sens étymologique de « maniable, que l’on peut prendre en main » puis « approprié, souple » et enfin « adroit, habile ».

À noter que le latin aurait pu faire sans un verbe « avoir », il utilise le datif avec le verbe esse : est mihi liber : un livre est à moi > j’ai un livre ; ou le génitif : haec domus mea est : cette maison m’appartient.

Le latin n’a pas besoin du verbe « avoir » !

Posséder. Être maître de. Contenir. Porter en soi, sur soi. Occa-sionner. Susciter. Prendre et Garder. Tenir un territoire, une fonction, un État et l’administrer. Savoir, connaître (avoir à l’esprit). Traiter (quelqu’un, quelque chose), tenir pour, regarder comme. Détenir, occuper, habiter, demeurer. Passer le temps. (transformer le temps présent en passé)

Capio = Capital, « Cap it all » = « tout prendre » ou « tout est Capital ». Capturer.

Aussi « donner« , dans le sens: « donner tacitement » (p-rendre).

« a-ban-donner » à l’autre, est une sous-mission, « a-droit », « ha-bill » (« bill » en anglais est un « billet » ou une « facture »), « ha-billet » comme un banquier « alos g-ab », proche de l’anglais « grab« : prendre/attraper/saisir (avec un sens de vite ou fort), pas de « grapiller », piller!

sens de « avoir », « to have » en anglais
Être

être:

Du vieux-breton ithr, apparenté au cornique ynter, au vieil-irlandais iter qui a donné etar, puis l’irlandais idir, à l’écossais eadar, au gaulois et au latin inter, au sanskrit अन्तर् (antar), de même sens « entre » : forme comparative de la préposition *en « dans ». Voir e (on a un sens de possession: son, sa, ses, à lui).

être:

De l’ancien français estre (« être »), du latin vulgaire *essĕre (« être »), forme remaniée par analogie du latin classique esse (« être »), ainsi que de l’ancien français ester, du latin stare (« être debout ») (aussi  » étoile, regarder, observer « ). Ce dernier ne subsiste que dans les participes été, étant et les conjugaisons de l’imparfait de l’indicatif, ainsi que dans les expressions aujourd’hui désuètes ester en justice ou ester en jugement (Poursuivre en justice).

Défini un état. Se situer, se trouver, rester, spécifiant une location, une situation. (Absolument) Exister. Le moment de la journée. Le jour de la semaine ou la date du moment. Aller, se rendre. Existence, c’est-à-dire le fait d’exister, au sens abstrait. Organisme, créature vivante. Personnalité; âme. (Plus rare) Ce qui constitue une chose.

Sum: de l’indo-européen commun *h₁ésmi  (« je suis ») qui donne le grec ancien εἰμί, eimí, le sanskrit अस्मि, ásmi, l’anglais am, le tchèque jsem (variante jsu donc jésus/jesuis?), etc. Ce mot dénote une supplétion car son étymologie est distincte de celle de fui.

On est pas loin de jaime, j’aime, un mélange être/avoir? Est « sum » c’est « sumer » (babylone) ou « sum-mer »…

Pour sum, on a donc le « capitalisme » c’est « une/la Somme », montant, calcul, etc… *h₁ésmi: On est  pas loin de isme, en kurde : e / ye, im, heye donc « oeil ». Et donne « nous sommes » donc histoire extera, ex-terra, extra/outre, extérieur, être à l’extérieur de la matrix?

estre : Exister, se porter, se trouver, séjourner, Existence, situation, condition, genre de vie, entourage, suite…

Du latin vulgaire *essĕre, en latin classique esse, avec plusieurs formes empruntées au latin stare, ancien français ester, « se tenir debout ».
Déverbal de estre.
Du latin extera, neutre pluriel de exterus : « ce qui est à l’extérieur ».
Du latin extra (« outre »).

summa: Forme féminine de summus (« le plus haut »), sous-entendant pars (« partie ») ou res (« chose »).

Sto
dérivé de Sto
sum
dérivé de être

stoSe dresser, être debout. Être immobile, stopper, s’arrêter, rester planté là. Être solide, inébranlable, fixe. Séjourner.

De l’indo-européen commun *steh₂- (« être debout ») dont sont issus, entre autres, le grec ancien ἵστημι, istêmi (« être debout »), le sanscrit स्था, sthā (id.), l’anglais stand (id.), le slavon стати, stati, стоıaти, stoiati (id.), l’allemand stehen (id.), etc. Ici, on a la notion de position, de poste ou pose de bataille, de plan…

Il suffit d’une insulte pour vous mettre en colère, voila, c’est la programmation du langage, vous répondez à une commande. (Programme, con-ment-del).

La Bible est un livre de  commande(ment!) (com/con, mander) et un livre de lois/règles, un livre de programmation comme tout les écrits. Le corps est comme un CD, un DVD, de l’eau programmable (voir la mémoire de l’eau ou grimoire de l’eau!) on peut écrire dessus, enregistrer, le corps est une matrice (voir article matrice, en cours), un disque dur, une batterie, un pc, un ordinateur organique quantique, c’est ce qu’est le langage et surtout le langage écrit, un manuel de programmation, de la conscience physique, une vibration lente écrite.

Le transhumanisme cherche le transfert de conscience! Est-ce que la conscience de quelqu’un peut rester après sa mort? Eh bien  oui!

Les écrits, comme ceux de Khrisnamurti, qui est un super ‘prof’ et ‘guru’, de son programme sont super intéressant, et pourtant il est mort!? Bref je vous le concède lol la science du con, un peu par défaut.

Ensuite a-t-on la liberté de choisir ses croyances?

Car rien n’est vrai, on ne sait pas, tout est passé, et vraiment si on vit dans l’instant présent, alors rien, toutes nos pensées sont passées ou alors on a une plage réduite de pouvoir vivre dans le temps présent; mais en gérant les expériences passées, il faut donc en gérer les émotions, etc… C’est vite compliqué.

Donc pour l’énergie: E=mc2 = Rc2 (Roman Cathodique Church) qui est l’Église Romain Catholique ou ERC, R est la résistance ou la masse, la masse car le corps donne de la résistance à la lumière/énergie. En Électricité donc pour l’Énergie et la puissance, cela donne: P= UI intensité/tension donnant le courant et le flot de l’énergie de la monnaie, de la croyance car le concept argent n’est qu’une croyance, une religion, Cathodique Église/Church (négatif, la borne), l’antenne de l’église qui capte tout cela, Holy C/See/Sea ou Saint-Siège, la mère de données (donation des gens) mc2 est 3, c’est la trinité des données (le Big Data) nécessaire pour la puissance/pouvoir/énergie/croyance/dieux/matrice/etc..

Croix-(y-i-j-h)ance, la croix de ankh/enki (Ea ou Aya)/dieu, l’arc/arche/archon (sirius) moon/lune, luna anul, annunaki (naquit), etc…

« Le terme Ea était interprété par les anciens Mésopotamiens comme dérivé du sumérien signifiant « Maison de l’eau » (É.A). Il s’avère qu’il faut plutôt lui chercher une origine sémitique, liée à la racine /*hy(y)/ (hydrater), signifiant « vivre » ou « exister », qui se rapproche le plus de son nom en pays proprement sémitique (A.u à Ebla, Aya à Mari) (Marie, eau, mer, maritime?) . Cette racine indique peut-être qu’à l’origine il était une divinité sémitique conçue comme un dieu créateur, la « vie » divinisée, ou bien une divinité agraire, son nom étant proche d’un autre signifiant un type de « grain ».

Le nom de la divinité sumérienne Enki peut être décomposé en sumérien entre en « Seigneur » et ki (chi, chrisme?), souvent traduit par « Terre », mais qui désigne en fait l’« En-Bas », le monde souterrain situé sous la surface de la terre, contrepartie du Ciel (an). Enki est en effet le dieu des eaux souterraines, qui selon la cosmologie mésopotamienne coulent entre la surface de la terre et les Enfers, espace nommé l’« Abîme » (abzu/Apsû). Il apparaît également dans des textes en sumérien sous les noms Nudimmud et Ninshiku. »

Cela donne « l’eau » et le « e » de « être » et le « a » de « avoir »!

Un de ses temples est « Maison de l’Engur » qui préfigure « de mauvaise augure » !? (eau-gure).

La lune serait le reflet du soleil donc reflet d’une fausseté, d’une virtualité, d’une autre dimension de la lumière, prisonnier dans cette matrice de programmation, contrôlé grâce/par la lune mise en place par les Archons de Sirius, et en relation avec les autres planètes, comme Saturne, ça-tourne, une affaire et un business qui tourne bien en rond ou en spirale générant énergie de douleur grâce au souffre de la couronne, Crown of the Queen Bee, la Couronne d’Angleterre, la Moonarchie, Moon Archon, voila donc pour la théorie de la lune, grande machine (tour-ne) de contrôle? On vit déjà dans une réalité virtuelle, qui est un pléonasme (play on asme/isme, play o naze/nasi, to log on (se connecter en anglais, con-nectar), logia, loge masonique, la gnosis gn-isis, G k-now Isis…).

la couronne de souffra-nce

On parle de « Mortel » en regard de l’humain, EL(ite), mais jamais de « vivant » dans les textes, et les films, etc.

Une idée peut vivre pour toujours, mais pas le corps, et le corps est une prison dit Platon! Au temps de Platon, c’est « Plato’s time« , planet-on, pl-aton, et son pote sot-crate/carte sceau; le monde est mauvais et donc le Salut ou salvation n’est pas matériel, c’est la connaissance et le savoir, le vrai « vous », l’être, l’âme, l’esprit, alors s’il peut apprendre à sortir du corps et s’échapper, le salut vient du savoir/connaissance; et cela est le secret de l’origine humaine et sa destination, mais pas beaucoup en connaissent le secret! C’est pour cela qu’on dit que la connaissance c’est le pouvoir et la clef.

Les vidéos et les écrits sont des preuves concrètes que la conscience peut vivre en dehors du corps et plus longtemps que le corps, comme une idée (le concept d’une chaise par exemple) qui peut vivre plus longtemps que son créateur. D’ailleurs on ne ferait que capter les idées et la conscience, plus on aligne notre antenne-corps et/ou plus elle est pure, mieux on capte!

Symbolisme

Les symboles du pouvoir, ou adinkras seraient le codes cachées dans les programmes d’ordinateur.

Disque de Hator. Le masque de momie du taureau sacré.

En anglais « bulleyes » c’est mettre « en plein dans le mille« , c’est aussi « l’œil du taureau », l’œil gauche? (l’oi el), Taurus, tore us, to tear us apart (déchirer en anglais), séparation de la dualité des 2 cornes unis du tau-r-eau (ΤΡ ou τρ, on est pas loin du chrisme XP) donc le mauvaise oeil? On retrouve le sacrifice du taureau par la déesse Mithra.

l’alpha et l’oméga, I A W qui donne « LAW » donc la « LOI », le Taureau et le Bélier, on voit les 3 étoiles, le croissant de lune qui ressemblent à des cornes.
on remarque le serpent aux pied du taureau, on croirait même que la lune le guide avec un faisceau lumineux. Sur l’autre on voit les deux ailes de vautour… alors attention quand vous bouffez du riz taureau ailé!

La croix de Serapis ou Sarapis (connexion possible avec Enki)

ser apis (A, sun, apis, abeille, moon? ser pais/pan/pent) osiris et apis combinés c’est l’alpha (α) et l’oméga (ω) Osiris + Apis = Oserapis/Sarapis. « Serapis » est la forme latine, Σάραπις, Sárapis et Σέραπις, Sérapis sont les 2 formes Grecs, et Σαραπo Sarapo en Bactrien. Apis est décrit avec un disque solaire, mais il me semble que c’est plutôt un disque lunaire! Et le sacrifice du taureau, c’est celui de Mithra!

Peut-être connecté au dieu babylonien Ea (Enki) dont un titre fut « Serapsi« , signifiant « roi des profondeurs« . Sa statue ressemblant à Hadès ou Pluton, les deux étant des dieux des Abysses, il avait aussi un sceptre (ouas) (caducée) et un Cerbère gardant la porte de l’outre-tombe. Il y a aussi un serpent à ses pieds, reflétant la description du symbole égyptien de domination d’uraeus.

Uraeus (/jʊˈriəs/; plural Uraei or Uraeuses; du grec οὐραῖος, ouraîos, « caudal »; de l’Egyptien jʿr.t (iaret) (pas loin de tiare ou couronne), (« cobra dressé ») est stylisé, comme une forme droite de cobra égyptien (asp, serpent, ou snake), utilisée comme symbole  de souveraineté, de royauté, de déité et d’autorité divine en ancienne Égypte. C’est aussi l’œil de Ré! (Alors le disque solaire pour l’œil droit et le disque lunaire pour l’œil gauche?). C’est lié aussi à Wadjet ou Ouadjet. Et cela fait penser à Uranus.

C’est le cobra femelle qui a pour fonction de protéger le pharaon contre ses ennemis. C’est également une puissante déesse, principalement incarnée par Ouadjet (cobra de Bouto). La déesse Ouret-Hékaou (serpent, ou lionne) la personnifie aussi. Dans la mythologie égyptienne, l’uræus est encore l’œil de Rê (et sa fille), soit une déesse solaire (lunaire?!!!).

On retrouve aspic (comme la lavande), (As de) pique, le serpent et l’abeille (apis) (lune et soleil? avoir et être?). Donc Uranus, et/ou Ouranous: est la déesse protectrice des rois et des femmes enceintes.

Wadjet (/ˈwɑːdˌɛt/ ou /ˈwædˌɛt/; Egyptien wȝḏyt, « green one » ou « la verte »), chez les grec sous le nom Uto (Οὐτώ//ˈt/ ouΒουτώ/Buto /ˈbt/) entre autres, déesse de la ville (Buto), équivalent à Maut ou Muth donc Mout, est aussi Isis, « la Mère du Monde »; Bastet étant associée à Artémis (Diane)).

Ce mot égyptien signifie « bleu et vert« . C’est aussi le nom du très connu « Eye of the Moon » ou « Œil de la Lune« : , la femme qui porte le serpent, cela ne vous rappelle pas Ève?! C’est pour cela qu’on dit aussi que la reine d’Angleterre est un serpent! Ou un lézard! On y retrouve le symbole du Lion sur les armoiries de beaucoup de royaume! La vierge Marie est souvent représentée avec un serpent à ses pieds.

Wadjet ou Ouadjet

Wadjet comme Wadjet-Bast (en francais Bastet) (Beast est Bête), le corps d’une femme avec une tête de lionne, portant l’uraeus. Associee à Hathor (Ha-thor, taureau), elle mis au monde son fils Horus. Le culte de Ra absorba la plupart des traits de Horus, incluant l’œil protecteur de Wadjet (Hathor).

Sekhmet

La déesse lionne, Sekhmet, était une des deux déesses guerrières avec la déesse vautour (Circé ?) Nekhbet: « La blanche couronne », « Mère du Soleil » aussi leur déesse des accouchements, les prêtresses de Nekhbet étaient appelée muu (mère). C’est Sekhmet qui est la Vengeresse des Mauvaises Choses, et la Scarlet Lady, en référence au sang, et sa soif de sang! Aussi  identifiée comme la puissance déesse Mut, puis absorbée dans la triade Mut-Wadjet-Bast ou Mout-Ouadjet-Bastet. Aussi Baast, Ubaste, et Baset, aussi Ailuros (Grec pour « chat, » αἴλουρος).

On voit le cercle rouge de Sekhmet portant le serpent, serait-ce le serpent qui déguiserait la lune et la cacherais sous forme de Soleil? Pourquoi serait-elle solaire alors qu’elle est considérée comme une divinité liée au féminin, gouvernant le domaine des cycles menstruels? Elle montre l’œil gauche… (bon il y a des représentation dans l’autre sens). C’est aussi le Caducée des 2 serpents.

Mut ou Mout (pas loin de ‘mount’ en anglais qui signifie ‘mont’), voulant dire « mère » en ancien Égyptien:  aussi Maut et Mout. Et probablement Maat! (Moon?!). Associée comme déesse primaire avec l’EAu. D’autre titre de Mu: « La Mère du Monde », « l’œil de Ra », « La reine des Déesses », « Dame du Paradis », « Mère des Dieux », et « Celle Qui Donne Vie/Naissance, Mais N’Est pas Née Elle-même ». (le continent Mu?!).

Mout (La mère), la féminine, a engendré le dieu lunaire Khonsou et symbolise les valeurs maternelles. Déesse dangereuse, elle se transforme en lionne aux griffes acérées, mais sait aussi, drapée en vautour, veiller sur les hommes et leur redonner la vie. Elle est la déesse vautour du sud de l’Égypte. Elle est la mère de Khonsou et l’épouse d’Amon . Elle a l’aspect de Sekhmet, mais plus généralement celui d’une femme coiffée de la couronne blanche ou d’un vautour (pas loin de Dagon et autres personnages avec 2 grandes ailes).

zoroastrisme
Khonsou, le Dieu-Lune caractérisé comme le faucon avec le disque lunaire à gauche ou comme le fils de Amon et Mout. (Amonmout, ou Amoon-Moout)

Ir est la personnification de la vue (voir, avoir). Il est souvent représenté au côté de Thot ou de Khonsou. À l’origine divinité lunaire dont le nom signifiait « le voyageur », coiffé du disque lunaire sur un croissant de lune.  il devient un dieu guérisseur connu sous le nom de « Khonsou le Conseiller ». « Khonsou » signifie aussi « le placenta du Roi » (eh beh! Quelle belle trouvaille! Encore une épiphanie! Voir l’article suivant).

Mout-Hathor devint Isis (comme Isis-Hathor ou Mout-Isis-Nekhbet), la plus importante figure féminine de l’Ennéade (9). Une robe rouge et bleue avec des plumes de la déesse Ma’at à ses pieds (en Albanien mat est banque, côte, rivage).

Khonsou est décrit comme le grand serpent qui fertilise l’œuf Cosmique de la création du Monde. Et remplace graduellement le Dieu Guerrier Montou: Mont, Monthu, Montju, ou Menthu (Moon…?) comme fils de Mut (Et pas comme fils de Put mais bon les analogies avec la pute de Babylone sont légions). Elle fut aussi parfois représentée avec des ailes comme déesse du ciel, apparaissant comme un vautour ou comme une vache derrière Amon émergeant des eaux du Noun (Nu et NOM).

Maat

« Dans la pesée de l’âme, Maât, aussi légère qu’une plume, est le contrepoids du cœur qui doit être aussi léger qu’elle pour que le ka, l’âme du défunt, puisse accéder au monde des bienheureux. Elle est représentée par une femme coiffée de la plume d’autruche ou simplement par cette plume elle-même.

À une époque plus tardive, « maât » signifie également la vérité ou la connaissance juste de soi. »

Étymologie:

Montagne et Mont dériveraient (de) Moon? Mountain et mount (mound ou munt, mundus est le monde et les habitants de la terre) (amount est une somme d’argent ou combien)  en anglais ainsi que month = mois: qui est presque 28 jours donc le cycle lunaire, voir les significations latines, cela dérive aussi de Circus, donc Circé, et autour du cou, vautour!

Tourner et Dominer (men, aussi mentum donc ment et mental, etc…) de minaedu gaulois meina (« métal »), apparenté à munus, muneris (« service », proprement : « ce qui est échangé »), voir le tchèque měna (« devise, argent ») de měnit (« changer, échanger ») pour le lien sémantique entre les mots gaulois et latin et ‘minor‘: ‘mineur’, ‘mind’ (esprit en anglais), ‘minister’ (ministre), ‘magister’ (magistrat), ‘magis’ (magicien).

‘Emineo’: s’élever au-dessus. ‘Menez’ donc diriger?

Aussi ‘mono’, ‘manos’, ‘mon-ile ou collier‘, ‘cou’ (couronne), ‘monnos’, ‘mannos’, ‘mane‘ (crinière); on voit que c’est aussi quelque chose d’énorme de monu-mentale, comme la Lune, un énorme poids, une chose extraordinaire comme ‘montreuse’ et un ‘monstre’ est toute chose qui sort de la Nature, on est pas loin aussi de ‘Mono’ donc ‘Un’ et ‘l’Unité’, Lune-ité…) et donc la Lune?!

Dans la mythologie grecque, Circé (en grec ancien Κίρκη / Kírkê, « oiseau de proie ») est une magicienne très puissante, qualifiée par Homère de πολυφάρμακος / polyphármakos, c’est-à-dire « particulièrement experte en de multiples drogues ou poisons, propres à opérer des métamorphoses », qui donc pharmacie et pharmacien… et probablement une ferme et une firme/society.

Elle est connue tantôt comme une sorcière, tantôt comme une enchanteresse. « the falcon or hawk » est « the faux con ». On sait d’après Jordan Maxwell, que Kirke c’est l’écossais pour « church », donc « l’église ». En grec Kirkoo, sécuriser avec des anneaux (donc menotter?!), circus, cercle, cirque, circa, autour, vautour, tourner, falco, falx (faux, faucille, donc le croissant de lune ou des anneaux de Saturne comme dans le logo de Nike), feuillu, fax?, malin, astucieux…

« The Nazit Mons » ou le Mont Nazit est une montagne de Venus, (nazi…), Nazit est une déesse égyptienne aux formes de serpent ailé, en Grec = Buto. Le diocèse de Buto, (Latin Butus, Grec Butos) est un ancien echevêche Catholique Romain et Orthodoxe Copte dans le Delta (Δ) du Nil: Bouto,  le nome « Le taureau montagnard » (ou taureau du désert) (kA Dw).

Evolution de la lettre A, Aleph (possible de Psi Ψ , Xsi ξ ou Chi χ, Oméga ω, Êta Η).

« Ouadjet (ou Ouadjyt) était la déesse tutélaire protectrice de Bouto et de sa région. Cobra protecteur de la couronne rouge de Basse-Égypte, elle était un symbole très important de la souveraineté du pharaon sur les « Deux Terres » (le sud et le nord). »

Identifiée à l’Œil de Rê (Uræus), elle est représentée de deux manières :

  • sous la forme d’un cobra dressé qui, au front du roi, menace de cracher le feu sur ses ennemis ;
  • ou coiffée de la couronne rouge du Nord.

Eye of Ra confirme que l’œil droit c’est le soleil (Horus et aussi Mut) et le gauche la lune (Atum, Aton, inverse de Muta/Mut/Maut), le mauvaise œil! (cerveau gauche ou droit? Car l’œil gauche est décodé dans le cerveau droit, mais c’est le cerveau gauche qui représente le mental). Ra, le Chaos et Maat, l’ordre cosmique: s’opposent! L’œil droit est aussi Sothis (Sirius). Ra semble amener le chaos par la puissance du feu destructeur et de la chaleur. Et ils se combattent. En anglais, « Ra’s eye » donne ‘ray’, les rayons du soleil. Y a des batailles et une mythologie intéressante à explorer sur les 2 yeux! Le livre de la vache du ciel! (voir ici) Cela ne s’invente pas! La déesse Nut/Nout (Book of Nut).

Nout est une déesse de la mythologie égyptienne qui fait partie de la grande Ennéade d’Héliopolis. Déesse du ciel, Nout symbolise le firmament et fut considérée comme la mère de tous les astres. Elle est portait par les 8 dieux.

La voie lactée est aussi associée au Serpent car elle serpente. Bref, la mythologie, c’est le bordel quand même! Surtout quand c’est perdu dans le temps et dans les traductions et interprétation, alors peut-être qu’on sy p’erd?! Mais l’important c’est d’explorer et de faire des connexions intéressantes!

l’Œil Oudjat est un symbole protecteur représentant l’Œil du dieu faucon Horus (Eye of Horus). Il y a dans les photos des changements  de coté des yeux…donc c’est chiant!

« En translittération de l’écriture hiéroglyphique, irt signifie « œil » et wḏȝ, le verbe signifiant « se préserver » ou le mot « protection ». Irt oudjat, ou plus communément oudjat, en transcription signifient donc « œil préservé », l’Œil d’Horus en l’occurrence.

Les égyptologues considèrent généralement que la figuration de l’Œil Oudjat est un hybride d’œil humain et d’œil de faucon : elle combine des parties de l’œil humain, conjonctive, pupille et sourcil, avec vraisemblablement les taches en dessous de l’œil du faucon. »

Mauvais Oeil

Le mauvais oeil ou « evil eye » en anglais, on a aussi un ‘blessing‘ qui est bénédiction mais de la même famille que ‘blesser’ et le mauvais œil, c’est ‘maudire’ donc ‘blesser’, c’est une malédiction. On le donne quand on méprise (mes prix, m’est prit, m-esprit, mauvaise esprit), l’inverse de ‘evil‘ c’est ‘live‘.

Avec le mauvais œil, on a du mal voir, m’alvoir… un mal être et pour bien être, il faut bien voir ‘être’.

Du coup cela donne lieu à un nouveau marché, du business, on vend des talismans, signifiant une taxe! un paiement comme télos/telesma et TV; car téleo est faire un rituel religieux (donc magique ou satanique!) c’est une énigme, un code, une encryption, la fin, terminer… alors encore envie de regarder la TV? Et le virtuel de l’ordinateur et du numérique nous programme encore plus! Talismans et amulettes (Nazar! âme-mulet-te), ne serait-ce pas elles qui ensorcellent? Comme la TV et la technologie. On travaille déjà pour l’Intelligence Artificielle… Comme toute image ou symbole comme il est précisé dans la Bible.

On sait que certains apotropaïque marchent notamment dans le feng shui et en géobiologie, par exemple les gargouilles d’Eglise sont des éclateurs et canalisateurs d’énergie (mais le sont-ils vraiment, on sait que l’église est satanique est qu’une gargouille n’envoie pas un super énergie). On sait que dans ces deux domaines les objets se retournent toujours contre eux-même; et on ne sait jamais rien sur les objets protecteurs, ils émettent une onde de forme, c’est sûr, mais quoi?! Tout dépend de la perception des choses et de sa propre intuition. Surtout en sachant qu’on peut imprimer des énergies et des pensées dans les objets, voir programmer des cristaux, comme toute structure cristalline soit-elle liquide, solide ou gazeuse?

Exemple, le monde arabe portent la main protectrice et pourtant c’est tous des esclaves et des esclavagistes lol! Les chrétins portent la croix… eh oui, il la porte…

En Ethiopie, cette croyance est le buda (variante de bouda donc bouddha!!), cela rejoint le Budo, Budou, c’est un pouvoir détenu et utilisé par un groupe social différent du Beta Israël (travailleur du métal, des chaînes?). Leur prêtre magicien et le debtera (voir article précédent).

OM, AUM, Ω

Le plus on répète un symbole, un mantra, le plus on programme, le plus on génère une certaine énergie, c’est pour cela que le font les Bouddhiste et ils le savent bien (ça ne marche pas, en tout cas pas pour le bien de l’humanité!), c’est la Re-légion, les légions du Ré-pète. Ré est Rê. OM est MOon? C’est AUM ou AVM (donc alpha et omega inverser plus le U ou V), d’ailleurs René Guénon, pense que c’est Ave Maria, AVe Maria (donc la Mer, Oméga). EAU est est ΣAU, est AUΣ est AUΩ ou AUM.

Le M donne le V, comme sur ce blason, et en chevauchant A et M, on obtient même IXXI donc 9/11. On voit aussi en Tibétain qu’on retrouve la corne et le disque, symbole égyptien. On y retrouve le symbole de la Lune! Chandrabindu!

Chandrabindu
on voit bien la lune! Et aussi les deux yeux/oreille et la trompe qui symbolise « eye » ou « ojo », les yeux, le bon et le mauvais œil…

En sanskrit védique, c’est  anunaasika pas loin d’Annunaki! (venant de Sirius et ayant mis la lune en place comme tour de contrôle) On aurait peut-être donc le soleil, la lune et la terre dans le OM/AVM, le rond était le soleil ou la terre, la demi-lune avec le point la lune et le W ou M la Terre/Mer/Eau? Mais la demi-lune pourrait être le soleil qui est aussi représenté normalement ☉ et au dessous de lune/terre. En Jaïnisme le M est Muni (Moony) et le A y est triple! AAA!

famille Om
Y, U, V, I, J, Upsilon

Le U ou V pourrait peut-être Y, upsilon ou Mu ou Nu?!

La lettre digamma (N aussi, voir Harry Potter, une rotation de Z) tire son origine de la lettre de l’alphabet phénicien wāu ou wāv Phoenician waw.png. Le i-grec est la dualité qui casse l’Unité. La lettre correspondante de l’alphabet sudarabique est wa, ce qui donnerait bien la position de Φ phi (0 1 ou 10 ou X).

V est 7 en persan et hindou eg la 7ème lettre de l’alphabet est G; 7 est aussi le Z grec, Z étant forme de 2 Gamma et Digamma est l’image miroir de , zetta, zepto, le Z de Zorro et Superman, le gamma copte.

Variantes fréquentes : Greek Upsilon 02.svg, Greek Upsilon 04.svg, Greek Upsilon 05.svg, Greek Upsilon 06.svg, Greek Upsilon 07.svg, Greek Upsilon 08.svg, Greek Upsilon 09.svg, Greek Upsilon 10.svg, Greek Upsilon Boethian.svg, Greek Upsilon Twig-shaped.svg et Greek Upsilon V-shaped.svg, L’upsilon latin (majuscule Ʊ, minuscule ʊ), le He copte qui ressemble presque au signe du Bélier \Upsilon . Y est aussi I ou/et J, cela va loin!

Les voyelles n’existaient pas avant.

Gamma ( C, G, Ɣ)

La Lettre Gamma Γγ ; Game en anglais Jeu, G-amma, G-mère des franc-maçons, amma signifiant mère, mama); gamma vaut 3. le Digamma étant le F, dérive de l’écriture Ionienne… voir Ionie:

  • En araméen, le nom « ܝܘܢ » désigne l’ensemble du territoire grec. Il en est de même pour le nom « يونان » (Yūnān) en arabe qui désigne la Grèce, de même que « Yunanistan » en turc et « יון » (Yawan, Yavane) en hébreu. Il est passé en sanskrit sous la forme Yavana (यवन), avec un sens secondaire d’étranger ou de barbare, qui est arrivé jusqu’en khmer sous la forme Yuon (យួន), aujourd’hui dépréciative, qui désigne les Vietnamiens. La forme arabe donne son nom à la médecine traditionnelle yunâni (ou unani) pratiquée en Inde.

Donc Jupiter dérive de Yunaan et de la monnaie chinoise, le Yuan! De Yawan qui donne Yahveh?  yunani, est presque iunani, ou union et le mot « union » « un-ion » « Un-io » l’Unique Jupiter? Et voir « comm-union » ou « comm-unisme », etc… on peut continuer à explorer!

Gamma est γamma, ya, yo, yes, ios, ioes, io…

 le gamma copte (superman?!) un peu la queue de Satan?!

On a aussi ‘jo‘ qui donne jamma, jame, ‘jeu’ : et « joux » dérive de jupiter, donc « jouer » : en anglais « to play »; iamma peut donner  « I am » (Je suis et donc Jésus) et « j’aime » qui « I love, l’anagramme de « evilo« … Je vais trop loin?! Jove est « Love » et en anglais « God  is Love » ! Et pourquoi « Amour » (love) et A-mourir (mourir pour la  pyrAmyide, le pire Ami). On continue: Osiris et Jésus: O J IO et Jésus/Osiris, Isis est Jesus Iesis/Iesus (Iris est l’oeil), ‘osiris‘ est  ‘orion’.

Baphomet aussi St Valentin ou Ba’alentine aussi Saturne signifiant ‘cacher’ Et Cupid(on) est le désire cupide… le fils est le mari de sa mère. En février. (fait vriller).

G est le franc-maçon « Gauche » ou sol/soleil et sun/son/sound gauche pour Sol (‘sound‘ en anglais est ‘le son’ et est représente par  G est une ‘clef’ musicale du solfège, dans la Gamme musicale. et le « sol » est « solve« , la solution ou résoudre, le tatouage de Baphomet. Soleil, God, Gamma, « savoir ses gammes », Ground (le sol/la terre ferme ou G-round, le G rond? le O? la Terre?).

« Dans les alphabets grecs ultérieurs, elle subit généralement une rotation de 90°. Les différents alphabets grecs archaïques utilisent toutefois une grande variété de formes pour le gamma, certaines ressemblant au lambda Λ (les deux lettres consistent juste en un angle orienté de façon variée). On trouve des formes aussi diverses que Greek Gamma 02.svg (Attique, Béotie, Corinthe, Égine, Eubée, Ionie, Laconie, Naxos, Thessalie, Tirynthe), Greek Gamma 03.svg (Milos), Greek Gamma 07.svg (Crète, Milos, Santorin), Greek Gamma 09.svg (Attique, Béotie, Cnide, Corinthe, Eubée, Rhodes, Santorin), Greek Gamma 10.svg (Achaïe, Arcadie, Ithaque, Mégare, Sicyone), Greek Gamma archaic 1.svg (Argos, Cnide, Rhodes), Greek Iota normal.svg (Achaïe), Greek Lambda normal.svg (Délos, Naxos, Paros) ».

« provient du terme proto-sémitique *gamal (« chameau »). En grec, la lettre est appelée γάμμα (gámma), prononcée /ɡám̚ma/ en dialecte attique, /ɣám̚ma/ en koiné et grec médiéval, et /ɣáma/ en grec moderne. La lettre est parfois écrite « γάμα » (gáma) en grec. ».

variante archaïque : DigammaHetaSanKoppaSampiTsan

digrammar

Grammaire/Grammar, Grimoire, Gramme/Gram,  Grimer/Grim, G-rim, (Grima, Crime, Maquiller, Cacher, Occulter, Gloser), Grimace, Glamour (Glamer), (Frères Grimm) (Pil-Grims; Grim Pillagers,, Grim Reaper, Pèlerins, Pillards sombres) .

Grammatikós: (γραμματικός) Savoir Lire et Ecrire De γράφω, gráphô (« creuser, graver ») avec le suffixe -μα, -ma. (grammarion) ‘gram’ unité de poids d’ingrédient (mots) pour faire des potions magiques, grimoire—manuel/livre de magicien invoquant les démons, 1849, du français grimoire, une forme altérée de GRAMMAIRE « INCANTATION » —un terme en alchimie; Du vieux-francique *grima (« masque », « sorcier ») dont est aussi issu « grimace », « grimaud », « grimer ». Une autre source pourrait être l’italien rimario (« livre de rimes ») avec un g prosthétique comme dans « grenouille » issu de ranucula. Enfin, se fondant sur une vieille orthographe grimaire et gramare, Génin, suivi par Littré, suggère « grammaire » dans le sens de « étude du latin » et « science profonde, occulte ».

Glamour—une déformation de l’anglais grammar, « science occulte ») qui désigne un sortilège de changement d’apparence opéré par les fées ou les sorciers malfaisants. Le mot bénéficie probablement en français de la proximité phonique du mot amour, auquel il est presque automatiquement associé. De l’écossais Glamer – et donc ‘glamer‘ est causé une tromperie visuelle!

Grima (Tristesse, soupir) du vieil anglais: A mask, helmet, a ghost (masque, casque, fantôme). Peindre des rides sur le visage, transformer le visage en le vieillissantCrasse, saleté, ordure.  c’est faire la moue. sens de « mauvais écolier ».

Digamma

Capitale: Ϝ, minuscule: ϝ) en grec δίγαμμα. L’usage du digamma persiste dans la numération grecque où il désigne le nombre 6 ; tracé plus simplement Koppa intermediaire.png en onciale médiévale, il s’est confondu avec le stigma, ϛ, dont le tracé est semblable.

« Le tracé de ces trois symboles s’est fortement modifié au cours du temps, d’autant plus qu’ils ne sont plus utilisés dans l’écriture alphabétique courante : en onciale grecque médiévale puis dans l’écriture cursive, le digamma en vient, par simplification du ductus, à être écrit Koppa intermediaire.png (en un seul trait courbé et sans traverse centrale). Or, cela le fait ressembler fortement (et fortuitement) à la ligature stigma, Grec oncial stigma.png (où l’on reconnaît le sigma lunaire, Ϲ, (sigma σΣ) semblable à la lettre latine C), très fréquente alors et tracée actuellement Ϛ (ϛ en minuscule). Finalement, les deux signes sont confondus, le digamma, rare en tant que lettre indépendante, s’éclipsant au profit de la ligature, plus courante ».

« elle n’est pas toujours accessible aux éditeurs, qui la remplacent très souvent par sa forme décomposée, sigma tau : στ ». La lettre digamma tire son origine de la lettre de l’alphabet phénicien wāu ou wāv Phoenician waw.png

La Crète emploie une forme archaïque proche du wāu phénicien, Greek Digamma 02.svg ou une variante avec une branche inclinée, Greek Digamma 09.svg. La forme Greek Digamma oblique.svg subit pendant la période archaïque un développement parallèle à celui de l’epsilon (qui passe de Greek Epsilon archaic.svg à E). Dans certains alphabets, le digamma prend une forme ressemblant à la lettre cyrillique moderne И : Greek Sigma 01.svg.

Le digamma numéral prend plusieurs formes suivant les lieux : ϝ, mais également Ϝ, Ϝ, Ϝ, Ϝ, 5, 6 (on voit le 6 se former, F sixième lettre de l’alphabet mais aussi un 5), au bout du compte une forme similaire au « s » latin, Greek Digamma cursive 05.svg. le symbole numérique pour 6 est appelé « gabex », cette référence à Ammonios est parfois lue « gam(m)ex »

Les Étrusques utilise une lettre dérivée du digamma : le son /w/ étant absent de leur langue, ils l’utilisent pour représenter le son /v/ (absent du grec à cette époque) ; le son /f/ (également absent du grec archaïque) est représenté synthétiquement par le digramme FH. On n’est pas loin de Ph et phi.

La lettre phénicienne wāu signifierait « crochet » ou « hameçon ». L’appellation « digamma » est plus tardive que celle de « wau ». Elle se rencontre toutefois en grec ancien : δίγαμμα (dígamma). Ce nom signifie littéralement « double gamma », la forme Ϝ étant semblable à deux gammas majuscules qui auraient été empilés.

Alors c’est le bordel lol? Mais voilà, cela montre aussi la complexité de notre monde et comment on a été perdu par tout ces changements occultés volontairement et involontairement!

Stigma du Christ?

Le terme στίγμα (stígma) signifie à l’origine en grec « marque, point, perforation » ou plus généralement « signe », du verbe στίζω (stízo, « perforer »). Dans le contexte de l’écriture, il désigne un point de ponctuation, utilisé par exemple pour noter le raccourcissement d’une syllabe dans la notation d’un rythme. Il devient par la suite le nom de la ligature στ, par acrophonie de son initiale st- et par analogie avec le nom sigma, aussi le « c » cédille du Christ? Il possède d’autres noms conçus suivant le même principe : stiou stau.

Pendant toute son histoire, la forme du digamma est souvent similaire à celle d’autres symboles, avec lesquels il est facilement confondu. Sur les papyrus anciens, la forme cursive du digamma numérique (Greek Digamma cursive 05.svg) est souvent indifférentiable de la forme lunaire du sigma. Au Moyen Âge, elle a la même forme que l’abréviation pour καὶ (kaì, « et »).

En écriture manuscrite antique et médiévale, le koppa passe de Greek Koppa normal.svg à Greek Koppa cursive 01.svg, Greek Koppa cursive 02.svg, Greek Koppa cursive 03.svg, puis Greek Koppa cursive 04.svg. Les formes majuscules Greek Koppa-Stigma uc.svg et Greek Koppa-Stigma uc 2.svg peuvent représenter le koppa ou le stigma. Les confusions fréquentes entre ces deux valeurs dans l’imprimerie contemporaine sont déjà notées par les commentateurs du xviiie siècle. L’ambiguïté n’a pas disparu dans les polices modernes, beaucoup continuant à avoir un glyphe similaire à Greek Koppa-Stigma uc.svg pour koppa ou stigma.

On pourrait partir sur le Tau τ du Taureau et de Tammuz (Dumuzi, le fils bâtard de Nimrod/Sémiramis, ‘revendu’ par Semiramis comme la réincarnation de Nimrod) qui avec l’œuf renversé de Seramis (Inanna, Ishtar), ferait la croix de Ankh, la présentation de la trinité Tammuz/Sémiramis/Nimrod… Nimrod, roi et fondateur de Babylone, après le déluge.

La Terre entière est contrôlée par la Trinité Nimrod, Semiramis, Tammuz et sous leur ‘spell’ = épellation ou sortilège
Charme et la Marque noire

Que penser des marques vénérées comme ‘Apple’ ?! Les marques sur le front, le 3ème œil, elles assombrissent cette vision.

En Inde, Buri Nazar est la Marque Noire: un ‘charm (en anglais. De l’ancien français charme (« sortilège, maléfice ; incantation, chant »), venant lui-même du latin carmen (karma?), on a ‘charmer’ et ‘charmeur de serpent’ et ‘marcher’) est un nazarbattu (un « nazi battu »! ‘to bury’ en anglais est ‘enterrer’, battu est ‘perdu’), nazi est pas loin de nadi, nahash ou nadash?… le serpent, sahan/sadan/satan.

signes de main, la figue et la corne, repoussant le mauvaise œil, mouais… la corne du diable des métalleux…

En grec, c’est matiasma (miasme? en grec μίασμα) μάτι (mati), il repousse sous le processus de xematiasma (ξεμάτιασμα). Maat et Moon? En Italie, cornetti ou petit corne! Le jettatore ou jeteur de sort, le pape Pie IX étant fameux pour cela, il faisait peur car il pouvait jeter le mauvais œil sur vous…

Du latin jacto, alea jacta est, le sort en est jeté! En Perse, « Omen Eye » donc Amen! Est un présage (prévoir, pré-voir, augure). Et Pre-voir c’est déjà un peu avoir? Et présage c’est déjà être un peu Sage (donc sentir et être, deviner, c’est le vin de devin, etc..). J’aime bien l’espagnol  » ojo  » c’est les 3 yeux, le nez et la bouche! Ça marche dans les deux sens comme  » eye « .

Des amulettes italiennes.
Iâh

Iâh ou Iah, Dans la mythologie égyptienne, Iâh est un dieu mineur lié à l’astre lunaire. Mais nous, cela nous intéresse fortement! Car c’est  » Iah, Yah, Aah ou Aah-te-Huti,  Joh ou Aah » Donc Jésus ou Jah Rastafari de Bob Marley car ils ont un peu la même coupe de cheveux, je pense que Jésus portait des Dreadlocks!

Sa représentation polymorphique s’explique par le fait qu’il est souvent associé à une autre divinité qui s’identifie à lui :

  • Sous la forme d’un ibis, il est une manifestation du dieu Thot ;
  • Sous les traits d’un enfant portant la tresse de l’enfance et coiffé d’un disque et d’un croissant lunaire, il est alors Khom-Lunus;
  • Osiris prend la forme de Iâh quand il s’identifie à la Lune ;
  • On le trouve également représenté sous la forme d’un dieu à tête d’épervier.

Cela nous donne John, Johann, Yoann, etc… Jean, Yaweh, Jéhovah, Jean Yann. Son nom signifie Lune/Moon, mais moins connu que Thoth et Khonsou. On le retrouve sous forme d’amulette. Il porte l’Atef. Il est assimilé à Osiris, dieu des morts, et l’aspect lunaire de Thoth, dieu de la connaissance, de l’écriture et du calcul. Aussi la reine Iah.

Bon, j’ai eu ma dose de symbolisme!

Retour au Programme

1984 explique que le sens des mots est changé, simplifié, exemple: on ne comprend plus leur origine, ni le grec, ni le latin surtout, ni l’évolution des langues, les façons dont ils s’imbriquent, les dicos ont été redéfinis, il faut utiliser des vieux dicos pour avoir des vrais sens, mais avec l’avenue d’internet et de Wiktionnaire, etc… On encore des moyens d’apprendre soi-même, et la langue de bois, comme le fait si bien Franck Lepage par l’Education Populaire, il redéfinit tous les termes de l’administration, et dit pare exemple que la classe ouvrière a disparue alors qu’elle est bien toujours là. Il faut donc aller explorer la mythologie, l’histoire, les langues, la géographie, etc… pour vraiment comprendre, et le fait de ‘séparer’ et ‘diviser’ comme le fait la Science et l’Education n’est pas du tout la solution, c’est la solution du diviser pour régner.

IHS et Chrisme

Ok, désolé, retour au symbolisme! Il faut explorer wiki pour en avoir plus, je vais essayer de faire plus court! Et voici l’env(f)ers du chrisme:

« shit » en anglais c’est « merde ».

Dans l’affranchissement: Latini iuniani est  iuniani est luniani, lunaire, lune!  L’affranchi devenait un latin junien (Latini iuniani), et ne possédait que le droit latin. Donc ici nous faisons la connexion de « junien » à « lunien » donc de ion à lon, iah à lah, ius à lus, etc… Latin pourrai être iatin, iaton, Aton, la lune… etc…

Le christogram est Chi-Rho. Deux symboles grec chi χ  et rho ρ, ΧΡ Qui ne sont pas les 1ère lettre de l’alpha et l’Oméga et l’Oméga n’est pas la dernier lettre! Par contre Alpha c’est le Taureau et l’Oméga, c’est l’O ou Aquarius-Verseau?

Le monogramme est IX « Jesus Christ » χριστός, aussi IH, Iota et Êta, ιη (INRI?),  Ἰησοῦς (ὁ) Χριστός, (IH Monogram with iota and eta superimposed.jpg) signe d’Uranus IH? Jésus est « ΙΗΣΟΥΣ », IHS (aussi JHS, IHC, or ΙΗΣ),   Christus , « ΧΡΙΣΤΟΣ », est XP (aussi XPO, XPS, XPI, XPO, XPM). « IHS XPS ».  iotaetasigma, ou ΙΗΣ. Et sigma est C (le C lunaire).

L’instrument, la croix, de crucifixion (crux, stauros) etait donc le T, grec pour un pieux droit, alors que le X (« chiasmus »), être ‘pieux‘ chez les chrétien c’est être ‘droit’! Et Stauros est S-tauros, le serpent-taureau! Tauros, Taurus, Torah, Thorus, Thor, Tor os.

Même en  Latin crux signifie un pieu et n’a jamais été une Croix. La lettre Χ, (chi) de Χριστός, (Christ), ensuite remplacée par T, l’initiale du dieu païen babylonien Tammuz (Dumuzi).

stauros (done instaurer) du verbe ἵστημι (histēmi: dresser, fixer ), racine Proto-Indo-Européen *stā-,*stha stao, « stem ou tige », « shoot ou pousse » même racine que l’allemand Stern, ou Stamm, l’anglais « stand », l’espagnol estaca, le portugais estaca, le polonais stać, l’italien stare, donc étoile/regarder/fixer/observer?).

ΧΘΥΣ ou ICHTHUS: le mot grec ΙΧΘΥΣ signifie poisson. Au début du christianisme, ce symbole a été utilisé par les chrétiens pour se reconnaître entre eux. Chaque lettre du mot renvoie à Jésus : « Ièsous Christos Théou Uios Sôtêr » (Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur).


En grec : Ι = J, Η = E et Σ = S donc JES. = Jesus/Ιησους, IHΣOYΣ = nom complet en grec.

Lorsque le latin devint la langue dominante du christianisme le monogramme fut mal compris, le êta grec (en majuscule), étant identique à la lettre latine H. Le monogramme devint I.H.S. et interprété librement comme signifiant pour certains le IHSV, le « IN HOC SIGNO VINCES » de l’empereur Constantin (« Par ce signe tu vaincras », mots que Constantin affirme avoir entendus avant la bataille du pont Milvius, en 312), pour d’autres le IESUS, HOMINUM SALVATOR (« Jésus, Sauveur des hommes »), IESUM HABEMUS SOCIUM (« Nous avons Jésus pour compagnon ») ou encore IESUS, HOMO, SALVATOR (« Jésus, Homme, Sauveur »).

I. C. N. Pour Christi nomine, puis chez les Carolingien  I. C. pour in Christo, puis dans la période médiévale simplement C. pour Christus. Christogram devint « IHS » ou « IHC », denotant les trois lettres grec de Jésus, iotaêtasigma (on entrevoit la possible de la roue et rotation des signes ici! Signe aussi d’Uranus?).

Iota ou iota représentée par I, et êta par H, et sigma est ou dans sa forme lunaire C ou dans sa forme S. En latin I et J sont souvent pareil et ce jusqu’au XVIIe, donc « JHS » et « JHC » est équivalent à « IHS » et « IHC ».

Sigma

En français, le nom de la lettre est utilisé pour former certains mots, comme les côlon et sinus (en) sigmoïdes, ou les rongeurs Sigmodon et les mollusques Sigmurethra. La lune fait des sinusoïdes et le signe Moon!! sigmas ‘sign ma moon’.

Le sigma possède également une forme dite « lunaire » (majuscule Ϲ, minuscule ϲ) du fait de sa forme en croissant. Cette forme provient de la simplification de la majuscule épigraphique S dans l’écriture manuscrite du grec à l’époque hellénistique donne notre C cédille: ç. On a le sigma réfléchi ou antisigma, Ͻ et le sigma pointé ou sigma périestigmenon, Ͼ, et le sigma réfléchi pointé ou antisigma périestigmenon, Ͽ, indique qu’un réarrangement doit être effectué, les lignes après Ͽ devant être déplacées à l’endroit marqué par Ͼ.

shin W est oméga à l’envers et donne le M de Moon

Concernant le shin, la lettre correspondante de l’alphabet sudarabique est shin, shin, correspondant à la lettre , çä, de l’alphasyllabaire guèze. Dans les alphabets sémitiques, la lettre phénicienne conduit au syriaque ܫ, à l’hébreu ש, à l’araméen 𐡔, à l’arabe et au berbère ⵛ.

Le sade conduit quant à lui au sin sudarabique, sad (correspondant lui-même au tsä guèze, ጸ), au ܨ syriaque, au צ hébreu, au 𐡑 araméen, au arabe et au ⵚ berbère. Le signe berbere du cancer, donnant aussi OHM.

On parle aussi de lettre « cursive » donc lettre courbe qui n’apparut que très tard et que les glossateurs mirent en place, on a le curseur/cursor de l’ordinateur qui clignote. Et « curse » en anglais est « maudire » donc Maudit-on a chaque fois qu’on tape une lettre sur l’écran (occulte) de l’or-di? (ordre).

La ligature grecque stigma, Ϛ, dérive du sigma lunaire, C, et du tau, T. Taureau.

L’alphabet eubéen utilise une variante du sigma, Greek Sigma Z-shaped.svg, et cette forme est reprise par les Étrusques. L’alphabet latin descend directement de l’alphabet étrusque ; le sigma conduit ainsi à la lettre S. C’est la marque d’Harry Potter. La lettre additionnelle latine Ech (majuscule Ʃ, minuscule ʃ) dérive également du sigma.

On parle d’oncialeuncialis, un douzième de pied/foot, une ounce, un pouce, c’est la base du lettrage des Codex, codex vaticanus, un douzième de monnaie, un impôt, et aussi crochet pour hameçon, donc le petit, comme le cédille ς ç. On aussi Unus, unité de base, donnant lunus?

Sigma,  du verbe σίζω (sízō, et *sig-jō, signifiant ‘I hiss‘ et ‘je siffle’ comme un serpent).

Hécate, Hex et Sex

On revient sur le Taureau et Serapis, le taureau, e nom de ce dieu est apparu sur un malentendu : le taureau Api (Apis) était une manifestation terrestre du dieu Oser (Osiris). On procédait donc à un culte d’Oser-Api. Mais en grec, « o » est un article, et les prêtres grecs ont donc transformé Oser-Api en « O Serapis », « le » Serapis. Dionysos le rapproche de la fertilité agraire et Asclépios lui permet de guérir les malades. Cela deviendra d’ailleurs sa principale fonction. Il prend en plus une apparence « à la Zeus », c’est-à-dire les longs cheveux bouclés et la barbe. Il est souvent représenté avec un kalathos sur la tête ou encore trônant avec le Cerbère à trois têtes d’Hadès à ses pieds. Plus tard, il fut apparenté à Isis et Harpocrate, créant ainsi une sorte de triade alexandrine.

Cela donne « Di-Urne », le dieu de l’Urne qui est Hécate, donc d-iurne ou lurne peut donner lune? On le retrouve sous le nom de modius (mesure romaine, contenance de 9 litre, 9/li, capacité pour le Blé, bi-blé, 2×9 = 18 carte du tarot de la lune, signifie « remuer l’Argent à la pelle », aussi « une cavité où s’engage le mâat d’un vaisseau », de modus, mod-os, med « mesurer« , â la mode, donc â la mesure, aussi ‘mood‘ en anglais, pas loin de ‘moon’…) ou calathos, littéralement « panier en forme de lys » comme coiffure qui couronne la tête d’Hécate, de Sérapis, ou de l’Artémis d’Éphèse.

Dans la mythologie grecque, Hécate (en grec ancien  Hekátê) est une déesse de la Lune. Luna dérive de Séléné, déesse et personnification de la Lune signifiant aussi Sulphur ou Soufre, donc brûler par le feu. Son symbole est S donnant probablement le Dollar! $.  (voir l’article sur le symbolisme de la France). C’est les protéines soufrées qui nous brûlent de l’intérieur dans notre corps en acidose généralisée

Hécate (ou Isis) fait partie de la Triade Lunaire, avec Séléné (Lune des Cieux/Paradis) et Artémis (Chasseresse sur Terre) Et Perséphone (la destructrice du monde souterrain). Hécate représente la nouvelle lune ou lune noire, qui symbolise la mort ; Séléné (patronne des bergers et des marins) la pleine lune, qui symbolise la maturité dans le cycle de vie; Artémis le croissant de lune,qui symbolise la naissance.

Hécate présente deux aspects opposés : déesse protectrice liée aux cultes de la fertilité, accordant richesse matérielle et spirituelle, honneurs et sagesse, conductrice des âmes emportées par la tempête; mais aussi déesse de l’ombre et des morts.

Ses pouvoirs sont redoutables: la nuit notamment, à la lumière de la Lune, à laquelle elle s’identifie et qui est considérée comme le séjour des morts. Cette déesse des morts et chthonienne est honorée comme la déesse des carrefours parce qu’elle relierait les enfers, la terre et le ciel. Elle est aussi la déesse de l’ombre, qui suscite les cauchemars et les terreurs nocturnes (symboles des désirs secrets ou refoulés de l’inconscient), ainsi que les spectres et les fantômes. Elle est la magicienne par excellence et la maîtresse en sorcellerie à qui font appel tous les magiciens. Cette magicienne des apparitions nocturnes symboliserait en fait l’inconscient et a pour compagnes les Érinyes, qui sont la personnification des remords de conscience.

Elle est très proche du couple infernal, Perséphone et Hadès (donc Pluton). Elle se retrouve associée à la face sombre de l’astre lunaire, et se voit prêter des capacités de divinations et de sorcellerie. On la connaît aussi sous le nom de khthonía, « la déesse des Enfers », protégée d’Hadès. Des chats noirs femelles étaient sacrifiées à Hécate sous sa forme de « Déesse des bords des chemins », (catwoman), une déesse tricéphale : une tête de lion, une de chien et une de cheval ou de jument sur un corps de femme (analogie de Chiron Last sur le cheval/jument et la lune, le chien avec Sirius et donc lion avec ouadjet) des trois phases de l’évolution humaine (croissance, décroissance, disparition) . Surnom: Ourania (Céleste).

comparaison du symbole du Soufre, S et de sa molécule et de la représentation en Couronne, donc de la Couronne et CroWn. 3 x 3 = 9.

Soufre, Phosphoros (Porteuse de Lumière), Fluoros (Le nom de mort et son séjour). Les Hécatées sont les fantômes qui se manifestaient pendant les fêtes de la déesse, mais aussi les statues qu’on lui élevait le plus souvent aux carrefours. La Statue de la liberté… Cela rentre dans la théorie de la lune-matrix.

Hex, Sex, Massacre et Sorcellerie

Hex: donc sex et en anglais hex: pratiquer de la sorcellerie, maudire, jeter un sort, ensorceler, cela dit tout sur le code hexadécimal de l’ordinateur! 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E et F. Malédiction, sortilège. Sorcière.

 Hexcraft! La pratique et l’art de la sorcellerie. (craft un navire, d’ailleurs cela donne C/sea-raft)

Forgé à partir du suffixe grec εξα- (« hexa ») de εξ (« six »), du numéral latin decem, (« dix ») et du suffixe d’adjectif -al. « decem » est décimal mais c’est aussi « décimer » donc « tuer en masse« , « massacrer« .

Du grec ancien ἕξ, hèx (« six »). De l’indo-européen commun *swéḱs qui a également donné षष् ṣaṣ en sanskrit, վեց vec’ en arménien, sex en latin, et siex en anglo-saxon (voir six en anglais moderne). ξ et xsi ou xi, donc Xi (capitale Ξ, minuscule ξ ; en grec ξι) Dérivée de la lettre samech Phoenician samekh.svg de l’alphabet phénicien, une variante graphique de cette lettre est l’ancêtre de la lettre X de l’alphabet latin. Comme il est dit dans la Bible, c’est le 666, le numéro de l’homme et oui et pas de la bête mais bon comme l’homme est bête et bétail, c’est pareil.

En grec moderne, la lettre xi représente une double consonne, ks : une consonne occlusive vélaire sourde, k, suivie d’une consonne fricative alvéolaire sourde, s. Dans le système de numération grecque, xi vaut 60 ; par exemple ‹ ξʹ › représente le nombre 60. Dans les alphabets sémitiques, la lettre phénicienne conduit au syriaque ܣ, à l’hébreu ס, à l’araméen 𐡎, à l’arabe et au berbère ⵙ. De plus, il introduit une lettre pour la consonne aspirée « kʰ », Ψ (ressemblant à l’actuel psi). En grec ancien, la lettre est appelée ξῖ (xî), prononcée en attique /ˈkʰsiːˌ/, ou ξεῖ (xeî), prononcée /ˈkʰseː/. Aussi .

Ne pas confondre avec ChiChi ou khi (capitale Χ, minuscule χ ; en grec χι) est la 22e lettre de l’alphabet grec, précédée par phi et suivie par psi. Elle est l’ancêtre de la lettre Х de l’alphabet cyrillique. Mais on voit qu’on en est pas loin.

xi

Du latin sĕx (même sens), lui-même issu de l’indo-européen commun *swéḱs. Et aussi « sis » et siex. A-t-on sion? tion? zes, yes? oui? oi io yo ?

Donc « hag » et/ou « hex » dérive de Hécate par haegtesse (Anglo-Saxon) et hagazussa (Vieux Allemand). Proto-germanique  *hagatusjon–  similaire à hedge (haie, arrête, bord), *kagh– « hedge, enclosure, haie, enclos » (donc un sens d’enclos, de prison pour garder du bétail), et peut-être de *dhewes– « fly about, be smoke, vanish, voler, partir en fumer, disparaître« .  On retrouve le Ha de Have et (h)avoir, H c’est êta (etre) et E epsilon. Hag est aussi une vieille femme, une sorcière et vient de « anus’. Allah est le dieu Babylonien lunaire!arbo

Hecate

Hécate est la Sainte Patronne des Sorcières (Wiccans), dans certaines traditions identifiée comme la Triple Déesse   » Crone « . Mot synonyme de « vieille femme » ou « vieille sorcière » comme la reine d’Angleterre! Dérive du français carogne,  une insulte, donnant charogne et pas loin de couronne. On connait la Triple Couronne, c’est donc Hécate! Car Crone est la metonymie de « Crown » et ressemble à Chronos (Saturne)!

Triple Hécate

C’est l’hécatombe! (Grec-Romain religion) hécatombe, sacrifice publique de beaucoup d’animaux. Carnage, massacre, sacrifice de 100 bœuf (Mithra!). Du latin hecatombe, du grec ancien ἑκατόμβη, hekatombê, de ἑκατόν, hekaton (« cent ») et βοῦς, bous (« bœuf »). (on a le bouc aussi). Bain de sang. Donc Bouc et OX/Taureau, le sacrifice de Mithra.

Luna

Luna est la déesse de la Lune chez les Romains. Elle a un frère, Sol — tous deux symbolisent le cycle des saisons —, et une sœur, Aurore. Très tôt, elle est identifiée à Diane (Artémis!), sœur d’Apollon, et Séléné, déesse de la Lune dans la mythologie grecque. Aussi Juno.

Elle est également souvent dépeinte montant un cheval ou un taureau. Dans la mythologie grecque, Éosphoros (« porteur de la lumière de l’aurore ») ou Phosphoros (« porteur de lumière »), également nommé Lucifer chez les Romains, désigne Vénus quand elle brille le matin, tandis que les noms d’Hespéros/Vesper (« du soir ») désignent le même astre brillant le soir. Il passe pour le fils d’Éos (l’Aurore), conçu avec Astréos ou bien Céphale selon les auteurs. Le latin correspondant au grec « Phosphorus » est « Lucifer ».

la trinité Hécate (trimorphos) fut identifiée par Servius avec Luna, Diana, et Proserpina (serpent!) équivaut à Perséphone. Proserpine a donc été nommée par les Romains le « Serpent qui rampe sous la terre ». Proserpine serait  symboliquement l’enlèvement et le viol de la femme.

Diane, d’un ancien *divius, correspondant au latin ‘divus‘, ‘dius‘, comme dans Dius Fidius, Dea Dia et au neutre à dium signifiant le ciel. La racine indo-européenne *d(e)y(e)w (ici on a « eye » ou « ojo » ou « yeux ») signifie le ciel lumineux ou ciel diurne, que l’on retrouve également dans le Latin deus (dieu, originellement dieu du ciel diurne), dies (jour), et dans le nom de Jupiter, contraction de *Dius Pater. Diane serait donc à l’origine la « Divine », c’est-à-dire l’incarnation féminine de la lumière du  jour, substantivation d’une forme adjective. (« to die » en anglais est « mourir »).

La Lune étant associée à la Vierge Marie et aux figures qui montrent une femme donnant le sein gauche à un bébé (le soleil). (voir sex & symbolism).

Cursive et médisance…

La cursive romaine (donc le codex de malédiction de Rome!), les glossateurs ont ‘modernisé’ l’écriture. Le croissant de la lune donne la courbe des lettres cursives, « lunar cursive » en anglais. C’est la transformation des lettres CAPITALES en petite capitale ou minuscule (contre Majuscule).

Le démotique égyptien (démontique!) Le terme démotique (du grec δημοτικά / dêmotiká « populaire »). Mot dérivé de δημότης, dêmotês (« homme du peuple ») avec le suffixe -ικός, -ikós. Mot dérivé de δῆμος, dêmos (« peuple ») avec le suffixe -της, -tês.

Du radical de δαίομαι (« distribuer, répartir ») avec le suffixe -μος ; apparenté au latin damium (Religion: Sacrifice en l’honneur de Cybèle.), au vieil irlandais dām (Dommage, préjudice. Punition, Damnation); (dame et maison d’esclave?) et au vieux gallois dauu. On peut aussi lui donner le sens de « faction » (militaire!) → voir dít, dílo et dělat pour le lien entre « faire » et « part, faction, partie du peuple ». (A une lettre de fiction!)

La domotique de la maison intelligente est très populaire de nos jours!

Le démotique fut utilisée seulement pour les textes administratifs, juridiques et commerciaux.

Demoon-cratie, la carte mère de l’ordinateur/computer qui asservie par la technologie

Bienclusion!

Après s’être fait avoir et noyer dans cette recherche! Alors, on part de « être » et « avoir » et on termine sur la lune! En passant par l’Egypte et le Grec! Au moins on voyage! J’ai cherché à explorer au grès des chemins et des trouvailles, comme une vraie balade de voyage, sans guide, avec l’aide de quelques cartes. Il semble qu’il y ait un problème avec le verbe « avoir » et qu’il y a des liens dans l’origine des deux verbes, voir même que avoir soit une perversion du verbe être, et que cela soit en relation avec l’esclavage, le commerce, le concept de l’argent, la lune, les astres, la mythologie et bien plus! Et certainement lié à la division du Temps.

Alors, en effet, on peut mettre ce qu’on veut sur le symbolisme et c’est pour cela que je suis simplement la base (de données) de Wikipedia, même s’ils racontent des mensonges desfois et véhiculent les dogmes ambiants, plus en français qu’en anglais. J’ai été éditeur wiki, et en français il est dur d’y éditer les dogmes même en ayant des preuves de magazines, journaux et recherches irréfutables! Alors que le wiki anglais est plus ouvert à la controverse, je vérifie toujours les deux versions! Du coup, simplement avec une encyclopédie, on trouve les connexions. C’est comme pour la Bible, elle est maquillée pour faire la pute mais derrière il y a un vrai fond.

Je n’ai pas besoin d’aller bien loin pour trouver ses connexions, peut-être que je ne les fais pas assez apparaître, ou peut-être que c’est trop d’infos, mais beaucoup de choses se recoupent, c’est la version holistique de la vraie science complète et cela inclut l’intuition et le cerveau droit!

La religion de la Science a tellement tout séparée et sciée, c’est le bras armée des 1%, la technologie, l’asservissement par la peur et la lobotomie, le massacre de masse de l’espèce humaine sur tous les niveaux (physique, psychologique, spirituel, etc…). Je ne prétend en rien, je suis un simple chercheur-trouveur comme beaucoup maintenant, pétrie de lobotomie et de conditionnements et de croyances… mais … qui n’aime pas l’esclavage, la tromperie, le mensonge, la manipulation, le pouvoir, la collaboration, les pervers narcissiques, les malades mentaux, les malades du coeur… et qui a besoin de rationaliser ce monde de tarés.

Il faut prendre ce qui connecte en toi, ce qui bienfirme tes choses, tes intuitions, tes biennaissances, ton fil rouge. Ceci n’est qu’un blog, tout est faux et tout est vrai, tout est possible… mais quand même … certaines choses semblent bien réelles surtout dans la douleur… Au delà du réel, ou au-delà du virtuel ?

Donc je vois les choses avec mon filtre et l’état présent qui change sans arrêt ( 😉 ) comme toi, tu as un filtre. Comme tu peux me juger ou évaluer ce que tu lis, comme la langue des serpents des commentateurs utube, mais seul, moi, peut me définir et me juger; seul, toi, le peux pour toi-même. « Aide-toi toi-même » aurait dit un certain mec Rasta. Et pour même si on ne peut que se libérer soi-même on a besoin des autres pour libérer l’environnement et le reste.

Dans le fond des choses, tout ceci est certainement futile et inutile mais nous suivons tous un espèce de chemin… et je comprend que le zombie peut se complaire tranquillou devant d’autres futilités! Cela reste de l’expérience, valable ou pas? Ça dépend de la valeur que j’y mets, de l’avoir, et de comment je m’y attache; alors que la solution est certainement simplement « être ».

Je suis pour l’observation (permaculture), la contemplation (version zen), et la méditation (version Khrishnamurti) mais pourtant ces mots sont pervertis ? Ou c’est juste moi qui filtre le mauvais œil!? Ob-serva-tion, Con-temple, Me-dir(t)er ou merditer! Je sais que ces zombies, desfois, quand ils ont un grain de folie et de liberté peuvent entrevoir le jour et comme tout humain, peut participer à une création extraordinaire et ne pas simplement nourrir le système bêtement et tacitement. Et la bouffe et le reste endommage notre conscience, c’est sûr! Mais perso, je refuse cette zombification sans vie!

J’ai un cerveau qui marche en image et qui connecte pas forcement en linéaire, en tout cas pas avec du « tout cerveau gauche », mais cela reste du mental, car il faut déconditionner le mental, mais il faut le lâcher aussi, et cela est loin d’être facile. Il ne doit être qu’un outil qui aide, qui compte et organise et équilibre le cerveau droit (emotionnel), point barre! Il ne devrait pas avoir de domination et d’esclavagisme, du mental, comme l’a malheureusement bien programmé l’Education, un auto-asservissement, cela est possible et démontré scientifiquement; et toi et moi en sommes (et sonnes) les preuves!

Le virtuel est un monde mental, sans cœur, froid, numérique, robotique, c’est le transhumanisme, c’est la programmation des films et séries US et dans les autres pays, petit à petit, car c’est cool, c’est le bras coupé de Luke Skywalker, c’est pas grave, il a même mieux après! C’est la magie de l’i-mage et de l’écriture, la sorcellerie des films et de la technologie, la fée électricité pour ne pas dire la fé(t)e nucléaire.

Comment, subrepticement la technologie numérique nous asservit et nous déshumanise, il suffit de voir la pléthore d’articles maintenant qui passe sur ce sujet dans les médias alternatifs et chez certains chercheurs. C’est toutes ces choses implicites du marketing des mots et de la novlangue que dénonce les conférences gesticulées et l’Éducation Populaire (dans le vrai sens populaire et pas ‘pop’); et c’est pour cela que perso, je fais ces recherches et cette exploration. Pour donner une base plus solide à cette folie! Pour remettre, un peu de soi tangible dans cette fiction géante!

Que la conspiration soit vraie ou pas, peu importe, l’important c’est pas d’argumenter, de se battre, de se diviser, de commenter, perte de temps, perte d’honneur; ce n’est pas d’avoir raison mais d’écouter, d’être (en cœur), de prendre et passer son chemin, d’être et de vivre, enfin c’est pas possible dans une prison, donc il faut se libérer le plus possible, et être libre, le plus possible. Etre le plus autonome possible, le plus vrai, le plus simple et ne pas se faire voler, ni sucer son énergie, son sang, son âme… son humanité, aussi perverti que le mot peut l’être, car on a encore le pouvoir de les définir et de se définir, même si on en a pas besoin. Le besoin, c’est manger, respirer, boire, un abri, sécurité, socialisation, libre… l’envie sort à cause de l’esclavage.

Franck O’Collins définit bien la propriété comme en fait un simple droit d’usage (un système de Trust), on ne peux pas avoir une maison, la tenir dans sa main; tu tiens ta fourchette un instant, elle est à toi comme tes habit mais cela ne va pas durer.

Donc « avoir » quelque part c’est essayer « d’être »! Mais en faite cela n’est que du par-être.

— Jackfruit —

Alleu les bleus

En ajoutant pour il-lustrer cette thé-o-riz, il est intéressant de voir le mot Allodial, alleu… pour illustrer le concept de la propriété avec le mot « avoir » ou « auda- » donc en relation avec « Au » = Or et avOiR. « Da » pour ‘oui, ja, yes’, je suis Au/Or et richesses, j’ai?!

allodium (Allo? Dieu?!): Du Medieval Latin allodium, du Frankish *allaud (allodium, patrimony, patrimoine, littéralement entire property, propriété entière), du Proto-Germanic *alaudą (allodium, transferable possessions, possession transferable), du Proto-Germanic *allaz (all, tout) + *audaz (goods, biens). Similaire au Old High German ōt (property, propriété), Old Saxon ōd (estate, wealth, richesse, domaine ), Old English ēad (possessions).

Du Proto-Germanic *audaz. Similaire au Old Saxon ōd, Old High German ōt, Old Norse auðr (Icelandic auður). On a Au et Or! A l’eau?! Amirauté? Audana: to grant: bourse, etc…

En Relation à *audanaz (granted, given, donné, accordé).Wealth, riches = Richesses… on en revient à l’OR! Mon saignor! Y a pleins d’autres pistes, on voit aussi la revers de la médaille, désolation, destin, vide…

Donc, on a ‘estate‘ ou ‘est’ ‘state‘: être en/un état? Une position, un fait, une location? Car « Louer » vient de « alleu » et « lod » ou « alod » = à louer! Louer soit mon Seigneur de ses propriétés alleu-souveraines… « Les alleux deviennent des placements fonciers (Église et riches bourgeois). ».

Est issu vieux-francique *alôd, « totale propriété », qui donna alodis (Loi salique) et alodium (Loi des Longobards) en latin médiéval (on trouve également alotis, alotus et allodium). Cela donne aussi un lot (lotissement).

Alleu: Alleu, Alloux ou franc-alleu : du francique alôd, latin allodium, héritage libre de tous devoirs féodaux, y compris de droits de mutation appelés lods les lods et ventes: ce sont les droits de mutation perçus par le seigneur lors de la vente ou de l’échange d’une terre roturière par un censitaire, donc a-lod est sans taxe ou franc-fief ou franc-alleu, donc sans taxe, sans droits de taxe, on voit que des droits ici signifient, payer! On voit que le Droit est uniquement synonyme de Payer! Une coupe franche est un deal sans TVA, sans taxe… c’est cadeau monsieur!

Composé de al (« plein, entier ») et *ōd, correspondant francique du germanique *auda- (« bien, propriété »). Donc on a bien cette notion de « All, Al, El, Illies, Illuminati » et holistique ou wholistique, en entier, un Tout! Tout bien, tout honneur. Odds est aussi la chance.

« Selon la loi salique (72e titre), le mot alleu exprime les fonds héréditaires par opposition aux acquêts. Sous les Carolingiens, l’alleutier doit la dîme à l’Église et l’aide militaire au souverain si celui-ci est attaqué, car seul le roi se déclare seigneur de tous les alleux. « 

« Sous la pression guerrière des féodaux, les alleux ont eu tendance à être transformés en fiefs : après avoir poussé un propriétaire à déguerpir de son alleu (c’est-à-dire à l’abandonner), le seigneur qui le saisit le lui rend en « fief de reprise » ; l’ancien propriétaire lui doit alors des services mais jouit de sa protection. « . Technique mafieuse typique et c’est ce que les juifs ont fait au gouvernement romains, voir article.

Mais il y a plein d’alleu différent! Celui qui nous intéresse est l’Alleu souverain:

Un alleu souverain jouit d’une indépendance totale, c’est un véritable État enclavé dans le royaume, mais de dimensions limitées. (Exemple: Monaco!!!).

« L’alleu souverain peut être défini comme un alleu qui comporte un droit de justice qui n’est pas tenue du roi de France en fief ou en arrière-fief.

Chénon définit l’alleu souverain comme celui qui confère à son propriétaire des droits régaliens tels que le droit de lever des impôts sur ses sujets et, surtout, celui de rendre la justice en dernier ressort, sans aucun recours à la justice royale ». Étude sur l’histoire des alleux en France : avec une carte des pays allodiaux.

Allo? Dieu? C’est moi souverain! Tu te rappelles de moi?!

On voit ici, l’importance du concept de Dieu et de la Bible, pas dans la religion mais pour nos propres libertés! Tu m’étonnes que la Religion a mis un copyright sur Dieu, car c’est mettre un copyright sur toutes les terres, vu qu’il n’y a que Dieu qui peut les accorder, elles n’appartient (avoir) à personne! C’est bien la philosophie des amérindiens et autres peuples nomades, on a le droit de l’utiliser, une fiducie qui s’arrête quand on meurt et le devoir d’y faire attention et de ne pas faire n’importe quoi, la loi découle de cela! On voit comment cela a été perverti par Droits/Obligations, le compte croix! Toi le pays, payant.

Loi salique, en effet emprunter au Droit romain mais bon c’est bizarre, il semble que les romains devaient payer partout!!! Les Saliens ou Franc donc Germain et Allemand semble toujours avoir été de l’Empire Romain…

Cela donne aussi le plein droit d’aliénation, un alien est un sans-liens, un homme libre, donc un homme de l’espace…

« L’aliénation est la vente, le transport d’une propriété, d’un fonds. L’aliénation est volontaire ou forcée ». Mais c’est aussi la perte de biens, immeubles donc perte de propriété. Mais t’es chez toi donc t’expulse qui tu veux.

« En France, les biens d’État participant du domaine public ne peuvent être vendus, donnés, ni prêtés sans clauses réversibles…. La Révolution française a dérogé à ce principe en permettant l’aliénation des biens du domaine de la Nation par le Code domanial de 1790,… ». Ici, tu comprends comment les Riches commerçants nous ont nique pendant la Révolution!

Nous on aimerais bien le droit de se régaler et de régaler la galerie non?!

Bref donc pour en revenir à la propriété, au verbe « avoir » et à l’Aleu! Il y a un lien étymo-logique, historique et intrinsèque. Voir aussi Alleu de Jordan Maxwell… Clint Richardson dit que Allodial fait partie du commerce et ne veux pas dire libre!

=== insert Noel 2019 ===

11 réflexions au sujet de « Être ou Avoir, là est la question! »

  1. Ping: Violence 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.