Etymologie·ingénierie sociale·Non classé·Psychologie·Psychologie et Corps

L’Imagie… rend fou

« L’intelligence ne se manifeste pas bien dans les conditions faciles de la domesticité. Elle ne s’observe bien que dans le milieu naturel de l’être vivant » — Francis Hallé

Cela suit l’article Big Brother 6 vs Violence 6 ou SǝXSǝXSǝX et continue de démont(r)er l’Imagie et d’illustrer la manipulation des mots, et répond aussi à l’Adage de la Bible: « Ne vénère point les images« , voici l’explication de texte du Pourquoi!… Voici un mix, tiré du livre The Gutenberg Galaxy (La_Galaxie_Gutenberg) de Marshall McLuhan, en théoricien de la communication, il est un des fondateurs des études contemporaines sur les médias.

Y a une erreur dans le titre de cette vidéo… faut pas croire ce qu’on voit et donc comme ils nous le démontrent et le font voir, il ne faut pas croire ce qu’on écrit non plus lol! D’où l’importance des sons, explication qui suit… le monde s’honore lol

Résumeurt:

On devrait basé notre ressentie plus sur nos oreilles que sur le visuel! « Écoutez, c’est Savoir ». C’est en écoutant leur environnement que les Tribus s’en sortent le mieux, plus que par le « voir » (l’odorat aussi).

Chez nous, c’est « Voir, c’est Croire » et ce précepte pose un problème! Cela entraîne la religion du Papier! Quand on sort de la forêt et de la Nature plus besoin de reconnaître les sons la nuit… cela donne tout ‘son’ sens au slogan de The Voice (voir le dernier article): « Blind Audition » ou « Audition Aveugle » (oxymort). C’est intéressant quand le langage du corps (basé sur la vue) vient d’environ 80-90% du corps et pas des paroles!

« Les panneaux de signalisation routiers, les tatouages, piercings, le maquillage (de la misère), les vêtements, etc. peuvent également faire partie de la communication non verbale, pour autant qu’ils respectent le principe de base : l’abstraction totale de signes verbaux. »

« On ne peut pas ne pas communiquer » — Bateson

En gros cela démontre comment l’écriture, l’image notamment depuis l’imprimerie, ainsi qu’ensuite pour la technologie et le numérique, et donc les médias, ont modifiés la conscience, le mental, le cœur et l’esprit-âme de l’humain depuis les tribus, en nous civilisant (éducation= développement du mental), en favorisant certains sens plus que d’autres, et en nous rendant dépendants et esclaves, en nous cultivant!

L’en-ferme Humaine

Je te rappelle qu’on est cultivé, on est dans la culture d’une ferme humaine, et le plus cultivé tu es, le plus d’argent ils font; et je fais l’analogie avec les sols qui sont ravagés aussi par la culture, les champs (élysées) sont aussi sol(dé)s. Tu-es toi aussi déminéralisé, car comme le sol (cultivé), on te mine, tu sues tes minéraux, tu bosses à la mine (t’as la bosse coco, mais t’es pas le boss coco, tu bosses coco, t’es nuts!) et t’es miné, et avec ton crayon ou ton curseur, tu mine encore plus; t’as une petite mine ce matin d’ailleurs lol (car tu es déminéralisé, il te faut une clope ou un café pour te réveiller), il n’y a pas beaucoup d’or dedans lol à moins d’être un(e) joli(e) minet(te) avec un joli minois, alors là oui, ton Big MAC va récolter plus de Big Data (photos et autres) tout au long de l’année.

Fouille, prospection, forage, exploration « Indiana Jones » des données… la Foire aux fouilles par contrat tacite, le cookie (bien mal cui-cuisiné) te mal-mine et te malmène, pro-spection ou pro-espion-nage… du fou-rage des humains pour le bétail des machines en séries… que de Don, que de Don, que de Don, mon cher ami!

Ah Bon! Trop Don, Trop Con… toujours l’ABCDaire de l’Esclavage des cerveaux, un mal-air qui donne le malaise et rend mal à l’aise… sauf pour les bien aisés, qui nous occultent, et nous mal-baisent…

Bon, y a encore la danse des mots lol dsl, ça peut compliquer les choses, mais il est important d’explorer, démontrer et démonter la ro(u)te des mots et les différents tours et tournées, et tournures qu’ils peuvent p(r)endre!

« Miner le Bonheur dans la Ferme Humaine » par Max Igan

« Je ne puis dire si ce que le monde considère comme du bonheur, est vraiment du bonheur. Tout ce que je sais, c’est que quand ils essayent de l’atteindre, je les vois porter des visages durs, maquillés et obsédés, comme lors du rush d’un troupeau de bétail humain, étant alors incapable de s’arrêter ou de changer de direction. Et tout ce temps-là, ils déclarent être à deux doigts d’atteindre leur bonheur ». Zhuangzi

Car pour le Bigre Data, tous les jours c’est la moisson, (poisson, poison, boisson, possession) de données, des dons et du poisson, de la Grande Faucheuse (la danse des morts); alors faudrait démine-réalisé cela!

(1314) Apparaît sous la forme minerois (« substance qui renferme un métal »), les mines du Roi (Sale Amon), toi aussi tu te fais exploiter, comme nous exploitons tous la Terre d’ailleurs… de l’or, de l’argent, du minerai, minas, des munitions… tout est Guerre. Tu vois que symboliquement l’État de notre corps et/est corporations reflète (miroir) l’état de la pollution de la Planètetu es déjà rempli de micro-plastiques, donc déjà un peu sili-con-née!

Une terre bien re-flèterie, une réalité bien mal-faite(ur), pour une virtualité de bien belles flatteries… tu comprends pourquoi maintenant ta terre est flat? Comme tes écrans ‘miroir de fumées’ plats! Et comme toi! … à plat, sur du papier… une nouvelle carte… LEUR carte de (ton) retrait spirituel… l’arnaque et l’art nique, le con et la tromperie… toujours… vole à main â(r)m(é)e!

Tu vies/vis/vices dans le mo(n)de des abscisses (couper) et des ordonnées (ordres)!!!
Ta Terre est plate, elle n’a pas de relief
Comme ta réflexion… une pauvre image de toi-même!
C’est le désordre et le Chaos, il te manque des dimensions! (dit ment-ions)
Ta Dimension à toi! Tes Qualités et tes non-dimensions, la vérité.

On se fait Maniculer et Manurecurer dans tous les sens, c’est la nouvelle Église des Croyances Conspi comme Max Igan l’explique plus bas dans sa vidéo: « Militariser La Vérité contre la Liberté« . L’Internet de l’emp(r)êtrer, le Labyrinthe de la Matrix sans fin! Moi, j’te conseille d’aller mater « La vie de Brian » des Monty Python 🙂 .

un trou du cul-de-sac… déter-miné à t’enterrer…

Tu comprends le Ministère de la Culture? Sex, Drugs & Rock’n’Roll… Un Cul-de-Sac, nous avons la tête dans le sac… Et cela fait partie du Ministère (l’administration) de la Guerre… On aura bienmaltôt un Ministère du Numérique… car nous sommes tous des num(h)éros… avec notre CAPe, nous sommes dé-biteurs d’une fiction (le vend en) poupée siliconée…

Cela change aussi notre cerveau et notre physiologie, et pas forcément pour notre bien, même si cela développe une certaine conscience… et je pense qu’une certaine conscience via le mental est intéressante, voir nécessaire; quand on voit certaines tribus remplis de croyances bizarres! Mais comme le mental est manipulé (hi-jacké et diverti) dans le mauvais sens, nous prenons la mauvaise ro(u)te, un peu trop à droite du cerveau gauche! Direction le Cirque Vicieux…

On peut en effet utiliser un couteau pour couper des légumes ou pour tuer, mais fondamentalement ce bouquin pose les questions de l’utilité d’un couteau, quand on a la base naturelle des choses et que l’on « est » tout simplement… on a pas besoin de couteau…

« Quand nous commençons à faire nôtres des formes de pensées pathologiques, à les accepter en tant que normes, notre capacité à réfléchir se détériore. [Zone-7 : Pensons au fait que nous en sommes venus à accepter les guerres comme normales et inévitables, comme faisant « partie de la nature humaine ». Idem pour la pauvreté, les inégalités sociales, etc. Nous avons, de ce fait, fait nôtres des formes de pensées pathologiques qu’il est primordial de corriger en nous.] ». Ponérologie.

Ouïe dire ou entendre oui?

« L’intériorisation de la technologie de l’alphabet phonétique traduit et transporte l’homme du monde magique de l’oreille vers un monde visuel (i-magique) neutre ».

(En d’autres termes, on passe d’un monde à vérité sonore, a un monde à vérité tromperie visuelle…).

En raison du type d’influences éducatives qui touchent les Africains dans la petite enfance et l’enfance, et même tout au long de leur vie, un homme en vient à se considérer comme une partie plutôt insignifiante d’une partie d’un organisme beaucoup plus vaste de la Nature – la famille et le clan – et non en tant qu’organisme indépendant et autonome; l’initiative et l’ambition personnelles ne peuvent guère s’exprimer; et l’intégration significative de l’expérience d’un homme sur le plan individuel et personnel n’est pas vraiment atteinte (ça dépend des tribus).

Par contraste avec les contraintes intellectuelles, une grande liberté est permise au niveau tempérament, et un homme doit vivre de cette façon, dans le ‘ici et maintenant’, il doit être très extraverti, et doit exprimer librement ses émotions (p18) (ici, encore, tout dépend qui, avec une définition d’un ‘maintenant’ passé-futur).

Alors que l’enfant occidental est très tôt initié aux blocs de construction, aux clés dans les serrures, aux robinets et à une multiplicité d’objets (IoT ou IdO) et d’événements qui le contraignent à penser en termes de relations spatio-temporelles et de causalité mécanique. (développement du mental).

L’enfant africain reçoit au contraire une éducation qui dépend beaucoup plus exclusivement de la parole et qui est relativement chargée de drame et d’émotion. (développement de l’émotionnel).

C’est-à-dire qu’un enfant dans n’importe quel milieu occidental est entouré d’une technologie visuel explicite abstraite d’un temps uniforme et d’un espace continue uniforme dans lequel  » la cause » est efficace et séquentielle, et les choses bougent et se produisent sur des plans uniques, sur une seule et même page, et dans un ordre successif.

Mais l’enfant africain vit dans l’implicite, le monde magique du mot oral résonnant. Il ne rencontre pas des causes efficaces mais les causes formelles du champ configurateur, comme le cultive toute société analphabète.

Eleanor Carothers (référence anglais, français, elle fut publiée dans la Revue Eugénique… expériences MK Ultra) répète encore et encore que « les Africains ruraux vivent en grande partie en milieu rural dans un monde sonore – un monde chargé d’une signification personnelle directe pour l’auditeur, alors que l’Européen de l’Ouest vit beaucoup plus dans un environnement visuel qui lui est indifférent dans l’ensemble ».

Puisque le monde de l’oreille est un monde hyperesthétique chaud et que le monde des yeux est un monde relativement froid et neutre, l’Occidental apparaît aux yeux des gens de l’oreille comme un poisson très froid.

Carothers passe en revue l’idée familière des illettrées et du « pouvoir » des mots; où la pensée et le comportement dépendent de la résonance magique des mots et leur pouvoir d’imposer leurs suppositions sans relâche. Il cite Kenyatta concernant la magie de l’amour chez les Kikuyu :

Il est très important d’acquérir l’usage correct des mots magiques et de leurs intonations appropriées, car le progrès dans l’application de la magie dépend effectivement de la prononciation de ces mots dans leur ordre rituel. . . . En accomplissant ces actes d’amour magique, l’interprète doit réciter une formule magique. . . . Après cette récitation, il appelle le nom de la jeune fille à haute voix et commence à s’adresser à elle comme si elle écoutait.

Il s’agit de « mots rituels dans l’ordre de la rote » ou « rite words in rote order » (donc des mots justes et des mots rituels dans la rote (pourriture) ou la roue des mots, dans l’ordre de la rote (pourriture), comme pour la Rote (Pourriture) Romaine « instrument de musique », « lyre », la ‘lire’, la musique de l’argent!), comme l’a dit Joyce. Mais une fois de plus, tout enfant occidental grandit aujourd’hui dans ce monde magique et répétitif où il entend des publicités à la radio et à la télévision.

Carothers se demande ensuite comment l’alphabétisation dans une société peut contribuer à passer de la notion de mots comme forces résonnantes, vivantes, actives et naturelles, à la notion de mots ayant un « sens » ou une « signification » pour l’esprit et le mental :

Je suggère que ce n’est que lorsque le mot écrit, et plus encore le mot imprimé… est apparu sur la scène que la scène était prête pour que les mots perdent leur magie les pouvoirs et les vulnérabilités. Pourquoi donc ?

J’ai développé le thème dans un article précédent concernant l’Afrique, à savoir que la population rurale analphabète vit en grande partie dans un monde des sons. Contrairement aux Européens de l’Ouest qui vivent en grande partie dans un monde de vision. (monde des vibrations statiques et/ou animés).

Les sons sont en quelque sorte des choses dynamiques, ou du moins sont toujours des indicateurs de choses dynamiques – des mouvements, des événements, des activités pour lesquels l’homme, lorsqu’il n’est pas protégé des aléas de la vie en forêt ou au veldt (champ), doit toujours être en alerte. . . (monde des fréquences et vibrations dynamiques)

Les sons perdent une grande partie de cette signification en Europe occidentale, où l’homme développe souvent, et doit développer, une remarquable capacité à les ignorer (Brouhaha douloureux). Alors que pour les Européens, en général, « voir c’est croire« , pour les ruraux africains, la réalité semble résider beaucoup plus dans ce qui est entendu et ce qui est dit.

. . . En effet, on est contraint de croire que l’œil est considéré par beaucoup d’Africains moins comme un organe récepteur que comme un instrument de la volonté, l’oreille étant le principal organe récepteur.

…. ( c’est intéressant, certains disent que les indiens d’Amérique n’ont pas vu arrivé les bateaux car ils ne connaissaient pas ces formes… mais si t’écoutes bien alors tu les entends! lol Quand tu ne connais pas les tons en chinois ou en thaïlandais, tu n’entends pas les différences, mais quand t’apprends et que tu te rends compte qu’il y a une différence, alors soudainement tu fais la différences de ces sons! ) ….

Quand les mots sont écrits, ils deviennent, bien sûr, une partie du monde visuel. Comme la plupart des éléments du monde visuel, ils deviennent des choses statiques et perdent, en tant que tels, le dynamisme qui caractérise si bien le monde de l’audition en général, et de la parole en particulier (ah ben les glossateurs doivent gloser plus que le texte à expliquer pour compenser lol on perd le sens du mot, une fois qu’il est écrit?!). Ils perdent une grande partie de leur élément personnel, en ce sens que le mot entendu est le plus souvent adresser à soi-même, alors que le mot vu le plus souvent ne l’est pas, il peut être lu ou non selon les caprices du moment. Ils perdent ces connotations émotionnelles et les accents et mettent en valeurs ce qui est décrit, par exemple, par Monrad-Krohn…

Ainsi, en général, les mots, en devenant visibles, rejoignent un monde de relatives indifférence à l’égard du spectateur – un monde à partir duquel la « puissance » magique du mot est devenu abstraite (occulte?!).

Carothers souligne que jusqu’à ce que l’écriture phonétique sépare la pensée de l’action, il n’y avait pas d’autre alternative que de tenir tous les hommes responsables de leurs pensées autant que de leurs actions.

Sa grande contribution a été de pointer du doigt l’éclatement du monde magique de l’oreille et du monde neutre de l’œil, et l’émergence de l’individu décentralisé de cette séparation.

Il s’ensuit, bien sûr, que l’homme alphabète, lorsqu’on le rencontre dans le monde grec, est un homme divisé, un schizophrène, comme tous les hommes alphabètes l’ont été depuis l’invention de l’alphabet phonétique.

La simple écriture, cependant, n’a pas le pouvoir particulier de la technologie phonétique pour détribaliser l’homme.

Étant donné l’alphabet phonétique avec son abstraction du sens du son, et la traduction du son en un code visuel, les hommes furent donc transformés par cette expérience.

Aucun mode d’écriture pictographique, idéogrammique ou hiéroglyphique n’a le pouvoir destructeur de l’alphabet phonétique (grammique/grammaire/grimoire).

Aucune autre forme d’écriture a part la phonétique (phénicien) n’a jamais traduit ou amener l’homme hors du monde possessif de l’interdépendance totale et de l’interrelation du réseau auditif. (On possède individuellement dans le monde visuel, et plus dans le monde sonore/oral).

De ce monde magique et résonnant de relations simultanées qu’est l’espace oral et acoustique, il n’y a qu’une seule voie vers la liberté et l’indépendance de l’homme détribalisé. Cette voie se fait par l’alphabet phonétique, qui permet aux hommes d’être atteints de schizophrénie dualiste à divers degrés. (cela permet de les éduquer, de les conditionner et de les auditionner).

Donc seule l’écriture phonétique a le pouvoir de traduire l’homme de la sphère tribale à la sphère civilisée, pour lui donner un œil pour une oreille. (origine de l’esclavage?).

Il est tout à fait évident que la plupart des gens civilisés sont grossiers et engourdis dans leurs perceptions, comparativement à l’hyperesthésie des cultures orale et auditive. Car l’œil n’a rien de la délicatesse de l’oreille.

Non-dits Mal-entendus

On peut tromper l’oeil (magie) plus facilement que l’oreille…

Le truc c’est que l’auteur dit (auditeur) que les Chinois sont plus audio/oral (et le touriste chinois souvent audieu lol) sauf qu’ils sont presque mieux, voir même plus esclaves que nous, et ils sont aussi soumis au pouvoir de l’image… mais du coup on comprend le besoin du Pouvoir d’éduquer les gens et de combattre l’illettrisme, c’est encore la guerre contre la langue maternelle (parlée) et les dialectes, pour traumatiser et tromper les gens, et les rendre schizophrénique… donc pour qu’une religion ou une croyance domine, il faut absolument qu’elle soit écrite maintenant… un livre, un liber! Mais on voit qu’il y a longtemps, c’était oral…

Voir l’importance du son pour le bébé par Boris Cyrulnik. Pour l’importance encore plus forte du Touché, lire Ashley Montagu. Tu comprends que fut un temps et même encore maintenant, on retire tout de suite le bébé de sa mère et on le mets dans un couffin… « cofin » est un cercueil en anglais! Il parle de la prise de Propanolol pour pouvoir tuer! On rejoint Violence 2.0 . On voit que Boris, un borg, manipule très bien le geste et les mots… et que la Psychiatrie leur est réservée! La Psychiatrie militaire, c’est ni plus ni moins du MK Ultra et donc toujours LEUR Graal de faire tuer l’humain sur commande, sans morale, sans rien lol comme un robot… autant faire des robots tueurs… on y vient doucement…

Je rappelle que le concept de « résilience » est manipulée par EUX, comme pour la Psychologie positive… d’ailleurs les rayons des marchands de journaux en sont remplis!!! Boris n’explique pas pourquoi le Syndrome Post-traumatique… c’est que le militaire a bafoué la morale humaine, il a tué et participé à la guerre, c’est le prix qu’il doit payer pour être un tueur… le corps est traumatisé que cela soit caché au Psychiatre ou à Boris… Res (chose) Silence… des Agneaux…

Il faut que cela soit écrits sur des tablettes, qu’il ne faut pas tuer, pour que tu puisses adopter cette morale?

La TV et les Medias nous ont vendu le narcissisme; et maintenant les réseaux sociaux permettent vraiment de programmer le Narcissisme, couplé à la Schizophrénie et la Bipolarité de l’Éducation et de la programmation des comportements, et des mensonges TV, et aussi couplé à la perversion et déshumanisation…

Regardes l’état des natifs, la drogue, l’alcoolisme, la rue… ILS les ont privé de leur culture, leur histoire, leur rites, leurs communautés, leurs terres…

On se dirige vers la construction ‘mentale’ d’une société de Pervers Narcissiques froide (les gens crèvent dans la rue), donc un monde de machine et de machine-nations; l’humain est déjà trans-humain et il a déjà une réalité augmentée!

Moi, je le vois en Asie, un « pays en voie de développement » veut dire que c’est le mental, par l’Éducation, qui se développe, plus la perversité de l’esclavage et du commerce car ils ont déjà une « éducation travail » très dure, exploitation à fond… trop gentil, trop bon, trop con-sumer… et finalement plus de cœur 😦 . Tu rajoutes par dessus la nouvelle génération à fond téléphone coller à la main… donc au lieu de développer leur « Soi » et cette conscience et amour de soi(n), ils développent à la place un fort Narcissisme (voir Violence 3.0), déjà pervers (TV réalité, jugement, notations)…

Mais cela n’explique pas totalement le fait que certaines Tribus ou sociétés tribales font n’importe quoi, des rituels à la con, y en a plein… plus la cuisson de leur alimentation, brûler le bois pour cuire, culture sur brûlis, esclavage d’animaux, etc…

Même si on peut considérer qu’ils ont du survivre, et avec un mental pas très développé; il semble desfois qu’ils ne puissent remettre en question certaines morales, valeurs et rites… Mais dans la Nature tout est manipulable; la Nature, les fleurs et les animaux le démontrent bien, dans leurs « compétitions » (coopérations!) de couleurs et stratagèmes pour attirer leur partenaire, etc… on pourrait comparer cela à la déviation de la parole qui peut amener le mensonge, et de plus « La parole » détourne de nos autres sens, et de ‘l’écoute’ de ces autres sens; et cela favorise la parole (par rapport aux autres sens), comme maintenant on favorise l’écriture et les images… enfin le clavier et le curseur… on est hypnotis(s)é par les images!

Donc ça veut pas dire, que le tribal ne peut pas se faire manipuler par l’image, mais que le son est beaucoup plus important pour vivre dans ce monde… mais la Nature nous ‘contrôle’ aussi…  il est intéressant de voir qu’ils fassent confiance à leur connaissance des sons! Ils doivent savoir, qu’il doit être plus facile de leurrer par la vue que par le son. Sans  compter le développement du 6ème sens et des autres… clair-audience, clairvoyance, télépathie, etc… En tout cas, il faut écouter plus qu’observer… c’est pas les mêmes parties du cerveau qui sont activées; et on voit, dans un exemple plus bas, qu’un prof de musique refuse d’enseigner aux enfants sachant déjà lire et écrire!!!

Je me rappelle avoir observer des chats chassaient, ils ne voient pas quand je les regarde, mais il suffit d’un son pour attirer leur attention, même quand il me voit, cela les alerte mais sans plus, c’est vraiment les sons auxquels ils font attention… d’ailleurs ils essayent de ne pas faire de bruits; les lions se laissent voir sans problème, c’est le sonore qui avertit la proie!

Chez nous on peut voir que la Grammaire fut inventée pour obtenir un certain contrôle… on sait qu’Alexandre le Grand aurait créé l’Alphabet grec pour cela (la guerre), et que le Latin, pour sûr, est un langage d’administration et de guerre, le phoénicien bizarrement serait plus le langage du commerce mais cela revient au même et c’est la base de l’alphabet phonétique (phone, net), la corruption des langues parlées, même si avant cela, il y avait du Sumérien écrit, enfin graver… bref… à suivre…

Et si on remonte plus loin, il semble que la langue écrite jette un(e) sort(e) de contrôle sur l’humain… tu vois une forêt d’acacias trop dense, alors tu te détournes et contournes, c’est déjà une trajectoire cursive que tu d-écris dans l’air! Tu vois une pancarte ‘interdit d’entrée’ dans un bois, et tu fais pareil! Sauf que l’encodage de départ ou ton filtre/filet d’informations n’est pas le même… l’un est imposé par la Nature, l’autre est impôt osé par l’Homme!

Ouïe dire et non-dits

Depuis que le type de l’ordre social dont nous discutons est relativement immuable, la conformité de l’individu tend à être dictée dans une très large mesure par les relations de pouvoir entre les différents groupes d’âge et de sexe, les clans, les castes, professions, et ainsi de suite – des relations qui durent depuis des siècles et des siècles et sont modifiés mais légèrement, voire pas du tout, par les générations successives. La culture contrôle minutieusement le comportement, et l’étiquette prudente et rigide régit l’attitude et les relations fondamentalement. . . . Peu d’énergie est dirigée pour trouver de nouvelles solutions aux problèmes séculaires…..

« J’ai entendu mon professeur dire que quiconque utilise des machines fait tout son travail comme une machine. Celui qui fait son travail comme une machine fait grandir un cœur comme une machine, et celui qui porte le cœur d’une machine dans son sein perd sa simplicité. Celui qui a perdu sa simplicité devient incertain dans les efforts de son âme. L’incertitude dans les efforts de l’âme est quelque chose qui n’est pas d’accord avec le sens honnête. Ce n’est pas que je n’en ai pas connaissance ; j’ai honte de m’en servir. » — un paysan s’adressant à Tzu-Gung 500 Av J-C en Chine

Il est clair que ce conte ancien contient beaucoup de sagesse, car « l’incertitude dans les efforts de l’âme » est peut-être l’une des descriptions les plus justes de la condition de l’homme dans notre crise moderne ; la technologie, la machine, s’est répandue dans le monde à un degré que notre sage chinois n’aurait même pas soupçonné. La sorte de « simplicité » envisagée par le sage est un produit plus complexe et plus subtil que tout ce qui se passe dans une société avec une technologie spécialisée et une vie sensorielle.

Toutes valeurs mises à part, nous devons apprendre aujourd’hui que notre technologie électrique a des conséquences pour nos perceptions et habitudes d’action les plus ordinaires qui recréent rapidement en nous les processus mentaux des hommes les plus primitifs.

Ces conséquences se produisent, non pas dans nos pensées ou nos opinions, où nous nous sommes formés pour être critique, mais dans notre vie la plus ordinaire, et c’est ce qui crée les tourbillons et les matrices de nos pensées et actions. Ce livre tentera d’expliquer pourquoi la culture de l’imprimé confère à l’homme un langage de pensée qui l’handicape devant le langage de sa propre technologie électro-magnétique.

« L’homme vit avec ses objets principalement – en fait, puisque son sentiment et son action dépendent de ses perceptions, pourrait-on dire exclusivement, telles que le langage les lui présente. Par le même processus par lequel il fait tourner le langage (engage) hors de son propre être, il s’y prend au piège ; et chaque langage (engage, accords, conventions, grammaire) dessine un cercle magique autour du peuple auquel elle appartient, un cercle dont il n’y a pas d’autre issue que d’en sortir par un pas pour y tomber dans un autre ». — Wilhelm von Humboldt —

L’alphabétisation affecte la physiologie ainsi que la vie psychique de l’Africain.

L’Africain restera en servitude permanente, ne serait-ce que par ignorance, à moins qu’il n’y ait la volonté de risquer la destruction de ces qualités (cœur, gentil, gentile) dans les changements qu’apporte l’éducation et le désir d’affronter la construction de son caractère mental, mais avec une mentalité totalement différente.

De plus, l’impression d’idéogrammes est totalement différente de la typographie basée sur l’alphabet phonétique. Pour l’idéogramme, plus encore que le hiéroglyphe, il s’agit d’une Gestalt complexe impliquant tous les sens à la fois. L‘idéogramme ne permet pas la séparation et la spécialisation du sens, ni la séparation de la vue et du son et du sens qui est la clé de l’alphabet phonétique. De sorte que les nombreuses spécialisations et séparations de fonctions inhérentes à l’industrie et aux connaissances appliquées (Les Sciences) n’étaient tout simplement pas accessibles aux Chinois. Aujourd’hui, ils semblent suivre l’alphabet phonétique. Cela leur permet de liquider leur culture actuelle et traditionnelle. Ils suivront ensuite les chemins de la schizophrénie et multiplieront les dichotomies dans le sens du pouvoir physique et de l’organisation agressive, sur une marge centrale, en mode Romain.

L’alphabétisation donne aux gens le pouvoir de focaliser, un peu devant eux, une image afin de prendre en compte l’ensemble de l’image ou de la photo en un coup d’œil. Les analphabètes n’ont pas de tels acquis et ne regardent pas les objets de la mème façon. Ils scannent plutôt des objets et images comme nous le faisons pour la page imprimée, segment par segment. Ils n’ont donc pas de point de vue détaché. Ils sont entièrement avec l’objet. Ils vont avec empathie à l’intérieur. (un peu comme l’enfant ne distinguant pas la Virtualité de la TV). L’œil est utilisé, non pas en perspective mais d’une façon tactile, car s’ils le touchaient ou s’ils y étaient. Les Espaces euclidiens dépendant d’une séparation entre la vue, le toucher et les sons ne leur sont pas familiers, même inconnus.

Echoisir Ouïr ou NOM

Donc il semblerait que le gentil doive passer par le mental pour empêcher qu’on abuse de lui, l’éducation lui permet cela, mais permet aussi de le garder et de le mettre dans une autre prison esclavagiste, celle du mental, en plus en perdant ses valeurs de cœurnotre prison devient mentale et émotionnelle!!!

Le tribal ne peut pas devenir citoyen ou national sans avoir été éduqué, comme le migrant qui doit signer son contrat de désintégration, et pour cela, les migrants/étrangers doivent apprendre les valeurs et la langue de la Patrie, sinon ils ne sont rien (et pourtant rien c’est bien lol). Il faut donc qu’ils se convertissent par l’éducation mentale à la Religion du Papier et aller prier les a-gents du papier, l’émissionaire de papiers administratifs qui détiennent les clefs du Dieu Papier, la Préfacture (et son Cardinal, le préfacteur) étant un lieu religieux protégé et un cimetière où transitionnent les âmes dans l’outre monde mais surtout leur Trust/Fiducie. Ils transfèrent leur confiance en soi, en confiance/trust papier, du vent sur l’amirauté des vagues du commerce et de la guerre… mais on le fait tous, pour une vie morte meilleure, pour du travail et une boite en béton… née.

Jamais le Tribal n’aura des papiers s’il n’est pas endoctriné (docteur inné = non-né, ‘endoctriné’ est ‘être mort’), ni approuvé par le docteur du papier et son ordonnance (lire les définitions!), car s’il n’est pas esc-lavé du cerveau, il sera trop fort pour le système, car son spirit Est, il sait trop d’où il vient, et qui il est, il ne parait pas (il n’est pas absent: abscisse = couper, abcès = partir de ce monde, la retraire, l’antre de la mort, le procès de la balance qui pèse ton âme et ta connerie humaine;  tu es absent, abcès, procès et retraité car tu n’est pas là, présent, ici, I am, et maintenant), il sera trop dangereux pour le système, c’est d’ailleurs pour cela qu’il faut le massacrer et le déposséder de ses terres par le programme de l’ONU: OHCHR qui leurs donnent des Droits! (Mais pas des Terres!!!!).

Le Droit de se faire voler. Le droit à l’autodétermination, si tu t’auto-détermines, c’est que tu édictes toi-même qui tu es et tes propres règles lol C’est que tu te reconnaît toi-même! Tu es un Homme et tu gères tes propres affaires! Mais si on t’impose ce Droit (ou si tu le quémandes, tu prouves que t’es con), c’est pour t’auto-déterre-miner et t’auto(dé)terminer! Encore la connerie de la C(h)arte, le véhicule de la Religion du Papier, le commerce, la guerre et l’esclavage.

Une amie à moi me faisait remarquer qu’elle avait compris pourquoi les gens, dans les Pays du Tiers Monde et en Voie de Développement, notamment les enfants, avaient toujours le sourire, et les vieux aussi, arrivaient toujours à rire, je te prends comme exemple la série documentaire « Street Food« … mais tu pourrais mater aussi « Human« ; car ces gens arrivent encore à sourire, et à avoir une âme d’enfant, car ce sont ceux qui n’ont pas été éduqués…

Ni Ouïe, ni Nom̐

La TV n’est pas un véhicule narratif, ni interactif en fait; donc c’est statique, même si les images bougent, c’est en 2 dimensions, comme le papier ou le D.A. ou la BD… Ce n’est pas une chose dynamique mais statique, mais cela à l’illusion d’une chose dynamique! C’est cela l’IMagie de Disney! (Dis=mal, ney=naître).

D’ailleurs notre sens de l’équilibre n’est-il pas dans l’oreille? L’oreille ne peut pas être trompée par la 2D papier!? Les Abscisses qui coupent et frappent pour forcer les Ordonnées, le Big Data et la Dictature. C’est pour ça, je pense, qu’ils veulent nous amener la 3D pour nous capturer complètement? CAPtivent. Ils cherchent à nous numériser! On dit bien capturer les images non? ou capturer notre attention? Capturer notre Spirit et notre âme?

Plus ça va, plus je pense que la TV nous aspire vraiment notre âme et notre esprit, et que comme certaines cultures (chinoise) le pense, que même une photo nous voleraient une partie de notre âme (comme le viole d’ailleurs); la TV, quand elle est branchée, va nous attirer car elle émet des ondes; alors que débranchée, on ne l’aperçoit même pas. C’est le film Vidéodrome!

Euclide était déjà le Père de l’Eugénisme!?

Si tu rajoutes le monde fiction de l’axe (hache) z, un autre tranchant, la projection (fiction) de la 3D sur la 2D (papier imagique), alors tu rentres dans le monde des morts du Mental, le Monde Cartésien, le Monde des-Cartes et des Chartes… un monde froid où la Mort règne… les co-ordres données d’un contrat tacite auquel tu crois/croix… Le repère Cartésien, et le re-père (une marque, une évaluation, un jugement discriminatoire) de la Patrie du Commerce, ‘repérer’ c’est le Renseignement, l’Information et le Big Data/Données… Le Monde pathétique des mathématiques… la Maladie Mental de la Logique.

Lieu où se réunissent et se cachent bandits, malfaiteurs, voleurs, etc. du latin reperire, c’est la mort, le repos… (Droit) Saisie. Réappropriation, reprise de possession, restitution. Ramper aller terre à terre, être rampant, être peu élevé. Se glisser, s’insinuer, pénétrer. Synonyme: Serpo… serpent…

Il est mieux évident de comprendre, pourquoi Platon aurait pu insisté sur le fait que « quiconque soit dépourvu de base de Géométrie » ne puisse pas entrer dans son académie (aussi celui qui refuse de se faire sodomiser). Un motif similaire conduit le musicien viennois Carl Orff à interdire aux enfants d’étudier la musique dans son école s’ils ont déjà appris à lire et à écrire. Le biais visuel qu’il ressent le rend désespéré pour développer leurs pouvoirs audio-tactiles en musique. Ivins poursuit en expliquant pourquoi nous avons l’illusion de l’espace comme une sorte de conteneur indépendant, alors qu’en fait L’espace est « une qualité ou une relation aux choses et n’a pas d’existence sans elles ».

Max Igan « Trouver la lumière dans un Monde de Ténèbres »

Et comme Max Igan l’illustre dans sa vidéo « Trouver la lumière », « surfer » cette technologie nous fait croire qu’on vit mais en fait elle nous fait perdre notre pouvoir, notre habilité de fonctionner dans la vie réelle, comme ce bouquin le démontre!

Censure et l’Empire Invisible

On devient handicapitalisé et inadapté à la Nature! On est déjà trans-humanisé et hybridé!

Malheureusement comme l’enfant est éduqué maintenant… On marche au pétrole et à l’électricité! On est aveuglé par la lumière LED des écrans et on évite la lumière réel du Soleil. Tu vois la dualité des 2 mondes, quand tu donnes à l’un, tu ne donnes pas à l’autre… l’Or et le Pétrole du numérique sont imagiques, elle suce notre spirit jusqu’à la moelle… tant va la pipe à l’eau de pute qu’à la fin elle se (fra)casse…

Militariser « La Vérité » contre la Liberté par Max Igan

« Faire la Guerre à la Liberté » par Max Igan

Éblouïr l’occulte

« L’Alphabet est un agent agressif d’absorption et de transformation des cultures, comme Harold Innis, le premièr, l’a démontrée ».

« L’exemple du monde grec démontre qu’un peuple qui n’a pas assimilé la technologie de l’alphabet ne s’intéresse pas aux apparences visuelles ».

« La Galaxie Gutenberg vise à montrer pourquoi l’homme d’après l’alphabet était prêt à désacraliser son mode d’être ».

« Pendant la période initiale d’assimilation, toutes les technologies que l’homme invente et réussit à appliquer ont le pouvoir d’engourdir son attention ».

« La rupture qu’a produite et l’imprimé entre l’esprit et le cœur est le traumatisme dont souffre l’Europe depuis l’époque de Machiavel jusqu’à présent ».

« La pensée machiavéliste et l’esprit commercial se rejoignent dans une foi aveugle au pouvoir absolu de la segmentation. Diviser pour régner, la première par la dichotomie du pouvoir et de la moralité, la deuxième par la dichotomie de l’argent et de la moralité ». (ici, la mort alité, sont les valeurs économiques, la mesure d’une autre morale).

« En transformant les langues vulgaires en mass media, qui sont des systemes clos, l’imprimé a libéré les forces centralisatrices et uniformes du nationalisme moderne ».

« McLuhan soutenait qu’une économie monétaire suppose des structures sociales totalement differentes de celles d’une économie de troc, c’est l’utilisation du numéraire (quantité) qui change cette structure (qualité). Rodbertus avait montré que des modes d’échange et la monnaie structurent les sociétés de façons differentes ».

Julian Jayness, du département de Psychologie de l’Université de Princeton, démontra que des zones cérébrales redondantes, qui avaient une fonction acoustique chez les peuples primitifs, sont occupées avec l’apparition de l’écriture par les fonctions visuelles (plasticité du cerveau). Les peuples anciens « entendaient des vois, au sens propre » d’où la prolifération des commandements des Dieux. Leurs descendants on eu, eux, des « visions »!

EbLouis le Roi Soleil!

La langue maternelle est donc altérée (désaltérée par l’eau de l’amirauté), et donc l’alter ego entraîne (et s’entraîne avec des altères pour donner la bigorexie!) la séparation de l’esprit et la fracture mentale, la schizophrénieOn passe d’une prison émotionnelle « tribale » à une prison mentale « scribale« , alors que la raison doit venir équilibrer l’émotionnel par raisonnement et inversement par résonnement, la dualité pour atteindre la Trinité, la voie/voie/vue du milieu. Mais l’Éducation arraisonne la raison et dé-résonne le cœur (cœur…cꭢur… cxur… crux… croix 😉 )… et c’est la maladire et le malentendu mais surtout le malaucul.

Tu peux éblouir par la conscience et par ton état d’Être, jamais par l’émotion, ni le mental 😉

Pie TSHIBANDA « Un fou Noir au Pays des Blancs »

Apparition fantôme

Ce qui est apparent est un faux parent, car paraître n’est pas être, la TV, le téléphone et Internet sont des Apps parent. Et si (p)apa raitre (pas par être) est un (p)raître, il est aussi un traître (trade en anglais, du commerce)… car le paraître n’est pas apparent (et le prêtre n’est pas un parent), il faut bien voir que ces appareils qui sont tous pareil, ne sont pas pareil que nous, surtout pas (et pourtant ils ont les mêmes droits! lire aussi PMO), ils nous apparaissent comme pas pareil, tous différents, mais ils sont uniformes et se ressemblent tous, alors que notre forme est unique et tunique, même si on se ressemble tous.

Et Max Igan démontre bien qu’il faut tous se rassembler et s’assembler, mais sans se ressembler et en acceptant nos différences… et même nos dires féroces.

A part Être, on ne peut rien être d’autres! Alors soyons, soyons ensemble, et non pas des fictions humaines portant tous le même uniforme… ne rejetons pas notre forme unique, nous ne sommes pas des copies d’humain made-in-éducation uniformalisé, ni une App, ni un numé-risé, ni un numhéro, et surtout, (as)sûr-tout, surtout pas du papier!

Jean-Pierre Lepri – Apprendre, c’est naturel !

« L’éducateur n’est qu’un conducteur »… il lui faut donc un permis d’éduquer 😉
Il démontre très bien la souveraineté et le conditionnement!
Un des rares comme le Dr Morse qui va aussi loin dans la simplicité de la démonstration.

Comme pour le miroir, nous ne sommes pas notre propre réflexion, c’est le problème du selfie narcissique qui nous reflète une fausse image (le selfie-service veut garder ses mémoires, et en effet, il les écrit déjà, ces mémoires sont bien mortes et enterrées dans les mines du Big Data), une fiction de nous-même, une entité, un avataré.

A trop réfléchier, on ne fait rien, et c’est la cacaphonie dans notre tête… on est prisonnier de sa propre réflection (ref-laid) dans le miroir-prison-virtuelle des Appareils Numériques… des Apparats numériques maquillant/glosant la réalité… on tourne en rond dans cette cage/page et on ne le voit même pas, nous défilons, de mo(n)de en mo(n)de programmés, dans les menus de ce pseudo-resto de malbouffe et d’auto-cannibalisme cabaliste mal-étoilé,  sous forme (formule) de soupe 5G virtuel imaggique; on nous consomme, ILS nous con-somment, et on se consume (le con Sumer de Babylone), notre compte est bon.

Trop réfléchir est une maladie mentale, « Avoir Raison » contre « Être Juste »… « Être ou ne pas Être, là en a/est la raison »… C’est l’allégorie de la Pomme Sorcière Miroir de Blanche Neige et la prison des 7 émotions, un joli compte de fractales/fractures/factures MK mentale. A voir la Raison et/est a-voir sa résonance, on devient juste, on s’accorde avec soi(n).

Poster dans le bureau de Mulder (X-files)  « Je veux croire » …

« Tu veux croire », car t’as besoin de gérer ton stress et tes traumas 😉

On se fait avoir par ces Tromperies, et se faire avoir, car on va se faire voir, et ceci n’est pas être, donc on se perd soi(n) numérisée, on joue le rôle du faux Perceval de Ready Player One, on ne se possède plus mais on croit (se) posséder, on croit qu’on possède son avatar et nos propres actions, mais non, alors on rentre dans ce monde de croyances que Max Igan décrit, on ne sait/s’est plus… on s’est fait avoir, on se fait posséder par un autre (ILS).

Le monde virtuel est plus facile (les jeunes se font déposséder de leur pouvoir de creation et des savoir-faire par Minecraft… le véhicule de la Mine!), car on nous em-pêche de tout faire dans le monde réel avec toutes LEURS législations… l’Internet Virtuel et l’Inter-filet des lois et législations du monde réel, nous en-ferme humaine… On est toujours dans la conne-quête du Graal… Il coure, il coure, le furet (voleur)… de la course des super-marchés lol du commerce et de la guerre… les puits (zette) sans fond des fausses Vérités, n’est/naît pas la base des choses…

La base est toujours le Terrain en Physiologie et en Agriculture (la Terre pour les Souverains)… alors comme la folie de la pensée allopathique de la merdecine; on poursuit des fantômes symptomatiques sans régler son compte à la cause! Mais EUX te règlent ton COMPTE, toujours!

Le problème c’est qu’avant c’était dur de trouver des vérités; et maintenant c’est facile sauf que, c’est noyé dans des immondices de croyances et déformités, et autres énormités et désinformations… comme le plastique inonde la mer lol Cela nous empêche de nous libérer et d’être libre, c’est ça la Nature de la Prison Mental et l’illusion de l’image, la magie de la Matrix. Le Pervers Narcissique continue à jouer avec ses choses. Internet est devenu une poubelle.

Il faut donc choisir, Vivre ou Survivre, Être Heureux ou Malheureux, il est maintenant temps de faire des choix, d’agir et d’arrêter de penser, de se perdre et de se laisser prendre dans les filets à so(r)nettes du spectacle sons et images, jouait/jouir par le Maestro du SYSTÈME. Comme disait les Guignols de l’Info, vous pouvez maintenant éteindre votre ordi, portable et télé et sortir de chez VOUS/TOI.

C-hoir (C= See = Sea = Holy See = Saint-Siège= l’oeil qui supervise et assiège, la supervision d’un monde de super-surveillance), du latin heres (« héritier »): (Droit) Héritier, ordinairement en ligne directe. Alors, es-tu en ligne directe avec toi-même? Ta propre souveraineté, ta propre appartenance, ton Autonomie?

Que tu cherches des vérités ou pas, sors des croyances et des bannières sous lesquels tu te rallies (railleries), on s’en fout des théories, c’est des béquilles pour survivre dans ce monde d’avataré et d’avaterré ou personne n’est là, ça sonne creux, ça sonne faux

T’es perdu, tu ne sais pas qui tu es

Que fais-tu (fœtus) de ta vie? Là, ici et maintenant?

Et sans pouvoir, on « ne peut plus », car on n’a plus de pou(r)voir (on se fait posséder, une illusion, un pantin, un homme de paille, une marionnette), donc il est normal de ne pas avoir de Droits mais des devoirs, deux voirs/voies et déboires, (bien/mal morale/valeurs); dé-voir (aveugler) et/est (s’est/sait) se dévoyer et dévier de sa voie/voix/voir, être déviant et/est ne pas Être Droit et ne pas a-voir de Moral… on est couché comme un mort… la mine déterrée… nécromancie… et quand tu couches, tu fais la pute, tu fais ta com et ta compute, tu som(me)noles, t’es pas r-éveillé, t’as pas vu que tu t’es fait taxé ta per-sonne, t’as Big Donné(e)(s) ton Être contre/pour des Avoirs (a-voir est ne pas voir, être aveugle et occulté), tes revenus (fantômes) et tes avoirs:

Le fait de posséder, par opposition au fait d’être ou de faire.

  • Avoir ou être? La civilisation de consommation, inhumaine et aberrante, nous impose dès l’enfance la loi de l’avoir donc de la souffrance. — (Arnaud Desjardins, Les chemins de la sagesse, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 1999, p. 257)

Et on marche encore! Courons-vite acheter ce bouquin! Pour se faire encore avoir, sans Être… un bel investissement personnel! Car Il faut que tu développes ta personne pour servir ce système… pour perdre un peu plus ton son original…

Et il est facile de voir que le trib(un)al entend (audience, car le Tribunal ne peut voir que les Morts) plus qu’il voit, car entendre est (v)oir! Eh oui, car « oir » c’est « audire », et ‘entendre’ les aux-dires et ‘dire’, c’est ‘écouter’ et perce-voir les sons et les bruits, le roi de l’audio! et de l’audition! pour chanter et enchanter, v-audire, vaumire et maldire lol pour l’Addi(c)tion!

Ouïr, est déjà un oui (contractif) avec de l’air, (un contrat avec soi-même uniquement, s’entendre, s’accorder) donc du souffle dans les accordes vocales… cela peut-être un bruit donc un non-dire inondant le champ des sons (chansons).

Re-oui et rouir, c’est « tremper dans l’eau » (amirauté) et « pourrir »! Donc « mourir » (maldire et mal-se-dire, dire du mal de soi, m’écrouer) et c’est « moisir »!, c’est déjà « m’ouïr » (m’entendre et s’entendre) lol m’échouer, m’écho-er (écho de moi/soi et pas écho d’Amazon= Alexa), secouer (couer, venant du cou, et secourir, un cri venant du cœur/couer, la rage du cou/cœur) par les vibrations trop puis(s)antes et épuisettes (épuisantes) des cri(heurts) qui cherchent à venir (et s’éc-happer) de l’inté-rieur; car « m’ouïr », c’est « m’entendre moi! ».

Tous en chœur, on n’a plus de cœur, ni de couïrage! Alors on couine! Rien n’est « cohérence », avec peu de cohéros, tous les mauvais choix nous entraîne dans la chute. Pourtant enchanter tous en chœur serait notre salut, une belle résonance et une bell harmonie… Perso, j’ai deja vécu une expérience de chant harmonique au centre d’un cercle… tu sens le truc montant kundalinique, limite orgasmique…

Et Nourrir de plaisir..
« Et Mourir de plaisir »…
La petite mort de soi(n)…
« Et J-ouïr de plaisir… »

V-oir, c’est la Vision écoutée; Boire, c’est b-oir-e les paroles, bouche-oir à ses dires, et aux-dires. A-voir, c’est A-veugler, c’est non-voir, et un a-veugle occultant la lumière et le son, c’est la mésentente, ne pas ‘ouïr’ c’est ne pas dire ‘oui’ à soi-même, c’est ne pas se voir, ni s’avoir/savoir.

(B)handicapitalisés

Ah! tous ses non-dits! Ah! tous ses con-dits! Ah! tous ses bon-dits! Ah! tous ses ban-dits! On est vraiment des handicapitalisés, handécapités, dépités…

Du coup, on noi(r)e notre plaisir, nos désirs, dans le noir, on b(r)oie du noir et de l’occulte, on s’occulte (les oreilles et les yeux) et on va se faire osculter la maladi(r)e… et donc on dit « A Boire! ». Et on bouche-oïr du torts-aboie-yo car notre voie/voie/voir est cassée, on ne peut aboyer (les boyaux noués et noyés!)…

Alors Ah Boire! (Au) Non de Dieu! Son propre ‘non’ qui n’est pas ‘ouïr’… on Beugle: « A Boire! » et on sort les mouchoïrs jettables (Car on a échoué, ses déboires, on a fait le choix de pas être soi). « Malédiction » est aussi « boire » et même « trop voir » (trop conscient, trop sensible), un air de « Déjà-Bu » 😉 , c’est l’A-veugle A-beugle, avec ses mines dépitées, par l’alcool il s’aveugle, il essaye de taire/terre la voie/voix/voir inté-rieur…

On noir ses émotions car on est pas soi et on n’est pas roi… on ne peut pas (pas de pouvoir/pourvoir) s’avoir, savoir ni se voir… (auto-censure, éducation, frustrations, colèRe) on se fait encore avoir, le faux spiritous (le démon alcool, Bacchus, qui fait aussi toujours un Tabac) vient prendre possession de soi et voler son âme, en tout cas, ce qu’il en reste… on ne boit pas l’Être, on ne voit pas lettre, on ne voit pas l’Être… on mal-être… et comme le tribal qui ne peut pas voir ‘lettre’ car il s’écoute et écoute, mais sait (s’est) reconnaître l’Être…

Voir c’est Croire, la Croix et la Bannière… Xoir, c’est ‘ne pas voir’, c’est ‘occulter’ et ‘enterrer’, faire une croix sur un papier est faire une croi(re) sur sa vie… mais je suis là pour te faire un petit audit de toi/moi pour que tu puisses (pouvoir) te voir, t’avoir et t’em-pêcher de te faire avoir. Alors dépêches-toi de te désinformer, arrêtes « toi », respire le « Maintenant »… Soi Toi Roi, Loi et Foi.

Le Malaucul-te, c’est les 3 signes des malentendus: malouïr, malavoir, malédiction…

C’est la Foïre Fouïlle et Fouïlli, c’est mettre le F et le Feu/Faux/Fo aux oreilles. C’est pas la joie, ni la joir, ni le jouir, ni le jouer avec la Vie… c’est la mouise, moisir, mouïr et mourir!

Didomi: de l’indo-européen commun *deh₃- qui a également donné en latin, ददाति dádāti en sanskrit, 𐎭𐎭𐎠𐎬𐎺 dā- en vieux-perse, et տամ tam en arménien ancien. Intéressant, il semble donc que le « oui » (ouïr) qui est « da » en russe (ja, en allemand) est une forme de « don »… « Dada » étant aussi « papa » et « do » étant aussi la note de musique « Ut ».

La Date, pour la Vie, c’est le Don, c’est toujours « maintenant », le « I am, that I am » (lâme), le « Je suis » (Jésus) du moment présent! Le Cado(n) du maintenant!

[« Oui-oui », « Pa-pa », « Da-da »… deux fois « I am », 2 oui, 2 ouïr, 2 oreilles en stéréo, c’est « Jésus, Jésus », Di-eux, Deux-Soi, Du-alité, 2 seins, « Ainsi soit-Ils »… voïr Diam‘s »]

La Date, pour le commerce, c’est donc la Dot(e), le Don! Et le (Big) Data, c’est le dot, le point, sur l’écran!

Donc voïr le point sur l’Écran,c ‘est bien données, ses données, reprendre c’est « volé »! C’est do(r)t!

Quel désarroi, quel désastre roi, tu perds ton étoile, pour finir en-toilé,  t’es pas né(e) sous une bonne est-toi(le), né(e) toi-le, ais-toi.

La fausse toile, le Net, la Techno-logie, c’est pas le rythme de la Vie, mais ton rythme de vie, et c’est pas naturelle, tu es victime d’une arythmie, un peu trop speed, une mauvaise rime, une malédiction, ma parôle!

Sous parole seulement tu es libre, en libre se(r)vice! Et c’est pas toi le roi du Pét-rôle (Pétrole, Pétra, Pierre, la Sainte-Pierre et le St Père! pervers pépère). Tu finis par-faire la grimace de la grammaire, des rythmes dictés, légèrement dictateur, dicte-tuteur, et dicte-tueur.

Diam’s – Cause à effet
… « qu’est-ce qu’on attend pour ne plus suivre les règles du jeu? »


Laisses-tu le miroir déterminer qui est le plus beau et la plus belle? Y-en-a qui vote à la TV ou sur du papier! Un rituel bien sadique!

Laisses-tu le miroir te dé-terminer et te juger?

Un jeu de hasard… ter(rés)-miner … le papier est un miroir; une vague et petite impression de Toi(le)! Tu (dé)voi(le)s? (tu te dévois, tu dévoiles, tu devoir/dois, tu devildéviant, devient) Mais bienheureux car maintenant en 3D! Telle ou Telle C(h)arte (de bien mauvaise foi) te reflètes et reflètes ta vie de prisonnier… une prison niée, une prise de son niais, une prise de soi(n) bien niaise, un prix bien trop élèvé.

Oh papier miroir, mon beau Papier-Miroir….
Res honi soi, qui mal y pense.
Qui mal y dit, oh ni le soi.
Qui mal y-cri(t), oh n’est soi.
Et oh! ni soi, qui mal y être.
Qui mal être, mal voie.
Qui maladit, mal entend dû.
Oh mal entendeur, Sale eu.
ah bon entendeur, bien eu.
oh bien (en)tendu, bien être.

Raisonner (mental, avoir raison) n’est déjà qu’un(e) est-cho(se) de toi, un né(e) co-n[omie, homie, hom(i)e, homm(i)e], un né(e) chose de soi, un né(e)-chouer, un non-choyer et mal-choisit (j’t’avais prévenu de la danse des mo(r)ts lol).

Cela nous donne le vague à l’Âme et la vague à/de larmes (galère), la lame du Vague de l’amer-hoté. Une âme malade, une « sale-âme mal-écume » est « le salut » et « saleaud » de ton mal-être, c’est l’A(r)m(é)e du Salut ou du Salop.

Ma(l)-être, m’être, n’être, maître, naître.

Et quand y a du mal à-voir , c’est que la maladie du vol/voile/viol écumant l’amère, amène et délivre le début de l’entente (entendre, accord, accorder, s’ar-rimer, se relier) de soi, avec soi; la maladie est ton âme-i, elle sonne le glas, c’est l’entendre (le soi, soi, son âme), et c’est entendre (être tendre avec soi et non pas tendu) qu’on mal dit, mal voit, mal voie, mal vit et mal vie, sa vie, sa voix, sa voie (s’avoir et ça voir); c’est finalement se (re)connaître et savoir qui on est. Car même quand on maladit, au moins, on cherche à s’audire/se dire, on sexprime, et donc on (en)tend plus vers soi, et on est/devient soi…

Revolucion par Balavoine

On se re-connaît finalement, on se reconnecte, « ça c’est vraiment toi », ta vraie re-ligion: la vraie relation à soi. Tu réussis alors, car tu passes l’â(r)me à gauche (cerveau droit) de plein droit, car la maladire est une petite mort en soi, tu te tutoie finalement, le vrai toi, tu entend en toi et tu c-roi-x (crux/cœur) en toi finalement, c’est la vraie souveraineté. Un étroit détroit, un être toi, d’Être roi, un CAP a/est passé. Et c’est déjà mieux qu’un BAC à laver de l’amiroité…

Enfin ar-rimer et ar-river à bon port, au(x=10) (d(o)it) commandement(s) de ta propre vie, de ta propre y étai(t) (être), tu te tiens Droit, car tu incarne ta Morale, et il est bien en-tendu que cette belle entente ré-sonne, elle annonce, clame et réclame, ta liberté, car ta vie, maintenant, sonne juste et libre (avoir ‘liberté’ et être ‘libre’). Bien s’entendre avec soi, n’est pas de la schizophrénie!

« L’encre de tes yeux » par Cabrel; Imag(in)es ta bipolarité, et si tu te disais ça à toi-même… « Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai« … un jolie cirque 😉

C’est un bon, beau et juste contrat sans contra-diction (contra=mal), sans compte rendu, sans revenue peut(-)être lol car tu es revenu sur ta voie, voix et vue (voir, a-voir, avue, aveu, un vœu); t’as vu(e), tu retrouves ta vu(e) et ta voix, alors mets-toi un bon gros con son.

« Aimer est plus fort que d’être aimé » par Balavoine

Tu entends ton â(r)me (de création massive), Écoutes-Toi. Tu es finalement dévoilé et délivré de l’occulte et du vague à l’Â(r)me, une bien mal mauvaise campagne de guerre, quel cauchemar et quel malédiction!

Maintenant tu as les pieds ancrés (en)fermement sur terre, tu peux entamer la v(o)i(l)e du milieu, ni trop à gauche, ni trop à droit, mais desfois, c’est ok, d’être maladroit ou malagauche, cela fait partie de l’appren-tissage, se prendre les pieds dans ses propres filets, se perdre en soi, pour mieux s’en tendre et se détendre. Être tendre avec soi et les autres. Vaut mieux être déten(d)u dans sa propre prison lol

Et c’est bien dans ce (ton) monde, où il faut donner le meilleur de soi!
Donnes à ton proche-un, à toi d’a-bord.
Et si tout le monde se donne à soi,
alors per-sonne n’aura besoin de don, ni de don de soi(n).
Ainsi sois-tu pour mieux t’en-tendre.
Être ton Au(dit)teur,
Et pas ton Au(dit)tueur, ni cet (M)Audit-sion.

C’est ça, le don de soi!
se donner à « soi »
C’est le don « d’Être »!
le son de l’Être!
C’est ça la vie!

« En fait, les gens n’ont pas grand chose à donner, car ils ne son-t pas »

— Jackfruit —

 

12 réflexions au sujet de « L’Imagie… rend fou »

  1. Ping: Seulution
  2. Ping: Corps Commun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.