Air Glossa

phénicien

lettre glyphe

Le Glossaire de l’Affranchi ou Fictionnaire:

La signification de la racine des mots d’origine latin ou grec, et leur Étymologie donne des explorations et déclinaisons fascinantes! (omission des accents sur les mots d’origine) Il n’y a pas long à creuser dans ces termes pour trouver la guerre, la tromperie et l’esclavage, les termes marins et le pouvoir. Ici, le Glossa est en ‘bien’struction, aller aussi voir les liens pour les sources; car je mélange et cuisine avec la langue des oiseaux.

Une légende: du latin legenda, « ce qui doit être lu », une légende se retrouve aussi dans la marge, c’est une explication ‘de texte’, de la Glose; un marginal est quelqu’un qui n’est pas dans le système, un barbare, un individu naturel…voilà pour les jeux de mots. Le Glossa n’est pas très ordonné, c’est parce que l’apprenti affranchi n’aime pas les ordres, ni le désordre non plus car cela reste des ordres!

Il préfère une anarchie auto-organisée comme la Nature, barbare; il y a une guerre, d’ailleurs, bien organisée contre elle…L’affranchi pourrait être la Franchie, la vraie France, celle du Franc (pas le Franc allemand…)…du latin Brave. Choisir entre la Franchise et la FRANCHISE…

…et non pas celle des franc-maçons…qui aux travers des lois saliques se sont appropriés les francs-alleux…et comprendre que voter ou voler, c’est pri-é et c’est s’envoyer en l’air (sans les pieds sur terre) (se pendre par les pieds, se p-rendre par les pieds) et abdiquer pour la juridiction du Vatican qui décide de qui mari qui ou quoi ou comment (mais aussi du Roi…fornication under consent of the king); ainsi que la juridiction de la Loi Maritime du Commerce; et tout est Commerce (synonyme de Prostitution ou promo-institution, esclavage) et le Commerce c’est le Sexe. Les vO(eux)ies du Saigneur (agnat) sont Im-pénétrable…Il y a beaucoup de lectures différentes quand on creuse un peu. Il semble que seul le monde anglo-saxon est gardé sa loi coutumière ou common law (même si elle n’est pas appliquée mais que les anglo-saxons essayent de remettre en place), la loi de la terre.

Je pense que le droit du sol est différent, solde = payer, tout droit de toute manière doit être payé car il vient avec des obligations et des privilèges (prix, ledge, lègue), c’est un échange de services (il sert le vice et la vis de Babylone) équitable donc  de la protection, de l’assurance, de l’administration, etc….

on peut relier ces mots: ‘per‘ et ‘par‘ à prostitution, port, vendre, échange, intérêts, partie, diviser, parc, parking, direction, emploi, épargne,  etc..

Alors bienvenu sur Air Glossa, la première compagnie aérienne qui ne vous fait pas voler, ou plutôt, qui vous permet de ne pas vous faire voler! Elle vous refait votre Gloss-aire, votre maquillage, votre façade, car tout est un acte, tous portent des masques, même vous, même moi.

En apprenant la Glose, le Latin de cuisine va vous permettre de redéfinir votre mort, en vie, la transformation de la chenille en papillon, d’enfant en Homme/Femme; vous allez arrêté de vous faire voler votre âme, votre vie, votre dignité, votre honneur, votre humanité, votre énergie, votre intelligence, votre patrimoine, vos droits, vos gauches, etc… un peu d’éthiquemologie dans ce monde de brutor.

Les re-définitions se propage dans tous les articles et pour ceux qui trouvent que les jeux de mots sont tirées par les cheveux ou n’ont aucun statut, ni droits, alors allez voir par ici -> Boustrophédon, Rhotacisme, et la Liste des modifications phonétiques. Le langage est le langage du contrat par défaut, et comme l’argent il est liquide est prend beaucoup de formes, même occultes…

Glose: glossa, glotta (langue), bas latin, « mot rare qui demande explication ». Gloser. Glossateur. Glossaire, recueil de mots rares. Glosse, élément de composés savant (du Dico Étymologie). Voir aussi, la glossalalie et xénoglossie. « Glossy paper » en anglais c’est du papier brillant/glacé, donc la brillance, surbrillance, lustrer, vernir, mettre en valeur, reluire (re-lu-ir), mettre en relief, un magazine de luxe… la Glose, c’est des commentaires. De la vient le mot commentateur, comme un com-menteur! Voir un commattentateur! Car cela ne re-transcrit jamais la vérité, ni les faits, cela crée une fiction! (Glose de la Bible)

gloss2Je rajoute donc la définition suivante:

On pourrait croire que la glose justement, c’est super, c’est des explications de textes mais Romley and Rohan définissent donc comme l’inverse quelque part et ils ont raison on le voit dans la définition de Gloseur, c’est un transformateur de texte et de sens du texte. L’histoire a toujours été ré-écrite, comme la Bible ou (ré-)interprétée selon le point de vue du gagnant.

TITRISATION ET GLOSE

(Imprimerie) Gros caractère pour les affiches.
grosse, qu’est-ce qu’un écriture en grosse caractère? C’est la GLOSE, les Acronymes et autres Sociétés.

Donc, c’est la Titrisation, mettre des TITRES en GLOSE et GLOSSA ou LATIN-DE-CUISINE, c’est ‘délivrer des g(r)osses’, ‘dé-livrer’ (dé-barquer) donc des femmes enceintes (grosses) pour/au dépôt de l’authenticité (auteur=parent) aux autorités publiques! (Transfert de Marchandise(s) et Bons de Livraison et (re)Connaissement).

Quand tu titrises en bourses, c’est un/des obligations(s) boursière(s), et oui une fois que t’as engrossé, t’es obligé de suivre avec tes bourses bien vidées, pour les re-remplir, pour engrosser la femme et ton Patrimoine-enfant(s), en assu(r)er la Charge. Sauf que t’as échangé (bourse de change) ton patrimoine (Don, donner, « to do« , faire/fait, offrande/offre sur le marché des bourses) contre un TITRE, contre du Papier.

Tu pratiques la religion du Papier, tu t’es converti (d’Or en Argent) en monnaie-papier, tu as échangé la Vie contre la Mort, la Nature contre la Nature du Droit, le Réel contre la Fiction. Le Baptême de l’Eau-Amirauté est une conversion à la l’Esclavage, 100 ans de service sur la Galère de Davy Jones, chez les mort-vivants, entre la Vie et la Mort, dans le No Man’s Land de Jean Sans Terre!

La Titrisation étant un droit et surtout une obligation (de Trust/Fiducie/Confiance) (il faut cravacher pour que le placement rap-porte), une obliquation (obliquus, 2), est un droit pliant sous la Force de l’Or-dre…

Ta Grosse est enceinte (enfermer/encercler par les portes/huisses de l’hôpital militaire) de tes/ta/ton gosses, tu l’as couché sur papier… quelque part tu violes tes gosses… tu les dénatures et ne respectent pas leur vraie Nature, comme dans l’Éducation que tu leur donneras pour te venger de tes propres (propriete) parents!

finalement c’est pas glamour d’être James Bond?! Une fiction…

L’huissier et le Dock(T)er sont la pour ac-cueillir ton fruit et la marchandise, le navire doit être attaché/amarré et donc par une ob-ligation (un nœud), le lien de (la) Maternité et Paternité (État Civil). Une ligature étant un Bond (« paysan, servant, domestique », « habitant », « chef de famille, homme libre, plébéien », « lien, entrave »), donc un Bon (du Trésor Public). Ta bite et sa bite (pour le fils) sont bien attachées à l’amarrage… le Patrimoine est bien lié par les couilles (testament/testicules/bourses). Tu t’es bien déboursé et dédouané d’assurer l’autonomie de tes enfants et donc leur Vie et leur Nature.

Nodus: Voyez également neo (« filer, tisser, entrelacer, mêler ») auquel ce mot est à rattacher, ainsi que nidus (« nid »). Neo= nouveau, né(e),

Tu es un Bon (gentil) engrossant (de-fonte ayant le poids le l’Or!) le Trésor Public avec ta sueur, ton sang et la vente de ta pro-g(r)éniture.

GLO(U)SS, la LANGUE

Maquillée pour faire la pute. Pour la Bible on voit la différence de sens entre la version anglaise et française et certains (notamment Cal Washington du Mouvement InPower) démontrent qu’à une lettre prés cela change le sens de la phrase et il n’est pas le seul, wayne-miller et marcus servan king et d’autres le dise, la Bible de la Reine donc, la KJV de 1611 semble être la meilleure traduction (trade=commerce et duction=route/conduit), c’est pou cela qu’on est traduit en justice, conduite (esclavage) de trade/commerce car il faut tout un stratagème de conversion (sainte) dans une autre langue et un avocat-interprète pour que vous compreniez qu’il faut que t’y laisses ton portefeuille. Eh oui on traduit pour faire du commerce principalement!

Langue des oiseaux: René Guénon précise que la langue des oiseaux donc des anges, est la langue des Dieux (donc des affranchis, les vrais dieux, sauf qu’ils n’y a qu’un dieu en fait, les autres sont des images et des imposteurs), une langue sacrée, langue des poètes, et des troubadours, le double sens qui redonne vie à la lettre morte, car la lettre est un signe, un symbole donc la langue doit se faire dans les 2 sens descriptif, et figuratif,  on la retrouve dans le Tarot aussi, donc dans la divination, devin, de divinus: interprète des dieux.

Le genre de langue que des gens comme Jésus, Socrate, etc… maîtri-saient pour se défendre (encore la guerre) contre le système par des paraboles, allégories, rhétoriques (voir Trivium), et autres analogies, c’est pour cela qu’on appelle Jésus, le maître, ou le messie, non pas qu’il avait des serviteurs, mais qu’il était l’informateur, la personne qui libère (liber mundi, le livre (code) du monde), donc voila, maîtriser la langue pour se défendre en Justice contre la loi du Juste, contre le code Justinien. (voir l’histoire de Jésus, le Dicautre de  Louis Rosier).

Il raconte aussi que Jésus chassa les commerçants et renversa leur étales… car comme en Chine, la classe des commerçants et la classe des esclavagistes, est très mal vue. Le commerce étant le business des esclaves… notre système du Capitalisme (un capital d’esclaves). En effet la bible peut-être lu de différentes façons. Il prêchait, ‘prêcher’: du verbe dire, dire avec conviction (‘convicted‘ anglais pour ‘être coupable‘). Formule magique = formule d’image = les phrases ou incantations (en-chant-ant).

La langue de bois, ou ‘xyloglossie’, parlée par les politiciens (polite: pouvoir) vient du russe, la langue de Chêne, des Chaînes! la langue de l’esclavagiste, une langue qui se déchaîne… forcement quand on est un enfant bien polie et bien polie (polir), on se fait reluire (relire et po-lire), on est en faite un polisson avec une langue de pute en bois! Un Po (ou bo/beau) liticien (licencieux) donc qui n’a aucune morale…

Thôt, « le scribe des Dieux », personnifie la connaissance et l’écriture, son « fils »Hermès le Tristmegistre ou Mercure, le hiéroglyphe du « fils » est le dessin d’un canard (un oiseau, le messager des dieux est l’oiseau).

« Je suis Thôt, le seigneur du Droit et de la Vérité. Je suis celui qui juge juste pour le Dieu. Je suis le juge des mots dans leur essence ».

« Je suis Thôt qui fait être Vérité la parole d’Horus » (l’Or), signifiant celui qui fait éclater la lumière. Et si tout les textes étaient des textes de Loi? Et ils le sont déjà! Mais cela remontre aussi aux Égyptiens, ‘le livre des morts‘, ne serait-il pas que le livre de Justice qui condamne l’homme à l’esclavage et en régit les règles, ou le livre de l’Affranchi? qui condamne l’esclavage?

Seul l’initié (celui qui déchiffre les initiales, sigles) peut révéler la vérité. Le dieu Thôt était le protecteur de l’écriture sacrée (hiéroglyphique) et donc des scribes (scribouillards!) il surveillait leur travail sous la forme d’un singe (signe, aussi un oiseau) babouin. Il était secondé par Sechat, la déesse, « celle qui dirige la Maison des Livres ». Il est marié à Maat (échec et…), déesse de la connaissance, de la Mesure et de la Justice…

Sur le nom des Dieux: « Qui pourrait sanctifier Dieu, puisque Saint au dessus des saints, c’est Lui qui sanctifie? ».

Dieu (le vrai dieu, vous-même, en fait on est l’image de dieu donc son servant souverain, on est souverain sur soi et on ne doit donc pas servir l’image de soi, l’homme de paille, ni les images des dieux, les nations et gouvernement: voir marcus, Servant King)…donc Dieu sacralise lui-même son propre nom.

Dans la Bible: « Je sacraliserai mon grand Nom, profané dans les nations, que vos profanez en leur sein. Et les nations pénétreront: oui, moi, IHVH, quand je me sacraliserai chez vous sous leurs yeux« . (Ezechiel XXXVI, 23). C’est pour cela que le nom de Dieu est sacré et glorifié, admiré, vénéré, etc… « Il restaure mon être et me mène aux rondes de justice à cause de son Nom » (Psaume. 23, 3). Enfin, il sauve: « Elohim, par ton Nom, sauve-moi » (Psaumes. 54, 3). Il les châtie aussi: « Répand ta fièvre sur les nations qui ne connaissent pas ton Nom et sur les royaumes qui ne crient pas ton Nom » (Psaumes. 79, 6).

N’être (naître) qu’un Numéro, c’est être un Nom-bre, c’est n’être que l’ombre de son Nom. Certainement le Nombre d’OR pour le CAPITALISME…

Les trois sens de l’Écriture: propre, figuré et hiéroglyphique, langue primitive de Babel (babbling en anglais, un enfant qui bredouille, qui babille). Clair, symbolique et sacrée. Le troisième ne se prononce pas… comme le nom de Dieu. Le savant grec Héraclite a exprimé les trois styles par: « parlant », « signifiant » et « cachant » (occultant).

Souvent, dans les films (ex: Harry Potter), un Dieu qui fait peur est défini par « celui dont on ne prononce pas le nom » ou dont « il ne faut pas prononcer le nom », et oui seul les Dieux ne portent pas de SURNOM…

Il y a trois lecture possible de la Bible, un reportage plein de contradictions mais donnant certaines clés, la deuxième est symbolique, la troisième procède d’une magie opératoire permettant de retrouver Dieu en chacun de nous (être libre de l’esclavage). L’impulsion qui, détermine l’auteur, à écrire; l’illumination de l’intelligence par laquelle Dieu suggère au scripteur (crypteur) ce qu’il doit écrire; et l’assistance qui préserve l’hagiographie (légende: du latin legenda, « ce qui doit être lu », une légende est une explication de la Glose) de l’erreur; ce qui explique qu’on puisse écrire dans une langue dont on ignore tout.

Dans le langage Hopi: trois modes: certitude, probabilité et imagination suivant trois combinaison d’un fait observé, rapporté ou rêvé.

« Le mot c’est le Verbe, et le Verbe, c’est Dieu »: Victor Hugo.

« Ce Nom qu’en expirant (expirer, arriver au terme du contrat, mourir) le passé nous légua (un lègue: après la MORT, légende) sera continué par ceux qui sont à naître et tout l’Univers n’a qu’un objet (Sujet, Verbe, objet): nommer l’être ». — Victor Hugo.

Il arriva à Rabelais de composer des mots de trois lignes de longueur qui, pour le profane, ne signifient rien. Ces termes incompréhensibles au vulgaire, taxées de « simples cliquetis de syllabes » ont, en fait, une énorme puissance.

« Parce que, le sage Salomon… sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme » — Pantragruel — Rabelais

(Toujours tiré du Dicautre) L’œuvre de Rabelais est une dénonciation véhémente de l’absurdité des guerres et des religions des politiques et des pathologies mentales qui empoisonnent la vie des hommes. Son existence ayant été marquée par soixante guerres, il a pu apprécier la folie des Grands accablant de malheurs les peuples de la Terre. Son appel à la Sagesse, la Sophia, est parfois pathétique. Bravant (être franc, affranchi) les bûchers de l’Inquisition, il s’élève contre la papauté et le souverain pouvoir de l’église de Rome. Il prend le risque de claironner:

C’est à cause des religieux que les états sont en guerre. Sans les religions maléfiques et les stupides croyances qu’elles veulent imposer aux hommes, le monde entier pourrait vivre en paix et en bonne harmonie.

Prêcher vient de dire: dik montrer, Dike: la règle, le droit, la justice (en anglais, dick est la bite), dicis causa=à cause de la formule juridique, dikasterion: tribunal, dex-= un nom d’agent, indicium, indication; judex est celui qui dit le droit (juda) et le juge, vindex est le défenseur, vengeur. Veridicus est la vérité, dicio est la parole, benedicere: dire du bien (bénir); considérer: conclure un arrangement, pacte, formule d’entente, une condition d’esclave (conditio: ensevelir un mort, fonder, cacher, fixer une affaire, un pacte; condomium: du latin voir con- et dominium. ), interdicere: interdire, maledictio: dire du mal, in-jure.

Dictare, dictus, dire à voie haute, dictateur, dictatura; dicare consacrer une divinité, abdicare, judicare: dire le droit.

Prêcher: praedicare, preechier, sermons (serments, sert-ment), dire en public, vindicare, venger.

Dédicace: consécration d’une église, d’un livre. Dictée, dictatorial: sur le modèle de sénateur. Conditionner: soumettre à ses conditions (d’esclavage). Mais issu du grec: Police (d’assurance), contrat, certificat, polizza, aussi Syndic (syndicat de la mafia), juré, échevin, mandataire d’intérêts commun, procès-verbal. Syndiquer: demander des comptes, etc…Sénat, c’est Scène-acter…

Forge:

Le chemin du Swordsmith ou Wordsmith: Le Forgeron, et oui, nous aussi on a le droit de falsifier jouer avec les mots, carte, tarot ou rota-t, black jack, jeu de loi, domino(er), e-chèque: La métallurgie des Mots forts gèrent la méthode (métaux-d’œufs) démo:

Lire la (1) définition du mot, ses origines ou son (2) étymologie, sa (3) phonétique (phénicien, le son, télé-phone) ou « C » et « C’est » « Essai » et « Ses » et « Sait » etc… guerre et guérir et gai rire, « O » et « Eau » et « Oh » et « Au » (Or) et « haut » et « os »; (4) couper les mots, c’est la c-roi-x et la ban-ni-ère, et pas forcement comme l’étymologie le fait; (5) mélanger, la cuicuisine, mélanger les langues, les sens, ‘homme’ est ‘ohm’: la résistance et ‘home’ est ‘maison’ en anglais, ou ‘OM’… un bon mélangeur est le wikitionaire, du bon matos: rhotacisme, boustrophédon, anagramme, métonymie, etc. (6) distribuer et/ou lancer les dés ou lent c’est l’aider, changer la vitesse de la diction et de l’écriture, la modulation, la vibration. (7) intuition.

En passant, « jeu », en anglais est « game » qui est « gibier » pas loin de « gibet » de potence, donc jouer (competition), c’est chasser le gibier, qui n’est, ni plus ni moins, que le terrain de chasse du maître des lieux et du jeu (chasse à Cour), donc du bétail laisser en liberté, et « j’eu » n’est pas « être » mais « avoir été » et donc « ne plus être« ; et « j(e)u » et le j(e)us du j(e)ustinien de cash cash des mo(r)ts; mais pas le j(e)(s)us du « Je suis », l’Être, l’Âtre qui met le (j)feu à l’Avoir, nous sommes toujours dans la pièce de T-Âtre, dans l’en(v)fer du décor(p).


Fiction:

fictor est sculpteur.
fictoria est les Arts Plastiques (que dire de Victoria, la reine, la deesse) une statue fictive.
fictum est un mensonge.
fictura est une composition de mots.
fictus de fingo est ‘faussement’.

latin ‘fingo‘ De l’indo-européen commun *dheigh (« mouler, façonner ») qui donne le grec ancien τεῖχος, teikhos (« mur ») et θιγγάνω, thigganô (« toucher »), le sanscrit degdhi, au tchèque díže (« pétrin »).

fingo : fait, façonné, feint, etc.

Façonner, former, représenter, sculpter, pétrir, modeler, faire, créer, bâtir, produire. Façonner, former, représenter, sculpter, pétrir, modeler, faire, créer, bâtir, produire. Fortification, forteresse, fort. Place fortifiée, place forte.

Forti, Château, Bank, Berge, Borg,

Du gros bétail? (au détail! bail et paille!), donc un cheptel et du chattel donc garder par la place forte, le château, garder par le bailif-sherif-shetar-

juge, berger et saigneur, un château-fort comme un Tribunal!!! Pour se faire héberger? La lex fori est la loi du plus fort!!!

Berg signifiant (« haut, mont »)  sur les contre-forts donc les Berges, et donc dans la chambre-(étoilée)-forte et coffre-fort lol donc pour les Fort(une). Une pour tous et toutes pourries! Car les Berges en anglais sont les Bank/Banques… ces rives qui canalisent et (bank)routent le flux des eaux, les courants et les monnaies courantes! L’Amirauté. Et j’ai déjà démontré que les Berg ‘sucré’ sont les Borg… anisation… de jolis beignets dans l’argent et  l’or(dre)x3.

On retrouve « For » dans le Cornu:
For :
1 – Tribunal, juridiction ; s’emploie encore (en français ou en latin) dans certaines expressions qui énoncent en abrégé des critères de compétence législative ou juridictionnelle, not. en Droit international privé. Ex. *clause d’élection de for, loi du for (V. *lex for), privilège du for (privilège de juridiction qui consistait pour les clercs, en Droit canonique, à ne pouvoir être assignés que devant le tribunal d’Eglise).
2 – Par ext. le tribunal de la *conscience (souvent nommé for interne ou intérieur).
Ex. la locution « en son for » (en son âme et conscience) exprime qu’une question au regard du Droit positif est un choix de conscience (option politique, liberté religieuse, exécution d’une * obligation naturelle) ; on dit encore qu’elle relève du for interne.
Comp. *intime *conviction, foi, non-droit.

On constate que dans le droit international lié au droit privé, le droit canonique est présent. On retrouve aussi les clercs : officiers publics : clerc de notaire, clerc d’avoué, clerc assermenté d’huissier qui sont liés aux possessions de biens. Cela donne aussi un terme (for) qui peut être utilisé pour des courriers liés au non-consentement.

Intéréssant, ‘for‘ ici est lié au Pouvoir donc, mais aussi à son Pouvoir Intérieur, notre Âme et Conscience, et Spiritualité. (forme, formulaire, formule, uniforme, conforme, formation, information et forfait, forum… encore plus intéréssant!).

forum

fuer
la taxe et le tribunal, c’est l’origine de ‘fuir‘!!!

De foris (« porte, sortie ; dehors ») soit, étymologiquement : « lieu extérieur ». Forum, la place forte, la banque, le marché (commerce), carrière politique, le Bourg! (Borg!). De l’indo-européen commun *dʰwer-  (« porte »). Donc on retrouve les ‘huis’ et huissiers! dʰwer etant dʰwar donc ‘guerre’ (gʰwer; gʰwar)! (Porte et Port bien sûr).

En anglais, « Cour » est « Tribunal »…. On retrouve « Tor », « Deur/dieu », « Dor, Door », trop plein de liaison à faire!

Latin de cuisine: langue ‘glosée’,  Dans « Les aventures de Robert Fortune en Chine » sur Arte: les chinois ont quatre classes sociales: la plus haute « les lettrés », puis les artisans, ensuite la plus basse: les commerçants, certainement très riches, mais parce que dans le Confucianisme, le commerce c’est exploité les gens et cela est très mal vue, ni plus ni moins que de l’esclavagisme, et finalement la sous-classe, les paysans sans-terre et les citadins qui travaillent avec leurs mains, les esclaves, des hommes de mains; et les cuisiniers étaient des hommes de main… A l’Époque, les commerçants circulaient comme en Thaïlande et partout en Asie et En Europe par les voies fluviales, et maritimes, d’où l’importance pour Romley des lois maritimes…

Patronne de restaurant cherche cuisinier pour passer à la casserole

C’est donc la langue des illettrés, langue du serpent, langue morte appartenant au VATICAN et à l’Empire Romain, langue de l’Administration (Civilis) (donc de la guerre et de l’esclavagisme, de la Domination sur une cité, un pays, une région, etc…) avec des règles, le code Justinien (Jus), le code du Juste lol? bien au contraire!!! le code du Faux, des faussaires, des fossoyeurs, le langage des Morts (Corpus). La langue de bois, de chêne, des chaînes…des enchaînés, la langue des esclavagistes lettrés (ou très laid!).

Un mélange de sigles, de symboles, d’images qui avec un mélange de règles de grammaire et d’orthographe différentes, impôt-se une recette bien a(i)mer et in-digestible,  un tout bien cuicuisiné par les Arnaqueurs et Trompeurs, la pyramide des maîtres: administrateurs de l’État et des Corporations, puis l’Échelle de la noblesse, des riches, et des Rois, mais qui sont toujours dominés par Dieu, l’Église Cacatholique, les alcoolique du Pouvoir caca de l’Esclavagisme, le VATICANCAN qui nous fait danser comme le fou sur les braises du Bûcher (bois, travail) où préside la Croix, le Christ. On l’a vu, Christos, le vrai centre à la croisée Maître-Esclave, notre propre pouvoir tout puissant (G.O.D.) sur l’Existence, l’affranchissement de l’Esclavagisme. La trinité de l’Affranchi…(voir plus bas)

Une petite pensée pour Corinne Gouget (voir articles) qui avec son petit livre, des additifs alimentaires, nous donnait un Glossaire, elle nous apprenait le Latin de cuisine des Industrielles (Corporations), on pouvait en déchiffrer et lire ses codes (E620, etc..), ceux du Codex Alimentarus: le recueil/registre des recettes de leur guerre chimique (la sacro-sainte sécurité (in)sanitaire). La langue des poisons et des potions des SORCIERS-CUISINIERS de l’Agro-ali-menteur…

debased
définition de « base » en anglais.

« Dog Latin« , en anglais donc, l’équivalent du latin de cuisine, « debased: alloyed, counterfeit of inferior quality, devoid of honour, ignoble, base currency held by villein or other ignoble service, illegitimate« , an obsolete spelling of, old french bas, latin bassus: contrefait, de qualité inférieur, sans honneur, ignoble, monnaie courante détenue par un Vilain ou tout autre service ignoble!!! LES BANQUES! « Un orthographe obsolète, vieux français, latin bas ».

Latin de cuisine: langue debasée, langue-base: langue constituant la base, la souche d’une autre langue. le LATIN-GLOSÉ prend des traits d’union d’après le dictionnaire Black’s Law et la définition du langage des signes, langage illustratif de symboles, de signes, d’image, de hiéroglyphes, un langage de singe. Faire des singerie, c’est être fou. On ne peut donc pas comprendre cette langue. Dé-conjuguer la base, c’est perdre la grammaire. Perdre le sens, perdre le nord.

Exemple de Glose, on voit bien qu’il y a plus de Glose que de Texte!

C’est aussi la GLOSE, le langage du Glossa-ire, utilisé par les Glossateurs, et des Postglossateurs analysant les textes du Corpus Juris Civilis. C’est pour cela que Romley explique ce terme et pourquoi la chaîne du tube est nommée la Chaîne de la Glose. La langue du Serpent.

11-147b
Définition du Chicago Manual of Styles, article 11:147

Alors TOUT MAJUSCULE ou TOUT CAPITAL? car TOUT CAPITALISME serait un peu plus approprié! Car le registre des COMPTES des NOMS est le CAPITAL de toutes ces CORPORATIONS, entreprises, sociétés, banques et états.

L’Usage des Majuscules en Français. La différence entre Capitale et Majuscule. L’emploi des traits d’unions.

Les règles Majuscule/Minuscule.

Les accents sur les capitales

Dans la mesure où les claviers des appareils permettent d’obtenir des majuscules accentuées, il faut placer tous les accents et les signes diacritiques sur les capitales, sauf pour les sigles et les acronymes lorsqu’ils sont écrits en capitales.

L’accentuation des Majuscule par l’Académie française.

L’Usage des Majuscules en Français. La différence entre Capitale et Majuscule. L’emploi des traits d’unions.

LES FILS LEGITIMES DE LOUIS XIV. Ici, l’ambiguïté est grave, puisque le sens de la phrase peut s’en trouver radicalement changé : les fils légitimes sont justement le complet opposé des fils légitimés

Les règles Majuscule/Minuscule.

Les accents sur les capitales

Dans la mesure où les claviers des appareils permettent d’obtenir des majuscules accentuées, il faut placer tous les accents et les signes diacritiques sur les capitales, sauf pour les sigles et les acronymes lorsqu’ils sont écrits en capitales.

Introduction
«… Donner aux mots une importance qu’ils n’ont pas, les monter en épingle
en les affublant avec emphase de lettres capitales imprévues,
c’est ignorer que la majuscule n’a d’effet que si on en
use discrètement; l’employer sans distinction
revient à souligner tous les mots,
c’est-à-dire n’en souligner aucun. »

«L’abus des majuscules — dénommé par d’aucuns majusculite
trahit le gout de l’hyperbole prétentieuse, un certain snobisme
de l’effet. Psychologiquement, on peut y voir une marque
d’obséquiosité; le commerçant croit flatter le client
en le décorant d’une capitale, et le subalterne
s’humilie de la même manière
devant son supérieur.»

De l’emploi de la majuscule, Fichier français de Berne (Suisse), 1973.

TOUT MAJUSCULE ou TOUT CAPITALISME, finalement voir l’article sur le Bon Usage pour les aficionados de la langue et les détails; mais sans avoir encore tous les détails, cela résume les recherches de Romley & Co, qu’un texte écrit en tout-capital n’est pas légitime, et ne respecte pas les règles grammaire/orthographe de la langue française, pour le comprendre à l’écrit en tout cas, même si cela est trompeur. Il est écrit dans la constitution de 1958 que le français est la langue officielle

La bataille finale:

On ne peut donc pas comprendre, ni lire un texte tout-capital car il n’est qu’une succession de SIGLES nécessitant une explication de texte (un glossateur ou glossaire). Les glossateurs étaient des jésuites, cette épidémie de Majusculite (une enculite aiguë pour tout dire) n’est donc qu’une Jésuite, une inflammation du Jésus, Je suis X, le Christ, je suis né sous X (sur les registres), sous la bannière et le bagne, le sigle, la signature, l’image de la Croix, la croisée de la Trinité Maître-Esclave (à la croisée et aux croisades); et l’Affranchi (est son centre), le vrai pouvoir, l’eXistence; bien au-delà de la (petite) vie d’homme (mort) vivant du faux D.I.E.U (le VATICAN, le pouvoir, l’esclavagiste, tous nos maîtres); mais de notre Liberté, le vrai D.I.E.U (notre propre pouvoir).

Le Chrétien (crétin): tiens la croix, c’est une encoche sur le bois (papier), c’est encodé; caché et occulté; alors X devient introuvable (comme en Math), c’est l’inconnue (comme le soldat): la PERSONNE! Codée par le code Justinien (un numéro de registre maintenant). Le codage PERSONNE remplace le Prénom Chrétien. On est en faite toujours en Administration donc en Guerre. Entre guerre et guér(r)ir, il n’y a que le « i » de la Paix, la Paie, le paie-encore du Païen, opposé au Xtien, c’est faire campagne (comme les politiques, la guerre de pouvoir) contre les Pays (paie-i), le « i », illumine et met en lumière le « X », la croix sur le plan de bataille. Mais le « i » se confond avec le « p »: « p » a « i » « x » pour former le Chrisme XP, (en voir la représentation ci-dessous) P est l’axis mundi, l’axe du monde et X, le centre, entre l’alpha et l’oméga.

Les jésuites sont donc des COMPTEURS d’histoire, du coté obscure, les glossateurs et faussaires de la bible et de l’histoire, ils ont utilisé ce pouvoir des « lettrés » pour tromper les « i »lettrés, car luc’i’fer (lu cypher, lire les codes, déchiffrer) est aussi le (rat)porteur de lumière, l’éclaireur, l’éclaircisseur de la connaissance, en l’occurrence, la naissance du con, sous X. Les traducteurs du Glossa mettent la lumière sur des textes obscures, mais les jésuites, les maquillent! (Rohan décrit Lucifer comme ‘lieu-cipher‘, au lieu d’être écrit en anglais, cela est codé). (voir Lucifer plus bas)

Ils traduisent dans une langue faussaire et imaginaire, une langue qui n’a pas qu’un faux air (glossa) d’esclavagisme, car elle nous mets sous « X », les Maîtres des X ou la c-roi-x, croire. Le « glossy paper » en anglais, ou le papier (cul-te) brillant, avec une couche brillante lumineuse, qui éclaire le papier, apparaît comme le cheval (de bataille) de Troie d’une guerre subtile, cachée, et occulte. Non plus des textes « sacrés » mais plutôt des textes « sacrifiant »!

Et cette langue imaginaire, comme dans tous contes (comptes), peut faire des miracles et même ressusciter les morts par l’affranchissement (voir l’histoire de la résurrection de Kate MIDDLETON), l’Affranchi (franc = être droit), le vrai(ment) ‘Etre’ Droit, être de plein droit= « Naturalis« : barbare, inculte (sans culte, sans religion) et naturel; anarchiste (sans système politique) libre de tout, et libre de tout D.I.E.U. Dieu est l’affranchi, celui qui ne paye plus cette dette imaginaire et fictive (de guerre), sortie(lèg(u)e) tout droit d’outre-tombe, des comptes de Gri-gri-mots…(maux)…R.I.P: le « Rest in Peace » ou Repose en Paix (Pacte) des tombes. Le vrai affranchi trouvera la Paix en lâchant (lâche) la guerre mais pour cela il faudra beaucoup de cou-rage. Le juge ressuscite les morts aussi dans les pays anglo-saxons, quand il rentre dans le tribunal, il est dit « All rise », Et tout le monde se lève pour Damnette car le citoyen mort doit se relever pour pouvoir donner son pouvoir de pouvoir (patrimoine, consentement tacite, accord, etc..).

Affranchi

Mais l’Affranchi est un mot de transition vers l’Homme:

Car un Esclave affranchi reste un Esclave Citoyen! L’Émancipation (de la femme), n’est simplement que la libération d’une couche d’esclavagisme, on monte en grade! On était esclave, on devient esclave-citoyen!

« Dans la Rome antique, un affranchi ( (la) libertus ou libertinus) est un esclave qui a été affranchi par son maître par une procédure appelée manu missio ou manumission. Il devient un homme presque libre, il reste client : il n’a pas tous les droits de l’homme libre comme le précise le statut dans le système légal romain (en). Les enfants seront des hommes libres à part entière. L’esclavage est donc tempéré par l’affranchissement : celui-ci est une étape intermédiaire entre l’esclavage et la liberté (libertus). »

« Les esclaves ruraux, la familia rustica. Il y a une grande différence entre le sort de l’esclave qui travaille dans une petite propriété ou dans une exploitation moyenne et celui de l’esclave attaché à un grand domaine.

À une époque ancienne, le petit agriculteur possède peu d’esclaves, parfois même un ou deux seulement, qui lui suffisent à cultiver sa terre. Le maître demeurait proche de l’esclave. Maîtres et esclaves travaillaient côte à côte et leurs vies présentaient, dans leur rudesse, bien des traits communs (Juvénal, Satires). » (cela ne vous rappelle rien? Patron/ouvrier-employé?)

« En droit romain, était un latin junien, en vertu de la lex Iunia Norbana (vers 17 av. J.-C.), l’esclave n’ayant pas été affranchi dans les formes solennelles du ius civile ou ayant reçu la liberté d’un propriétaire bonitaire. » (Juste pour faire voir que Iunia, peut se lire lunia donc lune…).

On a aussi la Lex rustica, qui est le code d’esclavage des paysans, il est similaire à la Lex Rhodia, Loi d’Amirauté Maritime. Elle impliquait de très lourdes taxes. Ces esclaves étaient donc réunis en Commune rurale (rustique, rural, rue, pays, paysan, payer), donc on retrouve ce vocabulaire esclavagiste chez nous de nos jours!

Esclavage dans la Rome Antique

L’affranchissement est un peu comme si vous démissionniez de votre boulot, un temps de liberté mais toujours citoyen…

« On devenait esclave pour dettes, en tant que prisonnier de guerre, à la suite d’un acte de piraterie, par déchéance civique, par traîtrise, en raison d’une mauvaise conduite ou encore en étant un enfant d’esclave. Un enfant abandonné et recueilli pouvait également devenir esclave. Contrairement à l’esclavage en Grèce antique, où le statut d’esclave pouvait être considéré, par exemple chez Aristote, comme celui du ressortissant d’une espèce de droit naturel (certains hommes étant considérés comme esclaves), l’esclavage à Rome était considéré comme l’effet d’une institution juridique et d’un fait empirique (conquête, naissance d’un esclave, etc.). »

« l’esclave public (servus publicus) appartient à l’« État » (la cité ou Rome). Il assure les tâches d’intérêt général, et travaille pour les services municipaux : là encore, les situations sont contrastées selon que l’on est affecté à la voirie, au service des bâtiments publics, ou au contraire aux tâches administratives. »

« Les révoltes d’esclaves de la Rome républicaine sont qualifiées de guerres serviles ou révoltes ancillaires.« 

« Un Romain de la République peut devenir esclave pour dettes : c’est le nexum. » (Avis a ceux qui lisent le magazine « Nexus« …)

fers d’esclave romain
Des esclaves servant du vin, on remarque leur amulette contre le mauvais oeil (ça doit pas marcher! Article a venir mais voir celui-ci)

Les prêtresses de Circé s’y livraient à un rituel d’affranchissement des esclaves dont nous connaissons certains détails. On faisait asseoir l’esclave sur une pierre, dans le temple ; on lui couvrait la tête du bonnet de laine appelé pileus en latin, et l’on prononçait la formule : « Bene meriti servi sedeant, surgant liberi », Qu’ils s’assoient en esclaves méritants et se lèvent en hommes libres. Le Bonnet Phyrgien, voir le symbolisme français, Plaute qui fait dire à l’esclave Sosie : « Aujourd’hui, chauve et le crâne tondu, je coiffe le bonnet d’affranchi »

L’auteur de l’Odyssée semble ainsi se référer à un cérémonial d’affranchissement d’esclaves, sortant de la dégradante condition servile, pour se redresser, « plus beaux et plus grands », καλλίονες καὶ μείζονες dans leur condition d’hommes libres. L’ethnologie est riche d’innombrables cas analogues de rencontres entre populations indigènes et explorateurs.

Res publica et Rei-pvblicae est Reich public…

« res » est la « chose » publique donc, respublica, représentant des « tribus » — devant le Sénat romain composé des patriarches des familles connues de Rome. Le Senat ou SPQR, Senatus PopulusQue Romana…  je pense que Populusque est plus les gens du Pape (Pope)… donc du « roi », et « royaume » (realm/territoire)… en gros, propriétés terriennes, meubles et immeubles inclus! Aussi « Riche » donc ‘triche’ et ‘Rights/Droit’, probablement ‘rite’… je suspecte que ‘greich’ n’est pas loin de ‘great’ donc ‘great britain’, donc de ‘greet’ (salut) et du salut romain et nazi et donc du salut religieux… ‘grealm’ donnerait ‘great’ (alm = al-messe et plus)… bref…

Libre/Liberté:

Qu’est-ce que la liberté? Est-ce un synonyme d’être libre? Ou d’avoir des libertés?

Jordan Maxwell, défini la Statue de la Liberté, Liberty en anglais comme n’étant pas pareil que « Freedom« , être libre, voir gratuit car « free » est « gratuit ». Liberté, serait avoir (et non pas être≠avoir) des libertés, qui sont « données » ou plutôt autorisées par le Capitaine d’un Bateau/Navire/Vaisseau, il a quartier libre… il a une permission (Comme pour l’Armée, mais il doit revenir sinon c’est la cour martial (mer-ciel)), on note l’utilisation du verbe « avoir » à l’opposé du verbe « être« … il a quartier libre mais n’est pas libre… soumis (sous-maître) à des conditions (esclavage consenti, contrat, contre rémunération donc prostitution, commerce, c’est pareil)…

Liberté et Libre, viennent tous deux de liber… livre… qui donne aussi libérer, délibérer (délit-béret), délivrer (libérer de la prison) ou livrer un produit (par la Poste). Avons la source de la dualité lol duelité! Libra en anglais est le signe de la Balance (donc de la justice)… on a aussi la mesure « la livre » qui est aussi la devise anglaise, de la city de Londres. Donc quand on a des libertés c’est donc qu’on n’est pas libre, on a des obligations et devoirs en dehors de ces libertés.

Donc en ce qui concerne la liberté, il ne faut pas l’avoir (propriété, esclavage, on ne peut être propriétaire de rien, quand ultimement tout ‘appartient’ à tous, dans la jouissance et l’utilisation uniquement, mais il faut l’être… donc tant qu’on n’incarne pas vraiment d’être la liberté (la vraie Statut, le sien, le notre, le votre), alors on sera toujours à la recherche de l’avoir, de s’avoir (savoir), cela passe par l’information en effet, car les barrières mentales sont nombreuses…

La peur ralentit l’énergie et lui donne forme, sous forme physique et matérielle, l’énergie devient matière, ralentit et figée par la peur… c’est pour cela qu’on A peur, alors qu’il faudrait ETRE la peur pour s’en A-ffranchir (pour la franchir). L’A en forme de PyrAmide! Et son Œil.

Le marin n’est pas libre, car il est assujetti à la loi de mer, ses vagues, ses vents, ses courants, ses pirates, etc… on ne peut ramer (armer) plus vite que son ombre alors qu’un terrien (qu’il soit t’es rien ou qu’il erre, car bien sûr il est rien car il n’a rien, 3 fois rien, ter-rien, il faut a tes rires), lui, peut être libre de choisir avec sa propre responsabilité et avec ses jambes de fuir/courir, se battre ou être immobile (le silence qui consent)…

Libre: du latin liber (« libre », « sans entrave », « indépendant »).

Ou on pourrait la définir autrement, par l’extérieur, on veut simplement être libre d’être et de suivre notre volonté propre, sans entraves, sans restrictions, de pouvoir juste vivre spontanément dans l’instant de notre instinct, inspirations et envies, dans la créativité et donc dans l’âme-our et pas dans la peur. Bref, les philosophes ont eu le temps d’en discuter depuis des millénaires mais il semble que cela soit une fiction, alors qu’on sait que c’est la réalité, et pourtant la réalité est la fiction! D’OH!

(voir la définition dans l’article « le Trésor français a été vioilé« )

dixit Jordan Maxwell, c’est pour cela que la Statue (State=Etat) de la Liberty, n’est pas la ‘Statue of Freedom’ car la Liberté est soumis aux Statuts et Actes conférant des Privilèges et non pas des Droits. Vous n’êtes pas Libre. Et donc elle n’a pas pu être posée sur la Terre ferme mais dans le Port et donc dans l’eau et la Juridiction de l’Amirauté.

CHAPITRE Ier De la liberté par Épictète

En anglais (Aventine Triad, antithèse de la Triade Capitoline), il y a une trilogie ou trinité de Cérès, Liber et Libera. Elle est liée au culte de Dionysos et Baccus pour Liber, Cérès (Déméter et l’abondance) c’est les céréales (ergot de seigle?) donc cela a l’air d’être une espèce de libération par l’alcool et les drogues car Proserpine est Circé donc une sorcière utilisant l’Atropine! Le pain, le vin et le boursin (bourre seins) en gros! Aussi Ariane, dédiée à Libera triformis, il s’agit évidemment d’Hécate.

Accord, Contrat, Agréer, Agreement

Le gréement d’un navire à voile (rigging en anglais) est l’ensemble des pièces fixes et mobiles d’un navire, permettant la propulsion et manœuvre d’un bateau par la force du vent.

De gréer avec le suffixe –ment. (mentir)

Contre gré, c’est bien contre votre accord, contrer l’accord/gré, contrat, contracter… c’est accoucher.

Le gréement c’est pour le commerce sur les mers, il faut le vent en poupe, c’est ce qui fait naviguer votre bateau/vaisseau de l’avant, c’est l’art de (ad)dresser, manipuler/manoeuvrer/contrôler/diriger/transporter/esclaver, et d’utiliser les cordes, chaînes et autres objets qui supporte le mat et la voile, voiles aux vent, vols aux vents, ventes….ca (con)sent l’arnaque, et arnaque en anglais c’est ‘rigged‘, bref un jeu truqué, une escroquerie.

Ensemble des choses qui servent à gréer. Comme les cordes et les chaînes!

Cordes (coordonner) se retrouve dans accord, donner son accord, donner sa corde, son gréement, son gré, agréer! Se lier avec la corde/l’accord, un lien, se relier (religion… il y a bien une croyance que l’on doit obéir… et surtout payer aux Dieux, le Dieu argent)

-Garnir un bâtiment de tout ce dont il a besoin pour être en état de naviguer.

[on le retrouve dans habiller, maquiller (fal-si-fier)]

-Se munir de (munition), se doter de (dote/dotation), ou encore revêtir (personnification).

Anagramme de gréer = gérer

agrès: Sans doute apparenté à l’ancien français agresseaigreur ») avec le sens de « personne aigre, déplaisante », ou dérivé du radical de agressif, agression et le sens de « personne qui agresse, déplaisante ».

De l’ancien français agroi, agrei, ag-rei ou rei est roi pour celui qui domine l’accord.

Déverbal de agréer (« arranger, disposer »),

-Armure, équipage, harnais, parure.
-Entretien, culture d’une terre. (on se rapproche du féodal ici)

-Donner satisfaction à quelqu’un.
-Payer.

-Approuver, agréer, consentir. (consentir c’est sentir le con (sens: con/vagin/arnaque/compte-rat))

Du latin gratari.

grator/gratus, agréable, mais ça sent la gratuite tout cela! la gratuité du travail que font les pauvres pour le riches de part leur accorde tacite!

Bref, la plaisance, le plaisancier, la croisière (avec la bannière) qui va bien, port de plaisance…

Félicitations/féliciter, se réjouir de.

Et ben si on re jouit, c’est la fête du con ou du compte/compte (T) Rat/Ra/Rater, tu te gardes toute la tune, t’es un vrai rat!

Reconnaissant, qui rend grâces. (surtout reconnaît sa dette, on prit/prend, prier donc payer, foi…croire).

Je dérive mais j’avais déjà explorer ‘gratuit’ ‘prier’ et ‘croire’, je ne peux faire tous les jeux de mots anglais sur les équivalence mais y en a pas mal!

L’accord(é)on ombilical de la reco-naissance de la dette.

« ne con-sentez-pas mais sentez le con venir… »

davit ou bossoir… bosser!

Affidavit:

En anglais, un ‘davit‘ est un ‘rescue boat‘ ou cannot de sauvetage et un affidavit est  lié à ‘fido‘ donc ‘fiducie’ qui est le trust donc la confiance, ‘se fier‘, fidélité et aussi affirmer donc affirmer ou se fier au vaisseau de sauvetage, l’affidavit est donc un vaisseau de sauvetage affirmant sa libération sur la mer du commerce, lui permettant de revenir du royaume des morts-vivants dans le vivant, sur la terre ferme, pour y trouver le trésor marque d’un X sur l’île au trésor public/privé. La Terre étant toujours le Corps (dixit Kurt Kallenbach).

Emploi, Employé: Littéralement décéder!

De employer, ployer…

Du latin implicāre (« impliquer »).

Fléchir, plier sous le poids, (dé)céder, se courber. de plectopunir, châtier, ((Verbe 1) Apparenté au grec ancien πλήσσω ou πλήττω, plếssô, plếttô (« frapper ») → voir plangoÊtre battu, subir une défaite. Battre la monnaie. De l’indo-européen commun *plak [1] (« battre ») « se frapper la poitrine en signe de douleur et de deuil » vers « pleurer ». Pleurer, déplorer, se désoler, se lamenter, gémir.

Donc c’est pas bien mieux que le Tripalium du Travail!

bossoir

On sait que travail dérive de tripalium, c’est un instrument de torture, donc maintenant on va bosser mais bosser dérive de bossoir, un autre instrument de torture! C’est le même marin/matelot/esclave qui doit remonter à la force des bras par une poulie de lourdes charges, comme l’Ancre d’un Navire/Vaisseau.

Bossoir: (Marine) Potence servant à hisser une annexe sur un navire.

Bosser c’est allé à la potence et se faire pendre ou prendre par la mer ou Loi Maritime.

En anglais, « to employ » et « ploy » est le stratagème, la ruse, un coup monté. L’emploi ou du travail est « employment » donc « la ruse qui ment ».

Gagner (sa vie?!):

Gagner ou gage nier, un non-gage, donc une non-punition à défaut de perdre.
Engag(n)er c’est se battre, perdre ou gagner, avoir un gage, la compétition ou la petition (pacte/avis/déclaration) du con.

(1135) De l’ancien français gaaigner, du bas latin *wadaniare, emprunté au vieux-francique *waidanjanpaître »). (ne pas être).

Paître comme un mouton, une vache à lait…

Per(d)ce-voir des gains donc tu gagnes mais tu perds tous le temps en faite…

(1135) De l’ancien français gaaigner, du bas latin *wadaniare, emprunté au vieux-francique *waidanjan (« paître »).

piller!!!

Trafiquer, commercer.

Gagner la guerre, piller.

Latin Médiéval  ganō (“acquérir, saisir”). Du Frankish *waithanjan (“chasser, poursuivre, paître”), du Proto-Germanique *waiþanjaną.

Wadanio

(Latin Vulgaire) Je poursuis, gagne, mérite.
(Latin Vulgaire) Paître, tondre, faucher.

Couper l’herbe ou faucher, quand on a plus de gains, on est fauché.

Du Gothique * (*ganan, “convoiter”). Comparé Vieux Nordique gana (“être avide”), Norwegien gana (“lorgner”).

En anglais ‘Win‘.

De l’anglais moyen: winnen, du vieil anglais winnan (“to labour, swink, toil, trouble oneself; resist, oppose, contradict; fight, strive, struggle, rage; endure”) (vieil anglais ġewinnan (“conquer, obtain, gain; endure, bear, suffer; be ill”)), du Proto-Germanique *winnaną (“to swink, labour, win, gain, fight”), du Proto-Indo-Européen *wenh₁- (“to strive, wish, desire, love”). Bas germanique winnen, Hollandais winnen, Allemand gewinnen, Norvégien Bokmål vinne, Norvégien et Suédois vinna.

De l’anglais moyen winn, winne, du vieil anglais winn (“toil, labor, trouble, hardship; profit, gain; conflict, strife, war”), du Proto-Germanique *winną (“labour, struggle, fight”), du Proto-Indo-Européen *wen– (“to strive, desire, wish, love”). Allemand Gewinn (“profit, gain”), Hollandais gewin (“profit, gain”).

Votre gagne-pain c’est quoi? C’est la baguette de pain? Baguette magique qui n’est rien d’autre que l’Épée… Le con-bat moderne du stylo ou de l’ordi pour aller travailler la compétition du commerce pour gagner son pain rassi.

Tatouage: Marque d’esclave (marque les esclaves, les animaux, les prisonniers), appartenance à une tribu, un clan (Yakuza) donc soumis à des coutumes: conditions ou lois ou devoirs… Étymologie = 3, la trinité, de « ta » famille donc appartenance, possessif, propriété, du latin « tua« … « tuu« , ton maître en possession de toi… donc « tuer« ,  de l’ancien français au sens de « frapper, assommer », issu du bas latin tutare « éteindre (un feu), étouffer », altération du latin tutari (« protéger, garantir de »). Le plus populaire, le papillon? C’était en effet ce motif qu’on tatouait sur les prisonniers, vous rappelez-vous le film avec Steve McQueen? Papillon… Alors avant d’utiliser un symbole… Peut-être faudrait-il se bien-former pour éviter de se con-former… (voir article santé tatouage)

définition de « branding » en anglais, donc les marques, le marketing, the mark, market, marché, mar, la mer!

« D« , du grec « Delta« : Δ est la marque qui montre ou affirme la propriété de quelque chose, donc l’esclavage (voir en anglais, la super conférence sur le puçage électronique). Les grecs marquaient les esclavages avec Delta, « doúlos » donc avec la lettre bas de casse delta: « δ »: « δούλος » qui veut dire esclave (signifie aussi « porte » et « vulve »). La Pyramide?! Inversée est un Vagin.

tatouage angelina jolie esclave
Angelina Jolie se recouvre de Tatouage de plus en plus lol et moi ce que je remarque, c’est la menotte d’esclavage avec le sac… ingénierie social et symbolisme!

Voter, Voler, Volt: (voir article)

De voveo: charger d’offrande. Et votum: promesse aux dieux. Prière…prier pour que vous soyez élu? lol! Que votre vœu soit exhaussé, en gros c’est comme jouer au loto…

Votum (Gaffiot): invoquer les dieux par offrande, sacrifices promis. Dévouer donc servir. Promettre…la mettre comme un pro 🙂 Donc voilà, symboliquement « voter » est un rituel démonique, c’est pour cela qu’on vote dans une démo(n)cratie…avec la crate d’électeur…lecteur: lire « El »…ite, etc…

Promesse:

Acte de promettre, engagement à terme…donc contracter…voter c’est contracter…c’est vénérer les dieux occultes et les servir en (se) sacrifiant pour eux.

Les gens qui voltent pendant les élect(ric)ion au bureau de volt, on va volter à la borne pour le plus ou le moins, pour une batterie de candidats au départ, puis pour deux candidats à la fin,  afin de mettre en charge, un pôle-iticien au Pouvoir, c’est pour cela qu’il faut qu’ils apparaissent brancher, et celui qui reçoit le plus de volts est, celui qui va exercer la puissance, et faire rayonner la lumière de la France, et régler les af-faires courant-es, pourtant eux ne sont pas des lumières! La puissance est fonction de la po(pu)larité.

Vous voltez dans l’Urne (anciennement des piles, lu(r)ne culte de la nuit/mort) votre mort déjà annoncée, c’est le Marre-dit des-cendres!

La pole-hisse est là pour éteindre la ré-volt-e au cas où la pôle-éthique soit négative et que la population disjoncte, elle l’arrête, elle vous rend ainsi un peu plus poli(ce), elle rechargera ainsi ses accus-ations et vous ne couperait pas au Circuit de la Cour. La Cour(circuite) est la batterie de juges sont là pour vous mettre à (la) terre, KO Ω, remettre les compteurs (en banque) à zéro, on va vous rechargez (faire payer) en cellule car vous êtes borné (mort-né), le Tribunal est le Terminal d’arrivée où on vous débranche de la prise de la police.

Et pour votre Audio-ence, On essayera de vous faire signer (+ ou -) une décharge, et vous serait coupable, et on vous mettra à l’ombre, au trou, mise à la terre, mis à pied, mise en boite, prêt pour une remise en Cellule de pri(x)son, au frais, le temps de vous décharger complètement de votre sentence (en tension), ainsi l’Ohm-me que vous êtes, la résistance rabaisser à zéro aura la peau-lisse, maintenant vous ferez bien at-tension pour que le temp-era-ment (défaut de température) ne surchauffe pas et ne fasse pas brûler les (de-)gaines des fusi-bles des pôle-iciers pour qu’il n’est pas l’excuse de vous charger de nouveau. Le sur-veillant, sur-veille, la mise en veille. Retour au pôle-emploi.

Enfin, j’espère pour vous que vous êtes au courant?

Et donc prier, prêtre, prêter, prix, prise, entreprise, louer, lou(p)ange, etc…

Propriété, privé et propre (en anglais proper, property, private, peculiar).

Bref on a la propriété qui vient de l’esclavage en faite, donc être dans le privé, c’est le commerce et l’esclavage mais le commerce oblige l’Être souverain, le public/commun à se mettre dans le privé car personne lol ne possède rien, tout appartient à l’État (enfin au-dessus). Niveau éthique, rien ne devrait être privé (bon, ok, ses pensées plus une non-surveillance), la propriété n’existe pas, c’est un concept du mental, certes il y a une notion de territoire, pour vivre/survivre, mais l’abondance que peut créer la nature, même la permaculture, permet d’éviter la rareté, le manque, etc…

En anglais, on a ‘free‘ (libre/gratuit) et ‘fee‘ (fief, frais, loyer, etc…) et si on enlève le ‘r’ [« être libre comme l’air« ], l’r s’en-vole, ici on met de l’air (‘r’) dans le fief (fier) est on devient libre (free≠fee), comme pour ‘pray/prey‘ (prier/proie) qui sans ‘air/r’ devient ‘pay‘ (payer, pays, paiement, etc…), avec de l’air on devient l’oiseau de proie ainsi que la prière exaucée de sa propre divinité pour se libérer; le vœux ou la volonté d’être libre, car libe est une offrande par la libation (lib(air)ation), ou une beuverie lol et oui ça manque d’air…. de spirit car ‘spit‘ c’est cracher (cacher sans air), bref on peut surfer sur les mots en anglais et français et faire des parallèles, le langage est liquide comme l’eau, il suit donc la loi d’amirauté, donc soit on est pour la Reine, soit on est p(h)irate, toujours la même dualité, sauf que privé ou public/commun sont opposés mais sous la loi du commerce, ils sont synonymes, y a un esclave et un maître, enfin une personne qui essaye de maîtriser sa propre vie!!! Toujours prisonnier du Dédale, avec un fil d’Ariane qui conduit vers une autre prison?!

Latin proprius (Gaffiot) et proper: Proprius est, quant au sens, le contraire de communis. L’étymologie du mot est discutée → voir prope et propius. Il y faut peut-être voir un adjectif dérivé de la locution pro privo (→ voir privus).

-Propre, personnel, particulier, spécial.
-Approprié, exact, propre en parlant du langage.
-Salutaire, propre à guérir, efficace.

Du latin motu proprio, « de son propre mouvement, de son propre chef ».

Prope: Presque, près, dans le voisinage, à peu près, un peu plus.

Adverbe de l’inusité *propis dont le comparatif est propior et le superlatif proximus, propter est formé de prope comme praeter, circiter, de prae, circa.
Pour la formation de pro-pe, comparez celle de nempe, quippe.

[circa/Circé, la déesse, oiseau de proie tournoyant, on connaît, praeter (au-delà, prêtre, préteur)/prier/prayer/prey/proie…]

Circé par Stéphane Mallarmé in Les Dieux Antiques, nouvelle mythologie illustrée in Paris, 1880. Marianne?

Donc on est prés de quelque chose, on en est le proprié-taire, en gros c’est l’idée (pro c’est toujours professionnel, commerce, prostitution) et oui la pro-prié-Té; c’est la croix devant la laquelle on prie et où l’argent est pris de son propre esclavage… par la prostitution du travail.

Proprietas et Fief: de l’ancien bas francique *fehubétail »). Comparable aux mots latins pecus (« bétail ») et pecuniaavoir (en bétail), argent »), du vieil anglais feohargent, bien meuble, bétail »), → voir fee, « honoraire »

L’origine du mot « fief » est discutée. Suivant les étymologistes, elle pourrait venir  :

Ainsi, le sens primitif du mot fief est « biens, avoir ». L’usage a ensuite fait évoluer la signification du terme, qui a par la suite renvoyé à une « espèce particulière de possession ».
[féo donne peo ou peones/péon ou peony donc paysan, celui qui paye! Aussi païen. Du latin pedō (« fantassin »), latin pēs (« pied ») donc soldat (vendu/payé). Voir aussi le portugais peão, le français pion, l’italien pedone.]

Ainsi, le sens primitif du mot fief est « biens, avoir ». L’usage a ensuite fait évoluer la signification du terme, qui a par la suite renvoyé à une « espèce particulière de possession ».

-(Histoire) (Droit) Domaine noble dont le détenteur, le vassal, devait l’hommage et ordinairement aussi quelque redevance, quelque service, etc., au seigneur, possesseur du domaine.
-Type de bien-fonds.

Pecunia: (pécule, pécuniaire, peculiar en anglais)

De pecu, pecus (« bétail ») parce que la plus ancienne source de richesse consistait dans le cheptel (voir ce mot apparenté à capital).
Mots dérivés : pécule, pécuniaire, pécunier

-Richesse, propriété, bien.
-Argent, monnaie.

Du radical indo-européen commun *peḱu- (« bétail »). Les Anciens expliquent pecunia (« argent ») par les têtes de bétail qui étaient gravées sur les plus vieilles monnaies. Mais il est probable que pecunia a d’abord signifié « richesse en bétail », puis d’une façon générale « richesse ». En gotique, le mot correspondant est *faihu, « bétail, propriété » (en allemand Vieh « bétail », en anglais fee « gratification »).
Comparez avec le grec ancien πέκος, pékos, πόκος, pókos (« laine brute, toison ») qui pour la construction, répond à pecus. Les langues slaves ont développé le concept de « monnaie/pécule » sur le radical p@l qui est dans poil → voir plat et platit.

Privus

Cet adjectif, en vieux latin, était synonyme de singuli. À ce sens se rapportent privilegium « loi faite pour ou contre un particulier » et privignus « fils d’un premier lit ». Privare signifie « mettre à part », de là « exempter ». Privatus est celui qui mène une vie de particulier. Dans une autre acception, privo a signifié « priver, dépouiller ».
Le mot est apparenté au radical per- qui donne primus.
  • privatim, à titre privé, à titre individuel
  • privātĭo, absence, manque.
  • privatō, à la maison, chez soi.
  • privātus, séparé, libre, exempt, privé
  • prīvigna, fille d’un premier lit, belle-fille.
  • privignus, né ailleurs, fils d’un premier lit, beau-fils.
  • privilegium, loi d’exception, loi spéciale à un particulier
  • prīvo, séparer, affranchir, débarrasser, délivrer

On a les deux faces d’une pièce, l’envers du décors, prendre les mots dans quel sens?!!!

On peut aussi allonger sur Alleu et Allodial, voir l’article, ainsi que sur Avoir/Être, Avoir étant le concept de propriété. Pro (commerce, guerre, faire la pute, se vendre, travailler) et Prier, faire un vœu aux Dieux mais pas a Dieu! Faire vœu et demande d’esclavage! Quémander, quémandier, on ne peux servir qu’un seul dieu et pas Mamon. C’est aussi lié à la Dette (debeo).

Il faut choisir soi ou son image, soi ou sa copie, soi ou son homme de paille!

Démocratie = Démon cratie:

Voir article smart-grid et daemon et d’autres articles…

Nirvana: l’être s’est définitivement affranchi de la mort! (la MORT) d’après Dante, le paradis terrestre est situé à l’opposé de Jérusalem, (ierv) Salem la ville des sorcières et autres brigands et commerçants d’esclaves. Salam… Malas… Entre Guerre et Paix? Qu’est-ce que le rituel du ‘Salut’? Is-lam, lam et lamed sont les lettres hebraiques « Al et El »… ah ça peut être vite compliqué mais…intéressant.

Grantor Of Dominion: ou G.O.D. donc en anglais Dieu. Celui qui accorde (contrat) la Domination. Le Concédant de pouvoir  d’après le dico de traduction juridique. Donc le donneur de pouvoir, mais dans les deux sens, celui qui le donne vers le bas et vers le haut, le dominant qui octroie un petit pouvoir, et le dominé qui donne son pouvoir à un maître, sous contrat consenti d’esclavage. (voir plus bas: signification D.I.E.U.). Dominer est une position avantageuse lors de la bataille, elle permet de maîtriser…

Sort: Sortie, sortir. Sortilegus (lire). Sorcier: gloses de Reichenau, sous la forme légèrement latinisée sorcerius : latin vulgaire sortiarius. Ensorceler, jeter un sort. Tirage au sort. Ressort: juridique: recours à une  juridiction supérieur…

Un sortilège donc peut bien être mau(x)dire et mots dire dans une langue glosée que le non-initié ne comprend pas, le juge ne serait-il pas un sorcier de (i)magie noire occulte. Ne serait-on pas ensorcelé par nos document officiel, la carte d’identité ne serait-elle pas qu’une poupée vaudou? Un consort (le prince consort) est un complice…et un consortium est une association d’entreprises, complices?! (la mafia), une association de malfaiteurs (mal-faisant). Quel sort(ilège) nous réserve-t-elle?

C’est du latin de cuisine car on cuisine un mélange d’images, une cuicuisson faite d’une recette de maux latin, il a teint les mots, les cuisine, les noircis, les assombris, les occulte…par la teinture de la glotta, le glossa, la langue de serpent et de vipère qu’il ajoute à la soupe du chaudron magique. Et on peut dériver les autres mots, chaudron, mafia, maudire qui se retrouvent dans les autres articles.

Sire: senex:  nuance de respect et politesse. vieillard, sénateur, plus vieux. soldat de réserve. senis: six et sexe.

Seigneur, appellation pour les rois. (lang. oiseaux) Le saigneur. Mon seigneur, mon dieu, mon roi, mon propriétaire et maître car j’en suis un sujet donc assujetti. L’élève n’est-il pas à la merci du maître? Celui qui lui donnera le jugement dernier sur sa copie, sa sentence (senex donc très vieille, très longtemps). Le Seigneur a le droit de vie et de mort sur ses sujets, (son sang). Dieu, dei: i.e.d: je suis divin. Roi, rei: i.e.r: je suis royal.

Messire, Monsieur réservé à de grands personnages (donc Personne en faite!). Seigneur, appliquée au suzerain par le Vassal, il doit respect à son supérieur, afin de lui montrer son Dominus, sa Domination supérieur, duquel dérive Dame (Madame). Sénateur et Sénat, encore des gens supérieur.

Dame: de la racine dem, du grec despotes, maître (maîtresse) de la maison, le Despote! Le maître et la maîtresse des Écoles deviennent soudainement des Despotes, des Dictateurs…Dominus, domina, domna « le maître », dominatio: « souveraineté » et « pouvoir absolu » (Dominion, Domination). Dominio: « droit à la propriété« . Dame, femme noble, d’un certain niveau social. Madame. Damier donc les échecs! Jeu royal de bataille sur le grand échiquier (Chèque). Damer le pion. Vidame, lieutenant d’un seigneur donc un titre de guerre. Dame ! un juron (utiliser aussi en anglais! Damn!) Demoiselle, Mademoiselle. Dans dame on retrouve Dimanche, le jour des seigneurs. Domaine, Dominical. Donjon. Danger (pouvoir, domination). Être en danger et donc être sous domination de pouvoir. Domestique, domestiquer, Domicilier, domicile, Dominateur, Domino. Despote=pouvoir. Don. Dom. Prima donna. Madone…

notre-damn

Échec: eschac, eschec: « butin » (fr: skak et person: shah=roi, shah mat, le roi est mort donc Échec et mat, en fait, ‘mat’ c’est ‘Maat’: la déesse de la Justice, donc en faite on tue la Reine, le principe féminin…et alternativement la vraie Justice!). Échiquier, chancelier de l’Échiquier= « ministre des Finances!!!! ». Déchiqueter, Chèque d’après exchequer bill « billet du Trésor » et de check « contrôle » donc « faire échec ». Check: faire une croix. C’est la police, la police du Trésor et des BANQUES. Trésor, tropare: trouver, tropae: trophée, victoire, triomphe, tropa, révolution céleste. A noter que le Trésor publique est une agence donc privatisée…

Roi: reg- « diriger en droite ligne », regis, regulus, regina « reine », regnum, « royaume, règne ».  Regula, règle de conduite, bas latin « canonique ». Le canon des bâtisseurs. Le canon des militaires. La chaire à canon pour le commandement supérieur.

Frontières, région, province. Rectio, rector, redresser, reformer, corriger, mettre debout, dresse. sugere. resurgere « se relever » en bas latin « ressusciter ». Résurgence de la source. Roi est aussi Source donc Sorcier. Éditeur des Édits, des règles, des lois, des sortilèges, le maître absolu. Il a même le pouvoir de ressusciter les morts! Voir l’histoire de l’anoblissement de la Princesse MIDDLETON.

Famille de Directus: le Droit, les Droits. Redressement (fiscal). Famille de surgere: Source, Ressource (humaine), Sourcier (Sorcier en lang. oiseaux). Rigole: regel. Accort: engageant, avisé, donc Accord et Contrat. Alerte, vigilant donc vigile, gardien, police, sécurité. Escorte donc escorte (pute), garde, milice, gang, mafia, militaire, armée. Règlement, régulation, Régir, Régent, Régime, corriger, insurger, correctionnel, directive, directeur, direction, dirigeant, rectorat, etc…

Rex (king), R. I., Rex Imperator or ImperatrixSignum manus (aussi le Chrismon), le Christos! Chi Rho monogramme (cypher ou code) ou Chrisme (l’alpha et l’oméga), symbole des mérovingiens. Symbolise la victoire triomphante sur la mort, la résurrection. La croix du Christ, porter la croix, c’est le bagne!

Chrisme ou Christos, l'alpha et l'oméga...
Chrisme ou Christos, l’alpha et l’oméga…la paix
sceau royal anglais Elizabeth II Regina (Rex, Reine)
sceau royal anglais Elizabeth II Regina (Rex, Reine).
Christos, signature, signe de croix, sceau royal…la guerre
Sceau signature de Charlemagne

Apocalypse 1:8

Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant.

Ego sum Alpha et Omega, principium et finis, dicit Dominus Deus, qui est et qui erat et qui venturus est Omnipotens.

Nouveau Testament Apocalypse 21:6

Tout est réalisé désormais. Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. Moi; je donnerai gratuitement à celui qui a soif l’eau de la source de vie (…).

Apocalypse 22:13

Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

la Trinité chrétienne est présentée comme étant l’Alpha et l’Oméga.

Le sceau de la Reine d’Angleterre: Elizabeth: Élisabeth est un prénom féminin d’origine hébraïque, Elisheva (Élischeva ou Élischeva ou Élisabeth) Eli signifie « mon Dieu ». Sheva peut signifier « serment » ou « subsistance ». (Sheva signifie aussi « Sept » (pour la Perfection) en hébreu). Le nom Elisheva peut donc à la fois signifier « Mon Dieu est mon serment » (Je jure par mon Dieu) et « Mon Dieu est ma subsistance ». (serment, serf, serpent…)

Code: Coche, Codex, caudex, tronc d’arbre, donc planche à écrire, livre, livre de comptes, recueil de lois. passage de coche=baguette à encocher. Donc encoder! Coder le langage pour le latin de cuisine avec la baguette i-magique du code et des mots…Codifier, le glossa décode. Codex: recueil officiel de recettes pharmaceutiques! Si cela n’est pas de l’alchimie et de la sorcellerie!!! Décoder, c’est comprendre, c’est s’affranchir du Code et devenir Libre.

Le code de César…!!! De la cryptographie, déchiffrer, chiffre, crypte, cryptique, incompréhensible, ‘Chry(i)st’…la Crypte, la tombe, la mort, par le ‘X’, la marque de la bêteLe code des templiers.

Civil: Cité: citoyen, ville. Civique: à propos de la couronne civique, en feuilles de chêne, décernée chez les Romains à celui qui dans une bataille (à la guerre), avait sauvé la vie à un citoyen. Par la suite opposé à militaire (occulté plutôt!). Civilis: civilis victoria: la guerre civile. Jus civil: droit commun à tous les citoyens d’une cité, opposé au jus naturalis, donc opposé au droit naturel!!! Ci-ville… city… Cteis ou Kteis signifie vagin (toison) alors le public devient pubic/pubis donnant la pub ;).

De ‘ceio‘ (‘to move‘, ‘mouvement’, ‘bouger’)… qui est « sex et guerre »…(crier, raler, faire du bruit comme pendant le sexe) donc sivil, 6vil… ‘ceio‘ is ‘branler‘… comme un ‘cil’… car le sperme se meut avec le cilium (flagellum.. se flageler)… six or 6 or sexe…. on a « cité », « réciter », « citation » donc « to curse » ou « mal-dire »… maudire et faire la guerre/gère et solli-citer pour du sexe… pub-licite, etc..

voir aussi publicité, public:

Public:

Pub lic, tu es un membre du pub lic-ite, une pute légale, une pub ambulante, un représentant commercial de l’État de guerre, tu fais le trottoir au travail avec tes diplômes, tes permis pour faire la pute, pour voter pour tes députés qui servent aussi de sucette (bien léchée, en anglais ‘lick‘) à Avis et Actes commerciaux, la grande braderie, le cirque qui s’adonne à la nécromancie… et tu joues du pipo, de la turlutte, tu chantes et incantes à tue-tête jusqu’à en perdre la tête, par de-capitation… chacun fait fait ce qu’il lui plaît plaît plaît… sûr, les 10 plaies! Et tu te prosterne-ti-tue-teras et Dieu verras que t’as mal aux fesses.

Licence, Diplôme, Certificat:

Il vous faut une licence pour travailler, un diplôme, un certificat, une autorisation, eh oui! Car l’esclavage est un crime comme tout dans le commerce et la guerre et la prostitution. Il te faut donc une licence pour tout crime, et pour te prostituer, il faut que te la demande, et plus t’es esclavagiste, plus il te faut des diplômes, c’est normal, t’engages ta responsabilité en tant qu’esclavagiste (et fou), il faut que tu comprennes ta responsabilité en tant que Directeur d’esclaves et que t’assumes donc on t’éduques encore plus; mais bon c’est pas grave l’esclave donne son accord tacite… une vraie maison de fou, une vraie maison close, un pub, un débit de poisson, un BAR à eau; barreau, prison du vaisseau d’eau que tu es/tuer, il est donc normal de t’enfermer car tu es dangereux pour toi-même et les autres, un vrai cas social, un psychopathe, un MK Ultra, lobotomisé et ignare. Entrevois-tu ta folie? Ton comportement psychotique?

En anglais: une li-cence, un sens du mensonge (to lie=mentir). licentia, licet, licentiose, licentiosus, liceo… offrir un prix pour faire ce que tu veux… d’interdit. C’est pour cela que la pédophilie est légalisée et régulée! Certifico, rendre certain! Mais comment tu peux rendre un truc certain? C’est certain ou ça ne l’est pas?! Il faut s’en assurer mais rien n’est certain, c’est cela la vie! Il n’y a que la mort physique est certaine lol Et il capitalise sur cela, c’est leur plus gros business et leur plus grosse assurance (que tu ne reviendras pas de la mort pour leur niquer la tronche de tout ce qu’ils t’ont fait!) et leur plus gros levier de manipulation.

Mais tu vas me dire, on peut prédire les comportements car ils sont programmés. C’est pour cela que le système te programme car lui demande de te rassurer! C’est pour cela que la mort n’est pas assurée! T’as une assurance vie, pas une assurance mort, c’est moins vendeur.

Assurance, assume-rend, rend/prend tes responsabilités de payer devant les aléas de la vie. C’est simplement une arnaque à la peur, une pub, une annonce qui fait peur, le gouvernement et l’ordre par le chaos… Assurer, super! Un mot qui veut rien dire! Mais il dérive de sécurité donc de couper la tête, enfin perdre la/sa tête. Une phobie dont souffre ce monde.

Diplôma: double, souffrir de dédoublement de personnalité! Personnification, soit tu choisis l’homme, soit tu choisit le NOM, Dieu ou Mammon, mais pas les 2… plier en eux, c’est se prosterner devant le temple et le prêtre-banquier-assureur, le faux dieu. N’être/naître que la moitié de soi.

Ville, Village, Vilainage:

Pourquoi les anglais son si enclin a séparer « naissance » (birth/berth) et « être née » (born, to be born)? C’est parce que naissance en latin est nativitas: enver: sat (ivi) tan… NATIVITAS (NATO ou OTAN: nager la vie! Enfin plutôt la noyer! Amirauté donc. Nativa étant aussi naissance sous forme de lien  (bon/bond) en latin) – Villenage; that state in which MEN WERE BORN SLAVES. (Black’s Law 4th edition): Villenage; l’état dans lequel les Hommes (homo = vassal) naissaient esclaves. Ce qui nous donne: Village, Ville, dérivent aussi de Vilain, vous n’êtes pas un villa-joie! Mais un Vilain! Villeinage: le statut legal et la condition de servitude de vilains ou serfs féodaux. Voir aussi Vilain dans la lex mercatoria

Nativa, nativo, nativus est naitre en bondage, littéralement « esclavage », Il vient de l’anglo-latin bondagium, du vieil anglais bond « serf », du vieux norois bóndi « laboureur du sol », de búa « demeurer ». Bondage a été influencé par bond au sens moderne de « restreint ». Avec bondage (bondage Black’s law), on a donc Bond ou bon (pour payer) et lien commercial/prostitution.

Définition du Blacks Law:

Indigène (Native en anglais)
– Sujet ou citoyen né ; citoyen de naissance ; citoyen de naissance ; celui qui doit son domicile ou sa citoyenneté au fait de sa naissance à l’intérieur du pays visé. Le terme peut également inclure une personne née à l’étranger, si ses parents étaient alors citoyens du pays et ne résidaient pas en permanence dans des parties étrangères. U. S. v. Wong Kim Ark, 169 U.S. 649, 18 S.C.S. 456, 42 L.Ed. 890.

Le mot « natifs/natives« , tel qu’il est utilisé dans la loi sur les étrangers ennemis, fait référence au lieu de naissance de la personne, de sorte qu’une personne reste originaire du pays où elle est née, même si elle s’en est éloignée. États-Unis ex reI. D’Esquiva c. Uhl, C.C.C.A.N.Y., 137 F.2d 903, 905.

Natif né (Native Born) – Voir Natif.

Nativi conventionarii – Villeins ou obligataires (bondmen) par contrat ou accord.

Nativi de stipite – Villeins ou obligataires de naissance ou de souche.

Nativitas – Villenage ; cet état dans lequel les hommes sont nés esclaves.

Nativo Habendo.
– Dans l’ancien droit anglais, une assignation qui s’adressait à un seigneur lorsque son villein l’avait fui. Elle était dirigée vers le shérif et lui ordonnait d’appréhender le village et de le restituer avec ses biens au seigneur.

Nativu. Lat.
– Dans l’ancien droit anglais, un autochtone, c’est-à-dire une personne née dans un état de servitude ; un esclave ou un villageois né.

Natura appetit perfectum ; ita et lex.
– La nature convoite la perfection ; le droit aussi.

Naturae vis maxima ; natura bis maxima.
– La force de la nature est la plus grande ; la nature est doublement grande.

Natura fide jussionis sit strictissimi juris et non durat vel extendatur de re ad rem, de persona ad personam, de tempore ad tempus.
– La nature du contrat de cautionnement est strictissimi juris, et ne peut pas durer ni s’étendre d’une chose à l’autre, d’une personne à l’autre ou de temps à autre.

Bondwoman! ou Neif: être naïf! Et donc naif de naissance, et niefe ou nief,

VilainageDroit de possession concédé à un vilain, à charge souvent pour se dernier de rendre des services au seigneur des lieux. Condition de vilain, paysan libre par rapport au serf. (c’est la définition de la liberté). De l’ancien français vilain lui-même issu du latin tardif villanus (« habitant du domaine rural »), du latin classique villa (« ferme »). Une villa en gros c’est l’Office de la ferme d’esclavage. Tu la ferme, enfermer, enclos, emurrer… la prison, le prix du son/fils, le prix du fisc. Voir aussi l’article lex mercatoria.

Robot et Urbanisme:

Le mot « Robot » vient du tchèque « Robota » qui signifie « Travail Forcé, corvée« .

Robota est issu du proto-slave *orbota, devenu par métathèse (inversion de deux lettres), *robota dont est issu le russe et le bulgare работа rabota (« travail »), le slovène rabôta (« servage ») ; et, plus avant, de l’indo-européen *orbh (« petit enfant, orphelin, jeune esclave »), duquel sont issus l’arménien որբ orb, l’hindi अर्भ arbha (« petit enfant »), le grec ancien ὀρφανός, orphanós (dont viennent aussi l’anglais orphan et le français orphelin) et le latin orbus, signifiant tous « orphelin » et vient de *h₃erbʰ- (“changer de propriétaire”), ainsi que l’allemand Arbeit (« travail »).

De plus, il serait a l’origine de urb donnant urbain et urbanisme!!! urbanus, urbs, ville, urb-anus, l’anus de la vie-lle… enceinte, entourer, un peu comme une frontière, une prison, aussi clôture, Tracer avec une charrue, dans le sol, l’enceinte d’une ville.

Vatican en latin est URBI ET, écrit en CAPITAL, Urbi est la Ville et Urbis est la Ville de Rome, ET signifiant ‘les deux’. Une bénédiction Urbi et orbi est une bénédiction solennelle, prononcée par le pape.

« L’expression latine Urbi et orbi exprime une intention d’universalité qui prend en latin la forme du daif de destination ou d’attribution. Elle signifie que la bénédiction et le message qui l’accompagne sont adressés, aussi bien aux chrétiens de la ville de Rome (« Urbs ») qui l’entendent directement qu’à ceux du monde entier(« orbs ») qui lui sont unis. « Urbi » – avec majuscule – désigne Rome comme la ville par excellence du monde romain dont le pape est l’évêque. « Orbi » désigne le monde en référence à la forme circulare de la Terre) dont le pape a la charge en tant que pasteur universel de l’Église.

Dans le monde païen déjà, « Urbs » – avec majuscule et sans qualificatif – désignait Rome comme la ville par excellence, capitale du monde (« Roma caput mundi »). L’assonance entre les deux mots latins « urbs » et « orbs » a entraîné dès l’antiquité un rapprochement conceptuel entre Rome et l’univers sur lequel elle cherchait à étendre son empire. »

On sent que l’enfant orphelin est l’esclave de ce monde… Et on ne rentrera pas dans les tunnels sombres du numéro 1 des trafics de ce Meilleur des Mondes…

Social: la Racine « Socio » (trésors des racines latines), vient d’associé donc un contrat!  -Cide: de caedere: frapper, couper, tuerSe rattache à caed (cae, caes, cid, cis) couper donc caes ar et tuer vers… Tuer vient aussi de tutare, qui un temps fut protéger, soigner…

On rentre dans le corpus jus, et le code Justinien, le corpus iuris (=juris) civilis, le jus cogens: le droit Romain: contraindre, donc cela a un petit goût de « forcer », ensemble de règles de droit international (on est pas loin de l’UNIDROIT) mais pas tout à fait le droit commun international, pourtant elle définit un droit naturel, mais la corruption ici est encore dans le texte car cela n’est vraiment que la privatisation du Naturel. Le gaffiot précise: Droit Civil=Droit Privé. Donc la propriété n’est bien, pas Naturelle, Naturalis…Traité ou constitution?

On oppose souvent les traités, et plus généralement les contrats, aux Constitutions. Les premiers sont des actes juridiques traduisant une logique « horizontale »(mais entre riches corporations ou « rois » et « maîtres ») : les sujets de droit sont juridiquement égaux lorsqu’ils contractent. Les secondes suivent une logique « verticale », puisque les citoyens ne font qu’approuver ou non une Constitution qui leur a été donnée par une autorité hiérarchiquement supérieure.

D’ailleurs, le vocabulaire juridique est le même tant pour les traités, les conventions et les contrats, qui sont conclus, que pour les Constitutions et tous les autres actes de nature législative ou réglementaire, qui sont légiférés, décrétés, arrêtés…

Étant de nature contractuelle, le traité peut en principe comporter n’importe quelle clause, d’autant plus que les principaux contractants sont les États souverains. Le droit de certains pays impose cependant que les traités respectent les dispositions de la constitution. Dans ce cas, les traités ont une valeur infra-constitutionnelle et supra-législative dans la hiérarchie des normes.

Il existe cependant des accords internationaux qui encadrent la conclusion d’autres traités, le plus connu étant la convention de Vienne de 1969, ou « traité des traités ».

Légiférer, c’est mettre (maître) les fers (faire) de la Loi! Enchainé!

Traitée international et constitution française, Maastricht…et aussi Le jus sanguinis

Civilisation: opposé à la barbarie et à état de nature…eh beh alors que le civil est l’art de la Guerre, c’est cela qui est barbare et pas la Nature! En faite, barbare veut dire brave (on est dans l’inversion Orwelienne), barbarus, barbaros: bredouillement, brabus: sauvage. Valeureux, la nature a de la valeur, la seule valeur! Bravoure, Bravo, appliqué aux population musulmane méditerranéenne.  Homme de bien, donc une homme bien et qui a des biens naturels.

barbare: de pays étranger, traduire en langue barbare (=en latin), grossier, parler en faisant des fautes (donc ne pas savoir parler le latin de cuisine). barbari: pour les grecs, les romains/latins, tous les peuples sauf grec et romains, inculte (donc de Nature). barbaria: pays barbare: pour les grecs, l’Italie. Pays étranger, pays en dehors de la Grèce et l’Italie (romain), manque de culture, sauvage. Barbarizo, parler comme un barbare, incorrect (en latin de cuisine?!).

Citer: mouvement, agiter,  mouvoir, convoquer, citer en justice, invoquer le témoignage, mentionner, donc dire (maudire), inciter, forcer à dire, provoquer, exciter, réciter=recitare=faire l’appel des noms cités devant le tribunal, suscitare=faire lever. Cinétique, Cinéma, etc…

Peuple, People, Populus:

Je pars du faite que David William dans la vidéo explique sur la déclaration d’indépendance des US (les signataires ont un autographe et pas une signature), que ‘We the People‘ ‘Nous, le Peuple’ parle seulement de ceux qui ont signe la charte! et personne d’autres, ce contrat n’engage que eux!

People, de l’anglais moyen, peple, peeple, de l’anglo-normand ‘people‘, du vieux français ‘pueple‘, ‘peuple, pople, français moderne ‘peuple’, aussi de l’anglais moyen ‘lede‘, ‘leed‘, ‘leode‘= man/person= homme/personne.

Donc on a ‘nous le pople’, nous le pape? ou la papauté? (pope=pape, pople=papauté?).

leod‘ du clan des Mc Leod, clan écossais des Highlanders?

Un groupe de personne regarde comme employés, pèlerins, compagnons ou sujets d’un souverain. La masse de la communauté distincte de la classe spéciale des élites; commun, populace, vulgaire, citoyens.

Alors vous voulez toujours être le Peuple?

De Poplos= armee

Un dérivé de populus est le verbe populor, qui ne signifie point « peupler », mais au contraire « priver de sa population ». C’est ainsi, qu’en français on a plumer pour « enlever les plumes », en allemand kopfen pour « couper la tête ». La racine renfermée dans ce mot parait identique à celle qui est dans plebs. C’est probablement une forme redoublée.

Comparez avec le grec ancien πόλις, polis (« cité , peuple ») où la réduplication n’est pas active et πέπλον péplon qui donne le latin peplum, où elle l’est. Donc un groupe armée, policier…

Donc le peuple par définition est bien un genre de troupeau d’élevage de moutons, pigeons…

populatio: action de ravages, butin, dépouilles, corruption, ruine, destruction.

Nation:

Nation: de l’Anglais moyen: nacion, nacioun, emprunte du vieux Français: nation, nacion, nasion  (“nation”),

Aussi anglais moyen (voir peuple): leod, leode, lede (“people, race”) (Viel Anglais lēod)

Probablement un raccourci pour « damnation« .

(1160) Du latin natio (« progéniture, engeance, peuple »). nacion (Vers 1270).

Ensemble des citoyens considérés comme constituant un corps social distinct du gouvernement qui les régit.

État-nation, ensemble des personnes d’une même ethnie et vivant sous un même gouvernement.

(Religion) (Au pluriel) Peuples infidèles et idolâtres, par opposition aux chrétiens.

Du latin ‘natio‘: de natus, parfait de nascor (« naître », « prendre son origine, provenir ») avec le suffixe -io.

Natus: fils, filius

De natus, parfait de nascor (« naître », « prendre son origine, provenir ») avec le suffixe -io.

Il y avait, en ancien latin, un verbe geno, genis, duquel est dérivé gigno (« engendrer, créer, mettre au monde ») et archaïquement *gnascor construit avec l’infixe inchoatif –sco. Le « g » initial est tombé mais est resté dans les composés du verbe comme co-gnatus, a-gnatus, etc. Comparez avec nosco et cognosco. (j’ai déjà fait nascor ailleurs).

ONU, en anglais est UN ou United Nation, United Nazi-on, Na-sion ou l’Organisation des Nazi Unis.

Charte, carte, carcer: voir article Maxwell Jordan sur la Mythologie.

Adulte, Adultère:

Et donc oui pourquoi ne faut-il pas être apellée un adulte, un adulte reste un pupille de la Nation, il passe d’enfant a adolescent, voir toujours incompétent été imbécile… Donc on voit qu’un adulte est liée à ‘grandir, croître’ mais plus pour signifier qu’il est prêt pour le service militaire, en fait un adolescent mais il a aussi l’étymologie de ‘brûler, sacrifier’. En anglais, il y est dit que les deux ne sont pas reliés, mais adultère est plutôt ‘avoutre‘ en français, et ‘adultry‘ est plutôt ‘falsifier’.

La définition de Black’s Law sur Adult est (à part le porno) en droit civil: un enfant mâle qui atteint l’age de 14 ans; Ou une femelle qui atteint l’age de 12 ans (donc on voit aussi que c’est limite pédophile et qu’en anglais, ils utilisent plus le mot mâle/femelle que homme/femme ou masculin/féminin et ceci est très important. La définition du Webster donne: Arrivé à maturité, à pleine taille, force, comme une personne ou plante adulte, un singe adulte, et d’age adulte. Une personne, un animal, une plante à croissance complète, qui a atteint maturité.

Voyez adulterofausser, falsifier »). Très rare, devenir adulte.

De ad– et altero (« altérer »), l’alternance vocalique est la même qu’entre alo et ad-ulesco, ad-ultus.

Fausser, corrompre, falsifier, altérer. Falsificateur [de monnaie]

Normalement, un adultère est ‘avoutre

Du latin adultus (« qui a grandi »), dérivé du verbe adulesco ou adolesco (« croître », « grandir ») donc ‘adolescent‘. Adultery (anglais).
— Personne ayant fini sa croissance.
— Personne ayant atteint la majorité civile.
— (Bible) infidèle.
— (politique) corruption.
— Blesser, dégradation, ruine.
— (bible) Pensées et actes impures, comme interdit par le septième commandement.

Adolesco: Se transformer en vapeur, brûler, être allumé. Age du service militaireAdoleo (“brûler, sacrifier”).

Signature: Signe: Seing (lang. ois: sang)

On vous a dit de signer votre passeport et votre carte d’identité, votre permis de conduire, etc…vous signez d’un signe, une signature, un contrat écrit en langue des signes donc tout est bon. Mais pourquoi ? Parce que vous êtes obligés ?!

La signature peut également être le révélateur d’une maladie ou d’un acte (parfois criminel) commis par un individu, dans le sens où elle permet de clairement d’identifier la maladie, ou l’auteur de l’acte en question.

Au Moyen Âge, les lettrés comme les illettrés peuvent apposer un seing (du latin signum) sur des contrats, de la correspondance. Souvent ce ne sont que des croix autographes, mais ces seings peuvent aussi être un monogramme, des paraphes mis au bout de la signature (initiales ou toutes autre symbolique permettant une double authentification), des maximes, un seing manuel royal(en), voire la marque des armoiries autogaphes ou créées par des sceaux et cachets, en fait tout motif symbolique peut être représenté. Ces seings sont parfois suivis de la mention signum suivie du nom, ce dernier étant progressivement intégré au motif à partir du xiiie siècle.

Henri II, dans son ordonnance de Fontainebleau en 1554, rend la signature obligatoire chez les notaires : le seing du notaire se substitue progressivement à la signature des différentes parties, son seing par le nom (signum nominis, appelé aussi petit seing, consistant à écrire son nom accompagné de quelques traits de plume) devenant l’ancêtre de la signature moderne.

Un graveur signe les pièces de monnaies ou les billets de banque, en entier, en abrégé, en initiale ou par un symbole. La signature n’apparaît qu’au xviie siècle sur les monnaies.

Il existe maintenant des systèmes (machines à signer) permettant de reproduire mécaniquement la signature d’une personne. Ils sont notamment utilisés par les personnes qui doivent signer de grandes quantités de documents, comme des célébrités, des chefs d’États ou des dirigeants d’entreprises.

Signer un pacte avec le diable, c’est signer avec son sang (seing).

Sign-ature, s -ign- aturne, signe-a-T-urne: anagram: saturne ig

Le pauvre, signe d’une croix, signe de croix…et le pauvre porte encore la croix!!! Le signe de l’esclavagisme du VATICAN.

Une signature par cachet (cachée, occultée). Une signature aveugle.

En cryptographie, une signature aveugle, telle que définie par David Chaum, est une signature effectuée sur un document qui a été masqué avant d’être signé, afin que le signataire ne puisse prendre connaissance de son contenu.

Cela est cryptographié donc encodé, caché, occulté.

De telles signatures sont donc employées lorsque le signataire et l’auteur du document ne sont pas la même personne.

C’est assez explicite non? Et non pas implicite comme le Glossa…

Le Tribunal suprême de la Signature apostolique est l’un des tribunaux de l’Église catholique romaine, situé dans le palais de la Chancellerie apostolique, au Vatican.

Seing: Signum, marque distinctive, comme on marquait les esclaves et les bêtes de somme, les animaux, comme on marque maintenant par un numéro de Registre, les esclaves de l’État et des Corporations, le logo et le code barre. Sceau: « enseigne distinguant les divisions d’une armée« , maintenant les Enseignes et logos de la guerre des entreprises et corporations…la publicité, le marketing, le public-relation, les info-merciales, les pubs commerciales de la guerre du Commerce Mondial…l’OMC. (Pour Pub, publicité, advertising, advertissement, avertir, avis, aviser et bar, voir l’article Lex Mercatoria).

Figurine, figurer par un signe, signifier, indiquer, designer, designeur et design; terme de droit public, attribuer répartition, consigner: marquer d’un sceau, confirmer par écrit, résigner: ôter toute garantie (Grant (anglais), garant), annuler, faire un report de compte (s’affranchir!), affranchir, c’est payer le timbre pour le courrier donc payer la dette…Glose, insignare (ignare) « enseigner », cela est crétinisé! C’est pour cela qu’on a un garde des sots!

« Le ministre de la Justice garde le Grand Sceau de France, utilisé entre autres pour sceller la Constitution française du 4 octobre 1958. » (voir l’article: Trésor volé).

Renseigner, Sceller, dessiner, dessin, Signe, signet, signer, signataire, signifier, signal (alarme de guerre, alerte, etc…), résigner: rendre à Dieu ce que l’on nous a donné! Consigner: déposer une somme, une garantie, priver de sortie, interdire l’accès de, fixer par écrit. Consigne: marque, punition…C’est l’insigne (enseigne) Militaire!

Signature, c’est donc ignorer et être ignare, donc illettrés. Signé d’un X (voir plus haut).

Pédagogie:

Quand les merdias te disent que l’État doit ou va faire de la pédagogie…

((Date à préciser) Du latin paedagogus (« esclave qui accompagne les enfants, précepteur »), tiré du grec ancien παιδαγωγός, paidagôgós (« esclave chargé de conduire les enfants à l’école, précepteur d’un enfant »), de παῖς, paîs (« enfant ») et de ἄγω, ágô (« conduire »).

c’est clair, il a son permis de conduire à l’esclavage, cela s’appelle gouverner! On voit que pédophile (paedo, pais) aime les enfants…

École:

Studieux c’est étude lol donc c’est pas un loisir! Et loisir c’est oisir/oisif mais loi… en faite! Donc loi studieuse ou étude des lois: quelque part c’est vrai dans l’ancien terme, je pense qu’il y avait de vraies écoles style Platon sauf que c’était privé et qu’il fallait se faire sodomiser pour y rentrer! Mais bon, c’est bien l’anglais School et scolaire… On retrouve S (serpent) et Coller.

Repos.
Temps libre.
Philosophie, méditation.
(Éducation) École, endroit où se déroule l’enseignement.

σχολή, skholế: Comme σχῆμα, skhếma, dérivé de ou apparenté à ἔχω, ékhô (« posséder »), le sens étymologique semble être : « qui est maître de soi », « qui a du temps, du loisir ». Sur le même radical indo-européen *segh-, le gaulois a *sego (« maître de soi », « fort, non soumis ») complètement l’oppose aujourd’hui, l’École est par défaut apprendre a se soumettre! (lire Ivan Illich, Khrisnamurti, Jean-Pierre Lepri, etc…)

De σχεῖν skheîn, infinitif aoriste de ἔχω, ekhô (« avoir »).

Manière d’être.
Habillement, costume.
Maintien, posture, position.
Extérieur, apparence, faux-semblant.

On retrouve la racine avoir…. faux semblant donc faux et tromperie pour le verbe avoir à comparer du verbe être, on « n’est pas » mais on « est part une manière d’Être », une apparence, un rôle, un masque… lire avoir ou être.

(Verbe 1) De l’indo-européen commun *seǵʰ (« avoir, posséder », « victoire ») ; apparenté au gaulois Segovia, au latin Segesta, à Sieg (« victoire ») en allemand.
(Verbe 2) De *ϝεχέτω, de l’indo-européen commun *weǵʰ- (« conduire ») qui donne le latin veho de même sens. ; remplacé par ὀχέω, okhéô (« véhiculer »), lui-même déverbal de son dérivé ὄχος, ókhos (« véhicule »).

Quand j’y pense du coup « Eco » comme dans écologie, c’est toujours la guerre comme dans économie, c’est l’avoir, l’accaparation, le faux. Eco-NOMie, c’est hexa-nomie donc de la sorcellerie par le NOM et par-jurer ou par le juron, l’incantation maléfique…. On en revient à la conduite de guerre! Dans les armées védiques, les prêtres précédés par leur chants et incantations…

*(Au propre) Tenir, tenir en main, avoir. Donc dominer, Porter, conduire, diriger.
*(Par suite) Entraîner par son poids.
*Saisir, s’emparer de, prendre.
*Retenir. Réprimer, arrêter.
*(Avec le génitif) S’abstenir. S’arrêter, se fixer.

Le future ἕξω, héxō est imperfectif (« j’aurai »).. hexa(craft) ou sorcellerie…

Déscolarisation de la société !Mathilde Ansteet & Sylvain Rochex.

Sécurité:

Sécurité‘, aussi ‘sûreté‘, en anglais ‘security‘ et ‘surety‘ vient de l’anglo-norman/moyen français ‘seurté‘ qu’on peut comprendre comme ‘Sir-té‘ donc protection par un Messire, un Lord ou Seigneur.

Du latin securitas (« exemption de soucis ; tranquillité d’esprit »). Sécurité (du XIIe siècle mais rare avant le XVIIe siècle) est considéré comme doublet savant de sûreté (en ancien français et moyen français seürté)

« Sécurité et sûreté ne sont pas la même chose ; le premier exprime un sentiment et l’autre un état d’assurance ; on a souvent de la sécurité sans être en sûreté ».

Seurté donne surety (n.) . 1300, « a guarantee, promise, pledge, an assurance, » signifiant « one who makes himself responsible for another« . Une garantie, une assurance, une promesse, un gage, celui qui devient responsable pour un autre (on rentre dans le Trust).

Latin ‘securus‘, ‘être sûr’, de se- et cura., en anglais donne ‘to take care‘. ‘se-cure‘ de se- (“sans”) +‎ cura (“care” ou « soin »); dans le sens sans soucis/danger (carefree) mais aussi sans faire attention (careless) donc être imprudent. Donc en anglais, il y a plus se double sense qui n’apparait pas dans le wikitio français.

la Curie Romaine: apparemment ne sont pas reliés mais cela s’écrit et se prononce pareil, on fait des ‘cures’ pour se soigner (care). Curie: une assemblée d’hommes, le Sénat, est en relation avec Centuria et Centurion donc un militaire, une bataille d’homme, et curia est ‘co-‘ and ‘-vira’ or ‘-vir’ (man or warrior, homme ou guerrier) Nom latin de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE). En gros les Tribunaux. (Militaire) Guerrier, soldat, combattant, héros ; fantassin (par opposition au cavalier).

« Dérivé du volsque « covehria » (assemblée), le terme latin « curia » désigne depuis l’antiquité romaine une des divisions du corps civique romain (les ‘curies’), réparti en phratries et curies, puis le lieu de leur rassemblement, finalement le siège du Sénat romain et le Sénat lui-même. Ce terme signifie par extension, dans toute la société médiévale occidentale la cour ou l’ensemble d’une administration civile ou ecclésiastique (curie impériale, curie épiscopale, etc.). Ce n’est qu’en 1089 qu’apparaît pour la première fois l’expression de curie romaine dans un document du pape Urbain IILe sens du mot se restreint, dans la période moderne et contemporaine, pour désigner par excellence les dicastères et organismes au service de l’exercice du pouvoir pontifical romain. »

securus‘ est l’Axe du Mal (George Bush), en anglais, une hache se dit ‘Axe’, l’outil pour couper le bois ou la tête. Secus est sexe et ‘seco‘ est ‘couper’, on retrouve cette racine dans Caesar et Césarienne. Et Secutor est le fameux gladiateur ou Surveillant ou Poursuivant donc la Police/Milice.

securi percussus‘ est ‘couper la tête’. On retrouve la hache dans l’Empire Romain, le Reich, mais aussi aux USA et dans la République Française, sous forme de Fascis ou Fasciste. Faisceau de verges d’où émergeait la lame d’une hache, symbole du pouvoir de vie et de mort des hauts magistrats romains, porté par un licteur. Le lictor devait lire les droits donc c’était un lecteur et un lecteur lit des chapitres/capitation. Hanniba’al lictor…

intéressant!

Citator et quelqu’un qui cite donc qui dicte quelque chose, une loi ou en tout cas le prix de vente, il doit avoir une licence! C’est combattre, gladiateur! licitus = permis, etc… tout le symbolisme licite! Licencieux.Qui fait preuve de licence, qui est déréglé, désordonné, contraire à la pudeur, en gros comportement de pute. On retrouve ‘li’ de ‘loi, lex, lire’, la magis des mots. Relier en fait a loi, law, to lie = mensonge!

le sabre laser des temps romains, el-lictor, électeur.

Donc pour conclure, que « Sécurité: c’est le Rite ou Rituel faschiste de couper la tête à la hache ou de guillotiner! ». Pour preuve, pour votre sécurité on vous demande de montrer votre carte d’identité et qu’y-a-t-il dessus? Votre tête coupée, un rituel symbolique… Pour l’identité voir Id-Entité.

Law, Loi, Mensonge, Lie:

Définition du Blacks’ Law: What is Law? 1. That which is laid down, ordained, or established. A rule or method according to which phenomena or actions coexist or follow each other. En anglais ‘to lie down‘, « lay down » lay down law: faire loi ; donc allonger, poser parterre, donc tombe, mettre à mort, coucher (sexe). En gros « to law down » et « to lie » en anglais c’est mentir et mensonge (ment-songe).

1. Ce qui est fixé, ordonné ou établi. Règle ou méthode selon laquelle des phénomènes ou des actions coexistent ou se succèdent.

2. Un système de principes et de règles de conduite humaine, c’est-à-dire l’ensemble des commandements et principes qui sont prescrits ou reconnus par le gouvernement dans une société juridique organisée comme sa volonté par rapport à la conduite des membres de cette société, et qu’il s’engage à maintenir et à sanctionner et à utiliser comme critères d’action de ces membres. « La  » loi  » est l’expression solennelle de la volonté législative. Il ordonne, autorise et interdit. Il annonce des récompenses et des punitions. Ses dispositions ne portent généralement pas sur des cas solitaires ou singuliers, mais sur ce qui se passe dans le cours normal des affaires. Civ. Code La. arts. 1. 2.

« La loi, sans article, implique à juste titre une science ou un système de principes ou de règles de conduite humaine, répondant au latin « jus« , comme lorsqu’on en parle comme d’un sujet d’étude ou de pratique. En ce sens, il comprend les décisions des cours de justice, ainsi que les actes du législateur. Le jugement d’un tribunal compétent, jusqu’à ce qu’il soit infirmé ou autrement remplacé, est la loi, tout comme n’importe quelle loi. En effet, il peut arriver qu’une loi soit adoptée en violation de la loi, c’est-à-dire de la loi fondamentale ou de la constitution d’un État ; qu’il est de la prérogative des tribunaux dans de tels cas de la déclarer nulle ou, en d’autres termes, de déclarer qu’elle n’est pas une loi. Rurrill. 3. Règle de conduite civile prescrite par le pouvoir suprême dans un État. 1 Steph. Comm. 25 ; Civ. Code Dak.

Law, du Middle English lawe, laȝe, du Old English lagu (law/loi), du Old Norse *lagu, pluriel du Old Norse lag, lǫg (layer/couche, stratum/strate, a laying in order/couches en ordre successif, measure/mesure, stroke/coup, law/loi, literally something laid down or fixed/quelque chose de fixer et d’enterrer ou poser), du Proto-Germanic *lagą (that which is laid down), du Proto-Indo-European *legʰ- (to lie). Apparenté à l’Islandais lög (things laid down, law), Suédois lag (law), Danois lov (law). du Old English hlāw (burial mound” ou tertre funéraire ou tumulus). Also spelled low.

legʰ-yeh₂

Le lie de la rivière: de Liger: limon, sédiments qu’on retrouve dans Loire (Loi). Lie: probablement du Transalpine Gaulish *liga (silt, sediment), du Proto-Indo-European *legʰ- (to lie, to lay).

Etymologie 3
Du Middle English lie, du Old English lyġe (lie, falsehood, mensonge, mentir ), du Proto-Germanic *lugiz (lie, falsehood), from Proto-Indo-European *leugh- (to tell lies, swear, complain, dire des mensonges, maudire, se plaindre), *lewgʰ-. Similaire au Old Saxon luggi (a lie), Old High German lugī, lugin (a lie) (Allemand Lüge), Danois løgn (a lie), Bulgare лъжа́ (lǎžá, а lie).

Du Middle English lien (to lie, tell a falsehood), du Old English lēogan (to lie), du Proto-Germanic *leuganą (to lie), du Proto-Indo-European *lewgʰ- (to lie, swear, bemoan). Similaire au West Frisian lige (to lie), Bas Allemand legen, lögen (to lie), Hollandais liegen (to lie), German lügen (to lie), Norwegien ljuge/lyge (to lie), Danois lyve (to lie), Suédois ljuga (to lie) (ici on retrouve juge).

Du latin médiéval lias, (pluriel) liæ « lie, sédiment, résidu », du gaulois lĭga, lega « sédiment, dépôt, limon » (cf. gallois llai, breton lec’hi « lie, mucilage », vieux breton leh « dépôt, vase »).

« Les mauvais éléments d’un peuple ou d’une population ».

Une liasse de billet est un dépot 😉

Vocabulaire apparenté par le sens: fécer: Excréments solides de l’homme ou des animaux, formés des résidus de la digestion.

On rentre dans le débit de poisson! Vinasse et compagnies…

Du vieil anglais lēogan, issu du proto-germanique *leuganan (en), qui remonte à l’indo-européen commun *leugʰ- (en). Apparenté à l’allemand lügen « mentir », au polonais łgać, de même sens, au vieil irlandais fol-lugaid « se cacher ».

Dérivés: on retrouve ‘liar‘ avec le jus de mots des freeman: lawyer (avocat ou juriste).

*Serrer avec une corde ou avec toute autre chose flexible.
*(Fauconnerie) Saisir l’oiseau avec ses serres, en parlant d’un oiseau de proie. (énorme, fausse connerie!)
*Faire un nœud.
*Joindre ensemble différentes parties par quelque substance qui s’incorpore dans les unes et dans les autres.
*(Cui-Cuisine) Donner de la consistance, épaissir une sauce.
*Joindre les lettres dans l’écriture.
*(Figuré) Entrer en con-versation, en commerce, en relations avec quelqu’un.
*(Figuré) Attacher, unir, enchaîner ensemble en parlant des personnes.
*Astreindre, obliger.
*(Religion) Exprime le pouvoir de juridiction spirituelle donné par Jésus-Christ à l’église, au for intérieur et au for extérieur.

Ah, ça dépote dans les définitions!

Lie: du Old Swedish līe, , du Old Norse , du Proto-Germanic *lewô, du Proto-Indo-European *leu- (to cut). Donc couper et decapiter! Du vieux Suédois: (Agriculture) Faux

Bon, je crois qu’on a fait le tour!

Responsable, Spondeo:

Dans le droit romain du Contrat, au départ seul le mot « spondeo » était accepté d’être prononcé par les romains puis ensuite cela fut généralisé pour tout le monde, mais uniquement par ce mot là!: « spondeo« . Stipulatio est la forme de stipulation principale du contrat chez les romains: questions/réponses, ex: « Est-ce que vous vous engagez pour ce qui vous ai donné (dari spondes)? », « oui, je m’engage (spondeo) ».

Responsable: Qui doit répondre de ses propres actions ou de celles des autres, qui doit être garant de quelque chose. Respondeo.

De spondeopromettre ») avec le préfixe re-. (« faire un rituel« , ou ‘res‘ est la chose: promettre la chose.

D’une forme archaïque *spendo composé de s-, pendeo et pendo, littéralement « s’attacher, se lier [par contrat] » et apparentée au grec σπένδω, spendo (« faire une libation »).

Promettre sur l’honneur, assurer, garantir, se porter fort. S’engager.

(Droit) Promettre solennellement, dans les formes prescrites pour quelqu’un, promettre à titre de caution (sponsor), de répondant. Se porter caution pour quelqu’un.

Spendo donne en anglais « to spend« ; et en français « dépenser ».

Pendeo: Pendre, être suspendu, être pendu, être pendant, tenir à.

pendere (tenui) filo : <pendre à un fil (ténu)> = être en grand danger, dépendre de peu de chose.

Être attaché, être affiché, être mis en vente.

pendere ad lanium, être exposé en vente à l’étal d’un boucher.

Peser, estimer.

Être suspendu, être pendant, en instance, en suspens.

ad senatum remissus diu pependit, tandem absolutus vindicatusque, Pline : renvoyé devant le sénat, il demeura longtemps dans l’indécision; finalement il fut absous et reconnu innocent.

Être indécis, flottant, irrésolu, inquiet.

ego tecum potius quam animi pendeam, cum a te absim, et de te et de me, Cicéron : moi, je préfère être avec toi que d’être loin de toi anxieux et sur ton sort et sur le mien.

Dépendre de, reposer sur, être soumis à.

Pendeo, « être pendu » est l’intransitif de pendo, qui voulait dire à l’origine « pendre », puis « pendre à une balance, peser ». Les premiers payements se firent par le biais de lingots de métal (→ voir as et libra) pesés sur une balance ; de là les sens de « peser, payer », qu’ont les dérivés de pendere et ceux du fréquentatif pensare. On orthographie à tort le français poids comme s’il venait de pondus mais il vient de pensum (→ voir tensa et toise ou mensis et mois). L’idée de « peser » a souvent au figuré, le sens de « estimer, juger ». (Dérive pénis).

Lewis et Short  rapprochent ce mot de funda, « fronde », du grec ancien σφενδόνη, sphendonê, « fronde ».Pour Julius Pokorny , il est apparenté à sponte.

Donc peser, depe(n)ser, donc aussi penser…

Pas loin de ‘funda‘ donc fonder/fondation/fonds (monnaie) donc financer/financement, funds en anglais.

Apparenté au latin spondeo (« promettre sur l’honneur »).
Pour le sens de « verser, répandre », comparer avec le latin pando (« étendre »), pateo (« être étendu »), apparenté à πετάννυμι, πετάω, petánnumi, petáô (« étendre, déployer »). (Répandre/épandre).
  • Verser.
    • σπένδω οἶνον
      je verse du vin.
  • (Religion) Faire une libation.
    • σπένδω ἀγαθοῦ δαίμονος
      je fais une libation à mon bon génie.
  • (Voix moyenne) Conclure un traité de paix, un accord

La Trinité (trinitas):

C’est ce qui s’appelle la Sainte Trinité (Holy Trinity en anglais),
le père, le fils et le Saint-Esprit:
Le titre, le surnom, le prénom.
Le maître, l’esclave, l’affranchi.
Le propriétaire, le débiteur, le créditeur.
Le fiduciaire, le fiduciant, le bénéficiaire?
Trustee, executor, beneficiary?

la trinité Celtique:
Les trois pouvoirs ou émanations d’une même entité. C’est le Feu, matérialisé par: la flamme, la chaleur et la lumière. Dieu a trois personnification: Principe, Puissance et Manifestation. Les trois monde: Cosmique, Céleste et Terrestre. Les trois plans: Spirituel, Psychique et Physique. Les trois temps: Passé, Présent, Avenir. C’est le 3 en 1, 3 pour le prix d’un! « De l’Étant, de l’Était et du Venant, moi Elohim Sabaot ».

Les trois sens de l’Écriture: propre, figuré et hiéroglyphique, langue primitive de Babel (babbling en anglais, un enfant qui bredouille, qui babille). Clair, symbolique et sacrée. La troisième ne se prononce pas…comme le nom de Dieu. Le savant grec Héraclite a exprimé les trois styles par: « parlant », « signifiant » et « cachant » (occultant).

Dans le langage Hopi: trois modes, certitude, probabilité et imagination suivant trois combinaison d’un fait observé, rapporté ou rêvé.

GrammaireSujet, Verbe, objet.

Trivium: Grammaire, Rhétorique, Dialectique.

Dieu: a servi à designer   (dé-signer, enlever le signe, comprendre le signe? éclaircir par la lumière car dieu est aussi le soleil). Divus: dieu, divinité, DIEU: Divus E-I donc D-E-I, je suis divin (dico éthymo et gaffiot). je suis divin et unique, je suis D.I.E.U (voir plus bas: signification D.I.E.U.).

Être, I-E i-es, je suis, esse….essence….

Honneur:

De Honor, Honos, Onus:

ŏnŭs 

  1. Charge, fardeau, poids.
    • Oneri esse alicui : Être à la charge de quelqu’un.
    • Tanti oneris turris, César : Une tour si lourde.
    • Onus plaustri : Charretée.
    • Ingens onus alicui injungere : Imposer un lourd fardeau à quelqu’un.
  2. Cargaison (pour un bateau).
    • Naves cum suis oneribus : Vaisseaux avec leur cargaison. (Live)
  3. Taxe, impôt, charge pécuniaire.
    • Oneribus pressus : Écrasé sous le poids des impôts. (Cicéron)
    • Ne provinciae novis oneribus turbarentur providebat : Il veillait à ne pas porter le trouble dans les provinces par de nouvelles taxes. (Tacite)
  4. Tâche pénible, chose difficile, embarras, souci, peine, gêne, incommodité.
    • Onus gravidi ventris : Grossesse. (Ovide)
    • Ciborum onera : Les excréments. (Pline)
    • Onus est nostrum : C’est une tâche que j’accepte, c’est mon affaire. (Cicéron)
    • Onera patria : Les charges de la paternité. (Suétone)

Explicite non?!! Et (h)onéreux! Donne ONU… Rester en honneur est payé la somme due…

Famille:

Famuli: du latin famulus serviteur, esclave »). Domestique, serviteur. Asservi, soumis, obéissant.

De l’osque famel: « habitant de la maison », (par extension) « esclave ».

Plus avant, avec le changement de \dh\ en \f\ qui est dans facio « faire, produire », par ailleurs apparenté, avec le crément -m- qui est dans thema (idem, via le grec), la dérivation sémantique est la même qui lie geno « naître, produire » et gentilis, gens, gentis « membre de la parentèle, famille ». (en anglais, statut famille, et le Pater Familia)

Père: Papa, pape, pope, pater, parent, le propriétaire des biens, piter, patronus: ancien maître d’esclave affranchi, patronage, un patron; patria, patriote, patronyme (nom de famille/surnom), parrain (mafia),

Fils: filius…enfant. Tous les files sont reliés au UN et tous les files mènent à Rome! Alors faut-il emprunter la voie du milieu? Pas si c’est celle du ‘NOM’! Mais plutôt celle du Prénom qui vous relie à l’Unique Dieu, vous-même.

Saint: sacré, sacrifié, sanctio: punir, sanctifier, sainteté, consacrer. serment (serf-ment), sacramentum: assermenter, sanctuaire, fameux, extraordinaire, un sacre (royal), sacrifier, sacrifice, consécration.

Masque: premier sens représente le démon! mascotte, masco: sorcière.
Démon: faux dieu, être infernal.
Milice: d’origine obscure, être soldat.
Militaire: Militant: à propos de l’église, militare: soldat, combat, service militaire, servitude militaire, de la guerre.

Esprit: Soupirer, spirare, souffle vital, âme, Saint-Esprit, spirit, de l’esprit immatériel,

Cesser: concéder, mourir, accéder, décéder, excéder, procédure, procès, succéder, accès, cessionnaire, excessif, procession, récession, succès…

Définition de Dieu et God:

(tirer de l’article suivant) Donc on oppose la vie et la mort, j’oppose être à avoir; mais ils s’imbriquent aussi l’un dans l’autre. Sacrée dualité! Sacre Bleu! Sacre Dieu! C’est la Dieualité de la vénération: Dieu ou Mammon? Papa ou Maman? Être ou Avoir?

Mais « deus » (zeus, jupiter, zion) existait avant le mot « god« ? Mais dans le dico anglo-normand 1779 Kelham, on retrouve Godetz d’or, goblets, mugs of gold, et c’est certainement lié à Gold et Or et la lumière/Soleil. Aussi de « la voix« , « invoquer » par proto-allemand et indo-européen*gewH-. Le Letton: zavêt(to cast a spell, ou jeter un sort). Plus haut, on a le gallois: Bargodi « surplomber » donc dominer et « Bargod« , BAR et GOD; la berge, donc BANK en anglais! God a le sens de Bank/Banque! Du coup la Barge diriger par la BAR, prend du sens aussi! Étymologie de God en anglais. On a donc Gautam: Gotham de Batman, Gundham du Japon, et Gotha de la famille royale! Cela veut dire en même temps la dualité! La lumière et l’ombre! Probablement lié à l’Étymologie de poisson et donc Dagon.

« gŐ(गः) » et « tama (तम) ».[1] « Tama » signifie « darknessobscurité » et « gŐ » signifie « bright lightlumière éclatante« . Ensemble, il forme celui, qui refoule l’obscurité (l’ignorance) par sa brillance (connaissance spirituel) et Sagesse.

En opposant Être et Avoir, je dis dans cet article que Être est une édulcoration de Avoir, un détournement de fonds et  « hi-jack » du verbe Être, une possession égrégore, une édulcorporation, et donc une personnification.

Un synonyme de Mammon est Divitiae; on retrouve, le brillant (glossa/glose/maquiller/éblouissant), grandiose, richesses, argent, et dieu mais aussi la division! Le nom mythologique Dis désigne le dieu des enfers (Pluton) et correspond à Dieu/deus/dios. Aussi Goat, Égouts, Crypte, Cacher, Occulter, Secret, etc…

Donc voila Dieu est la (per)version mal-nommé de ‘God’ qui a une racine plus appropriée. En anglais Lord aussi est perverti et donc Seigneur n’est pas bien mieux que saigneur? Alors quel nom utilisé en français pour ‘God’? Bouddha semble plus approprié et mieux adapté (racine similaire à God) c’est pour ça qu’il devient très populaire? Jéhovah, YHVH sont Jupiter, Ios-pater, dos-pater, dyes-pater, etc… Elohim au sens de El, Al, Allah, Illies, Illuminati, etc… Hallal est Allah, approuvé par LE Dieu! du Commerce, car le business de la religion prospère (et prospecte). Alors ne peut utiliser un mot ou nom pour « Dieu » est peut-être la meilleure solution? « Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom »?

Correspondance G.O.D. et D.I.E.U:

D-I-E-U: Octroyeur de Domination ou Ayant-tout-pouvoir.

  • Dominatio. Imperium. Exsisto. Universalis.
  • Domination-Implicite-Esclavagiste-Universelle
  • Domination-Impériale-de-l’Existence-Universelle

Dominatio: domination, souveraineté, pouvoir absolu.

Imperium: commandement, ordre, autorité, pouvoir de donner des ordres, pouvoir suprême (attribuée à certains magistrats), être revêtu du pouvoir suprême, envoyer qqn avec les pleins pouvoirs, commandement militaire, empire, empereur, gouvernement impérial.

Exsisto, = existo = existence = existentia: sortir, s’élever de la terre (déterrer), sortir des enfers, naitre de, se manifester.

Universalis: universel; ou unitas= unité, unitio= union, universitas= totalité, ensemble mais aussi corps, compagnie, corporation, communauté (intéressant!).

Implicite: d’une manière embrouillée (comme les œufs cuisinés !), obscure (occulte), ou implicito: enfoncer profondément !!! lol.

Esclave: du latin « slavus » et « servus« : esclave, asservi. « servitus« : le droit à la servitude. « serf » en français. « servio« : être esclave, vivre dans la servitude, être soumis, sous la dépendance. « servitium ». « servitor« : serviteur des Dieux. etc…

  • Droit-Impériale-de-l’Existence-Universel
  • Droit-Implicite-d’Esclavagisme-Universel
  • Droit Inaliénable d’Existence et Universel
  • « Directus-Inalienabilis-Exsisto-Umano » ou DIEU, le vrai droit naturel de l’humain? le Droit-Inaliénable-d’Existence-de-l’être-Humain

Inaliénable: inalienabilis, inebranlable.

Directus: directe (directus), dans l’ordre direct, naturel. Dit-rectus, Droit.

Umano: pluriel: Umani du latin Humanus, humane, humanias, humaniter, humanitus, être humain, aimable, âme. Homo, servus homo, esclave. Aimer du latin amare (mais d’après le Gaffiot: amer!), se plaire, affectionner, en langage Akha, la mère est « ama« . On la mer et âme aussi…on voit que tout est relié…Amabiliter, avec amour. Amo, aimer, etc… Mais pourquoi, en anglais, Anna von reitz dit bien que ‘human‘ est ‘a hue of man‘, une couleur de l’homme, comme la couleur de la loi, la loi est colorée donc corrompue, un humain n’est que l’ombre de l’humain.

  • Droit-Invincible-à-l’Existence-hUmaine
  • Directus-Invictus-Exsisto-Umano ou Universalis

Invictus: invincible, inébranlable, imbattable.

Trustee: consignataire, signataire, administrateur, homme de confiance, garant, curateur, gardien, dépositaire. personne a qui sont confies les biens. Dans les vidéos, tous disent de ne pas assumer le rôle du Trustee en justice sinon c’est coupable d’office, il faut redéfinir au tribunal et expliquer, enfin questionner le juge en lui disant/demandant bien que c’est lui le Trustee. le Trustee est débiteur, le détenteur du Titre du SURNOM, et les capitaux/fonds/biens c’est pour le bénéficiaire (Rohan Lorian).

Trust, confiance, administration, gérance, institution du droit anglo-saxon, étrangère au système juridique français, common law, reconnu par la convention de la Haye du 1er Juillet 1985 mais non ratifié par la France.

Arrangement patrimonial (du patrimoine de droit) à fins multiples établi par acte entre vifs ou à cause de mort (nous sommes considérés mort depuis la naissance car disparu en mer), à l’initiative d’une personne nommée constituant (l’Etat) dont l’objet est de placer certains biens dans l’intérêt du bénéficiaire (vous, enfin l’État par votre consentement tacite), nommé Trustee (le SURNOM) qui est investi du pouvoir ou du devoir (surtout le devoir d’obéir et de payer) à charge d’en rendre compte (sinon c’est la rue, prison, etc…), de gérer ou de disposer conformément à son investiture et a à la loi, des biens a lui confiés, lesquels figurent à son nom sur les titres mais constituent une masse distincte qui ne fait pas partie de son patrimoine (donc vos biens ne sont pas à l’état, seulement votre NOM sur les titres lui en donne la jouissance). Equivalent en France par la fiducie.

Fiducie: La fiducie est un transfert de propriété soumis à des conditions d’usage ou de durée. Cette notion existe principalement dans le droit anglais sous le nom de « trust », dans le droit allemand (« Treuhand »), ainsi que dans le droit musulman sous le nom de waqf. Elle a été introduite en droit français en 2008 dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie.

Une fiducie est un contrat nommé entre trois personnes (le constituant, le fiduciaire et le bénéficiaire) qui doit respecter un certain nombre de mentions obligatoires pour être valable. Par ailleurs, le contrat doit, à peine de nullité, être enregistré dans un délai d’un mois à compter de sa constitution. En conséquence, le contrat doit être conclu par écrit.

D’après l’article 2018 du code civil [archive], Les mentions obligatoires sont, sous peine de nullité :

Les biens, droits ou sûretés transférés. S’ils sont futurs, ils doivent être déterminables ;
La durée du transfert, qui ne peut excéder quatre-vingt-dix-neuf ans à compter de la signature du contrat ;
L’identité du ou des constituants ;
L’identité du ou des fiduciaires ;
L’identité du ou des bénéficiaires ou, à défaut, les règles permettant leur désignation ;
La mission du ou des fiduciaires et l’étendue de leurs pouvoirs d’administration et de disposition.

Trust-law: faire confiance à la loi, administration-loi, loi de confiance, accords de confiance. Règles/Code d’administration. Admettre c’est avoué…se vouer au faux Dieu, s’avouer vaincu.

Ledger: livre, registre, livre de comptabilité, registre maritime, ledger stone = tombe, ledger hook = hameçon. Poster (postus, pono) est transféré ou rapporté sur livre de compte, en latin, poser une couronne, déposer des tablettes, un livre, les armes, des embuches, de l’argent; les vents furent tombés,  quitter, cesser d’être, (se) recueil-lir,   . Ledger en anglais est la pierre tombale donc Romley relie ‘poster’ à ‘posthume‘ (dernier en terre, enterré), à titre posthume! Car on n’est (né) mort à la naissance! Rapporter c’est faire tomber dans le calcul de division? donc faire Tomber, est la Tombe. Poster vient de pondre, deposer, poser, positionner, mettre en place, ordonner (donner ordre) mais imposteur aussi, placer entre. Poste, relai de chevaux, courrier du Roi, guetter, à l’affut. Déposer, décomposer.

Tombe: en anglais Tombstone: pierre tombale et avis financier, définition du Black’s Law: Le rapport généré pour un titre à sa date d’échéance. Il montre les détails de la transaction et de l’émetteur. Lier à tumeur. (Larousse) De l’anglais tombstone, pierre tombale: Avis publié dans la presse ou par voie d’affichage et annonçant une opération financière en cours (emprunt, augmentation de capital, O.P.A., etc.)

Dog-tag: tag: étiquette, marqueur, balise, griffe, dog tag, plaque d’identification militaire.

Incorporated: Incorporé l’armée (corps d’armée, ecclésiastique et politique, aussi une notion de propriété…), donc faire partie de l’armée, d’une entreprise/société/corporation, une société anonyme donc il y a une notion d’inconnu comme le soldat, sans solde. Enregistré, dûment établi, intégré, assimilé, etc…de faire partie d’un système, d’y être incorporé et soumis.

Lucifer:

Lucifer c’est ‘offrir’, ‘apporter’, ‘porter’,
de racines ‘pherein‘, ‘phoreus‘ and ‘phoria‘…donc ‘ci-pher’, on a ‘porter le sceau’: la marque, mettre en lumière, illuminé (illuminati),  donc ‘marquer au fer rouge’ les vaches et les esclaves, en anglais cela s’appelle ‘Branding‘ et une ‘Brand’ et une marque, cela fait parti du département du Marketing… (Market = Commerce = Esclavagisme) le micro-puçage est moins douloureux! Logo, « Louis » Vuitton…

‘Lu-‘ est ‘Lumière’ ou ‘Light’, mais ‘lu’ c’est ‘lire’…lire le code; donc ‘déchiffrer’ (lire les nombres obscure, ‘to decipher‘) mais aussi ‘Décrypter’…donc..’Crypte’……voir Kate MIDDLETON qui fut ressuscitée en Princesse Catherine Elizabeth, etc…Quel jolie conte, non?! (Harry Potter porte la marque de la bête sur son front) et la croix marque le trésor, (Ministère du Trésor (très or) publique) sur la carte, il faut décoder la carte et tuer tout le monde avant! c’est la guerre. Qui porte la croix? Le chrétien autour du cou? Cela donne à réfléchir!?

En latin, ‘porter’ est ‘ferrer’, ‘pher‘ similaire à ‘fer’, et ‘ferrer’ donc mettre les chaînes et enchaîner ou ferrer le cheval; ce qui nous amène à marquer au fer…et oui, le TOUT-ESCLAVAGE.

Donc Lucifer est le ‘porteur de lumière’, probablement le ‘porteur du code’, il donne le code ou utilise la méthode de codage occulte, ou l’opposé: il encode et occulte, mais pourtant il porte la lumière…la lumière, c’est illuminé, c’est mettre en avant, c’est le glosse, la brillance du papier, mais aussi l’enseigne, (en-saigne), le logo, la marque déposée, on en-saigne bien les vaches au fer blanc?! Mais les esclaves aussi…marqués au fer rouge, la marque de la bête de somme, et donc de la Bête

Inferno…

On trouve ‘fer’ dans ‘légiférer‘, donc ‘faire la loi’, ‘faire les codes/codex’ donc ‘porteur de loi’ et légi-(loi)-férer(des Fers), donc la Loi d’Acier! Loi des Fers (des chaines, enchainer, la pri(x)son, la prison marquer du X)…déférer est ‘envoyer en justice’

On retrouve le ‘Chrisme’, symbole/code du Christ, le Christos ou ‘Chi’ ‘Ro’. (XP ou XI, ‘P’ est l’axis mundi, l’axe du monde) donc on barre l’axe du monde avec la croix/la marque? Jésus c’est je suis X ou je signe X, la signature de l’illettré…signant (par le signe de croix) qu’il n’est PERSONNE (et n’a pas de valeur, enfin si, celle de l’esclavage car il fait parti du Capital du Maitre), il n’est plus l’UN-dividu (l’indivisible, l’unique, le vrai D.I.E.U), il est « l’inconnu », comme le soldat, sans solde! Donc Soldé pendant les soldes et la grande braderie. P pour la Paix et X barre la Paix…en anglais la mort est Rest In Peace: Repose en Paix: R.I.P..mais peut-être: Rex Imperator Peace (le sceau, la marque de la Reine d’Angleterre): Le Ministère de la Paix d’Orwell? LA GUERRE?

Chrétien’ (Christian) veut dire « oint« , latin ‘unctus‘, ‘ointer‘ mettre de l’huile! (passer de la pommade, flatter)(sanctifier, consacrer, bénir, anoblir, faire chevalier: un titre de guerre) anointer, faire Roi ou Noble, anobli). Jésus guérissait les gens en leur passant de l’huile sur les pieds, « graisser la patte de quelqu’un »: corrompre, donner de l’argent, etc……Crétin dérive de Chrétien, et ‘crétinisation’ c’est rendre stupide (‘éducation’ ou ‘conditionnement’)

Lu est la lumière: ‘Louis‘ ou ‘Luis’ (en english ‘Lewis’, en latin ‘ludovicus’), venant du Roi Clovis, vient de la racine de ‘hlod‘, (renommée, célébrité, ou ‘Illustre’ donc ‘illuminati’ ou ‘pour très longtemps’, on a aussi les ‘lustres’ des Palaces…qui brillent par milles feuxs sur la Richessse et la mesure de la luminosité est le Lux…le LUXE, pour montrer combien on est RICHE! LOUIS VUITTON!

Aussi, racine de ‘fro wig‘ (combattre), et ‘hlod‘ peut-être en anglais ‘to hold‘ donc tenir, détenir (la propriété),

La plupart des Rois de France étaient des Louis.

En anglais ‘Evil’ est l’inverse de ‘Live’ and ‘Devil’ est ‘Lived’=mort.

Pour Rohan, la définition vient de « to glow » (supprimer par google, voir la vidéo) donc « luire », le « glossa » c’est « reluire ».

Baptême:

Baptême (p323 Dicautre), des eaux, immersion totale (« noyade »), une mort symbolique donc une MORT CORPORATIVE, il est dit que cela est égal à passer un instant dans l’éternité: la vrai vie (donc la MORT IDENTITAIRE), le vrai baptême donné par un maître (Jean-Baptiste, l’immergeur, un vrai affranchisseur car il fut guillotiné), donc une symbolique reprise par le VATICAN, par un prêtre prêcheur,  les ‘water ways’ si chère à Romley (aussi la parabole/histoire Égyptienne de la mort et le passage de l’eau, jusqu’à l’embouchure de la mer, le gueule du crocodile (croque-eau-d’île))(Livre des morts, probablement un livre de loi pro ou anti-esclavage?), ici, passer dans l’eau-delà, au-delà, la MORT SYMBOLIQUE CORPORATIVE ESCLAVAGISTE DU VATICAN.

Donc le Baptême chrétien impose la marque de la Bête (symboliquement), avec l’eau mais aussi la croix, par dessus, de l’esclavage et l’assujettissement à Rome et l’Empire Romain. Le vrai rituel du Baptême de l’eau, serait un affranchissement de l’esclavage. Par le feu, la marque au fer, la guerre, c’es le baptême du feu et de l’esclavagisme, aller au feu…sacrifier sur le bûcher…Par l’eau, c’est lavé la MORT IMAGINAIRE, la paix, la liberté, l’affranchissement, le franchissement dans l’eau-delà, au-delà de la Crypte, de la tombe, ressuscité au Dieu, au vrai Dieu, soi et non plus au faux DIEU. Baptême par effusion (de sang/seing) : l’eau est versée sur le front de la personne, la croix annule le lavement par l’eau? (voir aussi la signification naissance/baptême/bateau)

Une pratique venue d’Allemagne consiste à se faire « débaptiser », par exemple pour échapper à l’impôt ecclésiastique.

Pouvoir: poti– chef famille/tribu/clan. posis en grec, époux et despotes: maitre de maison. Latin, potis, potestas, pouvoir politique, puissance. Possum, potes, pouvoir, potere: diriger, faire presser, petere: panne. Potens, la potence, point de support, impotens, omnipotens…Pouvoir: d’avoir, devoir. Puissant. Podestat: magistrat. Potentiel, possible, Despote. Im-pôts! Import!

« To payer des impôts or not to payer des impôts »

Code des impôts: Code général des impôts – Article 4 A

Les personnes qui ont en France leur domicile fiscal sont passibles de l’impôt sur le revenu en raison de l’ensemble de leurs revenus.

Celles dont le domicile fiscal est situé hors de France sont passibles de cet impôt en raison de leurs seuls revenus de source française.

passible (Siècle à préciser) Du latin passibilis, de patior (« endurer »). De patior, passus sum (« endurer ») avec le suffixe -bilis.

  1. (Droit) Qui peut subir, qui a mérité de subir une peine.
    • La roue devait, ordinairement, se porter sur la poitrine. […]. Le défaut du port de la roue était passible d’amende et même de châtiments corporels.

Incorporer: ‘incorporated’=’incorporé’, intégrer une corporation (intégrer la mort administrative) enregistrer, former une société, constituer en société, fonder, établir, former une association, constituer en administratif. Faire partie d’une entreprise, être employé, travailler pour une société, etc…être MORT administrativement et ESCLAVE MODERNE. Voir la définition de Corporation de Rohan Lorian, une entité (identité) fictive

Greenland Theory: Babylone, c’est Rome; et d’autres énormes recherches, en anglais.

Matricule:

matricule….maître (en)cule, un numéro, non je ne suis pas un numéro 😉 maître dans le cul (bon c’est pas que je suis grossier…)
matricula = registre = enregistrement = ID entité…liste, rôle sur lequel on inscrit le nom de ceux qui entrent dans un régiment, dans un hôpital, dans une prison, et, en général, dans une société, une compagnie, etc. Tous les effets d’un soldat sont marqués à son matricule.

De matrix, matricis avec le suffixe -ula.

matriculus= sorte de poison

matricula gaffiot

mater:

On explique ordinairement pa-tar ou pi-tar « père » comme le protecteur, d’une racine pe « protéger », et ma-tar « mère » comme la créatrice, d’une racine ma « mettre au monde ». Mais ces explications ne sont pas absolument certaines : il est possible que la syllabe tar ait été ajoutée après coup et par analogie à pa et a ma qui étaient les anciens termes désignant le père et la mère. Il s’est passé quelque chose de ce genre pour le nom de la sœur dans les langues germaniques (→ voir soror). Quoi qu’il en soit, il faut remarquer que dans ma-tar le suffixe n’a rien qui marque spécialement le féminin, soit qu’on n’attachât point d’idée précise à cette syllabe, soit que la formation soit antérieure au genre grammatical. Matrona est formé comme patronus, matrimonium comme patrimonium : mais remarquez les nuances différentes prises par ces mots. mātertĕra « tante maternelle » a été expliqué comme une sorte de comparatif, la seconde mère ; mais peut-être est-ce un mot emprunté au grec populaire.

De l’indo-européen commun *méh₂tēr dont sont issus, outre les mots suscités, l’allemand Mutter, le russe мать mat’, le grec ancien μήτηρ mếtêr, le sanskrit मातृ mātr, l’anglais mother, l’ancien irlandais mathir, etc. Du sens de « origine » dérive celui de materia.

Donc de la déesse Maat?!!

  1. Mère.
  2. Nourrice.
  3. Mère (en parlant des animaux) femelle.
  4. Mère patrie.
  5. Métropole.
  6. Souche mère, tronc de l’arbre.
  7. Déesse-mère, titre d’honneur donné à certaines déesses.
  8. (Figuré) Mère (celle qui produit), cause, source, origine.
mater
Maât  la déesse de l’ordre, de l’équilibre du monde, de l’équité, de la paix, de la vérité et de la justice. Elle est l’antithèse de l’isfet (le chaos, l’injustice, le désordre social, …).

 »

La loi de Maât peut être retrouvée dans le chapitre 125 du livre des morts des Anciens Égyptiens, aussi appelée les « 42 lois de Maât », la « déclaration d’innocence » ou les « confessions négatives ».

Celui qui est juste, qui vit dans la constante application des lois de la Maât est appelé Maakherou. C’est le cas par exemple de certains grands prêtres des temples. »

« Une des caractéristiques du jugement des morts est son déroulement public. Le mort doit en effet affirmer son innocence à la face du « monde », c’est- à-dire devant le pays entier, et c’est le caractère public de cette confession qui lui donne force de loi ». Ça sent l’affranchissement de l’Homme et la Femme, passage du Mort au Vivant! (ch. 125 et ici)

La Patrix: Il y avait ‘Matrix’ et bien en faite on se trouve dans la Patrix, la Patrie X, des Inconnus, avec les mêmes analogies que dans le film, tout est symbole et symbolique…Tout le monde signe déjà avec la croix qui les enterre dans ce système aliénant. La Patrix (les ETATS) composent la Matrix mondiale mise en place…La Patrie, le Père, la Matrix, la Mère…engendrant les Fils de Putes…Les Esclaves qui vendent Corps et Âme,  par Domination de la Peur consenti et non pas la Domination Originelle Naturelle biensenti…le Syndrome X, tout le monde a oublie les origines, perdu la mémoire, lobotomise par l’Éducation Patriotique.

Tu es « Néo » (tuez Néo), Né haut, original, eau-riginal (Or-i-djin-al=le génie d’or/doré), né Dieu, Néo ne porte que son prénom, et apparemment même la Majuscule au prénom serait trompeuse. Ce héros (O’ hérétique!), a compris un truc que les autres n’ont pas compris, il a comprit le langage de la machine…c’est pour cela qu’il peut voler, comme les agents du système qui vous volent…Les agents de la Collaboration pervertie, les collègues de Travail…Le Mérovingien, détient (détention/prison) certaines clés! C’est l’Aristocratie, la Royauté qui joue son rôle de serviteur du Pape de la Machine et de tous ses systèmes…

Le problème c’est que c’est les producteurs (exploiteur de produits) du film détiennent ‘les clés’ du (x)héros (zéro) salvateur, la clé, la croix, le signe, le code Jésus, le sauveur du monde, les gens attendent toujours le sauveur alors que cela doit venir de chaque individu, un sauveur (sot-veur) se fera toujours tuée car il est tout seul (Jesus n’a rien changer au système esclavagiste de maintenant!), il est noyé dans la masse (le baptême), « lost at sea » « porté disparu en mer » car c’est sous la Juridiction des Mers, Les Lois des Voies de navigation Maritime; (Maritime Law ou Law of the Sea) que le pouvoir détient: La Juridiction de la Monarchie Anglaise (Voir Anna Maria Riezinger)…to be continued…Un compte mondial Paypal…Papal….hum….symbolique?

Docile:

Emprunté au latin docilis (« disposé à s’instruire, qui apprend aisément, docile »).

Qui a de la disposition à se laisser conduire et diriger.
(Par extension) Se dit aussi, des animaux et même des choses qui se prêtent, qui obéissent.

De doceo avec le suffixe -ilis.

Docilis gaffiot:

Enseigner, donc en-saigner/saignant, car on impose, c’est une instruction, une commande, un ordre militaire… « tenir école »… bien la tenir lol

Doceo est avec le parfait didici de disco (« étudier, s’instruire »), dans le même rapport de sens et de forme que moneo (« faire savoir ») avec le parfait memini (« avoir présent à l’esprit »).
Le radical indo-européen du verbe, affecté par l’alternance vocalique pour doceo, est *deik  (« montrer ») qui donne, en latin dico, dicere (« dire (montrer par des mots) »), decet (« il convient »).
Cette racine, avec redoublement du radical, donne le grec ancien διδάσκω, didaskō (« enseigner, instruire »). Comparez δόγμα, dogma (« décision juridique ») pour le sens avec doctrina, pour la construction avec documen.

Donc on a le « disco » et donc la graphie de la discorde, jolie musique… et « faire savoir » c’est renseigner, publier et publiciter… « decet », peut-etre ‘deceit‘ donc tromperie, arnaque, déception. On a le dogme, la doctrine de la dictature, pour sa construction avec documen. dock-u-ment… docteur… une jolie prescription de législation totali-taire.

Croire/Croyance: veut dire Crédit! En anglais, Belief donc to Be-lie-ve, être un mensonge… du vieux français ‘créant‘ donc mécréant… créance, créancier, banquier, faire croire!

Du ancien français creire, du latin crēdĕre (« croire »).  Credo: crédit. Credir (prêter) et prêter, c’est prendre et prit et on ne se fait pas prier, car prêter, c’est être prêtre et prié, c’est pr(endre l’)être (prier ou crier) pour l’avoir. Le système vous envoie paître comme une vache ou un mouton, pour ensuite vous tondre… votre bas de laine et vous pouvez faire une CroiX dessus…

credo

credo

Comme l’atteste le parfait credidi, phrase verbale composée de *ḱred (« cœur, intelligence », en latin cor, cordis) et *dʰeh₁- (« placer » → voir condo et facio). Il correspond au sanscrit श्रद्दधाति śrad-√dhā (« croire ») ou au vieil irlandais cretim (« croire »).

L’Armée Romaine:

une recru, sert pendant plusieurs dizaines d’années! De 17 à 60 ans. Recruter lors d’un dilectus, par un imperator (Général). Une légion fait 6000 hommes. Service militaire est de 6 mois par an! L’Engagement donné le droit de vie et de mort à l’Imperator…le sacramentum…les légions se battaient entre elles lors de guerre civile…Le soldat portait 40 kg d’équipement sur 30 km/jour. Seulement au 4ème siècle, une solde fut attribue et des repas gratuit, sinon avant le soldat devait tout acheter, équipement, nourriture, etc… Auguste fit voter un pactole (argent/terre) de départ à la retraite…Au 3ème siècle, l’armée passa de milice civique à professionnelle. Un commandant de troupe est un « légat » ou « préfet de camp ». Le javelot faisait parti des armes de guerres. Les villes se construisirent autour des camps de base. (voir le Dicautre).

Le SURNOM: Homme de paille, Entité légale, nom de société, logo, marque, NOM, nomen, cognomen, famille d’esclave, esclave (in)volontaire, nom de commerce, une personne, donc personne, un mort-vivant, un n’être humain, un naître humain, un pirate, un coupable, un fraudeur, un serf, un servant, un serviteur, etc…La représentation militaire de vous-même que vous endosser (le costume, militaire, de cette pièce de théâtre, cette fiction juridique) donc il faut que vous suivez les ordres, le Tribunal est un tribunal militaire, une Cours Martiale en faite. (voir ὄνομα)

Nomen, Cognomen, Praenomen : le praenomen serait le prénom, celui qui vient avant le nom, mais no-men en anglais veut dire aussi « n’est pas un homme », donc le pré-nom est avant le nom, avant que l’on soit esclavage donc le prénom est l’homme libre. Le contrat du NOMEN, donc du SURNOM qui est aussi le Cognomen comme le dit Rohan Lorian, le Cognomen (cog en anglais est un engrenage) serait le SURNOM et Nomen peut-être le 2ème nom ou middlename en anglais. C’est pour cela que le prénom serait rattaché au baptême par le prénom chrétien et donc à la part du contrat de l’Eglise de Rome, ce qui serait le Cestui-que-vie, l’investissement qu’il faudrait récupérer! En gros l’argent de notre propre esclavage ou sa valeur sur les Marchés. Car l’Acte de naissance est un Bon du trésor, Bond (en anglais), un lien, un contrat, un engagement, une obligation (obligation boursière et autres) qui est tradé ou echangé sur les marchés; et vaut son poids en or et en dette à la naissance, suivant le barème des Pays (certainement la fameuse notation AAA). En passant, James Bond est bien le débiteur et le servant de sa Majesté la Reine 😉 et il a une licence pour tuer, c’est légal ici. Homme pourrait être relié aussi à nommer, quand on (h) nomme, on fait la négation de l’homme, on lui donne un nom; donner ici aussi se rapproche de nommer et homme…Don…A savoir que l’Échange est assujetti à un contrat donc aux taxes mais pas le troc.

Supernomen ou Surnom voir en dessous: Persu/Phersu. Super(no)man est Big Brother via Big Data!

Définition Prénom, Nom du Droit privé:

!Avec elle disparaît la notion de « patronyme » qui est remplacée par l’expression « nom de famille ». Le « sobriquet ». est une appellation sous laquelle, généralement dans les campagnes, une personne est localement connue. Selon le principe de la Loi du 6 fructidor an II, et sauf pour distinguer les membres d’une même famille, l’usage d’un surnom est interdit. Le « pseudonyme » ou « nom d’emprunt » sous lequel des personnes, tels des artistes et des écrivains, des journalistes de la Presse écrite ou télévisée sont reconnus du public, peut faire l’objet d’une véritable appropriation qui permet à celui qui le porte d’en défendre l’utilisation. Mais une personne ne peut contre les tenants véritables d’un nom patronymique homonyme de celui qu’elle porte à titre d’usage, prétendre pouvoir continuer à l’utiliser, même si cette utilisation était limitée à la désigner comme écrivain.!

« Le droit moral de l’auteur au respect de son nom est attaché à l’oeuvre de l’esprit qui porte l’empreinte de sa personnalité. Une cour d’appel a retenu que le demandeur ne pouvait prétendre, sur le fondement de l’article L. 121-1 du code de la propriété intellectuelle, à la protection de son nom patronymique en tant que tel, fût-il utilisé pour l’exercice de son activité artistique, ce nom, quelle que soit sa renommée prétendue, ne constituait pas, en lui-même, une oeuvre de l’esprit. »

« Concernant l’usage d’un patronyme dans une oeuvre fictive, il est jugé que le nom patronymique d’une famille donne à ses membres le droit de s’opposer à l’utilisation faite par un tiers à des fins commerciales ou dans des oeuvres de fiction, pourvu toutefois que le demandeur justifie d’une confusion possible à laquelle il a intérêt à mettre fin. »

Lire ce texte qui est long!

Cestui-que-vie:

D’après le Bouviers Law: Celui pour qui sa terre est détenue par une autre personne; ce dernier est locataire ‘per autre vie’ ou locataire de la vie d’un autre…

Celui qui détient les droits des intérêts bénéficiaires de part son titre légal qui est a été investi ailleurs. La personne qui possède le droit équitable à la propriété et en reçoit les profits de location et autres bénéfices, les biens légaux investi dans un trust (une administration/fond d’investissement).

Celui dont la vie est mesure par la durée de ses biens. La personne qui détient toutes terres, biens et héritages.

Bénéficiaire ou usufruit. Une invention médiéval pour laisser ses biens à une personne de confiance quand on partait à la guerre pour un moment. En gros on remet nos biens et tout le reste à notre naissance par notre contrat acte de naissance, à l’administration du trust, l’État, le Vatican, les banques, etc…mais par de faut de contrat c’est eux qui prennent les bénéfices qui nous sont dûs, car c’est nous qui leur prêtons nos biens en faite, la terre, les ressources minérales, etc..mais en plus ils nous les font payer…c’est ce qui s’appelle avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière! la Sainte Trinité du Vatican! C’est magique et miraculeux, cette tromperie, tour de passe-passe esclavagiste!

Tutelle, régime de protection (lol) institué par la loi pour sauvegarder une personne (le SURNOM) et leurs biens (votre patrimoine) certains individus (vous le Roi) *incapables (majeur ou mineur) (ce que vous êtes) de pourvoir
eux-mêmes à leurs intérêts et dont la charge incombe (Vous payez), sous la surveillance du juge des tutelles (la justice), etc…

Incapable: Personne (le SURNOM) légalement (contrat) frappée d’une incapacité de jouissance ou d’exercice et donc soumise en droit à un régime juridiquement établi. Incapacité majeur (la majorité à 18 ans), nom encore souvent donné à ceux qui perdent l’exercice de leur droits. Dans l’impossibilité de pourvoir à ses intérêts ou d’accomplir un acte (donc écrire sa propre loi).

Incapacité: empêche une personne d’acquérir ou d’exercer valablement un droit (votre acte de naissance, votre SURNOM). Inca…de jouissance, inaptitude juridique à devenir titulaire d’un droit qui se distingue de la mort civile par son caractère nécessairement spécial mais qui peut exister soit à l’égard de toute personne (incapacité absolue de recevoir a titre gratuit frappant certains condamnes)(on l’est tous!). Inca…d’exercice, inaptitude juridique par l’effet de laquelle la personne ne peut exercer elle-même ses droits (sauf à être représenté par une autre personne..tuteur ou l’avocat, c’est pour cela qu’il ne faut jamais se faire représenter par un Avocat sinon on consent).

Inaptitude: défaut de pouvoir, incompétence.

Tromperie: Délit pénal consistant à induire l’acheteur en erreur sur la quantité ou la nature de la marchandise vendues, plus généralement, action de tromper, induire en erreur un cocontractant qui entre dans la définition
du Dol, de la fraude, du recel ou divertissement….divertissement!: fait par un copartageant (époux, cohéritier donc l’État) de s’emparer de certains objets de la succession ou de la communauté dans l’intention de se les approprier et de frustrer ainsi les autres copartageants, cela expose à la sanction et peines civiles (perte de tout droits sur les biens divertis…( recel, détournement, dissipation).

Troc, nom familier de l’échange, fourniture d’un bien ou d’un service en contrepartie d’un autre (de même espèce ou d’espèce différente)(donc on peut vous ‘payez’ en espèce) opération nette réalisé en nature, sans mouvement d’argent (les billets ne sont pas de l’argent mais une promesse de paiement).

Titulaire, détenteur en nom (en titre, titulaire de compte), investi en personne, désigné par la loi, le contrat, etc… comme sujet actif d’un droit. quand on est titularise, on est nomme (le SURNOM, mais aussi la fonction DIRECTEUR, donc un grade (militaire)) il ne faut donc pas accepter d’être titulaire, c’est l’Etat donc le juge le représentant qui est le titulaire/propriétaire du SURNOM, la banque aussi donc ils sont vraiment les débiteurs et nous sommes le créditeur et le bénéficiaire, le propriétaire des biens et du patrimoine mais pas du SURNOM, ce titre est administré par l’Etat sous tutelle de nous et nos biens qu’il faut récupérer ainsi que l’investissement de notre patrimoine (toutes les ressources physiques, ici, de la France, exploitation forets, animales, pétrole, or, etc…) qui devrait nous être reversé…c’est donc bien la banque qui est le propriétaire de votre compte, vous en êtes le titulaire, vous détenez le titre mais pas la dette.

Souscription, apposition par le souscripteur (sous-signé) de sa signature au bas d’un acte a titre d’engagement, désigne parfois le versement d’argent (impôts). souscripteur (le signataire, l’auteur (de la pièce de théâtre) d’un souscription) ex: celui qui souscrit l’assurance, qu conclut avec l’assureur et signe le contrat d’assurance, soit pour son propre compte: l’assuré, soit pour le compte d’autrui (l’assurance), l’assure doit donner son consentement au contrat et a la désignation du bénéficiaire (synonyme porteur, lettre de change, tire, endossement)

Bénéficiaire: qui provient d’u bienfait. (toutes matières) celui qui tire avantage d’une opération, le porteur, l’endossataire d’un effet de commerce, lettre de change, l’héritier qui à accepter, succession accepte, personne
qui sans avoir été partie contractante est appelée a recevoir le profit. Le fiduciant.

Humain:
humain:
du latin humanus:
Qui est sensible à la pitié, secourable, bienfaisant.
Être vivant qui fait partie de l’espèce humaine.

anagramme de inhumer.

Du latin in humus, « dans le sol ».
Enterrer un corps humain.

etre humain:

Créature vivante membre de l’espèce humaine. Du latin creatura (« chose créée »).

humanus:
Faisait archaïquement hemonus, de homo (« homme ») avec le suffixe -anus.
Archaïquement hĕmo (voir benus pour un développement similaire) qui donne nēmō (« personne »), de l’indo-européen commun *dʰǵʰm̥mō (« [chose / fils] de la terre ») dont sont issus le lituanien žmogus (« homme ») et le vieil anglais guma.Il dérive de la racine *dʰéǵʰōm (« terre ») qui donne humus en latin.Notons le culte à Gaïa, la Terre-mère, la croyance que les humains sont les fils et filles de la Terre ou, selon la Bible, fait de terre. Notons encore, en hébreu, la proximité sémantique de אדם, Adam, le premier homme selon la Genèse et אדמה, adamah, la terre.Le mot n’est peut-être pas issu d’un signifié « fils de la Terre » mais tout simplement, comme le fait le Dictionnaire d’étymologie latine [1], « Terrien », par opposition aux dieux, habitants des cieux, caelicolae en latin.

hemo \ˈhɛ.mɔ\

Chez-soi.
Maison.
Foyer domestique.

Contraction de ne hemopas un homme »), hemo étant la forme archaïque de homo (« être humain, homme »).

eh bien! personne, n’est bien pas un homme donc pas un être humain! Donc la personne juridique en effet n’existe pas!

latin humanus

-Qui possède les caractéristiques spécifiques de l’homme en tant que représentant de son espèce ; qui est composé d’hommes : Être humain. L’espèce humaine.

-Qui est relatif à l’homme, qui lui est propre : Corps humain. Une tâche qui excède les forces humaines.

-Qui porte sur un des aspects de l’individualité de l’homme ou de son activité : Sciences humaines. Anatomie humaine.

-Qui manifeste à un haut degré la sensibilité, la compréhension propres à l’homme en tant qu’individu dans un groupe social : Chercher des solutions humaines à un problème social délicat. Un magistrat humain.

-Qui est en accord, en harmonie avec tous les caractères de l’homme, qui les manifeste (tant du point de vue de la force que de la faiblesse, de la grandeur que de la petitesse, etc.) : Une architecture humaine. C’est une réaction bien humaine.

Humain
L’humanité

-L’humanité est à la fois l’ensemble des individus appartenant à l’espèce humaine (Homo sapiens) mais aussi les caractéristiques particulières qui définissent l’appartenance à cet ensemble.

-L’humanité réunit aussi certains des traits de personnalité d’un individu qui, par exemple, amplifient les qualités ou les valeurs considérées comme essentielles à l’humain, telles que la bonté, la générosité.

-Le concept d’humanité est aussi à rapprocher de la notion de nature humaine qui souligne l’idée que les êtres humains ont en commun certaines caractéristiques essentielles, une nature limitée et des comportements spécifiques. Ce qui les différencie des autres espèces animales.

En droit français:

La loi du 29 juillet 1994 relative au corps humain (une des lois dites bioéthiques) a introduit, dans le droit français, la disposition selon laquelle « Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine » (article 16-4 1er alinéa Code civil français).

Humain: (dico Cornu): l’homme, qui est propre à l’homme (être humain) qui appartient au genre humain. Atteintes à la personne humaine…(mais là il introduit le terme personne, ce qui fausse la définition)…car ensemble des actions illicites préjudiciables à la personne humaine, à la personne physique, corps humain: la personne incarnée en chair et en os, dans sa réalité physique, au respect de laquelle chacun à droit, inviolable et rebelle à tout droit patrimonial, inaliénable. être humain: tout individu appartenant au genre humain (par opposition au règne animal, végétal, minéral) et dont la loi des la naissance garantit le respect.

racine: inhumain: barbare, humus, terre

Gaffiot, Humanus:

humanité, nature humaine, bienveillance, bonté, culture générale de l’esprit, politesse, mœurs, savoir vivre, s’incarner, qui concerne l’homme.

homo: definition 4: homme=esclave

humus, humo

Les doublets (du Trésors des racines latines):

Avoué/Avocat, Chapitre/Capitule, Cheptel/Capital, Chose/Cause(affaire), Communier/Communiquer, Conter/Compter, Cour/Cohorte(quartier militaire), Detroit/District, Droit/Direct, Employer/Impliquer, Enduire/Induire, Essaim/Examen, façon/Faction, Féal(foi)/Fidèle (mais pas féodal mais on en est pas loin) (féodal est relié à bétail et pécuniaire et fédération), Forge/Fabrique, Gaine/Vagin, Hôtel/Hôpital, Livrer/Libérer, Délivrer/Délibérer, Loyal/Légal (loyal à la loi féodal, respect d’une autorité politique ou royal/régal), Métier/Ministère (Maître), Pelle/Pale (rame), Pieux/Pals, Potion/Poison, Raison/Ration, Rançon/Rédemption, Recouvrer/Récupérer, Répit/Respect, Roture/Rupture (défrichement de la terre, acquérir le droit de défricher: la roture, pas loin de route), Serment/Sacrement, Sou/Solide (l’empereur Constantin, 1 sou = 4,55g d’or, une monnaie stable, inébranlable, sous les rois de France, la monnaie fut moindre, il fallait 20 sou pour faire une livre ou 1 franc, en 1950, vingt sous était encore 1 franc… Soucier/Solliciter, Tremper/Tempérer, Vœu/Vote, Voyage/Viatique (via/voie), Voyelle/Vocal, On/Homme, Sire/Seigneur.

Persona, phersu et Prosopopée

phersu « masque« . Klein poursuit en disant que c’est finalement d’origine grecque et compare Persephone. En usage légal, « personne morale ou société ayant des droits légaux », 15c… d’origine Etrusque.

Personne : Le mot personne provient probablement de l’étrusque Phersu: « personnage masqué et barbu », à la fois menaçant et comique, qui apparaissait dans les spectacles funéraires et désignait les masques que portaient les comédiens au théâtre.

ɸersu et Øersu et perséphone… personne-phone… (‘perser’ est ‘tuer’). Phi est Saturne?

Perséphone: (Κόρη / Kórê, « la jeune fille »): Déesse du monde souterrain (les Enfers). Elle est assimilée à Proserpine (en latin Proserpina) (prose? phrase?) dans la mythologie romaine. Perséphone semble avoir accepté son rôle de reine des Morts. Selon Homère, Perséphone cultive aux enfers un magnifique jardin de fleurs qui sont en fait des pierres précieuses, ce qui met en relation la forme romaine de Hadès, Pluton, qui est aussi dieu des richesses souterraines. Elle est emmenée (enlevée, rapt, rape) aux enfers et violée. Et liée à la deesse Liber, Libera, Liberté… Les plus anciennes formes du mot Liber furent Loebasius, Looebesus, Leiber ou Leber. Au contraire, Cicéron rapproche le nom du dieu du mot liberi, « enfants ». (de la patrie!).

La fête romaine des Liberalia… Liber fut un dieu qui présidait à la fertilité… des phallophories… (Dans le rite, on sacrifiait des béliers et on en cachait le phallus) Ajoutons d’ailleurs que Pline l’Ancien signale le culte du phallus ou fascinas, comme un culte proprement romain. Cela lie ‘fasces’ à phallus!!! Culte de Dyonisos, Bacchus… Orgie et compagnies… sodomie.

En fait il est bien possible que le ‘culte’ soit bien la croix ‘T’ (qui représente aussi une bite: ʇ ou Ϯ) qu’on met dans le ‘cul’?

De φέρειν φόνον, phérein phónonporter la mort »).

De l’indo-européen commun *bʰer- (berg/borg) dont sont également issus le latin ferō, le sanskrit भरति bhárati, l’arménién բերել berel et l’anglo-saxon beran (→ voir bear en anglais moderne ‘to bear a child‘ = ‘porter un enfant’ = ‘enceinte’… luci-pherein… porteur de lumière = lucifer). Conduire

Φερενίκη
φορά (« action de porter, port, portage »)
φορεύς (« porteur »)
φόρος (« impôt, taxe »)
φορός (« portant, porteur »)
φορτίον (« ce qui est porté, fardeau »)
φορητός (« porté »)
φώρ (« qui emporte, voleur »)

phónon (le son, donc ‘tuer avec le son’… un phonème, donc « tuer avec les mots », maudiremalédiction… mais aussi la lumière, phone pour téléphone et gramaphone ou tourne-disque…

De θείνω, theínô (« frapper ») (la cloche?), apparenté au latin offensus (« heurt ») (offense, offenser, attaquer…).

Meurtre, homicide. poursuivre quelqu’un pour meurtre. éSang versé, boucherie, massacre. vomissant du sang. Mort. signifier la mort des héros. Mort, cadavre. φοινός (rouge sang), φονικός (sanguinaire), φόνος (meurtre).

ν, ‘nu’ est utilisé pour quantifier la lumière (photon/photo), la fréquence, le neutrino…

L’énergie d’un photon est proportionnelle à la fréquence : E = h ⋅ ν

Per-sonne, par la lumière, par le son, par la vibration et « au commencement fut le verbe« …. enfin plutot la gerbe!

prosoposee

prosopopoeia: figure de style dans laquelle une personne imaginaire ou absente est représentée comme parlant ou agissant. Emprunté au latin prosōpopoeia, emprunté au grec prosōpopoiía,  au prósōpon « visae, masque, rôle, personne » (de pros- « face, opposé » + -ōp- « oeil, vue », donc, « les yeux, ou vue, face à soi-même ») + -poiia « making », de poi-, base du poieîn « faire » (fer) + -ia.

(faire de la prose…. parler bizarrement pour rien dire lol la politique).

Du grec ancien προσωποποιΐα, prosôpopoiía: Prosopopée, personnification.

(fin du XVe siècle) Du latin prosopopoeiapersonnification »), dérivé du grec προσῶπον, prosôpon (« personne, visage »).

Figure de style par laquelle l’orateur introduit dans son discours soit une personne morte, absente ou feinte, soit une chose inanimée qu’il personnifie, qu’il fait parler ou agir.

une proposition… un contrat…? Représenter, représentation (≠présent).

Surnom est ‘super-nomen‘ donc super(no)man! une fiction, un hypocrite est un acteur, quelqu’un qui feint (feindre, un feinte, une arnaque, un hameçon donc un hameçonnage), on prétend… pré-tendre (un piège)… un pré-lien, un pré-contrat, une pré-capture (prey est une proie), feindre du latin ‘fingere‘ donc ‘former’, cela donne l’information, le renseignement, le registre, le formulaire qu’on remplit, la formule mal-gique, auto-malédiction, s’auto-maudire… super(no)man est Big Brother via Big Data!

Écrire, escorte, escroc, prostitué, débauche, scalper, criminel, scrotum, circoncire: (même combat!)

Écrire est étymologiquement lié à ‘escorte’, ‘prostitue’, ‘circoncire’, ‘couper’, ‘débauche’, ‘scalper’, ‘criminel’, ‘scrotum’, ‘testicule’, etc…

Du latin scrībĕre (« écrire »), infinitif présent actif de scrībō.

Les premières formes d’écriture ont été des entailles dans la pierre, le bois ou la cire et le radical de ce verbe est à chercher du côté de scrupus (« pierre pointue »), scrobis (« trou creusé [dans la terre] »), scrofa (« truie, animal qui gratte la terre ») ; le sens primitif du verbe, « rayer », se retrouve encore dans quelques expression.
Apparenté au grec ancien γράφω, gráphô, à l’allemand schreiben

on retrouve dans scripture le codage occulte du s-cryptique donc de la crypte

Scriptum

Écrit, chose écrite.

on retrouve la chose ‘res‘ si elle est morte ‘crypte’ donne rescripte….?

pas loin d’esprit

rayer, tracer, rédiger un acte (en droit), inscrire sur les liste militaire, sur le livre des comptes…

synonymes ‘scalpo’ : graver… scalper!!!

https://fr.wiktionary.org/wiki/scrupus#la

De l’indo-européen commun *sker (« couper ») ; voyez cerno et les apparentés.

Pierre pointue.
Souci, inquiétude, angoisse

Cerno

De l’indo-européen commun *ker- (en)[1], apparenté au grec κρίνω, krino (« trier, trancher ») et comme le verbe grec, construit avec un infixe -n-, de là les dérivés cri-men, cri-brum, etc. Pour la métathèse du \r\ entre le radical *cri du verbe et certaines formes composées cre-vi, cre-tum, etc., voyez sterno.

Composés

con-cernō (→ voir concerner)
dē-cernō (→ voir décerner)
decretus
dis-cernō (→ voir discerner)
discretus
ex-cernō
excrementum
in-cernō
sē-cernō
secretus, secretum
scrutor
suc-cernō

Dérivés

certus, décidé, résolu, arrêté
certo, certainement
certe, assurément, certes, oui
certim, avec certitude
certifico, certifier
certitudo, certitude
certo, lutter, rivaliser
decerto, décider par un combat
concerto, combattre
certamen, lutte
crimen, accusation, grief
discrimen, moment décisif, détermination
discrimino, mettre à part, séparer

Du même radical indoeuropéen

caro, carnis, viande, chair, (carne).
carpo, arracher. *scarpo scarifico
cena, diner (originellement : portion).
corium, scortum, peau, cuir.
cortex, écorce.
cribrum, tamis.
curtus, écourté, circoncis
screo, cracher.
scribo, écrire.
scrobis, trou, fosse.
scrofa, truie.
scrotum, scrotum.
scrupus, pierre pointue. scrupulus, petite pierre pointue, scrupule, scrupulum, scrupule.
scruta, harde.

scrotum

Sans doute issu, par métathèse de scortum qui signifie « peau », « cuir » et aussi « prostitué(e) ». Comparez avec scrapta (« nom injurieux pour désigner les femmes de mauvaise vie »), scrofa (« truie »).

scortum

Scrapta

scrap en anglais est gratter, racler, ou poubelle ou les restes, et crap et la merde

Selon Festus, apparenté à scrautum (« carquois de peau ») et scrotum (« scrotum »), scortum (« prostitutée »), voir aussi scrupeda dont ce mot pourrait être la crase.

scortum

(Date à préciser) De l’indo-européen commun *ker- → voir s- et corium (« cuir, peau »).

(Rare en ce sens) Cuir, peau.
(Sexualité) Prostitué, catin.

scortātĭo, débauche, libertinage
scortātŏr, débauché, libertin, coureur (de femmes).
scortātŭs, fréquentation des prostituées, débauche, libertinage.
scortea, manteau de peau.
scorteus, de cuir, de peau – flasque, avachi.
scortillum, petite prostituée, petite catin.
scortinus, de cuir, de peau.
scortor, fréquenter les courtisanes, fréquenter les prostituées, courir les filles, être débauché.

Apparenté au grec ancien χόριον, khórion, de l’indo-européen commun *(s)ker [1] (« couper ») qui donne aussi scortum (« peau, cuir »), cortex (« écorce »), caro (« chair ») et curtus (« écourté, circoncis »).

corium neutre

Peau des animaux, cuir, robe, fourrure.
(Familier) Peau de l’homme.
alicui corium concidere, Plaute : tanner le cuir à quelqu’un.
Enveloppe des végétaux, écorce.
Surface, superficie, lit, couche (de terre, de ciment…).
Courroie, fouet, lanière.

Courtier, Broker, Colporteur, courrier

Un courtier est donc une aide à la Cour (royal), au tribunal et aux courses/cours du commerce, un militaire et soldat qui colporte des mensonges et de la fausse pub pour vendre et faire de l’argent/l’agence, de port(e) en port(e) il racket et casse les gens, les mets banqueroute, sur la route de la banque et de la dette, c’est une pute, une escorte séduisante qui porte la cravate, du notaire desfois, et qui la passe autour du cou, il te la ferme, t’enfermes dans la basse cour, les pieds dans la merde après t’avoir courtisé (teaser/tease = leurre = l’heure car le temps c’est de l’argent)… un trafiquant de tout, faire ses courses, courir après, faire la cour/se, draguer les Fonds, solliciter, tapiner, pub-liciter. Coureur de jupon apportant la facture en format de lettre cercueil courrier. Coureur de Fonds, en poste/postal…

Courtier… de la court/Tribunal, corratier, maquignon, de la cour, courtisan, cortigiano, De corte (« cour [princière] »). Donc corps d’arme et escorte… milice privée… courtier! Du latin curtis (« cour de ferme » puis « enclos comprenant maison et jardin, tenure »). Corte. Bas-latin donc basse-cour… (Bas-latin) Variante de cohors.

De hortus (« enclos ») avec le préfixe co-, le sens militaire semble être, au départ « garde rapprochée d’un chef militaire, soldats qui entourent un chef », puis devient simple synonyme de « troupe ». Pour cŏhortor, il semble comme cohors par rapport à hortus être l’intensif de hortor.

Cociator (gaffiot): (Commerce) Courtier, colporteur. En anglais un broker (Donc un casseur!!!!), quelqu’un de ‘broke‘ est « sans argent, banqueroute, insolvable », endetté/débiteur!

Colporteur: (XIVe siècle) De l’ancien français comporteur (« marchand ambulant »)[1], dérivé en -eur de comporter (« transporter »), avec l’influence de col et une étymologie populaire « qui porte sur le cou ». Note : colporter est postérieur au substantif.

Porter au cou…. la cravate et ta corde!!! (Vieilli) Petit marchand ambulant qui portait ses marchandises sur son dos ou dans des mannes, dans des caisses, etc. de portes en portes. De port en port… Celui qui colporte des ragots ou des nouvelles. Un colporteur de fausses nouvelles. de fausses annonces, fausses commerciales, fausses pubs… Porter en un même lieu, transporter ensemble, amasser. Comporto. Comportation = moyen de transport… alors que transporte le comportement et par quel véhicule?!

De l’occitan corratier (« coureur : personne qui sert d’intermédiaire (qui court) pour des opérations commerciales »).  Maquignon: (Siècle à préciser) Du néerlandais makelen (« trafiquer »). Celui qui s’entremet dans des affaires de tout genre pour en tirer un profit plus ou moins illicite.

Mercy, Merci, Commercy

Amerce: de l’anglo-norman amercier, du vieux francais a (at) + merci (mercy), donc “à la merci de” (à la mer, par dessus bord si tu ne payes pas!). Donc cela serait ‘a’ = ‘sans’ merci, donc ne pas remercier mais re-mercier, c’est payer, on aide quelqu’un, il nous remercie, nous invite a bouffer par exemple donc c’est du commerci.

  • Imposer une amende
  • punir; faire une exaction.

Amende de d-échéance 😦forfeiture: forfait: abus d’autorité, payes ton forfait de ski illégitime!. Du latin forfeture qui signifiait en droit féodal « violation du serment de foi en hommage »

  1. (Droit) Violation par un fonctionnaire public, un magistrat des devoirs essentiels de sa charge.
    • Ce magistrat a été destitué pour forfaiture.
  2. Manquement grave à ses responsabilités, à sa parole, notamment considéré comme une trahison.

Amer, c’est la pilule qui a du mal à passer! America, le pays du commerce par excellence!

Société:

Une secte!
qui donne aussi secta (« ligne de conduite, manière de vivre, conduite, principes »)
on retrouve conduite (de véhicule!) et je pense que ça vient aussi de « sec » donc sécurité, qui est « couper« , diviser pour régner, et donc bien le partager social, mais le partager pour diviser et pas le partager pour donner a ton voisin!

4. Bande de brigands.

voir sectator, sectatrix: On retrouve les secteurs de la société, 1, 2ndaire et Tertiaire…

voir secto, sector (escorter donc prostitution)

Faire la chasse, celui qui tranche! coupeur de bourses!!! Acheteur de bien confisqués (fisc) (business de la douane!), qui mets en vente ses faveur!

voir sectrix et sequor: obéir!

Chaque lettre de l’alphabet phénicien a donné naissance à d’autres formes dans les écritures dérivées. De gauche à droite : latin, grec, phénicien, hébreu, arabe
Hiéroglyphe, Démontique, Copte
Possibles correspondances entre Proto-Sinaitic et Phoenicien
Hieroglyph Proto-Sinaitic IPA value reconstructed name Proto-Canaanite Phoenician Paleo-Hebrew Aramaic Hebrew Other*
F1
Aleph /ʔ/ ʾalpu → ʾalp « ox » Aleph Aleph Aleph Aleph.svg א Greek Alpha 03.svg Α 𐌀 A
O1
Bet /b/ baytu → bayt « house » Bet Beth Bet Beth.svg ב Greek Beta 16.svg Β 𐌁 B
T14
Gimel /g/ gamlu → gaml « throwstick » Gimel Gimel Gimel Gimel.svg ג Greek Gamma 03.svg Γ C G
K1
K2
Dalet /d/ diggu → dag « fish » Dalet Dalet Dalet Daleth.svg ד Greek Delta 04.svg Δ 𐌃 D
A28
Heh /h/ haw/hallu → haw/hillul « praise » He He Heh He0.svg ה Greek Epsilon archaic.svg Ε 𐌄 E
G43
Waw /w/ wāwu → waw/uph « fowl » Waw Waw Waw Waw.svg ו Greek Digamma normal.svg Greek Upsilon normal.svg Ϝ Υ 𐌅 𐌖 F U W V
Z4
Zayin /z/ zaynu → zayn « sword » Zayin Zayin Zayin Zayin.svg ז Greek Zeta archaic.svg Z I Z 𐌆
/ð/ ḏiqqu → ḏiqq « manacle » ProtoZiqq.svg
O6
N24
V28
Ḥet /ħ/ ḥasir → ḥaṣr « courtyard » Heth Ḥet Ḥet Heth.svg ח‬ Greek Eta 08.svg Greek Eta square-2-bars.svg Greek Heta 08.svg Η H 𐌇
V28
/x/ ḫaytu → ḫayt « thread » Heth
F35
Ṭet /tˤ/ ṭaytu → ṭab « good » Teth Ṭet Ṭet Teth.svg ט‬ Greek Theta archaic.svg Greek Theta 08.svg Greek Heta 08.svg ϴ Ð 𐌈
D36
Yad Yad /j/ yadu → yad « hand » Yodh Yad Yad Yod.svg י Greek Iota normal.svg Ι 𐌉 IJY
D46
Khof /k/ kapu → kap « palm » Kaph Kaph Khof Kaph.svg כ, ך Greek Kappa normal.svg Κ 𐌊 K
U20
Lamed /l/ lamdu → lamd « goad » Lamedh Lamed Lamed Lamed.svg ל Greek Lambda 06.svg Greek Lambda normal.svg Λ 𐌋 L ϟ
N35
Mem /m/ mayim → maym « water » Mem Mem Mem Mem.svg מ, ם Greek Mu 04.svg Μ 𐌌 M
I10
Nun /n/ naḥšu → naḥš « snake » Nun Nun Nun Nun.svg נ, ן Greek Nu 01.svg Ν 𐌍 N
R11
Samekh Samekh /s/ ṡamku → ṡamk « peg » Samech Samekh Nun Samekh.svg ס Greek Xi archaic.svg Greek Xi 05.svg 𐌎
D4
Ayin /ʕ/ ʿaynu → ʿayn « eye » Ayin Ayin Ayin Ayin.svg ע Greek Omicron 04.svg Ο 𐌏 O
V28
𓎛 Ghayn /ɣ/ ġayʿmu → ġaʿ « eternity » Ghayn غ 𐎙
D21
Pe (letter) /p/ piʿtu → pʿit « corner » Pe Pe (letter) Pe (letter) Pe0.svg פ, ף Greek Pi archaic.svg Greek Pi normal.svg Π P 𐌐
M22
Tsade Tsade Tsade /sˤ/ ṣadu → ṣad « plant » Tsade Tsade Tsadi Sade 1.svg Sade 2.svg צ, ץ Greek Mu 06.svg Greek San straight.svg Ϻ ϡ M 𐌑 𐎕
O34
Qoph /kˤ/ or /q/ qupu → qup « needle/nape/monkey » Qoph Qoph Qoph Qoph.svg ק Greek Koppa strikethrough.svg Greek Koppa normal.svg Ϙ Greek Phi 05.svg Greek Phi normal.svg Φ Q 𐌘
D1
D19
Resh /r/ raʾsu → roʾš « head » Resh Res Resh Resh.svg ר Greek Rho pointed.svg Greek Rho 03.svg Ρ 𐌓 R
N6
Shin /ʃ/ šims → šimš « sun » Shin Shin Shin Shin.svg שׁ‬ Greek Sigma 04.svg Σ 𐌔 S
M39
M40
M41
Shin /ɬ/ sinnu → śadeh « field, land » שׂ‬
/θ/ ṯannu → ṯann « bow » ProtoThann.svg
Z9
Tof /t/ tawu → tāw « mark » Taw Taw Tof Taw.svg ת Greek Tau 02.svg Τ 𐌕 T