Air Glossa

phénicien

lettre glyphe

Le Glossaire de l’Affranchi:

La signification de la racine des mots d’origine latin ou grec, et leur Étymologie donne des explorations et déclinaisons fascinantes! (omission des accents sur les mots d’origine) Il n’y a pas long à creuser dans ces termes pour trouver la guerre, la tromperie et l’esclavage, et le pouvoir. Ici, le Glossa est en ‘bien’struction, aller aussi voir les liens aussi pour les sources; car on mélange et cuisine avec la langue des oiseaux.

Une légende: du latin legenda, « ce qui doit être lu », une légende se retrouve aussi dans la marge, c’est une explication ‘de texte’, de la Glose; un marginal est quelqu’un qui n’est pas dans le système, un barbare, un individu naturel…voilà pour les jeux de mots. Le Glossa n’est pas très ordonné, c’est parce que l’apprenti affranchi n’aime pas les ordres, ni le désordre non plus car cela reste des ordres!

Il préfère une anarchie auto-organisée comme la Nature, barbare; il y a une guerre, d’ailleurs, bien organisée contre elle…L’affranchi pourrait être la Franchie, la vraie France, celle du Franc (pas le Franc allemand…)…du latin Brave. Choisir entre la Franchise et la FRANCHISE…

…et non pas celle des franc-maçons…qui aux travers des lois saliques se sont appropriés les francs-alleux…et comprendre que voter ou voler, c’est pri-é et c’est s’envoyer en l’air (sans les pieds sur terre) et abdiquer pour la juridiction du Vatican qui décide de qui mari qui ou quoi ou comment (mais aussi du Roi…fornication under consent of the king); ainsi que la juridiction de la Loi Maritime du Commerce; et tout est Commerce (synonyme de Prostitution ou promo-institution, esclavage) et le Commerce c’est le Sexe. Les vO(eux)ies du Saigneur (agnat) sont Im-pénétrable…Il y a beaucoup de lectures différentes quand on creuse un peu. Il semble que seul le monde anglo-saxon est gardé sa loi coutumière ou common law (même si elle n’est pas appliquée mais que les anglo-saxons essayent de remettre en place), la loi de la terre.

Alors bienvenu sur Air Glossa, la première compagnie aérienne qui ne vous fait pas voler, ou plutôt, qui vous permet de ne pas vous faire voler! Elle vous refait votre Gloss-aire, votre maquillage, votre façade, car tout est un acte, tous portent des masques, même vous, même moi.

En apprenant la Glose, le Latin de cuisine va vous permettre de redéfinir votre mort, en vie, la transformation de la chenille en papillon, d’enfant en Homme/Femme; vous allez arrêté de vous faire voler votre âme, votre vie, votre dignité, votre honneur, votre humanité, votre énergie, votre intelligence, votre patrimoine, vos droits, vos gauches, etc…

Les re-définitions se propage dans tous les articles et pour ceux qui trouvent que les jeux de mots sont tirées par les cheveux ou n’ont aucun statut, ni droits, alors allez voir par ici -> Boustrophédon, Rhotacisme, et la Liste des modifications phonétiques.

Glose: glossa, glotta (langue), bas latin, « mot rare qui demande explication ». Gloser. Glossateur. Glossaire, recueil de mots rares. Glosse, élément de composés savant (du Dico Étymologie). Voir aussi, la glossalalie et xénoglossie. « Glossy paper » en anglais c’est du papier brillant/glacé, donc la brillance, surbrillance, lustrer, vernir, mettre en valeur, reluire (re-lu-ir), mettre en relief, un magazine de luxe… la Glose, c’est des commentaires. De la vient le mot commentateur, comme un menteur! Car cela ne re-transcrit jamais la vérité, ni les faits, cela crée une fiction! (Glose de la Bible)

gloss2

Langue des oiseaux: René Guénon précise que la langue des oiseaux donc des anges, est la langue des Dieux (donc des affranchis, les vrais dieux), une langue sacrée, langue des poètes, et des troubadours, le double sens qui redonne vie à la lettre morte, car la lettre est un signe, un symbole donc la langue doit se faire dans les 2 sens descriptif, et figuratif,  on la retrouve dans le Tarot aussi, donc dans la divination, devin, de divinus: interprète des dieux.

Le genre de langue que des gens comme Jésus, Socrate, etc…maîtri-saient pour se défendre (encore la guerre) contre le système par des paraboles, allégories, rhétoriques (voir Trivium), et autres analogies, c’est pour cela qu’on appelle Jésus, le maître, ou le messie, non pas qu’il avait des serviteurs, mais qu’il était l’informateur, la personne qui libère (liber mundi, le livre (code) du monde), donc voila, maîtriser la langue pour se défendre en Justice contre la loi du Juste, le code Justinien. (voir l’histoire de Jésus, le Dicautre de  Louis Rosier).

Il raconte aussi que Jésus chassa les commerçants et renversa leur étales… car comme en Chine, la classe des commerçants et la classe des esclavagistes, est très mal vue. Le commerce étant le business des esclaves…notre système du Capitalisme (un capital d’esclaves). En effet la bible peut-être lu de différentes façons. Il prêchait, ‘prêcher’: du verbe dire, dire avec conviction (‘convicted‘ anglais pour ‘être coupable‘). Formule magique = formule d’image = les phrases ou incantations (en-chant-ant).

La langue de bois, ou ‘xyloglossie’, parlée par les politiciens (polite: pouvoir) vient du russe, la langue de Chêne, des Chaînes! la langue de l’esclavagiste, une langue qui se déchaîne…

Thôt, « le scribe des Dieux », personnifie la connaissance et l’écriture, son « fils »Hermès le Tristmegistre ou Mercure, le hiéroglyphe du « fils » est le dessin d’un canard (un oiseau, le messager des dieux est l’oiseau).

« Je suis Thôt, le seigneur du Droit et de la Vérité. Je suis celui qui juge juste pour le Dieu. Je suis le juge des mots dans leur essence ».

« Je suis Thôt qui fait être Vérité la parole d’Horus » (l’Or), signifiant celui qui fait éclater la lumière. Et si tout les textes étaient des textes de Loi? Et ils le sont déjà! Mais cela remontre aussi aux Égyptiens, ‘le livre des morts‘, ne serait-il pas que le livre de Justice qui condamne l’homme à l’esclavage et en régit les règles, ou le livre de l’Affranchi? qui condamne l’esclavage?

Seul l’initié (celui qui déchiffre les initiales, sigles) peut révéler la vérité. Le dieu Thôt était le protecteur de l’écriture sacrée (hiéroglyphique) et donc des scribes (scribouillards!) il surveillait leur travail sous la forme d’un singe (signe, aussi un oiseau) babouin. Il était secondé par Sechat, la déesse, « celle qui dirige la Maison des Livres ». Il est marié à Maat (échec et…), déesse de la connaissance, de la Mesure et de la Justice…

Sur le nom des Dieux: « Qui pourrait sanctifier Dieu, puisque Saint au dessus des saints, c’est Lui qui sanctifie? ».

Dieu (le vrai dieu, vous-même) sacralise lui-même son propre nom. Dans la Bible: « Je sacraliserai mon grand Nom, profané dans les nations, que vos profanez en leur sein. Et les nations pénétreront: oui, moi, IHVH, quand je me sacraliserai chez vous sous leurs yeux ». (Ezechiel XXXVI, 23). C’est pour cela que le nom de Dieu est sacré et glorifié, admiré, vénéré, etc… »Il restaure mon être et me mène aux rondes de justice à cause de son Nom » (Psaume. 23, 3). Enfin, il sauve: « Elohim, par ton Nom, sauve-moi » (Psaumes. 54, 3). Il les châtie aussi: « Répand ta fièvre sur les nations qui ne connaissent pas ton Nom et sur les royaumes qui ne crient pas ton Nom » (Psaumes. 79, 6). N’être (naître) qu’un Numéro, c’est être un Nom-bre, c’est n’être que l’ombre de son Nom. Certainement le Nombre d’OR pour le CAPITALISME…

Les trois sens de l’Écriture: propre, figuré et hiéroglyphique, langue primitive de Babel (babbling en anglais, un enfant qui bredouille, qui babille). Clair, symbolique et sacrée. La troisième ne se prononce pas…comme le nom de Dieu. Le savant grec Héraclite a exprimé les trois styles par: « parlant », « signifiant » et « cachant » (occultant).

Souvent, dans les films, un Dieu qui fait peur est défini par « celui dont on ne prononce pas le nom » ou dont « il ne faut pas prononcer le nom », et oui seul les Dieux ne portent pas de SURNOM…

Il y a trois lecture possible de la Bible, un reportage plein de contradictions mais donnant certaines clés, la deuxième est symbolique, la troisième procède d’une magie opératoire permettant de retrouver Dieu en chacun de nous (être libre de l’esclavage). L’impulsion qui, détermine l’auteur, à écrire; l’illumination de l’intelligence par laquelle Dieu suggère au scripteur (crypteur) ce qu’il doit écrire; et l’assistance qui préserve l’hagiographie (légende: du latin legenda, « ce qui doit être lu », une légende est une explication de la Glose) de l’erreur; ce qui explique qu’on puisse écrire dans une langue dont on ignore tout.

Dans le langage Hopi: trois modes: certitude, probabilité et imagination suivant trois combinaison d’un fait observé, rapporté ou rêvé.

« Le mot c’est le Verbe, et le Verbe, c’est Dieu »: Victor Hugo.

« Ce Nom qu’en expirant (expirer, arriver au terme du contrat, mourir) le passé nous légua (un lègue: après la MORT, légende) sera continué par ceux qui sont à naître et tout l’Univers n’a qu’un objet (Sujet, Verbe, objet): nommer l’être ». — Victor Hugo.

Il arriva à Rabelais de composer des mots de trois lignes de longueur qui, pour le profane, ne signifient rien. Ces termes incompréhensibles au vulgaire, taxées de « simples cliquetis de syllabes » ont, en fait, une énorme puissance.

« Parce que, le sage Salomon…sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme » — Pantragruel — Rabelais

(Toujours tiré du Dicautre) L’œuvre de Rabelais est une dénonciation véhémente de l’absurdité des guerres et des religions des politiques et des pathologies mentales qui empoisonnent la vie des hommes. Son existence ayant été marquée par soixante guerres, il a pu apprécier la folie des Grands accablant de malheurs les peuples de la Terre. Son appel à la Sagesse, la Sophia, est parfois pathétique. Bravant (être franc, affranchi) les bûchers de l’Inquisition, il s’élève contre la papauté et le souverain pouvoir de l’église de Rome. Il prend le risque de claironner:

C’est à cause des religieux que les états sont en guerre. Sans les religions maléfiques et les stupides croyances qu’elles veulent imposer aux hommes, le monde entier pourrait vivre en paix et en bonne harmonie.

Prêcher vient de dire: dik montrer, Dike: la règle, le droit, la justice (en anglais, dick est la bite), dicis causa=à cause de la formule juridique, dikasterion: tribunal, dex-= un nom d’agent, indicium, indication; judex est celui qui dit le droit (juda) et le juge, vindex est le défenseur, vengeur. Veridicus est la vérité, dicio est la parole, benedicere: dire du bien (bénir); considérer: conclure un arrangement, pacte, formule d’entente, une condition d’esclave (conditio: ensevelir un mort, fonder, cacher, fixer une affaire, un pacte; condomium: du latin voir con- et dominium. ), interdicere: interdire, maledictio: dire du mal, in-jure.

Dictare, dictus, dire à voie haute, dictateur, dictatura; dicare consacrer une divinité, abdicare, judicare: dire le droit.

Prêcher: praedicare, preechier, sermons (serments, sert-ment), dire en public, vindicare, venger.

Dédicace: consécration d’une église, d’un livre. Dictée, dictatorial: sur le modèle de sénateur. Conditionner: soumettre à ses conditions (d’esclavage). Mais issu du grec: Police (d’assurance), contrat, certificat, polizza, aussi Syndic (syndicat de la mafia), juré, échevin, mandataire d’intérêts commun, procès-verbal. Syndiquer: demander des comptes, etc…Sénat, c’est Scène-acter…

Forge:

Le chemin du Swordsmith ou Wordsmith: Le Forgeron, et oui, nous aussi on a le droit de falsifier jouer avec les mots, carte, tarot ou rota-t, black jack, jeu de loi, domino(er), e-chèque: La métallurgie des Mots forts gèrent la méthode (métaux-d’œufs) démo:

Lire la (1) définition du mot, ses origines ou son (2) étymologie, sa (3) phonétique (phénicien, le son, télé-phone) ou « C » et « C’est » « Essai » et « Ses » et « Sait » etc… guerre et guérir et gai rire, « O » et « Eau » et « Oh » et « Au » (Or) et « haut » et « os »; (4) couper les mots, c’est la c-roi-x et la ban-ni-ère, et pas forcement comme l’étymologie le fait; (5) mélanger, la cuicuisine, mélanger les langues, les sens, ‘homme’ est ‘ohm’: la résistance et ‘home’ est ‘maison’ en anglais, ou ‘OM’… un bon mélangeur est le wikitionaire, du bon matos: rhotacisme, boustrophédon, anagramme, métonymie, etc. (6) distribuer et/ou lancer les dés ou lent c’est l’aider, changer la vitesse de la diction et de l’écriture, la modulation, la vibration. (7) intuition.

En passant, « jeu », en anglais est « game » qui est « gibier » pas loin de « gibet » de potence, donc jouer (competition), c’est chasser le gibier, qui n’est, ni plus ni moins, que le terrain de chasse du maître des lieux et du jeu (chasse à Cour), donc du bétail laisser en liberté, et « j’eu » n’est pas « être » mais « avoir été » et donc « ne plus être« ; et « j(e)u » et le j(e)us du j(e)ustinien de cash cash des mo(r)ts; mais pas le j(e)(s)us du « Je suis », l’Être, l’Âtre qui met le (j)feu à l’Avoir, nous sommes toujours dans la pièce de T-Âtre, dans l’en(v)fer du décor(p).

————————

Latin de cuisine: langue ‘glosée’,  Dans « Les aventures de Robert Fortune en Chine » sur Arte: les chinois ont quatre classes sociales: la plus haute « les lettrés », puis les artisans, ensuite la plus basse: les commerçants, certainement très riches, mais parce que dans le Confucianisme, le commerce c’est exploité les gens et cela est très mal vue, ni plus ni moins que de l’esclavagisme, et finalement la sous-classe, les paysans sans-terre et les citadins qui travaillent avec leurs mains, les esclaves, des hommes de mains; et les cuisiniers étaient des hommes de main…A l’Époque, les commerçants circulaient comme en Thaïlande et partout en Asie et En Europe par les voies fluviales, et maritimes, d’où l’importance pour Romley des lois maritimes…

Patronne de restaurant cherche cuisinier pour passer à la casserole

C’est donc la langue des illettrés, langue du serpent, langue morte appartenant au VATICAN et à l’Empire Romain, langue de l’Administration (Civilis) (donc de la guerre et de l’esclavagisme, de la Domination sur une cité, un pays, une région, etc…) avec des règles, le code Justinien (Jus), le code du Juste lol? bien au contraire!!! le code du Faux, des faussaires, des fossoyeurs, le langage des Morts (Corpus). La langue de bois, de chêne, des chaînes…des enchaînés, la langue des esclavagistes lettrés (ou très laid!).

Un mélange de sigles, de symboles, d’images qui avec un mélange de règles de grammaire et d’orthographe différentes, impôt-se une recette bien a(i)mer et in-digestible,  un tout bien cuicuisiné par les Arnaqueurs et Trompeurs, la pyramide des maîtres: administrateurs de l’État et des Corporations, puis l’Échelle de la noblesse, des riches, et des Rois, mais qui sont toujours dominés par Dieu, l’Église Cacatholique, les alcoolique du Pouvoir caca de l’Esclavagisme, le VATICANCAN qui nous fait danser comme le fou sur les braises du Bûcher (bois) où préside la Croix, le Christ. On l’a vu, Christos, le vrai centre à la croisée Maître-Esclave, notre propre pouvoir tout puissant (G.O.D.) sur l’Existence, l’affranchissement de l’Esclavagisme. La trinité de l’Affranchi…(voir plus bas)

Une petite pensée pour Corinne Gouget (voir articles) qui avec son petit livre, des additifs alimentaires, nous donnait un Glossaire, elle nous apprenait le Latin de cuisine des Industrielles (Corporations), on pouvait en déchiffrer et lire ses codes (E620, etc..), ceux du Codex Alimentarus: le recueil/registre des recettes de leur guerre chimique (la sacro-sainte sécurité  sanitaire). La langue des poisons et des potions des SORCIERS-CUISINIERS de l’Agro-ali-menteur…

debased
définition de « base » en anglais.

« Dog Latin« , en anglais donc, l’équivalent du latin de cuisine, « debased: alloyed, counterfeit of inferior quality, devoid of honour, ignoble, base currency held by villein or other ignoble service, illegitimate« , an obsolete spelling of, old french bas, latin bassus: contrefait, de qualité inférieur, sans honneur, ignoble, monnaie courante détenue par un Vilain ou tout autre service ignoble!!! LES BANQUES! « Un orthographe obsolète, vieux français, latin bas ».

Latin de cuisine: langue debasée, langue-base: langue constituant la base, la souche d’une autre langue. le LATIN-GLOSÉ prend des traits d’union d’après le dictionnaire Black’s Law et la définition du langage des signes, langage illustratif de symboles, de signes, d’image, de hiéroglyphes, un langage de singe. Faire des singerie, c’est être fou. On ne peut donc pas comprendre cette langue. Dé-conjuguer la base, c’est perdre la grammaire. Perdre le sens, perdre le nord.

Exemple de Glose, on voit bien qu’il y a plus de Glose que de Texte!

C’est aussi la GLOSE, le langage du Glossa-ire, utilisé par les Glossateurs, et des Postglossateurs analysant les textes du Corpus Juris Civilis. C’est pour cela que Romley explique ce terme et pourquoi la chaîne du tube est nommée la Chaîne de la Glose. La langue du Serpent.

11-147b
Définition du Chicago Manual of Styles, article 11:147

Alors TOUT MAJUSCULE ou TOUT CAPITAL? car TOUT CAPITALISME serait un peu plus approprié! Car le registre des COMPTES des NOMS est le CAPITAL de toutes ces CORPORATIONS, entreprises, sociétés, banques et états.

L’Usage des Majuscules en Français. La différence entre Capitale et Majuscule. L’emploi des traits d’unions.

Les règles Majuscule/Minuscule.

Les accents sur les capitales

Dans la mesure où les claviers des appareils permettent d’obtenir des majuscules accentuées, il faut placer tous les accents et les signes diacritiques sur les capitales, sauf pour les sigles et les acronymes lorsqu’ils sont écrits en capitales.

L’accentuation des Majuscule par l’Académie française.

L’Usage des Majuscules en Français. La différence entre Capitale et Majuscule. L’emploi des traits d’unions.

LES FILS LEGITIMES DE LOUIS XIV. Ici, l’ambiguïté est grave, puisque le sens de la phrase peut s’en trouver radicalement changé : les fils légitimes sont justement le complet opposé des fils légitimés

Les règles Majuscule/Minuscule.

Les accents sur les capitales

Dans la mesure où les claviers des appareils permettent d’obtenir des majuscules accentuées, il faut placer tous les accents et les signes diacritiques sur les capitales, sauf pour les sigles et les acronymes lorsqu’ils sont écrits en capitales.

Introduction
«… Donner aux mots une importance qu’ils n’ont pas, les monter en épingle
en les affublant avec emphase de lettres capitales imprévues,
c’est ignorer que la majuscule n’a d’effet que si on en
use discrètement; l’employer sans distinction
revient à souligner tous les mots,
c’est-à-dire n’en souligner aucun. »

«L’abus des majuscules — dénommé par d’aucuns majusculite
trahit le gout de l’hyperbole prétentieuse, un certain snobisme
de l’effet. Psychologiquement, on peut y voir une marque
d’obséquiosité; le commerçant croit flatter le client
en le décorant d’une capitale, et le subalterne
s’humilie de la même manière
devant son supérieur.»

De l’emploi de la majuscule, Fichier français de Berne (Suisse), 1973.

TOUT MAJUSCULE ou TOUT CAPITALISME, finalement voir l’article sur le Bon Usage pour les aficionados de la langue et les détails; mais sans avoir encore tous les détails, cela résume les recherches de Romley & Co, qu’un texte écrit en tout-capital n’est pas légitime, et ne respecte pas les règles grammaire/orthographe de la langue française, pour le comprendre à l’écrit en tout cas, même si cela est trompeur. Il est écrit dans la constitution de 1958 que le français est la langue officielle

La bataille finale:

On ne peut donc pas comprendre, ni lire un texte tout-capital car il n’est qu’une succession de SIGLES nécessitant une explication de texte (un glossateur ou glossaire). Les glossateurs étaient des jésuites, cette épidémie de Majusculite n’est donc qu’une Jésuite, une inflammation de Jésus, Je suis X, le Christ, je suis né sous X (sur les registres), sous la bannière et le bagne, le sigle, la signature, l’image de la Croix, la croisée de la Trinité Maître-Esclave (à la croisée et aux croisades); et Affranchi (est son centre), le vrai pouvoir, l’eXistence; bien au-delà de la (petite) vie d’homme (mort) vivant du faux D.I.E.U (le VATICAN, le pouvoir, l’esclavagiste, tous nos maîtres); mais de notre Liberté, le vrai D.I.E.U (notre propre pouvoir).

Le Chrétien (crétin): tiens la croix, c’est une encoche sur le bois (papier), c’est encodé; caché et occulté; alors X devient introuvable (comme en Math), c’est l’inconnue (comme le soldat): la PERSONNE! Codée par le code Justinien (un numéro de registre maintenant). Le codage PERSONNE remplace le Prénom Chrétien. On est en faite toujours en Administration donc en Guerre. Entre guerre et guér(r)ir, il n’y a que le « i » de la Paix, la Paie, le paie-encore du Païen, opposé au Xtien, c’est faire campagne (comme les politiques, la guerre de pouvoir) contre les Pays (paie-i), le « i », illumine et met en lumière le « X », la croix sur le plan de bataille. Mais le « i » se confond avec le « p »: « p » a « i » « x » pour former le Chrisme XP, (en voir la représentation ci-dessous) P est l’axis mundi, l’axe du monde et X, le centre, entre l’alpha et l’oméga.

Les jésuites sont donc des COMPTEURS d’histoire, du coté obscure, les glossateurs et faussaires de la bible et de l’histoire, ils ont utilisé ce pouvoir des « lettrés » pour tromper les « i »lettrés, car luc’i’fer (lu cypher, lire les codes, déchiffrer) est aussi le (rat)porteur de lumière, l’éclaireur, l’éclaircisseur de la connaissance, en l’occurrence, la naissance du con, sous X. Les traducteurs du Glossa mettent la lumière sur des textes obscures, mais les jésuites, les maquillent! (Rohan décrit Lucifer comme ‘lieu-cipher‘, au lieu d’être écrit en anglais, cela est codé). (voir Lucifer plus bas)

Ils traduisent dans une langue faussaire et imaginaire, une langue qui n’a pas qu’un faux air (glossa) d’esclavagisme, car elle nous mets sous « X », les Maîtres des X ou la c-roi-x, croire. Le « glossy paper » en anglais, ou le papier brillant, avec une couche brillante lumineuse, qui éclaire le papier, apparaît comme le cheval (de bataille) de Troie d’une guerre subtile, cachée, et occulte. Non plus des textes « sacrés » mais plutôt des textes « sacrifiant »!

Et cette langue imaginaire, comme dans tous contes (comptes), peut faire des miracles et même ressusciter les morts par l’affranchissement (voir l’histoire de la résurrection de Kate MIDDLETON), l’Affranchi (franc = être droit), le vrai(ment) ‘Etre’ Droit, être de plein droit= « Naturalis« : barbare, inculte (sans culte, sans religion) et naturel; anarchiste (sans système politique) libre de tout, et libre de tout D.I.E.U. Dieu est l’affranchi, celui qui ne paye plus cette dette imaginaire et fictive (de guerre), sortie(lèg(u)e) tout droit d’outre-tombe, des comptes de Gri-gri-mots…(maux)…R.I.P: le « Rest in Peace » ou Repose en Paix (Pacte) des tombes. Le vrai affranchi trouvera la Paix en lâchant (lâche) la guerre mais pour cela il faudra beaucoup de cou-rage.

Affranchi

Mais l’Affranchi est un mot de transition vers l’Homme:

Car un Esclave affranchi reste un Esclave Citoyen!

« Dans la Rome antique, un affranchi ( (la) libertus ou libertinus) est un esclave qui a été affranchi par son maître par une procédure appelée manu missio ou manumission. Il devient un homme presque libre, il reste client : il n’a pas tous les droits de l’homme libre comme le précise le statut dans le système légal romain (en). Les enfants seront des hommes libres à part entière. L’esclavage est donc tempéré par l’affranchissement : celui-ci est une étape intermédiaire entre l’esclavage et la liberté (libertus). »

« Les esclaves ruraux, la familia rustica. Il y a une grande différence entre le sort de l’esclave qui travaille dans une petite propriété ou dans une exploitation moyenne et celui de l’esclave attaché à un grand domaine.

À une époque ancienne, le petit agriculteur possède peu d’esclaves, parfois même un ou deux seulement, qui lui suffisent à cultiver sa terre. Le maître demeurait proche de l’esclave. Maîtres et esclaves travaillaient côte à côte et leurs vies présentaient, dans leur rudesse, bien des traits communs (Juvénal, Satires). » (cela ne vous rappelle rien? Patron/ouvrier-employé?)

« En droit romain, était un latin junien, en vertu de la lex Iunia Norbana (vers 17 av. J.-C.), l’esclave n’ayant pas été affranchi dans les formes solennelles du ius civile ou ayant reçu la liberté d’un propriétaire bonitaire. » (Juste pour faire voir que Iunia, peut se lire lunia donc lune…)

Esclavage dans la Rome Antique

L’affranchissement est un peu comme si vous demissioniez de votre boulot, un temps de liberté mais toujours citoyen…

« On devenait esclave pour dettes, en tant que prisonnier de guerre, à la suite d’un acte de piraterie, par déchéance civique, par traîtrise, en raison d’une mauvaise conduite ou encore en étant un enfant d’esclave. Un enfant abandonné et recueilli pouvait également devenir esclave. Contrairement à l’esclavage en Grèce antique, où le statut d’esclave pouvait être considéré, par exemple chez Aristote, comme celui du ressortissant d’une espèce de droit naturel (certains hommes étant considérés comme esclaves), l’esclavage à Rome était considéré comme l’effet d’une institution juridique et d’un fait empirique (conquête, naissance d’un esclave, etc.). »

« l’esclave public (servus publicus) appartient à l’« État » (la cité ou Rome). Il assure les tâches d’intérêt général, et travaille pour les services municipaux : là encore, les situations sont contrastées selon que l’on est affecté à la voirie, au service des bâtiments publics, ou au contraire aux tâches administratives. »

« Les révoltes d’esclaves de la Rome républicaine sont qualifiées de guerres serviles ou révoltes ancillaires.« 

« Un Romain de la République peut devenir esclave pour dettes : c’est le nexum. » (Avis a ceux qui lisent le magazine « Nexus« …)

fers d’esclave romain

 

Des esclaves servant du vin, on remarque leur amulette contre le mauvais oeil (ça doit pas marcher! Article a venir mais voir celui-ci)

 

Les prêtresses de Circé s’y livraient à un rituel d’affranchissement des esclaves dont nous connaissons certains détails. On faisait asseoir l’esclave sur une pierre, dans le temple ; on lui couvrait la tête du bonnet de laine appelé pileus en latin, et l’on prononçait la formule : « Bene meriti servi sedeant, surgant liberi », Qu’ils s’assoient en esclaves méritants et se lèvent en hommes libres. Le Bonnet Phyrgien, voir le symbolisme français, Plaute qui fait dire à l’esclave Sosie : « Aujourd’hui, chauve et le crâne tondu, je coiffe le bonnet d’affranchi »

L’auteur de l’Odyssée semble ainsi se référer à un cérémonial d’affranchissement d’esclaves, sortant de la dégradante condition servile, pour se redresser, « plus beaux et plus grands », καλλίονες καὶ μείζονες dans leur condition d’hommes libres. L’ethnologie est riche d’innombrables cas analogues de rencontres entre populations indigènes et explorateurs.

Libre/Liberté:

Qu’est-ce que la liberté? Est-ce un synonyme d’être libre? Ou d’avoir des libertés?

Jordan Maxwell, défini la Statue de la Liberté, Liberty en anglais comme n’étant pas pareil que « Freedom« , être libre, voir gratuit car « free » est « gratuit ». Liberté, serait avoir des libertés, qui sont « données » ou plutôt autorisées par le Capitaine d’un Bateau/Navire/Vaisseau, il a quartier libre…il a une permission (Comme pour l’Armée, mais il doit revenir sinon c’est la cour martial (mer-ciel)), on note l’utilisation du verbe « avoir » à l’opposé du verbe « être« … il a quartier libre mais n’est pas libre… soumis (sous-maître) à des conditions (esclavage consenti, contrat, contre rémunération donc prostitution, commerce, c’est pareil)…

Liberté et Libre, viennent tous deux de liber… livre… qui donne aussi libérer, délibérer (délit-béret), délivrer (libérer de la prison) ou livrer un produit (par la Poste). Libra en anglais est le signe de la Balance (donc de la justice)… on a aussi la mesure « la livre » qui est aussi la devise anglaise, de la city de Londres. Donc quand on a des libertés c’est donc qu’on n’est pas libre, on a des obligations et devoirs en dehors de ces libertés.

Donc en ce qui concerne la liberté, il ne faut pas l’avoir (propriété, esclavage, on ne peut être propriétaire de rien, quand ultimement tout ‘appartient’ à tous, dans la jouissance et l’utilisation uniquement, mais il faut l’être… donc tant qu’on n’incarne pas vraiment d’être la liberté (la vraie Statut, le sien, le notre, le votre), alors on sera toujours a la recherche de l’avoir, de s’avoir (savoir), cela passe par l’information en effet, car les barrières mentales sont nombreuses…

La peur ralentit l’énergie et lui donne forme, sous forme physique et matérielle, l’énergie devient matière, ralentit et figée par la peur… c’est pour cela qu’on A peur, alors qu’il faudrait ETRE la peur pour s’en A-ffranchir. L’A en forme de PyrAmide! Et son Œil.

Le marin n’est pas libre, car il est assujetti à la loi de mer, ses vagues, ses vents, ses courants, ses pirates, etc… on ne peut ramer (armer) plus vite que son ombre alors qu’un terrien (qu’il soit t’es rien ou qu’il erre, car bien sûr il est rien car il n’a rien, 3 fois rien, ter-rien, il faut a tes rires), lui, peut être libre de choisir avec sa propre responsabilité et avec ses jambes de fuir/courir, se battre ou être immobile (le silence qui consent)…

Libre: du latin liber (« libre », « sans entrave », « indépendant »).

Ou on pourrait la définir autrement, par l’extérieur, on veut simplement être libre d’être et de suivre notre volonté propre, sans entraves, sans restrictions, de pouvoir juste vivre spontanément dans l’instant de notre instinct, inspirations et envies, dans la créativité et donc dans l’âme-our et pas dans la peur. Bref, les philosophes ont eu le temps d’en discuter depuis des millénaires mais il semble que cela soit une fiction, alors qu’on sait que c’est la réalité, et pourtant la réalité est la fiction! D’OH!

(voir la définition dans l’article « le Trésor français a été vioilé« )

CHAPITRE Ier De la liberté par Épictète

En anglais (Aventine Triad, antithèse de la Triade Capitoline), il y a une trilogie ou trinité de Cérès, Liber et Libera. Elle est liée au culte de Dionysos et Baccus pour Liber, Cérès (Déméter et l’abondance) c’est les céréales (ergot de seigle?) donc cela a l’air d’être une espèce de libération par l’alcool et les drogues car Proserpine est Circé donc une sorcière utilisant l’Atropine! Le pain, le vin et le boursin (bourre seins) en gros! Aussi Ariane, dédiée à Libera triformis, il s’agit évidemment d’Hécate.

Emploi, Employé: Littéralement décéder!

De employer, ployer…

Du latin implicāre (« impliquer »).

Fléchir, plier sous le poids, (dé)céder, se courber. de plectopunir, châtier, ((Verbe 1) Apparenté au grec ancien πλήσσω ou πλήττω, plếssô, plếttô (« frapper ») → voir plangoÊtre battu, subir une défaite. Battre la monnaie. De l’indo-européen commun *plak [1] (« battre ») « se frapper la poitrine en signe de douleur et de deuil » vers « pleurer ». Pleurer, déplorer, se désoler, se lamenter, gémir.

Donc c’est pas bien mieux que le Tripalium du Travail!

En anglais, « to employ » et « ploy » est le stratagème, la ruse, un coup monté. L’emploi ou du travail est « employment » donc « la ruse qui ment ».

Tatouage: Marque d’esclave (marque les esclaves, les animaux, les prisonniers), appartenance à une tribu, un clan (Yakuza) donc soumis à des coutumes: conditions ou lois ou devoirs… Étymologie = 3, la trinité, de « ta » famille donc appartenance, possessif, propriété, du latin « tua« … « tuu« , ton maître en possession de toi… donc « tuer« ,  de l’ancien français au sens de « frapper, assommer », issu du bas latin tutare « éteindre (un feu), étouffer », altération du latin tutari (« protéger, garantir de »). Le plus populaire, le papillon? C’était en effet ce motif qu’on tatouait sur les prisonniers, vous rappelez-vous le film avec Steve McQueen? Papillon… Alors avant d’utiliser un symbole… Peut-être faudrait-il se bien-former pour éviter de se con-former… (voir article santé tatouage)

définition de « branding » en anglais, donc les marques, le marketing, the mark, market, marché, mar, la mer!

« D« , du grec « Delta« : Δ est la marque qui montre ou affirme la propriété de quelque chose, donc l’esclavage (voir en anglais, la super conférence sur le puçage électronique). Les grecs marquaient les esclavages avec Delta, « doúlos » donc avec la lettre bas de casse delta: « δ »: « δούλος » qui veut dire esclave (signifie aussi « porte » et « vulve »). La Pyramide?!

Voter, Voler, Volt: (voir article)

De voveo: charger d’offrande. Et votum: promesse aux dieux. Prière…prier pour que vous soyez élu? lol! Que votre vœu soit exhaussé, en gros c’est comme jouer au loto…

Votum (Gaffiot): invoquer les dieux par offrande, sacrifices promis. Dévouer donc servir. Promettre…la mettre comme un pro 🙂 Donc voilà, symboliquement « voter » est un rituel démonique, c’est pour cela qu’on vote dans une démo(n)cratie…avec la crate d’électeur…lecteur: lire « El »…ite, etc…

Promesse:

Acte de promettre, engagement à terme…donc contracter…voter c’est contracter…c’est vénérer les dieux occultes et les servir en (se) sacrifiant pour eux.

Les gens qui voltent pendant les élect(ric)ion au bureau de volt, on va volter à la borne pour le plus ou le moins, pour une batterie de candidats au départ, puis pour deux candidats à la fin,  afin de mettre en charge, un pôle-iticien au Pouvoir, c’est pour cela qu’il faut qu’ils apparaissent brancher, et celui qui reçoit le plus de volts est, celui qui va exercer la puissance, et faire rayonner la lumière de la France, et régler les af-faires courant-es, pourtant eux ne sont pas des lumières! La puissance est fonction de la po(pu)larité.

Vous voltez dans l’Urne (anciennement des piles, lu(r)ne culte de la nuit/mort) votre mort déjà annoncée, c’est le Marre-dit des-cendres!

La pole-hisse est là pour éteindre la ré-volt-e au cas où la pôle-éthique soit négative et que la population disjoncte, elle l’arrête, elle vous rend ainsi un peu plus poli(ce), elle rechargera ainsi ses accus-ations et vous ne couperait pas au Circuit de la Cour. La Cour(circuite) est la batterie de juges sont là pour vous mettre à (la) terre, KO Ω, remettre les compteurs (en banque) à zéro, on va vous rechargez (faire payer) en cellule car vous êtes borné (mort-né), le Tribunal est le Terminal d’arrivée où on vous débranche de la prise de la police.

Et pour votre Audio-ence, On essayera de vous faire signer (+ ou -) une décharge, et vous serait coupable, et on vous mettra à l’ombre, au trou, mise à la terre, mis à pied, mise en boite, prêt pour une remise en Cellule de pri(x)son, au frais, le temps de vous décharger complètement de votre sentence (en tension), ainsi l’Ohm-me que vous êtes, la résistance rabaisser à zéro aura la peau-lisse, maintenant vous ferez bien at-tension pour que le temp-era-ment (défaut de température) ne surchauffe pas et ne fasse pas brûler les (de-)gaines des fusi-bles des pôle-iciers pour qu’il n’est pas l’excuse de vous charger de nouveau. Le sur-veillant, sur-veille, la mise en veille. Retour au pôle-emploi.

Enfin, j’espère pour vous que vous êtes au courant?

Nirvana: l’être s’est définitivement affranchi de la mort! (la MORT) d’après Dante, le paradis terrestre est situé à l’opposé de Jérusalem, salem la ville des sorcières et autres brigands et commerçants d’esclaves.

Grantor Of Dominion: ou G.O.D. donc en anglais Dieu. Celui qui accorde (contrat) la Domination. Le Concédant de pouvoir  d’après le dico de traduction juridique. Donc le donneur de pouvoir, mais dans les deux sens, celui qui le donne vers le bas et vers le haut, le dominant qui octroie un petit pouvoir, et le dominé qui donne son pouvoir à un maître, sous contrat consenti d’esclavage. (voir plus bas: signification D.I.E.U.). Dominer est une position avantageuse lors de la bataille, elle permet de maîtriser…

Sort: Sortie, sortir. Sortilegus (lire). Sorcier: gloses de Reichenau, sous la forme légèrement latinisée sorcerius : latin vulgaire sortiarius. Ensorceler, jeter un sort. Tirage au sort. Ressort: juridique: recours à une  juridiction supérieur…

Un sortilège donc peut bien être mau(x)dire et mots dire dans une langue glosée que le non-initié ne comprend pas, le juge ne serait-il pas un sorcier de (i)magie noire occulte. Ne serait-on pas ensorcelé par nos document officiel, la carte d’identité ne serait-elle pas qu’une poupée vaudou? Un consort (le prince consort) est un complice…et un consortium est une association d’entreprises, complices?! (la mafia), une association de malfaiteurs (mal-faisant). Quel sort(ilège) nous réserve-t-elle?

C’est du latin de cuisine car on cuisine un mélange d’images, une cuicuisson faite d’une recette de maux latin, il a teint les mots, les cuisine, les noircis, les assombris, les occulte…par la teinture de la glotta, le glossa, la langue de serpent et de vipère qu’il ajoute à la soupe du chaudron magique. Et on peut dériver les autres mots, chaudron, mafia, maudire qui se retrouvent dans les autres articles.

Sire: senex:  nuance de respect et politesse. vieillard, sénateur, plus vieux. soldat de réserve. senis: six et sexe.

Seigneur, appellation pour les rois. (lang. oiseaux) Le saigneur. Mon seigneur, mon dieu, mon roi, mon propriétaire et maître car j’en suis un sujet donc assujetti. L’élève n’est-il pas à la merci du maître? Celui qui lui donnera le jugement dernier sur sa copie, sa sentence (senex donc très vieille, très longtemps). Le Seigneur a le droit de vie et de mort sur ses sujets, (son sang). Dieu, dei: i.e.d: je suis divin. Roi, rei: i.e.r: je suis royal.

Messire, Monsieur réservé à de grands personnages (donc Personne en faite!). Seigneur, appliquée au suzerain par le Vassal, il doit respect à son supérieur, afin de lui montrer son Dominus, sa Domination supérieur, duquel dérive Dame (Madame). Sénateur et Sénat, encore des gens supérieur.

Dame: de la racine dem, du grec despotes, maître (maîtresse) de la maison, le Despote! Le maître et la maîtresse des Écoles deviennent soudainement des Despotes, des Dictateurs…Dominus, domina, domna « le maître », dominatio: « souveraineté » et « pouvoir absolu » (Dominion, Domination). Dominio: « droit à la propriété« . Dame, femme noble, d’un certain niveau social. Madame. Damier donc les échecs! Jeu royal de bataille sur le grand échiquier (Chèque). Damer le pion. Vidame, lieutenant d’un seigneur donc un titre de guerre. Dame ! un juron (utiliser aussi en anglais! Damn!) Demoiselle, Mademoiselle. Dans dame on retrouve Dimanche, le jour des seigneurs. Domaine, Dominical. Donjon. Danger (pouvoir, domination). Être en danger et donc être sous domination de pouvoir. Domestique, domestiquer, Domicilier, domicile, Dominateur, Domino. Despote=pouvoir. Don. Dom. Prima donna. Madone…

notre-damn

Échec: eschac, eschec: « butin » (fr: skak et person: shah=roi, shah mat, le roi est mort donc Échec et mat, en fait, ‘mat’ c’est ‘Maat’: la déesse de la Justice, donc en faite on tue la Reine, le principe féminin…et alternativement la vraie Justice!). Échiquier, chancelier de l’Échiquier= « ministre des Finances!!!! ». Déchiqueter, Chèque d’après exchequer bill « billet du Trésor » et de check « contrôle » donc « faire échec ». Check: faire une croix. C’est la police, la police du Trésor et des BANQUES. Trésor, tropare: trouver, tropae: trophée, victoire, triomphe, tropa, révolution céleste. A noter que le Trésor publique est une agence donc privatisée…

Roi: reg- « diriger en droite ligne », regis, regulus, regina « reine », regnum, « royaume, règne ».  Regula, règle de conduite, bas latin « canonique ». Le canon des bâtisseurs. Le canon des militaires. La chaire à canon pour le commandement supérieur.

Frontières, région, province. Rectio, rector, redresser, reformer, corriger, mettre debout, dresse. sugere. resurgere « se relever » en bas latin « ressusciter ». Résurgence de la source. Roi est aussi Source donc Sorcier. Éditeur des Édits, des règles, des lois, des sortilèges, le maître absolu. Il a même le pouvoir de ressusciter les morts! Voir l’histoire de l’anoblissement de la Princesse MIDDLETON.

Famille de Directus: le Droit, les Droits. Redressement (fiscal). Famille de surgere: Source, Ressource (humaine), Sourcier (Sorcier en lang. oiseaux). Rigole: regel. Accort: engageant, avisé, donc Accord et Contrat. Alerte, vigilant donc vigile, gardien, police, sécurité. Escorte donc escorte (pute), garde, milice, gang, mafia, militaire, armée. Règlement, régulation, Régir, Régent, Régime, corriger, insurger, correctionnel, directive, directeur, direction, dirigeant, rectorat, etc…

Rex (king), R. I., Rex Imperator or ImperatrixSignum manus (aussi le Chrismon), le Christos! Chi Rho monogramme (cypher ou code) ou Chrisme (l’alpha et l’oméga), symbole des mérovingiens. Symbolise la victoire triomphante sur la mort, la résurrection. La croix du Christ, porter la croix, c’est le bagne!

Chrisme ou Christos, l'alpha et l'oméga...
Chrisme ou Christos, l’alpha et l’oméga…la paix
Christos, signature, signe de croix, sceau royal
Christos, signature, signe de croix, sceau royal…la guerre
sceau royal anglais Elizabeth II Regina (Rex, Reine)
sceau royal anglais Elizabeth II Regina (Rex, Reine).

Apocalypse 1:8

Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant.

Ego sum Alpha et Omega, principium et finis, dicit Dominus Deus, qui est et qui erat et qui venturus est Omnipotens.

Nouveau Testament Apocalypse 21:6

Tout est réalisé désormais. Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. Moi; je donnerai gratuitement à celui qui a soif l’eau de la source de vie (…).

Apocalypse 22:13

Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

la Trinité chrétienne est présentée comme étant l’Alpha et l’Oméga.

Le sceau de la Reine d’Angleterre: Elizabeth: Élisabeth est un prénom féminin d’origine hébraïque, Elisheva (Élischeva ou Élischeva ou Élisabeth) Eli signifie « mon Dieu ». Sheva peut signifier « serment » ou « subsistance ». (Sheva signifie aussi « Sept » (pour la Perfection) en hébreu). Le nom Elisheva peut donc à la fois signifier « Mon Dieu est mon serment » (Je jure par mon Dieu) et « Mon Dieu est ma subsistance ». (serment, serf, serpent…)

Code: Coche, Codex, caudex, tronc d’arbre, donc planche à écrire, livre, livre de comptes, recueil de lois. passage de coche=baguette à encocher. Donc encoder! Coder le langage pour le latin de cuisine avec la baguette i-magique du code et des mots…Codifier, le glossa décode. Codex: recueil officiel de recettes pharmaceutiques! Si cela n’est pas de l’alchimie et de la sorcellerie!!! Décoder, c’est comprendre, c’est s’affranchir du Code et devenir Libre.

Le code de César…!!! De la cryptographie, déchiffrer, chiffre, crypte, cryptique, incompréhensible, ‘Chry(i)st’…la Crypte, la tombe, la mort, par le ‘X’, la marque de la bêteLe code des templiers.

Civil: Cité: citoyen, ville. Civique: à propos de la couronne civique, en feuilles de chêne, décernée chez les Romains à celui qui dans une bataille (à la guerre), avait sauvé la vie à un citoyen. Par la suite opposé à militaire (occulté plutôt!). Civilis: civilis victoria: la guerre civile. Jus civil: droit commun à tous les citoyens d’une cité, opposé au jus naturalis, donc opposé au droit naturel!!!

Social: la Racine « Socio » (trésors des racines latines), vient d’associé donc un contrat!  -Cide: de caedere: frapper, couper, tuerSe rattache à caed (cae, caes, cid, cis) donc caes ar et tuer vers… Tuer vient aussi de tutare, qui un temps fut protéger, soigner…

On rentre dans le corpus jus, et le code Justinien, le corpus iuris (=juris) civilis, le jus cogens: le droit Romain: contraindre, donc cela a un petit goût de « forcer », ensemble de règles de droit international (on est pas loin de l’UNIDROIT) mais pas tout à fait le droit commun international, pourtant elle définit un droit naturel, mais la corruption ici est encore dans le texte car cela n’est vraiment que la privatisation du Naturel. Le gaffiot précise: Droit Civil=Droit Privé. Donc la propriété n’est bien, pas Naturelle, Naturalis…Traité ou constitution?

On oppose souvent les traités, et plus généralement les contrats, aux Constitutions. Les premiers sont des actes juridiques traduisant une logique « horizontale »(mais entre riches corporations ou « rois » et « maîtres ») : les sujets de droit sont juridiquement égaux lorsqu’ils contractent. Les secondes suivent une logique « verticale », puisque les citoyens ne font qu’approuver ou non une Constitution qui leur a été donnée par une autorité hiérarchiquement supérieure.

D’ailleurs, le vocabulaire juridique est le même tant pour les traités, les conventions et les contrats, qui sont conclus, que pour les Constitutions et tous les autres actes de nature législative ou réglementaire, qui sont légiférés, décrétés, arrêtés…

Étant de nature contractuelle, le traité peut en principe comporter n’importe quelle clause, d’autant plus que les principaux contractants sont les États souverains. Le droit de certains pays impose cependant que les traités respectent les dispositions de la constitution. Dans ce cas, les traités ont une valeur infra-constitutionnelle et supra-législative dans la hiérarchie des normes.

Il existe cependant des accords internationaux qui encadrent la conclusion d’autres traités, le plus connu étant la convention de Vienne de 1969, ou « traité des traités ».

Légiférer, c’est mettre (maître) les fers (faire) de la Loi! Enchainé!

Traitée international et constitution française, Maastricht…et aussi Le jus sanguinis

Civilisation: opposé à la barbarie et à état de nature…eh beh alors que le civil est l’art de la Guerre, c’est cela qui est barbare et pas la Nature! En faite, barbare veut dire brave (on est dans l’inversion Orwelienne), barbarus, barbaros: bredouillement, brabus: sauvage. Valeureux, la nature a de la valeur, la seule valeur! Bravoure, Bravo, appliqué aux population musulmane méditerranéenne.  Homme de bien, donc une homme bien et qui a des biens naturels.

barbare: de pays étranger, traduire en langue barbare (=en latin), grossier, parler en faisant des fautes (donc ne pas savoir parler le latin de cuisine). barbari: pour les grecs, les romains/latins, tous les peuples sauf grec et romains, inculte (donc de Nature). barbaria: pays barbare: pour les grecs, l’Italie. Pays étranger, pays en dehors de la Grèce et l’Italie (romain), manque de culture, sauvage. Barbarizo, parler comme un barbare, incorrect (en latin de cuisine?!).

Citer: mouvement, agiter,  mouvoir, convoquer, citer en justice, invoquer le témoignage, mentionner, donc dire (maudire), inciter, forcer à dire, provoquer, exciter, réciter=recitare=faire l’appel des noms cités devant le tribunal, suscitare=faire lever. Cinétique, Cinéma, etc…

Signature: Signe: Seing (lang. ois: sang)

On vous a dit de signer votre passeport et votre carte d’identité, votre permis de conduire, etc…vous signez d’un signe, une signature, un contrat écrit en langue des signes donc tout est bon. Mais pourquoi ? Parce que vous êtes obligés ?!

La signature peut également être le révélateur d’une maladie ou d’un acte (parfois criminel) commis par un individu, dans le sens où elle permet de clairement d’identifier la maladie, ou l’auteur de l’acte en question.

Au Moyen Âge, les lettrés comme les illettrés peuvent apposer un seing (du latin signum) sur des contrats, de la correspondance. Souvent ce ne sont que des croix autographes, mais ces seings peuvent aussi être un monogramme, des paraphes mis au bout de la signature (initiales ou toutes autre symbolique permettant une double authentification), des maximes, un seing manuel royal(en), voire la marque des armoiries autogaphes ou créées par des sceaux et cachets, en fait tout motif symbolique peut être représenté. Ces seings sont parfois suivis de la mention signum suivie du nom, ce dernier étant progressivement intégré au motif à partir du xiiie siècle.

Henri II, dans son ordonnance de Fontainebleau en 1554, rend la signature obligatoire chez les notaires : le seing du notaire se substitue progressivement à la signature des différentes parties, son seing par le nom (signum nominis, appelé aussi petit seing, consistant à écrire son nom accompagné de quelques traits de plume) devenant l’ancêtre de la signature moderne.

Un graveur signe les pièces de monnaies ou les billets de banque, en entier, en abrégé, en initiale ou par un symbole. La signature n’apparaît qu’au xviie siècle sur les monnaies.

Il existe maintenant des systèmes (machines à signer) permettant de reproduire mécaniquement la signature d’une personne. Ils sont notamment utilisés par les personnes qui doivent signer de grandes quantités de documents, comme des célébrités, des chefs d’États ou des dirigeants d’entreprises.

Signer un pacte avec le diable, c’est signer avec son sang (seing).

Sign-ature, s -ign- aturne, signe-a-T-urne: anagram: saturne ig

Le pauvre, signe d’une croix, signe de croix…et le pauvre porte encore la croix!!! Le signe de l’esclavagisme du VATICAN.

Une signature par cachet (cachée, occultée). Une signature aveugle.

En cryptographie, une signature aveugle, telle que définie par David Chaum, est une signature effectuée sur un document qui a été masqué avant d’être signé, afin que le signataire ne puisse prendre connaissance de son contenu.

Cela est cryptographié donc encodé, caché, occulté.

De telles signatures sont donc employées lorsque le signataire et l’auteur du document ne sont pas la même personne.

C’est assez explicite non? Et non pas implicite comme le Glossa…

Le Tribunal suprême de la Signature apostolique est l’un des tribunaux de l’Église catholique romaine, situé dans le palais de la Chancellerie apostolique, au Vatican.

Seing: Signum, marque distinctive, comme on marquait les esclaves et les bêtes de somme, les animaux, comme on marque maintenant par un numéro de Registre, les esclaves de l’État et des Corporations, le logo et le code barre. Sceau: « enseigne distinguant les divisions d’une armée« , maintenant les Enseignes et logos de la guerre des entreprises et corporations…la publicité, le marketing, le public-relation, les info-merciales, les pubs commerciales de la guerre du Commerce Mondial…l’OMC.

Figurine, figurer par un signe, signifier, indiquer, designer, designeur et design; terme de droit public, attribuer répartition, consigner: marquer d’un sceau, confirmer par écrit, résigner: ôter toute garantie (Grant (anglais), garant), annuler, faire un report de compte (s’affranchir!), affranchir, c’est payer le timbre pour le courrier donc payer la dette…Glose, insignare (ignare) « enseigner », cela est crétinisé! C’est pour cela qu’on a un garde des sots!

« Le ministre de la Justice garde le Grand Sceau de France, utilisé entre autres pour sceller la Constitution française du 4 octobre 1958. » (voir l’article: Trésor volé).

Renseigner, Sceller, dessiner, dessin, Signe, signet, signer, signataire, signifier, signal (alarme de guerre, alerte, etc…), résigner: rendre à Dieu ce que l’on nous a donné! Consigner: déposer une somme, une garantie, priver de sortie, interdire l’accès de, fixer par écrit. Consigne: marque, punition…C’est l’insigne (enseigne) Militaire!

Signature, c’est donc ignorer et être ignare, donc illettrés. Signé d’un X (voir plus haut).

La Trinité (trinitas):

C’est ce qui s’appelle la Sainte Trinité (Holy Trinity en anglais),
le père, le fils et le Saint-Esprit:
Le titre, le surnom, le prénom.
Le maître, l’esclave, l’affranchi.
Le propriétaire, le débiteur, le créditeur.
Le fiduciaire, le fiduciant, le bénéficiaire?
Trustee, executor, beneficiary?

la trinité Celtique:
Les trois pouvoirs ou émanations d’une même entité. C’est le Feu, matérialisé par: la flamme, la chaleur et la lumière. Dieu a trois personnification: Principe, Puissance et Manifestation. Les trois monde: Cosmique, Céleste et Terrestre. Les trois plans: Spirituel, Psychique et Physique. Les trois temps: Passé, Présent, Avenir. C’est le 3 en 1, 3 pour le prix d’un! « De l’Étant, de l’Était et du Venant, moi Elohim Sabaot ».

Les trois sens de l’Écriture: propre, figuré et hiéroglyphique, langue primitive de Babel (babbling en anglais, un enfant qui bredouille, qui babille). Clair, symbolique et sacrée. La troisième ne se prononce pas…comme le nom de Dieu. Le savant grec Héraclite a exprimé les trois styles par: « parlant », « signifiant » et « cachant » (occultant).

Dans le langage Hopi: trois modes, certitude, probabilité et imagination suivant trois combinaison d’un fait observé, rapporté ou rêvé.

GrammaireSujet, Verbe, objet.

Trivium: Grammaire, Rhétorique, Dialectique.

Dieu: a servi à designer   (dé-signer, enlever le signe, comprendre le signe? éclaircir par la lumière car dieu est aussi le soleil). Divus: dieu, divinité, DIEU: Divus E-I donc D-E-I, je suis divin (dico éthymo et gaffiot). je suis divin et unique, je suis D.I.E.U (voir plus bas: signification D.I.E.U.).

Être, I-E i-es, je suis, esse….essence….

Famille:

Famuli: du latin famulus serviteur, esclave »). Domestique, serviteur. Asservi, soumis, obéissant.

De l’osque famel: « habitant de la maison », (par extension) « esclave ».

Plus avant, avec le changement de \dh\ en \f\ qui est dans facio « faire, produire », par ailleurs apparenté, avec le crément -m- qui est dans thema (idem, via le grec), la dérivation sémantique est la même qui lie geno « naître, produire » et gentilis, gens, gentis « membre de la parentèle, famille ». (en anglais, statut famille, et le Pater Familia)

Père: Papa, pape, pope, pater, parent, le propriétaire des biens, piter, patronus: ancien maître d’esclave affranchi, patronage, un patron; patria, patriote, patronyme (nom de famille/surnom), parrain (mafia),

Fils: filius…enfant. Tous les files sont reliés au UN et tous les files mènent à Rome! Alors faut-il emprunter la voie du milieu? Pas si c’est celle du ‘NOM’! Mais plutôt celle du Prénom qui vous relie à l’Unique Dieu, vous-même.

Saint: sacré, sacrifié, sanctio: punir, sanctifier, sainteté, consacrer. serment (serf-ment), sacramentum: assermenter, sanctuaire, fameux, extraordinaire, un sacre (royal), sacrifier, sacrifice, consécration.

Masque: premier sens représente le démon! mascotte, masco: sorcière.
Démon: faux dieu, être infernal.
Milice: d’origine obscure, être soldat.
Militaire: Militant: à propos de l’église, militare: soldat, combat, service militaire, servitude militaire, de la guerre.

Esprit: Soupirer, spirare, souffle vital, âme, Saint-Esprit, spirit, de l’esprit immatériel,

Cesser: concéder, mourir, accéder, décéder, excéder, procédure, procès, succéder, accès, cessionnaire, excessif, procession, récession, succès…

Correspondance G.O.D. et D.I.E.U:

D-I-E-U: Octroyeur de Domination ou Ayant-tout-pouvoir.

  • Dominatio. Imperium. Exsisto. Universalis.
  • Domination-Implicite-Esclavagiste-Universelle
  • Domination-Impériale-de-l’Existence-Universelle

Dominatio: domination, souveraineté, pouvoir absolu.

Imperium: commandement, ordre, autorité, pouvoir de donner des ordres, pouvoir suprême (attribuée à certains magistrats), être revêtu du pouvoir suprême, envoyer qqn avec les pleins pouvoirs, commandement militaire, empire, empereur, gouvernement impérial.

Exsisto, = existo = existence = existentia: sortir, s’élever de la terre (déterrer), sortir des enfers, naitre de, se manifester.

Universalis: universel; ou unitas= unité, unitio= union, universitas= totalité, ensemble mais aussi corps, compagnie, corporation, communauté (intéressant!).

Implicite: d’une manière embrouillée (comme les œufs cuisinés !), obscure (occulte), ou implicito: enfoncer profondément !!! lol.

Esclave: du latin « slavus » et « servus« : esclave, asservi. « servitus« : le droit à la servitude. « serf » en français. « servio« : être esclave, vivre dans la servitude, être soumis, sous la dépendance. « servitium ». « servitor« : serviteur des Dieux. etc…

  • Droit-Impériale-de-l’Existence-Universel
  • Droit-Implicite-d’Esclavagisme-Universel
  • Droit Inaliénable d’Existence et Universel
  • « Directus-Inalienabilis-Exsisto-Umano » ou DIEU, le vrai droit naturel de l’humain? le Droit-Inaliénable-d’Existence-de-l’être-Humain

Inaliénable: inalienabilis, inebranlable.

Directus: directe (directus), dans l’ordre direct, naturel. Dit-rectus, Droit.

Umano: pluriel: Umani du latin Humanus, humane, humanias, humaniter, humanitus, être humain, aimable, âme. Homo, servus homo, esclave. Aimer du latin amare (mais d’après le Gaffiot: amer!), se plaire, affectionner, en langage Akha, la mère est « ama« . On la mer et âme aussi…on voit que tout est relié…Amabiliter, avec amour. Amo, aimer, etc…

  • Droit-Invincible-à-l’Existence-hUmaine
  • Directus-Invictus-Exsisto-Umano ou Universalis

Invictus: invincible, inébranlable, imbattable.

Trustee: consignataire, signataire, administrateur, homme de confiance, garant, curateur, gardien, dépositaire. personne a qui sont confies les biens. Dans les vidéos, tous disent de ne pas assumer le rôle du Trustee en justice sinon c’est coupable d’office, il faut redéfinir au tribunal et expliquer, enfin questionner le juge en lui disant/demandant bien que c’est lui le Trustee. le Trustee est débiteur, le détenteur du Titre du SURNOM, et les capitaux/fonds/biens c’est pour le bénéficiaire (Rohan Lorian).

Trust, confiance, administration, gérance, institution du droit anglo-saxon, étrangère au système juridique français, common law, reconnu par la convention de la Haye du 1er Juillet 1985 mais non ratifié par la France.

Arrangement patrimonial (du patrimoine de droit) à fins multiples établi par acte entre vifs ou à cause de mort (nous sommes considérés mort depuis la naissance car disparu en mer), à l’initiative d’une personne nommée constituant (l’Etat) dont l’objet est de placer certains biens dans l’intérêt du bénéficiaire (vous, enfin l’État par votre consentement tacite), nommé Trustee (le SURNOM) qui est investi du pouvoir ou du devoir (surtout le devoir d’obéir et de payer) à charge d’en rendre compte (sinon c’est la rue, prison, etc…), de gérer ou de disposer conformément à son investiture et a à la loi, des biens a lui confiés, lesquels figurent à son nom sur les titres mais constituent une masse distincte qui ne fait pas partie de son patrimoine (donc vos biens ne sont pas à l’état, seulement votre NOM sur les titres lui en donne la jouissance). Equivalent en France par la fiducie.

Fiducie: La fiducie est un transfert de propriété soumis à des conditions d’usage ou de durée. Cette notion existe principalement dans le droit anglais sous le nom de « trust », dans le droit allemand (« Treuhand »), ainsi que dans le droit musulman sous le nom de waqf. Elle a été introduite en droit français en 2008 dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie.

Une fiducie est un contrat nommé entre trois personnes (le constituant, le fiduciaire et le bénéficiaire) qui doit respecter un certain nombre de mentions obligatoires pour être valable. Par ailleurs, le contrat doit, à peine de nullité, être enregistré dans un délai d’un mois à compter de sa constitution. En conséquence, le contrat doit être conclu par écrit.

D’après l’article 2018 du code civil [archive], Les mentions obligatoires sont, sous peine de nullité :

Les biens, droits ou sûretés transférés. S’ils sont futurs, ils doivent être déterminables ;
La durée du transfert, qui ne peut excéder quatre-vingt-dix-neuf ans à compter de la signature du contrat ;
L’identité du ou des constituants ;
L’identité du ou des fiduciaires ;
L’identité du ou des bénéficiaires ou, à défaut, les règles permettant leur désignation ;
La mission du ou des fiduciaires et l’étendue de leurs pouvoirs d’administration et de disposition.

Trust-law: faire confiance à la loi, administration-loi, loi de confiance, accords de confiance. Règles/Code d’administration. Admettre c’est avoué…se vouer au faux Dieu, s’avouer vaincu.

Ledger: livre, registre, livre de comptabilité, registre maritime, ledger stone = tombe, ledger hook = hameçon. Poster (postus, pono) est transféré ou rapporté sur livre de compte, en latin, poser une couronne, déposer des tablettes, un livre, les armes, des embuches, de l’argent; les vents furent tombés,  quitter, cesser d’être, (se) recueil-lir,   . Ledger en anglais est la pierre tombale donc Romley relie ‘poster’ à ‘posthume‘ (dernier en terre, enterré), à titre posthume! Car on n’est (né) mort à la naissance! Rapporter c’est faire tomber dans le calcul de division? donc faire Tomber, est la Tombe. Poster vient de pondre, deposer, poser, positionner, mettre en place, ordonner (donner ordre) mais imposteur aussi, placer entre. Poste, relai de chevaux, courrier du Roi, guetter, à l’affut. Déposer, décomposer,

Dog-tag: tag: étiquette, marqueur, balise, griffe, dog tag, plaque d’identification militaire.

Incorporated: Incorporé l’armée (corps d’armée, ecclésiastique et politique, aussi une notion de propriété…), donc faire partie de l’armée, d’une entreprise/société/corporation, une société anonyme donc il y a une notion d’inconnu comme le soldat, sans solde. Enregistré, dûment établi, intégré, assimilé, etc…de faire partie d’un système, d’y être incorporé et soumis.

Lucifer:

Lucifer c’est ‘offrir’, ‘apporter’, ‘porter’,
de racines ‘pherein‘, ‘phoreus‘ and ‘phoria‘…donc ‘ci-pher’, on a ‘porter le sceau’: la marque, mettre en lumière, illuminé (illuminati),  donc ‘marquer au fer rouge’ les vaches et les esclaves, en anglais cela s’appelle ‘Branding‘ et une ‘Brand’ et une marque, cela fait parti du département du Marketing… (Market = Commerce = Esclavagisme) le micro-puçage est moins douloureux! Logo, « Louis » Vuitton…

‘Lu-‘ est ‘Lumière’ ou ‘Light’, mais ‘lu’ c’est ‘lire’…lire le code; donc ‘déchiffrer’ (lire les nombres obscure, ‘to decipher‘) mais aussi ‘Décrypter’…donc..’Crypte’……voir Kate MIDDLETON qui fut ressuscitée en Princesse Catherine Elizabeth, etc…Quel jolie conte, non?! (Harry Potter porte la marque de la bête sur son front) et la croix marque le trésor, (Ministère du Trésor (très or) publique) sur la carte, il faut décoder la carte et tuer tout le monde avant! c’est la guerre. Qui porte la croix? Le chrétien autour du cou? Cela donne à réfléchir!?

En latin, ‘porter’ est ‘ferrer’, ‘pher‘ similaire à ‘fer’, et ‘ferrer’ donc mettre les chaînes et enchaîner ou ferrer le cheval; ce qui nous amène à marquer au fer…et oui, le TOUT-ESCLAVAGE.

Donc Lucifer est le ‘porteur de lumière’, probablement le ‘porteur du code’, il donne le code ou utilise la méthode de codage occulte, ou l’opposé: il encode et occulte, mais pourtant il porte la lumière…la lumière, c’est illuminé, c’est mettre en avant, c’est le glosse, la brillance du papier, mais aussi l’enseigne, (en-saigne), le logo, la marque déposée, on en-saigne bien les vaches au fer blanc?! Mais les esclaves aussi…marqués au fer rouge, la marque de la bête de somme, et donc de la Bête

Inferno…

On trouve ‘fer’ dans ‘légiférer‘, donc ‘faire la loi’, ‘faire les codes/codex’ donc ‘porteur de loi’ et légi-(loi)-férer(des Fers), donc la Loi d’Acier! Loi des Fers (des chaines, enchainer, la pri(x)son, la prison marquer du X)…déférer est ‘envoyer en justice’

On retrouve le ‘Chrisme’, symbole/code du Christ, le Christos ou ‘Chi’ ‘Ro’. (XP ou XI, ‘P’ est l’axis mundi, l’axe du monde) donc on barre l’axe du monde avec la croix/la marque? Jésus c’est je suis X ou je signe X, la signature de l’illettré…signant (par le signe de croix) qu’il n’est PERSONNE (et n’a pas de valeur, enfin si, celle de l’esclavage car il fait parti du Capital du Maitre), il n’est plus l’UN-dividu (l’indivisible, l’unique, le vrai D.I.E.U), il est « l’inconnu », comme le soldat, sans solde! Donc Soldé pendant les soldes et la grande braderie. P pour la Paix et X barre la Paix…en anglais la mort est Rest In Peace: Repose en Paix: R.I.P..mais peut-être: Rex Imperator Peace (le sceau, la marque de la Reine d’Angleterre): Le Ministère de la Paix d’Orwell? LA GUERRE?

Chrétien’ (Christian) veut dire « oint« , latin ‘unctus‘, ‘ointer‘ mettre de l’huile! (passer de la pommade, flatter)(sanctifier, consacrer, bénir, anoblir, faire chevalier: un titre de guerre) anointer, faire Roi ou Noble, anobli). Jésus guérissait les gens en leur passant de l’huile sur les pieds, « graisser la patte de quelqu’un »: corrompre, donner de l’argent, etc……Crétin dérive de Chrétien, et ‘crétinisation’ c’est rendre stupide (‘éducation’ ou ‘conditionnement’)

Lu est la lumière: ‘Louis‘ ou ‘Luis’ (en english ‘Lewis’, en latin ‘ludovicus’), venant du Roi Clovis, vient de la racine de ‘hlod‘, (renommée, célébrité, ou ‘Illustre’ donc ‘illuminati’ ou ‘pour très longtemps’, on a aussi les ‘lustres’ des Palaces…qui brillent par milles feuxs sur la Richessse et la mesure de la luminosité est le Lux…le LUXE, pour montrer combien on est RICHE! LOUIS VUITTON!

Aussi, racine de ‘fro wig‘ (combattre), et ‘hlod‘ peut-être en anglais ‘to hold‘ donc tenir, détenir (la propriété),

La plupart des Rois de France étaient des Louis.

En anglais ‘Evil’ est l’inverse de ‘Live’ and ‘Devil’ est ‘Lived’=mort.

Pour Rohan, la définition vient de « to glow » (supprimer par google, voir la vidéo) donc « luire », le « glossa » c’est « reluire ».

Baptême:

Baptême (p323 Dicautre), des eaux, immersion totale (« noyade »), une mort symbolique donc une MORT CORPORATIVE, il est dit que cela est égal à passer un instant dans l’éternité: la vrai vie (donc la MORT IDENTITAIRE), le vrai baptême donné par un maître (Jean-Baptiste, l’immergeur, un vrai affranchisseur car il fut guillotiné), donc une symbolique reprise par le VATICAN, par un prêtre prêcheur,  les ‘water ways’ si chère à Romley (aussi la parabole/histoire Égyptienne de la mort et le passage de l’eau, jusqu’à l’embouchure de la mer, le gueule du crocodile (croque-eau-d’île))(Livre des morts, probablement un livre de loi pro ou anti-esclavage?), ici, passer dans l’eau-delà, au-delà, la MORT SYMBOLIQUE CORPORATIVE ESCLAVAGISTE DU VATICAN.

Donc le Baptême chrétien impose la marque de la Bête (symboliquement), avec l’eau mais aussi la croix, par dessus, de l’esclavage et l’assujettissement à Rome et l’Empire Romain. Le vrai rituel du Baptême de l’eau, serait un affranchissement de l’esclavage. Par le feu, la marque au fer, la guerre, c’es le baptême du feu et de l’esclavagisme, aller au feu…sacrifier sur le bûcher…Par l’eau, c’est lavé la MORT IMAGINAIRE, la paix, la liberté, l’affranchissement, le franchissement dans l’eau-delà, au-delà de la Crypte, de la tombe, ressuscité au Dieu, au vrai Dieu, soi et non plus au faux DIEU. Baptême par effusion (de sang/seing) : l’eau est versée sur le front de la personne, la croix annule le lavement par l’eau? (voir aussi la signification naissance/baptême/bateau)

Une pratique venue d’Allemagne consiste à se faire « débaptiser », par exemple pour échapper à l’impôt ecclésiastique.

Pouvoir: poti– chef famille/tribu/clan. posis en grec, époux et despotes: maitre de maison. Latin, potis, potestas, pouvoir politique, puissance. Possum, potes, pouvoir, potere: diriger, faire presser, petere: panne. Potens, la potence, point de support, impotens, omnipotens…Pouvoir: d’avoir, devoir. Puissant. Podestat: magistrat. Potentiel, possible, Despote. Im-pôts!

Incorporer: ‘incorporated’=’incorporé’, intégrer une corporation (intégrer la mort administrative) enregistrer, former une société, constituer en société, fonder, établir, former une association, constituer en administratif. Faire partie d’une entreprise, être employé, travailler pour une société, etc…être MORT administrativement et ESCLAVE MODERNE. Voir la définition de Corporation de Rohan Lorian, une entité (identité) fictive

Greenland Theory: Babylone, c’est Rome; et d’autres énormes recherches, en anglais.

Matricule:

matricule….maître (en)cule, un numéro, non je ne suis pas un numéro 😉 maître dans le cul (bon c’est pas que je suis grossier…)
matricula = registre = enregistrement = ID entité…liste, rôle sur lequel on inscrit le nom de ceux qui entrent dans un régiment, dans un hôpital, dans une prison, et, en général, dans une société, une compagnie, etc. Tous les effets d’un soldat sont marqués à son matricule.

De matrix, matricis avec le suffixe -ula.

matriculus= sorte de poison

matricula gaffiot

mater:

 

On explique ordinairement pa-tar ou pi-tar « père » comme le protecteur, d’une racine pe « protéger », et ma-tar « mère » comme la créatrice, d’une racine ma « mettre au monde ». Mais ces explications ne sont pas absolument certaines : il est possible que la syllabe tar ait été ajoutée après coup et par analogie à pa et a ma qui étaient les anciens termes désignant le père et la mère. Il s’est passé quelque chose de ce genre pour le nom de la sœur dans les langues germaniques (→ voir soror). Quoi qu’il en soit, il faut remarquer que dans ma-tar le suffixe n’a rien qui marque spécialement le féminin, soit qu’on n’attachât point d’idée précise à cette syllabe, soit que la formation soit antérieure au genre grammatical. Matrona est formé comme patronus, matrimonium comme patrimonium : mais remarquez les nuances différentes prises par ces mots. mātertĕra « tante maternelle » a été expliqué comme une sorte de comparatif, la seconde mère ; mais peut-être est-ce un mot emprunté au grec populaire.

De l’indo-européen commun *méh₂tēr dont sont issus, outre les mots suscités, l’allemand Mutter, le russe мать mat’, le grec ancien μήτηρ mếtêr, le sanskrit मातृ mātr, l’anglais mother, l’ancien irlandais mathir, etc. Du sens de « origine » dérive celui de materia.

Donc de la déesse Maat?!!

  1. Mère.
  2. Nourrice.
  3. Mère (en parlant des animaux) femelle.
  4. Mère patrie.
  5. Métropole.
  6. Souche mère, tronc de l’arbre.
  7. Déesse-mère, titre d’honneur donné à certaines déesses.
  8. (Figuré) Mère (celle qui produit), cause, source, origine.
mater
Maât  la déesse de l’ordre, de l’équilibre du monde, de l’équité, de la paix, de la vérité et de la justice. Elle est l’antithèse de l’isfet (le chaos, l’injustice, le désordre social, …).

 »

La loi de Maât peut être retrouvée dans le chapitre 125 du livre des morts des Anciens Égyptiens, aussi appelée les « 42 lois de Maât », la « déclaration d’innocence » ou les « confessions négatives ».

Celui qui est juste, qui vit dans la constante application des lois de la Maât est appelé Maakherou. C’est le cas par exemple de certains grands prêtres des temples. »

« Une des caractéristiques du jugement des morts est son déroulement public. Le mort doit en effet affirmer son innocence à la face du « monde », c’est- à-dire devant le pays entier, et c’est le caractère public de cette confession qui lui donne force de loi ». Ça sent l’affranchissement de l’Homme et la Femme, passage du Mort au Vivant! (ch. 125 et ici)

La Patrix: Il y avait ‘Matrix’ et bien en faite on se trouve dans la Patrix, la Patrie X, des Inconnus, avec les mêmes analogies que dans le film, tout est symbole et symbolique…Tout le monde signe déjà avec la croix qui les enterre dans ce système aliénant. La Patrix (les ETATS) composent la Matrix mondiale mise en place…La Patrie, le Père, la Matrix, la Mère…engendrant les Fils de Putes…Les Esclaves qui vendent Corps et Âme,  par Domination de la Peur consenti et non pas la Domination Originelle Naturelle biensenti…le Syndrome X, tout le monde a oublie les origines, perdu la mémoire, lobotomise par l’Éducation Patriotique.

Tu es « Néo » (tuez Néo), Né haut, original, eau-riginal (Or-i-djin-al=le génie d’or/doré), né Dieu, Néo ne porte que son prénom, et apparemment même la Majuscule au prénom serait trompeuse. Ce héros (O’ hérétique!), a compris un truc que les autres n’ont pas compris, il a comprit le langage de la machine…c’est pour cela qu’il peut voler, comme les agents du système qui vous volent…Les agents de la Collaboration pervertie, les collègues de Travail…Le Mérovingien, détient (détention/prison) certaines clés! C’est l’Aristocratie, la Royauté qui joue son rôle de serviteur du Pape de la Machine et de tous ses systèmes…

Le problème c’est que c’est les producteurs (exploiteur de produits) du film détiennent ‘les clés’ du (x)héros (zéro) salvateur, la clé, la croix, le signe, le code Jésus, le sauveur du monde, les gens attendent toujours le sauveur alors que cela doit venir de chaque individu, un sauveur (sot-veur) se fera toujours tuée car il est tout seul (Jesus n’a rien changer au système esclavagiste de maintenant!), il est noyé dans la masse (le baptême), « lost at sea » « porté disparu en mer » car c’est sous la Juridiction des Mers, Les Lois des Voies de navigation Maritime; (Maritime Law ou Law of the Sea) que le pouvoir détient: La Juridiction de la Monarchie Anglaise (Voir Anna Maria Riezinger)…to be continued…Un compte mondial Paypal…Papal….hum….symbolique?

Croire/Croyance: veut dire Crédit! En anglais, Belief donc to Be-lie-ve, être un mensonge… du vieux français ‘créant‘ donc mécréant… créance, créancier, banquier, faire croire!

Du ancien français creire, du latin crēdĕre (« croire »).  Credo: crédit. Credir (prêter) et prêter, c’est prendre et prit et on ne se fait pas prier, car prêter, c’est être prêtre et prié, c’est pr(endre l’)être (prier ou crier) pour l’avoir. Le système vous envoie paître comme une vache ou un mouton, pour ensuite vous tondre… votre bas de laine et vous pouvez faire une CroiX dessus…

credo

credo

Comme l’atteste le parfait credidi, phrase verbale composée de *ḱred (« cœur, intelligence », en latin cor, cordis) et *dʰeh₁- (« placer » → voir condo et facio). Il correspond au sanscrit श्रद्दधाति śrad-√dhā (« croire ») ou au vieil irlandais cretim (« croire »).

L’Armée Romaine:

une recru, sert pendant plusieurs dizaines d’années! De 17 à 60 ans. Recruter lors d’un dilectus, par un imperator (Général). Une légion fait 6000 hommes. Service militaire est de 6 mois par an! L’Engagement donné le droit de vie et de mort à l’Imperator…le sacramentum…les légions se battaient entre elles lors de guerre civile…Le soldat portait 40 kg d’équipement sur 30 km/jour. Seulement au 4ème siècle, une solde fut attribue et des repas gratuit, sinon avant le soldat devait tout acheter, équipement, nourriture, etc… Auguste fit voter un pactole (argent/terre) de départ à la retraite…Au 3ème siècle, l’armée passa de milice civique à professionnelle. Un commandant de troupe est un « légat » ou « préfet de camp ». Le javelot faisait parti des armes de guerres. Les villes se construisirent autour des camps de base. (voir le Dicautre).

Le SURNOM: Homme de paille, Entité légale, nom de société, logo, marque, NOM, nomen, cognomen, famille d’esclave, esclave (in)volontaire, nom de commerce, une personne, donc personne, un mort-vivant, un n’être humain, un pirate, un coupable, un fraudeur, un serf, un servant, un serviteur, etc…La représentation militaire de vous-même que vous endosser (le costume, militaire, de cette pièce de théâtre, cette fiction juridique) donc il faut que vous suivez les ordres, le Tribunal est un tribunal militaire, une Cours Martiale en faite. (voir ὄνομα)

Nomen, Cognomen, Praenomen : le praenomen serait le prénom, celui qui vient avant le nom, mais no-men en anglais veut dire aussi « n’est pas un homme », donc le pré-nom est avant le nom, avant que l’on soit esclavage donc le prénom est l’homme libre. Le contrat du NOMEN, donc du SURNOM qui est aussi le Cognomen comme le dit Rohan Lorian, le Cognomen (cog en anglais est un engrenage) serait le SURNOM et Nomen peut-être le 2ème nom ou middlename en anglais. C’est pour cela que le prénom serait rattaché au baptême par le prénom chrétien et donc à la part du contrat de l’Eglise de Rome, ce qui serait le Cestui-que-vie, l’investissement qu’il faudrait récupérer! En gros l’argent de notre propre esclavage ou sa valeur sur les Marchés. Car l’Acte de naissance est un Bon du trésor, Bond (en anglais), un lien, un contrat, un engagement, une obligation (obligation boursière et autres) qui est tradé ou echangé sur les marchés; et vaut son poids en or et en dette à la naissance, suivant le barème des Pays (certainement la fameuse notation AAA). En passant, James Bond est bien le débiteur et le servant de sa Majesté la Reine 😉 et il a une licence pour tuer, c’est légal ici. Homme pourrait être relié aussi à nommer, quand on (h) nomme, on fait la négation de l’homme, on lui donne un nom; donner ici aussi se rapproche de nommer et homme…Don…A savoir que l’Échange est assujetti à un contrat donc aux taxes mais pas le troc.

Définition Prénom, Nom du Droit privé:

!Avec elle disparaît la notion de « patronyme » qui est remplacée par l’expression « nom de famille ». Le « sobriquet ». est une appellation sous laquelle, généralement dans les campagnes, une personne est localement connue. Selon le principe de la Loi du 6 fructidor an II, et sauf pour distinguer les membres d’une même famille, l’usage d’un surnom est interdit. Le « pseudonyme » ou « nom d’emprunt » sous lequel des personnes, tels des artistes et des écrivains, des journalistes de la Presse écrite ou télévisée sont reconnus du public, peut faire l’objet d’une véritable appropriation qui permet à celui qui le porte d’en défendre l’utilisation. Mais une personne ne peut contre les tenants véritables d’un nom patronymique homonyme de celui qu’elle porte à titre d’usage, prétendre pouvoir continuer à l’utiliser, même si cette utilisation était limitée à la désigner comme écrivain.!

« Le droit moral de l’auteur au respect de son nom est attaché à l’oeuvre de l’esprit qui porte l’empreinte de sa personnalité. Une cour d’appel a retenu que le demandeur ne pouvait prétendre, sur le fondement de l’article L. 121-1 du code de la propriété intellectuelle, à la protection de son nom patronymique en tant que tel, fût-il utilisé pour l’exercice de son activité artistique, ce nom, quelle que soit sa renommée prétendue, ne constituait pas, en lui-même, une oeuvre de l’esprit. »

« Concernant l’usage d’un patronyme dans une oeuvre fictive, il est jugé que le nom patronymique d’une famille donne à ses membres le droit de s’opposer à l’utilisation faite par un tiers à des fins commerciales ou dans des oeuvres de fiction, pourvu toutefois que le demandeur justifie d’une confusion possible à laquelle il a intérêt à mettre fin. »

Lire ce texte qui est long!

Cestui-que-vie:

D’après le Bouviers Law: Celui pour qui sa terre est détenue par une autre personne; ce dernier est locataire ‘per autre vie’ ou locataire de la vie d’un autre…

Celui qui détient les droits des intérêts bénéficiaires de part son titre légal qui est a été investi ailleurs. La personne qui possède le droit équitable à la propriété et en reçoit les profits de location et autres bénéfices, les biens légaux investi dans un trust (une administration/fond d’investissement).

Celui dont la vie est mesure par la durée de ses biens. La personne qui détient toutes terres, biens et héritages.

Bénéficiaire ou usufruit. Une invention médiéval pour laisser ses biens à une personne de confiance quand on partait à la guerre pour un moment. En gros on remet nos biens et tout le reste à notre naissance par notre contrat acte de naissance, à l’administration du trust, l’État, le Vatican, les banques, etc…mais par de faut de contrat c’est eux qui prennent les bénéfices qui nous sont dûs, car c’est nous qui leur prêtons nos biens en faite, la terre, les ressources minérales, etc..mais en plus ils nous les font payer…c’est ce qui s’appelle avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière! la Sainte Trinité du Vatican! C’est magique et miraculeux, cette tromperie, tour de passe-passe esclavagiste!

Tutelle, régime de protection (lol) institué par la loi pour sauvegarder une personne (le SURNOM) et leurs biens (votre patrimoine) certains individus (vous le Roi) *incapables (majeur ou mineur) (ce que vous êtes) de pourvoir
eux-mêmes à leurs intérêts et dont la charge incombe (Vous payez), sous la surveillance du juge des tutelles (la justice), etc…

Incapable: Personne (le SURNOM) légalement (contrat) frappée d’une incapacité de jouissance ou d’exercice et donc soumise en droit à un régime juridiquement établi. Incapacité majeur (la majorité à 18 ans), nom encore souvent donné à ceux qui perdent l’exercice de leur droits. Dans l’impossibilité de pourvoir à ses intérêts ou d’accomplir un acte (donc écrire sa propre loi).

Incapacité: empêche une personne d’acquérir ou d’exercer valablement un droit (votre acte de naissance, votre SURNOM). Inca…de jouissance, inaptitude juridique à devenir titulaire d’un droit qui se distingue de la mort civile par son caractère nécessairement spécial mais qui peut exister soit à l’égard de toute personne (incapacité absolue de recevoir a titre gratuit frappant certains condamnes)(on l’est tous!). Inca…d’exercice, inaptitude juridique par l’effet de laquelle la personne ne peut exercer elle-même ses droits (sauf à être représenté par une autre personne..tuteur ou l’avocat, c’est pour cela qu’il ne faut jamais se faire représenter par un Avocat sinon on consent).

Inaptitude: défaut de pouvoir, incompétence.

Tromperie: Délit pénal consistant à induire l’acheteur en erreur sur la quantité ou la nature de la marchandise vendues, plus généralement, action de tromper, induire en erreur un cocontractant qui entre dans la définition
du Dol, de la fraude, du recel ou divertissement….divertissement!: fait par un copartageant (époux, cohéritier donc l’État) de s’emparer de certains objets de la succession ou de la communauté dans l’intention de se les approprier et de frustrer ainsi les autres copartageants, cela expose à la sanction et peines civiles (perte de tout droits sur les biens divertis…( recel, détournement, dissipation).

Troc, nom familier de l’échange, fourniture d’un bien ou d’un service en contrepartie d’un autre (de même espèce ou d’espèce différente)(donc on peut vous ‘payez’ en espèce) opération nette réalisé en nature, sans mouvement d’argent (les billets ne sont pas de l’argent mais une promesse de paiement).

Titulaire, détenteur en nom (en titre, titulaire de compte), investi en personne, désigné par la loi, le contrat, etc… comme sujet actif d’un droit. quand on est titularise, on est nomme (le SURNOM, mais aussi la fonction DIRECTEUR, donc un grade (militaire)) il ne faut donc pas accepter d’être titulaire, c’est l’Etat donc le juge le représentant qui est le titulaire/propriétaire du SURNOM, la banque aussi donc ils sont vraiment les débiteurs et nous sommes le créditeur et le bénéficiaire, le propriétaire des biens et du patrimoine mais pas du SURNOM, ce titre est administré par l’Etat sous tutelle de nous et nos biens qu’il faut récupérer ainsi que l’investissement de notre patrimoine (toutes les ressources physiques, ici, de la France, exploitation forets, animales, pétrole, or, etc…) qui devrait nous être reversé…c’est donc bien la banque qui est le propriétaire de votre compte, vous en êtes le titulaire, vous détenez le titre mais pas la dette.

Souscription, apposition par le souscripteur (sous-signé) de sa signature au bas d’un acte a titre d’engagement, désigne parfois le versement d’argent (impôts). souscripteur (le signataire, l’auteur (de la pièce de théâtre) d’un souscription) ex: celui qui souscrit l’assurance, qu conclut avec l’assureur et signe le contrat d’assurance, soit pour son propre compte: l’assuré, soit pour le compte d’autrui (l’assurance), l’assure doit donner son consentement au contrat et a la désignation du bénéficiaire (synonyme porteur, lettre de change, tire, endossement)

Bénéficiaire: qui provient d’u bienfait. (toutes matières) celui qui tire avantage d’une opération, le porteur, l’endossataire d’un effet de commerce, lettre de change, l’héritier qui à accepter, succession accepte, personne
qui sans avoir été partie contractante est appelée a recevoir le profit. Le fiduciant.

Humain:
humain:
du latin humanus:
Qui est sensible à la pitié, secourable, bienfaisant.
Être vivant qui fait partie de l’espèce humaine.

anagramme de inhumer.

Du latin in humus, « dans le sol ».
Enterrer un corps humain.

etre humain:

Créature vivante membre de l’espèce humaine. Du latin creatura (« chose créée »).

humanus:
Faisait archaïquement hemonus, de homo (« homme ») avec le suffixe -anus.
Archaïquement hĕmo (voir benus pour un développement similaire) qui donne nēmō (« personne »), de l’indo-européen commun *dʰǵʰm̥mō (« [chose / fils] de la terre ») dont sont issus le lituanien žmogus (« homme ») et le vieil anglais guma.Il dérive de la racine *dʰéǵʰōm (« terre ») qui donne humus en latin.Notons le culte à Gaïa, la Terre-mère, la croyance que les humains sont les fils et filles de la Terre ou, selon la Bible, fait de terre. Notons encore, en hébreu, la proximité sémantique de אדם, Adam, le premier homme selon la Genèse et אדמה, adamah, la terre.Le mot n’est peut-être pas issu d’un signifié « fils de la Terre » mais tout simplement, comme le fait le Dictionnaire d’étymologie latine [1], « Terrien », par opposition aux dieux, habitants des cieux, caelicolae en latin.

hemo \ˈhɛ.mɔ\

Chez-soi.
Maison.
Foyer domestique.

Contraction de ne hemopas un homme »), hemo étant la forme archaïque de homo (« être humain, homme »).

eh bien! personne, n’est bien pas un homme donc pas un être humain! Donc la personne juridique en effet n’existe pas!

latin humanus

-Qui possède les caractéristiques spécifiques de l’homme en tant que représentant de son espèce ; qui est composé d’hommes : Être humain. L’espèce humaine.

-Qui est relatif à l’homme, qui lui est propre : Corps humain. Une tâche qui excède les forces humaines.

-Qui porte sur un des aspects de l’individualité de l’homme ou de son activité : Sciences humaines. Anatomie humaine.

-Qui manifeste à un haut degré la sensibilité, la compréhension propres à l’homme en tant qu’individu dans un groupe social : Chercher des solutions humaines à un problème social délicat. Un magistrat humain.

-Qui est en accord, en harmonie avec tous les caractères de l’homme, qui les manifeste (tant du point de vue de la force que de la faiblesse, de la grandeur que de la petitesse, etc.) : Une architecture humaine. C’est une réaction bien humaine.

Humain
L’humanité

-L’humanité est à la fois l’ensemble des individus appartenant à l’espèce humaine (Homo sapiens) mais aussi les caractéristiques particulières qui définissent l’appartenance à cet ensemble.

-L’humanité réunit aussi certains des traits de personnalité d’un individu qui, par exemple, amplifient les qualités ou les valeurs considérées comme essentielles à l’humain, telles que la bonté, la générosité.

-Le concept d’humanité est aussi à rapprocher de la notion de nature humaine qui souligne l’idée que les êtres humains ont en commun certaines caractéristiques essentielles, une nature limitée et des comportements spécifiques. Ce qui les différencie des autres espèces animales.

En droit français:

La loi du 29 juillet 1994 relative au corps humain (une des lois dites bioéthiques) a introduit, dans le droit français, la disposition selon laquelle « Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine » (article 16-4 1er alinéa Code civil français).

Humain: (dico Cornu): l’homme, qui est propre à l’homme (être humain) qui appartient au genre humain. Atteintes à la personne humaine…(mais là il introduit le terme personne, ce qui fausse la définition)…car ensemble des actions illicites préjudiciables à la personne humaine, à la personne physique, corps humain: la personne incarnée en chair et en os, dans sa réalité physique, au respect de laquelle chacun à droit, inviolable et rebelle à tout droit patrimonial, inaliénable. être humain: tout individu appartenant au genre humain (par opposition au règne animal, végétal, minéral) et dont la loi des la naissance garantit le respect.

racine: inhumain: barbare, humus, terre

Gaffiot, Humanus:

humanité, nature humaine, bienveillance, bonté, culture générale de l’esprit, politesse, mœurs, savoir vivre, s’incarner, qui concerne l’homme.

homo: definition 4: homme=esclave

humus, humo

Les doublets (du Trésors des racines latines):

Avoué/Avocat, Chapitre/Capitule, Cheptel/Capital, Chose/Cause(affaire), Communier/Communiquer, Conter/Compter, Cour/Cohorte(quartier militaire), Detroit/District, Droit/Direct, Employer/Impliquer, Enduire/Induire, Essaim/Examen, façon/Faction, Féal(foi)/Fidèle (mais pas féodal mais on en est pas loin) (féodal est relié à bétail et pécuniaire), Forge/Fabrique, Gaine/Vagin, Hôtel/Hôpital, Livrer/Libérer, Délivrer/Délibérer, Loyal/Légal (loyal à la loi féodal, respect d’une autorité politique), Métier/Ministère (Maître), Pelle/Pale (rame), Pieux/Pals, Potion/Poison, Raison/Ration, Rançon/Rédemption, Recouvrer/Récupérer, Répit/Respect, Roture/Rupture (défrichement de la terre, acquérir le droit de défricher: la roture, pas loin de route), Serment/Sacrement, Sou/Solide (l’empereur Constantin, 1 sou = 4,55g d’or, une monnaie stable, inébranlable, sous les rois de France, la monnaie fut moindre, il fallait 20 sou pour faire une livre ou 1 franc, en 1950, vingt sous était encore 1 franc… Soucier/Solliciter, Tremper/Tempérer, Vœu/Vote, Voyage/Viatique (via/voie), Voyelle/Vocal, On/Homme, Sire/Seigneur.

Chaque lettre de l’alphabet phénicien a donné naissance à d’autres formes dans les écritures dérivées. De gauche à droite : latin, grec, phénicien, hébreu, arabe
Hiéroglyphe, Démontique, Copte

 

Publicités