Acte I: Histoire d’une naissance

Quand vous naissez (la vie est donnée) (notion de gratuité!), un « enregistrement de la naissance vivante » (on peut être mort-né) est créé de part l’évidence prima facie même de votre Vie et Existence. Le réel, le monde vraie et tangible à l’opposé de la fiction. L’équivalent néo-zélandaise est une « déclaration de naissance pour enregistrement », en France, c’est le certificat d’accouchement.  C’est votre Déclaration (affidavit) de Vie (enfin celle de l’État à la Banque Mondiale, car votre déclaration de vie par rapport à l’État, vous ne l’avez toujours pas faite!), dont les détails identifient absolument votre statut d’être vivant. Cela enregistre votre (pré)nom donné comme un « Titre » unique, i.e Jean, de votre Patrimoine. L’autographe de votre Mère établit l’origine de votre Patrimoine (un Patrimoine doit venir avant une Fiducie). Votre Mère et l’État sont maintenant de part la loi, Fiduciants (contractants) de cette Fiducie Publique exprimée, de laquelle vous êtes le bénéficiaire. Vous êtes le titulaire en attente de votre Patrimoine, qui vous reviendra de droit, une fois la majorité atteinte. Cette fiducie est un investissement qui devrait très bien vous servir, mais… (voir l’article Bill Turner pour la différence Public et Privé)

On dit à vos parents que vous « devez » être enregistré (vous n’avez pas le choix, consentement sous contrainte). Mais ils ne sont sous aucune obligation de loi de le faire (en faite si car ils sont toujours pupilles de la nation, sous tutelle/curatelle), et donc l’Etat (Civil) insiste très vivement pour des raisons inexpliquées (pupille de la nation, esclave consentent). D’après le Droit Ecclésiastique (droit canonique), un Patrimoine, ne peut seulement être détenue en fiducie/trust que par un Homme (et donc pas par une entité fiction corporation).

Mais on demande à votre Mère son nom de jeune fille, pour l’inscrire sur l’acte, constituant ainsi « Maternité ». Maternité est soit légitime (mariée), soit naturelle (hors mariage) donc illégitime (hors-la-loi).  La Maternité est toujours certaine, alors que la paternité est seulement présumée (présomption). En conséquence, tout les enfants nés sont illégitimes (des bâtards) avec une paternité incertaine, donc sans vrais parents titulaires de leur Patrimoine (et puisqu’il appartient toujours à l’État car sous tutelle).

Lors de l’enregistrement, un « Informant » (sans le savoir) établit une accusation envers votre illégitimité. [Informant: une personne qui informe ou profère un accusation envers un autre, Blacks Law 2nd édition]. L’Acte de 1969 du Statut des Enfants (Status of Children Act 1969, 2) dit: « Par le but de cette Acte, le mariage inclut un mariage nul » (à trouver l’équivalent français).  Donc juridiquement vous êtes un bâtard sans aucun droits. [Bâtard: Considéré comme nullius filius, un bâtard n’a pas un sang d’héritage/héritier, et donc aucun patrimoine ne peut lui être attribué, Bouvier’s Law Dictionnary, 1856 Ed.

En faite, d’être né sur la Terre, n’importe où, nous en fait l’héritier de plein droit!

De plus, votre nom donné (Titre), est enregistré dans la colonne des enfants « mort-né » [un enfant mort-né est  … incapable de vivre … si en faite il ne peut pas survive assez longtemps pour réfuter la présomption de loi, il ne peut donc hériter. – Black’s Law, 2nd Ed.] .

L’Etat peut maintenant juridiquement réclamer votre Patrimoine, vous faisant un « pupille de la nation » sous forme de domaine en viager, une situation de fiducie étrangère (Foreign Situs Trust).

[Estate ou Patrimoine, le domaine viager créé par opération de la loi est … une jointure ou jonction: un douaire ou une dot, similaire à un usufruit du code civil (un droit de dériver un revenu sur la propriété d’un autre, alors qu’en fiducie cela est interdit). – Bouvier’s Law, 1856 Ed.].

Votre certificat d’accouchement (en faite celui de l’Etat, car il est impossible de le récupérer donc ce n’est pas votre acte de naissance non plus!), une évidence du Registre, est utilisé pour créer l’Acte de naissance, certifiant publiquement qu’un Titre de propriété est enregistré comme une Garantie (un bon de garantie ou titre de créance) de la dette nationale. C’est comme le bon de reçu d’un entrepôt pour bébé, la marchandise (dé)livrée.

[Récépissé d’entrepôt: un récépissé d’entrepôt, étant considéré comme un document attestant le Titre, peut devenir un instrument ou titre négociable (negotiable instrument) ou un effet négociable (voir effets de commerce), utilisé pour financer les stocks comme titre de créance. – Black’s Law, 7th Ed.].

En même temps, ce bon converti votre prénom et nom de famille en nom commercial ou nom de marque. Seule, une entreprise ou corporation a un « SURNOM ». Une personne juridique/morale a ainsi été créée par l’État, comme une franchise-enfant de la corporation des parents.

Ce bon est vendu à la Banque Mondiale (Banque des règlements internationaux, créée en 1931 par le Vatican, alors pas de mention du VAT sur wiki mais doit falloir creuser un peu!) comme Constituant de Fiducies/Trust. Votre poids en gramme sur le certificat d’accouchement est utilisé pour calculer votre valeur marchande avec le cours de l’or. Votre bon devient un titre de créance officiel, une valeur mobilière, un titre nominatif, que le Trésor utilise comme Cautionnement (fidéjussion) pour ses Titres du Trésor et les valeurs du trésor de sa trésorerie; tel les bons, billets et effets du Trésor. (Bon dur de trouver une preuve, mais en explorant le sujet, je me rend compte de plus en plus de la faisabilité de cette théorie).

Donc, on vous a MONÉTISÉ.

Le peuple est donc vraiment le « Crédit de la Nation« .

Cependant, dans ce système corrompu, le crédit du peuple est effectivement le « capital humain », ou « bétail ».

Bien que l’État puisse saisir la personne juridique bébé comme « Pupille de la Nation » si « l’investissement » de l’État est menacé (par des parents junkie par exemple), sa plus forte valeur est réalisée quand il atteint sa maturité d’adulte apte au travail.

Les perpétrateurs de cette tromperie savent qu’un jour vous pouvez découvrir le poteau rose, et donc invoque leur procuration à la majorité.

Property Law Act 2007, Section 22.(1): Acte du Droit sur la Propriété 2007, « Une personne entre 28 et 20 ans peut faire certaines choses, … ex: accepter un RDV pour un café, ou une action (acte), comme un mandataire … a le même effet que si la personne avant 20 ans. »

En gros, vous pouvez atteindre l’age de la majorité (20 en N-Z) en déclarant votre propre procuration (indépendance) dès l’age de 18 ans. Cependant, s’ils peuvent vous en empêcher, juridiquement parlant, il peuvent ainsi réclamer votre « Patrimoine Mort », étant votre propriété réelle de plein droit (les terres), et votre propriété personnel (la vie, votre vie). (voir Acte II article tutelle/curatelle).

C’est pour cela que la personne légale juridique morale est légalement/juridiquement un « vaisseau » dans lequel l’État a des intérêts de Garantie, via le Bon de Naissance. Quand vous atteignez votre maturité juridique, 18 ans, vous devenez le Maître (Mr/Mme/Mlle) de ce « vaisseau ».

Le « vous » vivant est « parti en mer » (parti en/de la mère/maison/patrie), et donc sous la Juridiction Maritime de l’Amirauté, qui est la « Loi ou le Droit de la Mer« , si vous êtes porté disparu plus de sept ans, vous pouvez être déclarer juridiquement et légalement mort par la Justice (lien à faire avec le droit maritime), c’est peut-être d’ailleurs la raison pour laquelle le Tribunal détient un double du Registre des naissances! C’est le même principe que pour les navires (vaisseaux) ou marins perdus en mer. Voir, Épave (maritime), NaufrageFortune de merDroit de bris, et disparu en mer.

Mais en faite vous allez in »volontairement » abandonné votre Patrimoine (a-ban-donné). Car vous allez commencer à travailler et vous enregistrez comme contribuable sous le formulaire (IRD330 en NZ) de sécurité sociale, ou en vous enregistrant sur les listes d’électeurs. Que ce soit n’importe lequel (carte d’identité, passeport, etc.), vous transférez ainsi votre Patrimoine à la personne juridique Etat en le déclarant dans un arrangement entre parties (effet de complaisance ou Surety Cautionnement).

Si vous décidez de ne pas vous déclarez comme personne juridique, vous êtes alors un « vaisseau perdu en mer ». Apres 7 ans, vous êtes « mort » sans testament de « succession » (ab intestat), donc une personne doit être choisit afin de gérer votre Patrimoine/Fiducie.

L’administrateur/curateur publique (l’État) demande alors au Tribunal de la Famille que cette gestion lui soi remise sous l’Acte du Droit de la Propriété et de Protection de la Personne (mdr) ‘Protection of Personal and Property Rights Act 1988, Section 11. Form PPPR 6 Application for order to administer property’. (Trouver l’équivalent français, car celui-ci est de N-Z).

Sous l’accord de la première Fiducie souveraine Publique faite par votre Mère, vous êtes le Bénéficiaire, et votre Mère et l’État en sont les Fiduciants (ou Trustee, administrateur, en fait l’État est le fiduciaire et il inverse les rôles en vous faisant payer et passer pour le fiduciaire; et en passant, il se déclare lui-même le bénéficiaire de part votre consentement tacite).

Les employés de l’État sont donc vos serviteurs publiques, ils sont employés (esclaves consentement) et sont payés par votre Fiducie (et pas par vos impôts!) pour vous servir, il devrait donc vous servir de par leur obligation (serment) et travailler pour votre bénéfice et défendre vos droits car ils en ont le devoir et la responsabilité par le contrat Patrimoine/Fiducie; car la Fiducie les a toujours payée! (Ils sont agents de L’État). L’État a inversé tous les rôles!

Belle Pièce (or), beaux Actes! Belle Illusion.

Le peuple est employé par l’État comme débiteur du système bancaire privé qui est maintenu juridiquement (par la peur) par l’Association privée du Barreau (Une agence d’avocats et juges). Donc pendant tout son « Acte » comme Fiduciant de le Fiducie Étrangère représentée sous le NOM incorporé, vous continuerez de recevoir sans cesse des factures et impôts à payer, car vous, l’employé de l’État, la personne juridique, l’homme de paille, êtes obligé de payer.

Mais le vol de votre Patrimoine est basée sur de fausses présomptions qui ne peuvent pas être prouvées! Le défaut fondamental est que pour qu’un Acte de naissance soit délivré, un homme ou une femme doit être né sur la Terre.  Là est la vraie preuve. Vraiment, vous n’êtes pas mort (votre personne juridique l’est), donc vous avez toujours tous vos droits sur la Terre. Vous êtes « le détenteur de plein droit » du Titre de VOTRE Patrimoine.

Sous l’acte de 1666 Cestui Que Vie Act (pour l’Angleterre et les pays anglo-saxons), IV: « Si l’HOMME supposé mort prouve qu’il est en vie, alors le titre sera reversé (rendu) ».

Rappelez-vous bien que seulement VOUS avez un « Anniversaire« , le jour où vous êtes né dans ce monde de votre Mère. Alors que la personne artificiel juridique (la fiction) a une « date de naissance » le jour où elle a été déclarée et enregistrée par l’Etat Civil. Ils sont crées à des dates différentes! (Vérifiez votre Acte de naissance: Date d’enregistrement et date de naissance, voir Romley).

Maxime de Loi (Maritime): « Celui qui échoue à affirmer ses droits, n’en a aucun » (“He who fails to assert his rights has none”).

Extraits du Livre de Droit Commercial:

Livre de Cours sur le Droit Commercial. Définition de « shipping » à comparer avec le symbolisme de l’accouchement

Shipping et Transport Maritime

1) En Général — Le transport maritime signifie tout vaisseau potentiel, qu’il navigue sur l’océan, les rivières ou les lacs, et soit propulsé par voile ou vapeur. Il y a deux classes de personnes concernées dans le droit des marchandises, (1) le propriétaire de vaisseaux (la Mère), et (2) le propriétaire des marchandises acheminées (la mère ou l’État). Comme l’expédition ou le transport est un transport de marchandises par les eaux (celles de la mère), le propriétaire du vaisseau (armateur) est un transporteur (porteur, compagnie de transport, exploitant de ligne, opérateur); et ceux qui envoie leur marchandise sont appelés expéditeurs (Dieu!) ou affréteurs (desfois aussi l’opérateur, le fret étant les marchandises).

Desfois le propriétaire d’un vaisseau ou navire au lieu de le faire lui-même, laisse un autre le faire (location). Ce dernier est dit « affréter le vaisseau » (charter = affréteur), et le contrat fait entre lui et le propriétaire est appelé un (charter-party) , un contrat d’affrètement (voir p 288). Il devient alors le transporteur (opérateur) en place du propriétaire.* (*si la personne transporte ses propres marchandises dans son propre navire, ou un navire qu’il a affrété, il est bien sur son propre affréteur.)

2) Opérateur, transporteur publique: Ceux qui offre le transport de marchandise (communications incluses par exemple pour internet et le téléphone) de quelqu’un, comme on a vu, sont les opérateurs. Là où les propriétaires et les affréteurs offrent de le faire, leurs droits et responsabilités sont les droits et les responsabilités des opérateurs. Les règles de loi qui gouvernent le transport maritime de marchandises sont les mêmes que celles du transport terrestre.

3) Bill of lading et connaissement (bordereau de transport) est un document délivré par le maître (ou propriétaire) d’un vaisseau à celui qui envoie les marchandises (appelé l’expéditeur ou la consigneur, on co-signe le contrat et donne des consignes de livraison avec contrat d’assurance, etc.) reconnaissant quelles ont été reçues dans le navire pour embarquement et transport. Cela constitue un contrat entre l’expéditeur/affréteur et l’opérateur (et l’expéditeur!). L’expéditeur envoie le bordereau marchand à la personne à laquelle les marchandises doivent être transportée (appelée la consigne), et cela sert de preuve des droits pour recevoir les marchandises quand elles arrivent. Quand il reçoit les marchandises, il délivre le bordereau de transport (p288).

4) Le transfert – Le bordereau représente les marchandises, on peut le considérer comme une propriété en lui-même, appartenant au consignataire ou destinataire. Comme un effet commercial, le destinataire peut approuver et le transférer à un autre (un intermédiaire de transport, la poste par exemple), même avant que les marchandises arrivent, alors les marchandises appartiennent à celui qui les transfert. Le transfert de bordereau porte (le titre de) la propriété des marchandises (histoire des différents propriétaires et/ou transporteurs/opérateurs). Et le destinataire final peut réclamer les marchandises quand elles arrivent.

Bref un truc dans ce genre lol!

Sauvetage en mer

8) Le sauvetage s’occupe des propriétés abandonnées en mer (le bébé). Sur la terre, celui qui trouve un truc doit le rendre à son propriétaire, et on ne lui doit absolument rien; mais mais toute personne sauvant une propriété abandonnée en mer (l’État) reçoit une large compensation pour ses services (votre patrimoine). Cette compensation est appelée sauvetage (salvage), et son objet et bien sur d’encourager ce geste, qui même desfois encours de grands dangers (récupération d’or dans les fonds marins troubles). La ‘quantité’ de sauvetage varie selon la difficulté, desfois allant jusque la moitié de la valeur marchande ou du vaisseau sauvé. Tout ceux qui y prennent par, ont droit à leur part: le maître, l’équipage et le propriétaire du vaisseau récupéré. Quand un vaisseau se trouve en difficulté en mer, mais pas abandonné, on lui envoie de l’aide, c’est aussi du sauvetage.

Trust et Fiducie

Trusts et Fiducies – Il peut se trouver desfois utile de faire bénéficier quelqu’un de la propriété de ses biens (patrimoine) (sous forme de revenus), mais sans le droit de la gérer ou de la liquider, car un parent pourvoit simplement aux besoins de l’enfant trop jeune pour gérer se patrimoine lui-même.

Cela est fait sous la forme de donner/transférer la propriété à une tierce personne, appelée un trustee ou fiduciant, et en lui attribuant la charge de la gestion du patrimoine, afin de faire des profits avec, et ainsi d’en faire bénéficier le bénéficiaire.

Une fiducie est une tenue de propriété pour le compte et le bénéfice d’un autre. Les pouvoirs du fiduciant sur la propriété sont gouvernés par l’acte ou le contrat créant ce trust-fiducie (acte de naissance), et cela change selon les cas. Desfois la simple charge est de collecter un loyer et de le transférer; desfois il a le pouvoir de vendre des terres et d’investir l’argent. On se trouve dans une position qui demande pleine confiance. Le fiduciant (ou administrateur, l’État) ne peut rien faire avec le patrimoine pour son propre bénéfice. La personne qui détient une propriété en fiducie n’a aucun pouvoir dessus, et dans beaucoup de cas, elle ne peut même pas transférer à un autre son droit de recevoir un salaire/revenu.

Real Estate, Capital foncier et immobilier.

Real Estate ou Capital Foncier (Patrimoine) – Toute propriété est divisible en deux choses, capital foncier (aussi appelé capital réel), et propriété personnel. (Attention au mot personne!).

Le capital foncier est de la terre et tout ce qu’il y a dessus, tout ce qui y pousse ou y a été construit, les arbres, maisons, etc… On peut dire que le capital foncier signifie terre, et que les maisons, arbres, etc. font parties de cette terre.

La propriété personnelle inclut tout le reste. Donc, tout le stock du capital d’une compagnie ferroviaire et d’autres entreprises ou corporations est de la propriété personnelle, même si la propriété de l’entreprise est de la terre (donc une fiction). Du capital foncier peut devenir de la propriété personnelle sous certaines circonstances. Une facture, un document, ou une réclamation de dette est propriété personnelle.

Donc les arbres qui poussent, le charbon des mines sont « réels », mais quand les arbres sont coupés et que le charbon est brûlé, ils deviennent personnels (ils ne sont personnes vu qu’ils ont « disparus », ils sont mort). De la même manière quand un poteau est planté sur un terrain, il change et passe de personnel à réel.*

*le mot ‘real‘, ‘réel’ dans la phrase n’a pas le sens de ‘vrai’, car une propriété personnelle est vraiment de la propriété, cela signifie plutôt son caractère fixé et immobile (immobilier). La propriété personnelle, par contre, est généralement de la propriété mobile (mobilier).

Alors vous êtes la propriété personnelle (fictive) de l’État? Ou une propriété réelle? La vôtre.

— Traduction, adaptation Jackfruit —

 

source:

commentaire youtube

Publicités

2 réflexions au sujet de « Acte I: Histoire d’une naissance »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s