Big Brother·ingénierie sociale·Non classé·Psychologie·Psychologie et Corps

Big Brother 13, Baudrillard: Mass Media, Sexe et Loisirs

Suite de Big Brother 11 et 12 et de l’introduction à Baudrillard

La Culture est un modèle de simulation, un consommé de signes de nature remis en circulation, bref une nature recyclée. Nature et Évènement ont le principe d’Actualité. Il faut Être dans le Coup et pour être dans le coup, il faut avoir! D’où l’Information journalière… Merdias. C’est L’exaltation de la nouveauté. La scacatologie de l’information. La Diarrhée Verbeuse comme dirais les anglais… l’Ère des Scatman! Et des S-catwoman, les « femmes prêt-à-jeter », les putes des écrans (cela inclus les mecs et autres LGBT+).

Des marchandises, taxes et compagnies… On retombe dans les égouts de Romley Stewart… scag/caguer/caca/chier, scat/schat/chit/shit/cheat/sheep/ship… caca/cacher/o-cul-ter… chat/chatter/tchat/discuter… copro-/copropriété… starcherra/choir/chier/cher…  bref tous ces mots sont liés et même plus!

« Cherra » est la troisième personne du singulier du futur de l’indicatif du verbe « choir » : « elle cherra » signifie donc « elle tombera ». « Elle choira » est parfois également utilisé au même titre que « elle cherra ».

Ta merde chois quand tu chies! Mais elle n’a pas le choix que de tomber (en-tomber) vers le bas (le monde des égouts, le monde du Bouc/Goat)… Ta merde te coûte chère… alors comme dit l’Inspecteur Harry, « fais bien attention à l’endroit où on te chiera ».

Des Goûts aux Égouts… Mo(n)de de Merdes
Avoir(s) bon (dé)goût

Un pseudo-objet est une Simulation, une copie, un objet factice, un stéréotype, une pauvreté de la signification du réel… Une Vulgarisation, comme le kitsch est une catégorie culturelle… Truc, machin, et autres gadgets ludiques sont d’une inutilité fonctionnelle… Cela devient l’Art de vivre.

L’Art (image, cinéma, mode, publicité, etc.) de Vivre n’est pas l’Art de la Vie (Autonomie)

Le Verbe (Vivre) est devenu ‘objet’ dans cette phrase. D’ailleurs, il n’y a pas d’Art de la Vie… car ‘Art’ signifie ‘Artifice’… mais on peut dire que la Nature utilise des artifices pour tromper, en effet… tout cela est ambiguë et duelité!

‘Beau’, ‘bon’ et ‘bien(s)’ signifient ‘bon et brave’ au combat… Tu te souviens de Bellatrix? (dans Harry Potter)… Bellone (Mythologie) Personnification latine de la guerre… de faux-airs de Marianne non?

Belli portæ: les portes du temple de Janus… Bellone… Ballone… Ballon.. Ba’al on!?! Bélier (bel-lier) qui est ‘goat‘ en anglais… mémé Belzébuth

La Vie est Bellum!
L’art de Vivre est bellum
Le Belly/estomac du Cacapital est plein
remplit de marchandises
Vent(r)e Plein
L’Antre de la Bête
est à la fois bouche et trou du cul
la Belle et la Bête
aussitôt consommer, aussitôt chier
Bellatrix est belle Matrix!

L’Art de Vivre remplacé par l’Art d’Habiter…

La Culture Pop, est une manipulation de signes. L’objet y perd même sa finalité objective (outil-> idolâtrie), il perd sa fonction, et son sens symbolique réel, cela est remplacé par un sens virtuel (imagique, imaginé, raconté). C’est la Naissance de l’Art Comptemporain… un art du non-sacré. La Malédiction de l’Art… Malé-diction est Mal-interprété les signes… c’est l’Art du B’anal, l’art de l’Insipide. Il n’y a pas d’ordre de réalité dans le Pop… il n’y a que de faux sentiments d’esthétique et d’éthique… donnant au final Le 7ème Art… le Cinéma!

 Art signifie Artificiel

La vérité des médias, c’est qu’elle neutralise le vécu et y substitue un univers multiple de médias… le message devient Totalitaire (et totalement virtuel)… un milieu (medium) totalement manipulable… L’Information (ce langage) devient totalement manipulable… Dans ce Cadre particulier (la/notre société)…. l’Information de la Nature (son langage, ses codes) n’est plus lisible, on est devenu un illettré de la Nature!

Les Artifices de Putes

On crois comprendre cette Nature (illusion, Nature Édulcorée apprise= Parc de Ville), notre nature, car le langage virtuel de la Consommation en a copié les codes; mais on reste dans un flou totale; le miroir ne renvoi plus la même image… on est devenu l’image dans le miroir (scrying mirror) et donc, on est enfermé dans le miroir, dans le verre (prison de verre), dans la vitrine… de l’autre côté du miroir (Alice, le Temps)… dans la boite noire, et le virtuel ne peut voir le réel! On est devenu aveugle par l’éblouissement des signes, des images, une explosion d’images qui vient laver le cerveau! Un Orgasme, une éjaculation d’images stroboscopiques… Hollywood! (Artifice= métier, habile/adroit… a Droits 😉 ).

« L’art n’exerce plus aujourdhui que la magie de sa disparition » — Jean Baudrillard

On vit dans une néo-réalité… tu comprends la subtilité du Nom de Néo dans Matrix?!

Néo-réalité est Nouvelle-réalité… Nouvelles(news) Réalités, la TV Réalité… Un Nouveau Mo(n)de… Un Nouvel Ordre Mondial.. N.é.O.M… Un Nouvel Om̐… Une nouvelle Home/Maison… et si on condense ‘néo-réalité’ on obtient ‘No-réalité’… une ‘non-réalité’… etc…

C’est encore ici que la magie s’opère, dans l’image qui est le miroir, là où les choses se confondent! Se fondent dans un con… une tromperie.

L’image dans le miroir (eau, écrans, miroir) re-présente tellement bien la réalité et l’original, que cela en est confondant et fascinant! Avec les écrans ont peu même, maintenant, la capturer! (la posséder). C’est ambiguë car le reflet dans le miroir est aussi la réalité! Loi de la Dualité de ce bas monde?! L’Effet Polaroïd pour sûr!

La Matérialisation optique d’un processus magique. C’est l’immédiateté de l’objet qui fait la réalité! Son statut de marchandise, fait aussi de la (néo)réalité, une marchandise!

«La Communication est trop lente, elle est un effet de lenteur, elle passe par le contact et la parole. Le regard va plus vite, il est le medium des media, le plus rapide. Tout doit se jouer instantanément. On ne commu-nique jamais. Dans l’aller et retour de la communication, l’instantaneite du regard, de la lumière, de la séduction est déjà perdue». — Baudrillard

Le Signifiant (la forme) devient son propre Signifié (le sens), il y a confusion (inversion) circulaire des deux au profit du signifiant et une abolition du signifié. C’est l’effet consommation, le message n’est plus centré sur le signifié (ce que les choses/images signifient) mais sur le signifiant (objet).

Signifié: (Linguistique) Qui est relatif au sens d’un signe. Ce que représente un signifiant, le concept. On note généralement le signifiant en italique et le «signifié» entre guillemets. 

Le signifié désigne la représentation mentale du concept associé au signe, tandis que le signifiant désigne la représentation mentale de la forme et de l’aspect matériel du signe.– Wiki

Le «signifié» (virtuel/idée) et le signifiant (réel/matériel)?

C’est pareil que pour la Fraude du Nom, on confond le fiduciaire et le bénéficiaire.
on confond le NOM avec Soi, etc.

on confond le sens du signe et le signe lui-même

Au lieu de faire circuler le sens, on fait circuler l’objet (qui représente un faux sens. voir dénué de sens), comme mot de passe (opérateur de tour de passe-passe et de contrôle), comme matériel de passe (passe= sexe/prostitution, objet de communication), alors il est objet de consommation… On consomme l’Image du Miroir. On ne voit même plus le miroir (TV/Telefon).

L’Objet a perdu son sens, et il est devenu le langage, un langage des objets (programmation informatique, Internet des Objets).

Le Sens n’est plus pratiqué comme langue, donc comme un système de signes distincts de dénotation, mais il est consommé comme système de connotation, comme un code distinctif (ex: on veut sauver la planète, alors on achète un t-shirt Sea Shepherd, on consomme, on s’achète une bonne conduite). On rentre dans le monde du Pseudo. Ex: dans la Consommation médicale, c’est le medecin qui est consommé.

Comme le maquillage se substitue aux traits réels. Maquillage, Magie-llage, GLOSE, Apparat, Apparition (fantôme, ombre de soi). Le code, leurre code, c’est substitué au référentiel (réel). Le code de la « beauté » imposé, se substitue au réel (ton vrai visage), c’est la Fabrique d’un décor, d’une autre (fausse) réalité, une virtualité, aussi la Fabrique du consentement… par les virtuoses de l’Image et du Son.

C’est dans la forme que tout a changé, partout il y a substitution (institutions), en lieu et place du réel, pour établir un « néo-réel » par ces codes (programmation consommation), c’est un immense processus de simulation (conditionnements) sur lequel se base la cybernétique (programmation des objets/choses/res). La Substitution (par les Institutions) du code au référentiel… On a donc la substitution du réel… On Sculpte (ILS sculptent) les formes, donc les codes, donc le(s) sens…

ILS deviennent le Créateur… Dieu! Et qui dit ‘créateur’ dit ‘possession de la création’… donc Propriété!

C’est le règne du pseudo-
(le fameux Simulacre de Baudrillard, utilisé dans Matrix)
… le règne du ‘Quasi

Dès Simulacres et simulation, Baudrillard dit que la simulation précède le réel, ainsi, dans son livre La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu, il écrit que le simulacre de la guerre a précédé le conflit réel. C’est la Fabrication du Réel, la fabrication des preuves (armes de destruction massive), c’est aussi la fabrication du Consentement. (Techniques de Simulations, utilisées pour la Pandémie d’ailleurs!). La Guerre, la Pandémie sont mises en scène… et répétées avant.

Le Consentement amène le Contentement
le(s) règlement(s) du Contrat

Reprenant en partie la critique situationniste de l’urbanisme, il a pu prendre l’exemple des aménagements urbains qui prétendent ôter la possibilité même de la « délinquance » en modélisant le territoire et en effaçant tout lieu susceptible de fonctionner comme lieu public de rassemblement (bref, « la rue »). 

On pourrait dire que la notion de la réalité a été embrouillée par la profusion de ses images, mais  Baudrillard va plus loin, en affirmant que : « le réel n’existe plus ».

‘réel’… ‘ré-el‘… intéressant non?

Un événement est construit sur la base de l’élimination de ses caractéristiques objectives. Ces modèles, sont comme des fait-divers spectaculaires, c’est par là que la publicité devient homogène et équivalente aux « Nouvelles » (News, Journal), car ces deux sont soumises au même travail « mythique » (mythologie) de fabrication d’histoires avec les mêmes codes. Les journalistes et publicitaires sont des opérateurs mythiques (histoires de contes/comptes, storytelling) (et même mystique), qui mettent en scène, décorent, et ré-interprétent l’histoire, les contes et comptes, délibérément… le mythe n’est ni vrai, ni faux, et la question n’est pas d’y croire ou pas, ce qui entraîne les faux débats… on se perd dans une (con)quête insatiable de s’avoir! C’est la pré-histoire! Et l’Après-histoire.

pseudo-vie… p217

La publicité est une parole prophétique (prédiction), elle prédit le Bonheur (conforme)… Elle ne donne pas à comprendre, ni à apprendre (réel), mais à espérer (virtuel)! Elle réalise presque (quasi-ment) les rêves!

Elle a fait de l’objet un pseudo-événement qui va devenir l’événement réel de la vie quotidienne (la livraison Amazon ‘surprise’ de ta commande) à travers l’adhésion du consommateur (croyance/confiance) à son discours (le discours est réel, mais son sens est virtuel/faux). On voit que le vrai et le faux sont ici insaisissables. Le Slogan (un Faire-Valoir) se confond avec l’objet et donc il confond aussi son sens, et la répétition fait la causalité… le sens et la preuve y sont ainsi éliminés, et substitués par un indicatif sans phrases, qui est un impératif répétitif… comme par une parole magique… qui consacre l’événement du mythe (la fausse réalité).

Emballer, c’est peser
(qui ne veut rien dire)

Le droit est un langage…

impératif‘ (2, 3 4) est ‘obligation’, ‘un devoir’… ‘une norme’ de droit (un soi-disant droit).
impératif magique! sacré et juridique se confondent… religion (sacré) et droit parlent le même langage… en gros les actes juridiques sont des prières (avoué/avocat/à torts)… ils ont du être ‘laïcisés‘ pour passer inaperçus…

« En conclusion, le fond et la forme coïncident dans le développement des institutions archaïques. Un relevé méthodique a permis de leur reconnaître une source sacrée ou à la rigueur magique, qu’il s’agisse de droit public, criminel ou privé (I). En outre (II), la langue du droit est, elle aussi, issue de la religion : l’impératif des lois républicaines a pour prototype celui des versets normatifs des archives sacerdotales ou des leges templorum. Dans les actes juridiques, ce même mode ou la première personne de l’indicatif trouvent des correspondances dans les carmina du culte ou les formules des actes de droit sacré. Le mot ius lui-même appartient étymologiquement au plus ancien lexique religieux, comme cela se manifeste en particulier dans le verbe turare et dans le mot ius iurandum. Dans la langue archaïque, ius est la formule et ce sens survit encore en procédure civile (ius feci; ius dicere). Le sens plus récent de droit est commun au vocabulaire sacerdotal et aux XII tables ». 

Corps, Beauté et Sexe

La Beauté (les codes de la Beauté)… est reliée au Corps… c’est comme ça que le Corps est dénaturé… il devient virtuel et images… il a été recodé, redéfini… donc déjà un peu transhumanisé! La beauté pour la femme est devenue un impératif absolu, voir religieux. Conscient de sa réussite sociale, l’Homme, dépend entièrement de l’image que les autres ont de lui, sa forme physique est sa carte (CB) ‘maîtresse’… Les critères (mesurables) de beauté donc l’Éthique de la Beauté viennent de la Mode… beurk!

La Beauté n’est rien de plus qu’un matériel de signes (objet/signifiant) qui s’é(x)changent (ex: des talons hauts= pute= sexe). Toutes ces valeurs d’usage du corps (énergétique, gestuelle, sexuelle) se convertissent (conversion/croyance) en valeurs d’échange, cela en résume l’abstraction (et l’attraction!). Il n’y a qu’un pas vers la consommation sexuel du corps, le Faire-Valoir du Corps… érotisme, narcissisme… entraîne la dérive (recodage, reprogrammation) de l’éthique. L’érotisme est dans les signes et non plus dans le désir. Alors que La Vérité du corps est le désir.

Le Corps du Mannequin qui défile… devient référence (référentiel) des Formes (conformes) (une con-forme photoshopée), il n’est plus objet de désir, mais objet fonctionnel (vente de fringues), ce n’est plus un corps mais une forme (dans le sens signe/symbole), il devient mannequin (de vitrine). La beauté des Mannequins est dans la « ligne », elle n’est plus dans l’expression (le signifié et un être avec une âme!). On en revient au Culte de la Forme (Culturisme). Le Culturisme déforme la Norme, dénature l’humain.

De plus, le mannequin de magasin se confond avec le mannequin qui défile… il porte d’une façon insipide les mêmes fringues… la Poupée Barbie se confond avec le mannequin, et nous on confond ses/ces formes et on pense que c’est le Réel! L’Obsession de Garder la ligne, est de Garder la forme (leurre notion de con-forme= arnaque). Garder la forme… donc la Santé devient aussi une Norme (Forme), un objet de consommation!

La Poupée sexuée… un nouveau jouet… d’où l’avenue des sex-toys, objectification parfaite pour cela! Dans sa fonction symbolique (plaisir, loisir) et dans sa fonction d’objet (objective, objectif/but commercial), de ce monde de plastique, car c’est un sexe en plastique, ou une poupée gonflable en plastique, voir une poupée siliconée! Silicone qui se retrouve même dans le réel, dans les seins des femmes… C’est donc l’image du miroir qui rentre dans la réalité (silicone -> seins)… La confusion et l’illusion se mélangent… et devient réel?! Botox et Silicone sont les premiers pas du transhumanisme!

Le Virtuel devient du trans-réel, du néo-réel, du presque-vrai, du pas-tout-à-fait faux… du Quasi. Crise de genre est/et crise de réalité! (Crise existentielle!). Femme veut devenir Homme et Homme veut devenir Femme, comme on change de slip, comme on change une élément et/ou une fonction sur une poupée! Avatarisation, Ava-artisation, Ava-artificielisation, Ava-tarés-ation… dans un état de transe permanent, l’humain est coincé dans leurre monde idéaliste des représentations et concepts programmés?!

Aujourd’hui, j’vais prendre la pilule rouge car je me sens plutôt femme, demain je prendrais la bleu si je me sens plus homme.

Trans(e)-réel est transhumanisme?!

La sexualité étant un langage (échange de signaux), on lui assigne les symboliques et la symbolique du Porno… par les scenarii des films X, faire l’amour a été redéfini par quelque que chose de public (≠privé, intime), de mécanique (insipide, quantité≠ qualité), par une consommation imagique illimitée (abondance), on regarde passivement (impuissance apprise), l’échange ne se fait que par l’Image (porno/érotique) et par la machine (écrans). La sexualité a tee numérisée. La sexualité tombe dans le double schème Valeur d’usage/Valeur d’échange (caractéristiques d’objets)… chez l’Homme la consommation compulsive (pulsions) devient masturbation compulsive ou travail compulsif; et la Femme compulse sur tous les objets de Beauté…

Dans le porno, le corps devient la (ob)scène et le décor

« La sexualité ne s’evanouit pas dans la sublimation, la répression et la morale, elle s’evanouit bien plus sûrement dans le plus sexuel que le sexe: le porno. L’hypersexuel contemporain de l’hyperréel« . — Baudrillard

La Ligne… « t’as la forme! »… Le Signe de la « beauté »
la gnose est dans le ‘gne
dans le nom!
dans la norme!
dans la forme!
Dingue non?

Pour la Beauté, tu te fais Belle et Bellum/Belhomme et Bil(l),
qué bello!
tu-es en 1ère ligne!
Quand je te dis que ton glas à sonner!
Et que ta bobinette à chier!
il ne fallait pas ouvrir l’huis du consentement
ni la cuisse du contentement
Pourtant j’t’avais averti
que tu étais prévenu
TUER.. TU ES
MORT AUX COMBATS

La Mystique de la Ligne (on dit ‘avoir la ligne‘ et non pas ‘être la ligne‘), c’est la fascination (Et fascisation) de la minceur… le corps s’en retrouve sacrifier, un faux sacré, alors la pulsion agressive (1) se retourne contre le corps (sado-masochisme et perversions), et se transforme en forme de violence (ex: Culturisme= hormones, drogues, Bigorexia, Transgenre), car il est figé dans la ‘Perfection’ (dans l’Image fixe, la photo de Kim Basinger), enfin ce n’est que l’Image de la Perfection (Statue, Stature, Statue).

Maligne est Malin… Mal-Un… et le numéro 1 du Mal c’est Satan! Du latin malignus (« qui engendre le mal »), dérivé de malus (« mauvais »). Une autre définition de ‘malin’ est ‘smart’! Donc ‘Mars’, le dieu de la guerre, un minion de Satan. Mal-lus est Mal éclairé… sombre et obscure… sombre culte obculte… et bo cul(te)s.

«Les idoles et stars de l’écran sont un système de préfabrication luxueuse…»

« Lorsque la seule beauté est celle créée par la chirurgie esthétique des corps, la seule beauté urbaine celle créée par la chirurgie des espaces verts, la seule opinion celle créée par la chirurgie esthétique des sondages… et voici venir maintenant, avec la manipulation génétique, la chirurgie esthétique de l’espèce ». — Baudrillard – Amérique

Le transfert (magique) se fait dans la symbolique (ce que ça signifie pour toi, son importance) donc avec des symboles, des signes, un langage de transfert sur/dans des objets, qu’on peut échanger, l’échange symbolique. S’échanger, se changer, se métamorphoser, grâce à un coach de relooking, par le discours du coach et ses changements de codes (vêtements) visuels, donc par une reprogrammation et par le langage de la mode et de la conformité. Un nouveau ‘soi’, une nouvelle réalité provoquée et attendue, une promesse de niquer plus souvent, plus facilement, et d’être plus désirable! C’est la séduction et les jeux de séduction n’ont aucun secret pour le Vendeur et la Vente/Vante.

La Sphère de la Séduction est bien: les apparences, les apparats (objets), une subtile façon de mentir, maquiller la réalité, une publicité… voici qu’apparaît, comme par magie, la Fiction, et la Manipulation.

Dans le miroir de la Reine (Blanche Neige) qui incarne le Mal, se reflète l’Image du Bien (Blanche Neige incarne le Bien), le but à atteindre ou l’objet à consommer/tuer, donc l’image des Biens (de consommation). Donc, ce premier D.A. de Disney programme déjà ce transfert dans notre psyché que nous ne somme pas bien, que nous sommes mal; et qu’il nous faut cette image pure du Miroir! D’où l’importance de l’Estime de Soi! Le Miroir est déjà l’avenue de la vidéosurveillance!

La technologie efface cette différence réel/virtuel.

C’est exactement la fiction du système juridique et de la Personnalité Juridique. Il faut absolument qu’ILS transforment ‘les choses’ en Nom, Ils doivent ‘nommer’ pour pouvoir contrôler comme un objet. Maintenant qu’ILS ont la Représentation, la magie peut opérer, grâce à la pièce de théâtre qui se joue (représentation/simulacre), les décors sont plantés et les acteurs prêts à jouer!

Cette rivière (bank/berg) de Noms, de Symboles, et d’échanges raconte une histoire (une procédure), et crée ses propres codes (civils) et son propre langage (ses propres private joke, langage juridique, technique, corporatif, etc.), on a un transfert d’énergie sur des objets, des acteurs, une pièce, et on a des échanges entre spectateurs et acteurs, chacun y trouve un/son sens… chacun y trouve une/sa symbolique!

On pourrait parler des Archétypes de Jung, ou de l’Égrégore que les gens peuvent nourrir (le concept de la Patrie par exemple), mais du coup, on ne sait pas si ces phénomènes sont explicables! En tout cas la Musique, le Son, les rythmes, les lumières, les images créent un décor, comme dans une boite de nuit, et cela met en transe, la TV aussi modifie l’état psychique/hypnotique de l’humain, l’humain passe dans différents états, Alpha, Bêta, Thêta, etc… on rentre aussi dans la Psychologie des Foules et dans le mouvement des troupeaux (banc de poisson et autres)… C’est une réalité altérée, un état altéré (comme l’ébriété dés’altérée, comme une drogue), c’est même des phénomènes rituels (la cuite du vendredi soir), où le conditionnement devient possible, et la suggestion aussi…

Différents titres de Magistrat, qui signifie aussi ‘God’ (donc Dieu) d’après Clint Richardson. Car le juge a le pouvoir de condamner à mort, même les Rois!

Un Magicien, un Magistrat (aussi un dieu et bien plus, et encore plus!) manipule la parole et les codes et les symboles (donc par le Trivium: exemple « sujet » signifie aussi « supposition, soumission »), ces beaux-parleurs peuvent enchanter par leurs histoires, leur voix, leurs chants, leurs chansons, leur style de guitare… il y a séduction, envoûtement, ils ont du pouvoir sur les gens, ils peuvent suggérer, manipuler leurs croyances, profiter de leur ignorance… (Voir William Sargant). On dit bien que les Pervers Narcissiques et Psychopathes manipulent les gens… voilà, toute cette ‘magie’, et ces techniques de magie!

On y retrouve les « Influenceurs«  (Vendeur, VRP Internet) qui manipulent certains flux de pensées, et d’informations… Psychologie de la Persuasion… Ils manipulent des flux de symboles, des échanges donc des langages, ils dirigent/contrôlent ces flux de paroles, de gens, d’énergie, de travail comme un fleuve et ses berges (bank)… Ta projection et tes projets sont comme une projection sur écran, le film de ta vie qui va être influencé par différentes personnes, environnements et situations…

Ton Attention est accaparée, capturée, (temps de cerveau disponible) comme tes émotions, ton mental et ta conscience qui peuvent être un véhicule que quelqu’un d’autre va réussir à contrôler pour ses propres besoins (travail, possession)… tu peux te sentir observer par quelqu’un qui t’observe, donc il se passe quelque chose que tu ne vois pas, mais qui se passe bien. C’est quelque chose qui n’est pas palpable (vibrations, fréquences) mais qui existe bien… L’Arc-en-Ciel en est un exemple, tu ne vois les différentes couleurs de la lumière que quand les bonnes conditions (conditionnement) sont réunies: la pluie et soleil! Tu ne vois pas le Vent, ni les Rayons du Soleil, ni les bactéries, etc…

Si on acte sa vie (joue les rôles de citoyen), alors elle est virtuelle, si on la vit, alors elle est réelle… les deux scenarii sont possibles! La Ville est le décor parfait pour cela, c’est la scène d’une pseudo-vie, d’une néo-réalité qui sert le système et qui parait vraie, vu que tout le monde y travail! La Ville est visible, construite et palpable. C’est déjà une Réalité-Virtuel! La Ville est un (dé)Nature 2.0, une pseudo-Nature, symbolisée par Central Park ou le Parc de Ville!

Dédoublement et Bipolarité!

Matrix, c’est la matrice légale et commerciale.

page 210

L’Amérique, les films, la pub ont tellement inondés les esprits, qu’elles canonisent le mode de vie par l’image, les gens veulent, coûte que coûte, que leur vie ressemble à ces Images d’écrans… même si ce style de vie est Pavillonnaire, insipide, faux et fabriqué!

Le Rêve Américain est bien vivant et pourtant comme le décrit Baudrillard, il est totalement fictif! Car le mode de vie américain est cinématographique. Même la vie pauvre des americains dans les Mobile Home a été romantisée (ex: Starfighter, Ready Player One, Karate Kid).

Une Utopie réalisée par l’Image que les gens acceptent comme réalité! Disneyland c’est vrai, c’est authentique… et les pauvres ne sont pas crédibles (≠ débiles/débiteurs), ce sont de mauvais acteurs… dans un mauvais film… alors ils sont doucement dé-franchisés, ils perdent leurs droits… et n’existent plus dans la Société. Ils sont passés dans le 4ème monde (après le Tiers Monde), le monde de la 4ème dimension!

L’Utopie réalisée (réalisateur cinématographique), cette prophétie américaine, cette mise en Scène, est réelle, elle est bien en vie, sur les écrans de cinéma, tout le monde en est acteur (et spectateur) d’ailleurs… Tout le monde fait vivre le plus gros mensonge de la Planète.

Ils ont marché sur la Lune (Vu à la TV)!

Le Désir, le Déser(t américain)

Les nouveaux rites comme les Soldes prennent place, les individus sont piégés dans les phantasmes (fantôme, image miroir) du système, au travers d’une symbolique truquée.

Et c’est pareil pour le Temps, il a une valeur d’usage donc une valeur d’échange, Il n’est donc plus vraiment « libre »… Il n’y a pas de Temps chez les sociétés primitives (que des cycles). Le temps est donc aussi « Symbolique » et donc il n’a pas de sens (que celui qu’on peut lui programmer), à part le sens que EUX, lui donne!

Et donc il n’y a pas/plus d’Argent non plus, c’est une fiction comme le Temps, car le Temps c’est de l’Argent, comme l’Argent et/ou le Temps c’est du Sexe… tout s’interchange, l’inter-échange de la communication de la consommation, tout s’équivaut et se monnaye par des valeurs fictives et aléatoires! Tout est/devient spéculation (enculation, spankulation et spunkulation) sur les marchés de la/des Bourse(s), tout est marchandisable et marchandage! Tout est objet. Tout est redéfini en permanence.

Garder/Avoir la Ligne… du Temps… c’est ta ligne de Vie!

Le Temps est dé-coupable, abstrait, il entraîne des objets de calcul temporel intimement lié à l’objet. Le temps « libre » est en fait du temps « gagné », c’est du capitale rentabilisable, de la force productive virtuelle, qu’il faut racheter pour en disposer (le posséder). ‘Travailler’ achète du temps de vacances, du temps « libre » que le Système va essayer d’exploiter en le phagocytant par des Loisirs, par des outils inutiles, des outils numériques (Big Data et Données exploitables/monétisables), des jeux pour perdre du temps qu’on a durement gagner! IL faut absolument enfermer tout le monde dans la Matrice Commerciale.

La Machine à laver, c’est du temps libre pour la ménagère, du temps libre virtuel transformé en objet pour pouvoir être vendu et acheté; temps libre qu’elle mettra éventuellement à profit pour regarder la TV, et la publicité qu’on y fera pour d’autres machines à laver!

C’est la loi du Temps comme valeur d’échange et comme force productive qui ne s’arrête pas au seuil du loisir, car le système de production ne prend pas de vacances… Les loisirs ne sont que la consommation du Temps. Le Temps est virtuel… d’ailleurs on parle bien d’un Temps Internet (une norme ISO)!

Garder la ligne, c’est aussi « l’Espace », car non seulement le Temps est consommable, mais l’Espace aussi!

Urbanisme… l’Espace comme produit de Consommation. (page 244)

La Ville et le Pavillon sont des Espaces
où on consomme des loisirs

L’aliénation du Loisir pousse même plus loin, elle pousse vers l’impossibilité de perdre son temps. Donc l’impossibilité d’avoir accès à une énergie consciente ou créative! L’Impossibilité d’avoir accès à sa Nature. Il faut toujours faire pour ne jamais perdre son temps, sauf que ‘perdre’ son temps est essentiel dans l’observation de la Nature, de son Environnement et de Soi. Il faut donc toujours gagner du temps, car on a pas le temps de le perdre, surtout qu’on l’a durement gagner! Tautologie du cercle vicieux du Temps, tautologie d’un recyclage en fait!

De plus, les loisirs sont des formes régressives du travail (bricolage, artisanat, collection, pèche, chasse, sports). Ils renvoient aussi au ‘fun’, et donc à l’enfance, mais un état d’enfant biaisé. Travail et Loisirs sont consommés!

Le Temps libre, ce n’est pas que la « liberté de s’accomplir », mais c’est aussi de faire la démonstration de l’inutilité de son temps, comme si on avait un capital de temps, c’est comme une richesse! c’est comme un Statut Social. C’est une marchandise: pas de Temps= pas d’Argent… car partout… tu trouveras la Date (= Dette)… et sans Date… il est impossible de facturer, de commander, etc…

Tout est Bien(S) qui fini(ssent) Bien(s)

Rien n’est gratuit, mais tout est Données!
Car en fait tout est gratuit dans la Nature!

Le ‘gratuit‘ ou le ‘cadeau’ a été redéfini, il est pré-payé, caché, occulté, déjà inclus dans le Prix! C’est le principe de la Charité, un autre forme de Marché… et de Marchandise. Pour moi d’ailleurs, le mot ‘gratuit’ a été inventé par le Commerce, c’est uniquement une technique de vente. On le voit bien dans l’anglais ‘fee‘ (taxe/payant) et ‘free‘ (libre/gratuit). Donc comme la ‘liberté’ sur un navire (quartier libre) signifie en fait ‘privilèges’… alors quand les toilettes sont libres, tu peux les utiliser (consommer).

Quartier: (Urbanisme) Partie d’une ville ayant une personnalité, une physionomie propre, une certaine unité. « quartarius » quart du sextarius. Le quart des troupes, mesure pour les solides et les liquides, muletier qui reçoit un quart de paye. Carré. Squatteur!

Pour Clint Richardson « Liberté » signifie « Franchisé ».

Tu ne sais même pas/plus quels biens tu dois acheter, posséder ou avoir? C’est super, on a un service qui va régler ton problème! Mais déjà la Pub va t’aider!

Ce Service, moyennant rétribution, va analyser et déterminer ce qui va te faire du Bien(s)! Calculer quels valeurs des biens-être que tu dois avoir pour être heureux, l’individu qui est définit comme la somme de ses relations, de ses objets, des ses/ces valeurs… est toujours comptabilisable… c’est le plan (cal)Cul parfait pour toi… le cacalcul sociométrique (socio/sodo)… nouvelle morale des valeurs individualistes et/ou idéologiques, la Relativité d’Einstein de la Consommation!

La Théorie d’Einstein reflète parfaitement la Société de Consommation… tout est relatif! Plus rien n’est objectif, même l’objet n’est plus objectif, enfin si c’est l’objectif à acheter; l’objectif et l’objet sont relatifs, comme ton but (objectif/cible) de vie.

Les héros de la Consommation sont maintenant tous épuisés (car sur-équipé!), et un produit épuisé entraîne la Rareté, donc une plus value pour la Consommation! Surtout pour le Système Médical et Big Pharma.

Tout peux s’échanger, même le sens

« Le Crime Parfait serait l’élimination du monde réel » — Baudrillard

« La Vengeance, ce n’est pas la peine de la vouloir, elle se fera, elle se fait automatiquement par la réversibilité des choses » — Canetti

La Technologie, Internet, nous enferme dans notre propre bulle, un auto-confinement, une autarcie sociale et humaine, la prison parfaite! C’est l’Esclavage totale, car on est enfermé dans un sentiment de contrôle, de toute puissance et de contrôle totale de notre bulle virtuelle… sauf qu’on est totalement exploité. Tout est inversé comme l’explique George Orwell.

Nous ne pouvons échapper, EUX non plus… à la Loi de la Dualité!

Perception humiliée, réalité humiliée et parole humiliée sont des conséquences mutuellement complémentaires de la désincarnation par le « show ». Dans notre espace habité à l’ère du « show » l’humiliation de la perception fait que réalité, image et « show » se confondent. L’humiliation de la réalité fait que la présence réelle de la personne réelle dans le lieu réel devient problématique et bien souvent dérangeante. L’humiliation de la parole fait que plus la ville se désincarne, plus la vie se dépolitise : anti-polis. Au-delà des limites de l’existence incarnée, règne Némésis. (p254)

(Mythologie) Némésis, déesse qui venge les crimes.
Du verbe νέμω, némō (« distribuer »)… « Finding Nemo » lol
De l’indo-européen commun *nem (« partager/recevoir légalement, lot/lotissement »).
La Fraude du NOM!!!
Attribuer à un troupeau la partie du pâturage où on le mène paître.
Conduire, gouverner, administrer.
distribuer, partager, attribuer une part, diviser, découper.
prendre son .

(Déconnexion sociétale – 9 mins)

« Imaginez quelque chose de beau qui aurait absorbé toute l’energie du laid: vous avez la mode… Imaginez le vrai qui aurait absorbé toute l’energie du faux: vous avez la simulation... » — Baudrillard

Retour sur les Biens et les Maux
Donc la non-propriété fait naître le mal? Thèse sur le « Sujet » de Droit. Thèse intéressante qui illustre comment ils sont entrain de personnifier la Nature… comme ils ont personnifié l’humain…

Qu’est-ce que le Bien? Les Biens?

On voit que c’est « Bona »… et « Bone » en anglais est « l’Os » (‘bein‘ en allemand!) donc on voit la relation à l’héritage et la transmission du Patrimoine (les biens). C’est aussi ‘ostium‘ donc l’huis de la porte et le ‘oui’ du consentement/contentement! Du latin bona fide, (« de bonne foi »). cona fide: « de conne foi » (con-fiance).

Un « content creator » est un « createur de contenu », généralement en tenu de con… ‘tenant‘ en anglais est ‘locataire’, donc un ‘détenu’… quelqu’un qui par contrat est tenu d’être con! Un locataire n’est pas proprietaire, tu as données ton copyright de creation à Youtube & Co! ILS t’occupent pendant qu’ILS te volent!

On voit que la définition de « Beau », « Bon » et « Bien » est ambiguë! Surtout qu’en anglais, « Good » signifie « Bon/Bien ». Et « Goods » signifie les Biens et les Marchandises… et son synonyme est « Wares » (War= Guerre)… donc quand Jean-Claude VanDame te dit qu’il faut être «Aware»… il faut être en guerre, il faut être alerte et à l’écoute, être réveillé et éveillé, et il faut surveiller et épier ce qu’il se passe autour de soi!

« Bi » (bieu?) est aussi la dualité (deux/deus) comme « Di » (dieu/deux voir dix)… « Bieu » est « Bellus, Bellum, Beau, Belle »… Et dans ‘bone‘ on a littéralement ‘b-one‘ (être-un: to be one)… la dualité d’être tous ‘Un’, mais aussi tous ‘individu’… « ieu » est « yeux » et c’est avec les yeux qu’on voit la ‘beauté’! Une beauté remplit d’eau (b-eau-té, b-eau), car le corps est compose de 99% de molécules d’eau et la Nature est remplie d’eau… ‘beauté’ est ‘botté’!

Belliqueux est la belle queue de Satan?
casus belli, occasion de guerre, cas de guerre, acte de guerre.

Donc, il y a 2 genres de prostituées qui marchent dans les rues… les Chats Bottés (la Maréchaussée), et les Chattes Bottées/Beautés… Deux (Bi-/Di-) sortes d’Escortes!

Il y a de grandes chances qu’ils nous aient laissés seulement les mots de la Guerre et du Commerce; et que « Bien » et « Mal » signifie la même chose, ou en tout cas, ils ont la même origine! Et cela nous enferme dans la matrice du Trivium Commercial… C’est à dire, une grammaire, une rhétorique et une dialectique, un vocabulaire et une étymologie; toutes, uniquement, sculptées dans la Guerre!

On retrouve les mêmes ambiguïtés avec les mots « Santé » (Satan) et « Health » (Hell/Enfer), « guérir/heal/guerre/war/gérer », « care/soin », « écologie/économie », « jardin/warden/gardien », etc.

La Dualité, dualité guerre/paix, la même face de la même pièce. Un Duo à la con, un duelling barjos… Dua-lite, la lumière édulcorée et l’ombre édulcorée, s’illuminent et s’assombrissent mutuellement, dans une danse psychopathique donnant vie et mort au Monde Physique. Le signe du Yin/Yang semble plutôt être une symbolique déséquilibré! La représentation parfaite de la folie!

Le Bien (de)vient ‘mien’, ‘tien’, ‘sien’, ‘lien’, et pis finalement ‘rien’!
Le Bon devient ‘mon’, ‘ton’, ‘son’, ‘don’, ‘non’, et pis finalement ‘con’!
Le Beau devient ‘mots’, ‘rot’, ‘co-‘, ‘vaut’, ‘sot’, et finalement ‘faux’!

Qu’est-ce que le Moche (maux/mots/mal)?

L’Obèse… paradoxalement est un mode de disparation du corps… la règle secrète qui délimite la sphère du corps a disparue! Comme si le corps cherchait à digérer l’espace das sa propre apparence. Le Corps grossit sans arriver à accoucher de lui-même. C’est le Reflet de ce délire sociétal de tout stocker et de tout mémoriser, et d’aller dans l’inutilité totale, aux limites mêmes de l’inventaire du monde et de l’information. Emmenant vers la recherche de l’Accouchement du Cancer de notre société.

C’est l’obésité de toute un système qui est l’obscénité de toute notre culture. Quand le corps social perd sa règle, sa scène et son enjeu, il attend cette forme pure et obscène que nous connaissons, un surinvestissement de tous les espaces. Même les ONG et Associations sont obèses mais en plus… elles nous baisent! C’est la raison de vivre même, de ces entités (démoniaques): car elles nous amèn-ent l’Impuissance Apprise, la Dépendance et proscrit l’Autonomie et les Savoir-Faire.

Le Social est hanté par sa propre disparition, ayant perdu sa crédibilité, le social cherche dans ses déchets une sorte de légitimité et de rédemption… mais le social baigne dans sa propre merde, sa propre obésité et ses propres handicapes… la société est suréquipée, et elle en a fait une overdose. Elle a sa propre merde occulte! Son Occulture! Et Comme l’obèse disparaît doucement (une forme de trans-humanisation), il s’efface et échappe à la sexuation… il ne rentre même plus dans le miroir!

Il n’y a pas d’animaux obèses, ni obscènes, dans la Nature, car la Nature ne l’est pas non plus! Seule la Fiction et l’Artifice (aliments artificiels) le sont. L’Obèse est plein de merde et déjà il tend vers la mort… c’est Morbide, la mort du bide…

Le Cancer est la révolte du corps, une révolte génétique… Tout se passe comme si le corps, les cellules se révoltaient contre le décret génétique, contre les commandements de l’ADN. Le corps se révolte contre sa propre organisation interne, c’est une (e)réaction ésotérique… c’est comme si l’espèce en avait assez de sa propre définition…

L’obèse n’a plus de sens, il est plus gros que gros… dans son excès de manques… il échappe à sa propre pathologie… ni la diététique et la psychothérapie ne marchent…

L’Obèse est pris en Otage… La Violence est anomique, la terreur est anomalique. Elle aussi, à l’image de l’obésité, est une sorte de miroir convexe et reformant de l’ordre et de la scène politique. Miroir de sa disparation. Plus violent que le violent, tel est le terrorisme, une violence suréquipée, dont la spirale politique correspond à la même montée aux extrêmes, en l’absence de règle du jeu. Ni mort, ni vif, l’Otage est suspendu à une échéance incalculable.

L’Otage nage dans le Potage;
l’Hostage nage dans le Postage

Nous servons d’Hôte (hostis/hostage/gast/pute/violer-ravager) aux Parasites. Nous sommes tous des otages. Nous servons tous l’argument de dissuasion. Nous servons de couverture, nous répondons de nos/leurres propres risques sur notre propre tête. C’est la Loi de la société assurantielle, où tous les risques doivent être couverts sur la Table actuarielle, le couteau et la fourchette sous la gorge par la/le  bonheure du Travail. Nous sommes hospitalisés (et hospicialisés) par la société, pris en hostage… Ceci n’est ni la vie, ni la Mort: telle est la sécurité, tel est le statut de l’otage, la chose, l’étiquette (tag), le numéro.

Le problème de la sécurité, comme on sait, hante nos sociétés; et s’est substitué depuis longtemps à celui de la liberté.

Liberté, Sécurité, Terreur

Nous, les otages, sommes des terroristes, comme EUX; nous sommes innommables, un numéro, un nombre… Le Terrorisme n’a pas de territoire… il est partout et nulle-part, surtout dans les zones ambiguës: aéroports, ambassades, zones non-territoriales, etc… Ce No Man’s Land de la Terreur est presque Extra-terrestre… car nous sommes aliénés… (dé-naturés)…  nous sommes tous des otages, nous sommes tous des terroristes. ILS font croire que l’humain est responsable de la destruction de la planète, c’est l’Écologie: le Terrorisme Vert, culpabilisation et manipulation par la honte pour un Contrôle Totalitaire… L’Humain est responsable de la transmission des Virus! Donc, il faut le pucer et l’enfermer!

Toute la sphère de la manipulation est du même ordre. La Manipulation est une technologie douce de la violence par chantage (et enchantements). Et le chantage s’exerce toujours sur la prise d’otage d’une partie de l’autre, un secret; c’est sur cela que nous jouons dans la manipulation (qui couvre tout le champ de la Psychologie), c’est notre façon de faire surgir, par sollicitation forcée, une demande équivalente à la nôtre.

Le Chantage Affectif

Le Terrorisme, la prise d’otage est devenue un comportement normal, la Norme. On nous prend en otage par l’essence, l’électrique, les Pass’, la Vax, les Lois…

Le chantage est pire que l’Interdit. La dissuasion est pire que la sanction. Dans la dissuasion, il n’est plus dit « Tu ne feras pas cela »; mais « Si tu ne fais pas cela… ». Tout l’art/artifice et la manipulation sont dans ce suspens (stress chronique)… par les Chroniqueurs… les Gros niqueurs et Chronos-niqueurs. La peur est retournée contre nous, comme avec le Terrorisme des amendes et des contrôles, qui peut frapper à tout instant! La Terreur est obscène, car elle met fin à la scène de l’interdit et de la violence, qui au moins nous étaient familiers. L’otage est obscène, car il ne représente plus rien, qu’un pur objet, sans image…

Le Petit Prince et le Businessman

La vita è bellum

=== Copy Glossateur Jackfruit ===

Source: La société de consommation; Mot de Passe; Amérique; les Stratégies Fatales par Jean Baudrillard. Divertir pour Dominer 1 par Offensive

Bonus «Nos»

Qui sommes/est « Nous »… ILS sommes « Nous » lol

Un truc intéressant sur «nos», c’est que cela définit aussi « l’Ego »… et dans le Gaffiot, après ‘nos‘ on peut lire ‘nosco‘ (gnosco, la gnose, la connaissance) et le « co- » vient de ‘compagnie/contrat’… le contrat entre nos/nous! Donc la Connaissance, qui est la conne naissance, est la naissance du « co-/con- » (contrat, con, connerie, tromperie, arnaque, vagin, etc.)… tu retrouves la ‘naissance’ dans ‘nos‘… en anglais ‘nose‘ est le ‘nez’ donc le ‘née’ 😉

l’Arbre de la Connaissance, contrat de mariage, les faits, l’écrit, les histoires… et tout cela est à l’opposé de la Vie! Anti-Nature comme le dit Clint Richardson.

La cosa nostra! La Cause est la Chose! Et « Cura » (la cure, le remède, la curia, la Cour) est même « Coisa » (Chose, le Choix/Choisir)!!! Wow!

La Chose (le res, donc l’humain, la fiction juridique) est la Cause (présomption de culpabilité permanente), c’est donc le Choix premier pour l’exécution et le paiement de dettes… Cette Chose (humain) est une affaire en Cour, jugée par la Curie… la fiction juridique, est l’âne endossant le bonnet et la dette, le citoyen qui confond la personne juridique est donc le Remède, la Cure… la Ciné-cure… la pièce de théâtre et film de Depp vs Heard!

La Cause/Raison plausible d’arrestation! ‘Cause’ (Affaire judiciaire, Cas) vient probablement de caveo  « être sur ses gardes », « décréter, stipuler, défendre » ; (Droit) Prendre des garanties, prendre soin, veiller-sur!!!

C’est pour cela que ‘cavea‘ est une enceinte où sont enfermés des animaux… (une ville?)… donc une ferme, quelque chose de ‘fermer’, une cave, un enclos, un cercueil, une tombe, une prison, un camp militaire, une campagne (cloturée), une chambre, pour prendre soin lol et sur-veiller les animaux et prendre toutes les garanties possibles! Par la police (être sur ses gardes/gardiens), par les décrets, les stipulations et la défense! Le Théâtre, les Spectateurs!

casus belli, occasion de guerre, cas de guerre, acte de guerre.

La Cave, donc, fait partie de la Tombe, des Égouts… du monde des enfers… du sombre et de l’occulte. Ordonner par son Testament (heritage/patrimoine): testamento cavere ut. Un testament est une pré-caution, presqu’un (quasi-) prêt-caution! Une quasi-caution.

Le Droit enseigne les garanties légales, le ‘cautor‘ est un homme de précaution, un garant, un gérant, un warrant (war-rent= location de guerre/guerrier= huissier/police/milice/militaire, homme de main= homme de guerre), un guerrier, un guerre-man ou germain/german! Un man-dat. Un Gardien, warjan/warjana, ‘to war-d off‘, war/warden (gardien/directeur), ward= enfant sous tutelle/chambre d’accouchement.

«Cautio»… Caution/Garantie (Guerre-antique)… Attention! Droit accordé de faire ou d’agir. → voir caution légale et caution judiciaire. Condition requise pour entériner quelque chose. → voir sujet à caution et sous caution. Somme d’argent déposée. → voir caution judicatum solvi. (Droit, Finance) Garantie, assurance d’un engagement pris. → voir caution bourgeoise: (Droit) Bonne garantie.

Il n’y a pas vraiment de Banque, on dit les Banques, mais c’est faux, il n’y a que des Assurances! C’est la peur, la Banque assure ‘ton’ argent, c’est une assurance et pas une banque, c’est pour cela d’ailleurs qu’il n’y a plus de coffre ou peu d’argent dans les banques… le seul Business, c’est d’Assurer contre la Peur.

Un Bon de Garantie! (en anglais ‘warranty‘, donc ‘war’: la guerre, Gar=guerre). « Bon » signifie ‘Brave dans la Guerre’ voir ci-dessus. Un Bon de Guerre (war bond) ou Obligations de Guerre: les obligations de guerre sont des titres de créance obligataires émis par un État dans le but de se financer en temps de guerre. S’il y a ‘obligation’ alors il y a ‘contrat’ et donc aussi, il y a un ‘Droit’!

Cautio, dérivé de cautus, Qu’est-ce que la Sécurité? (= ‘Liberté’ mais opposée à être ‘libre’) = Précaution, prudence, prévoyance, circonspection.

caveo‘ en justice…

Je repars sur « gnosco/nosco » (« Sachant/Connaissant »)… avec « nescius/nescio« = « Ignorant » (on retrouve le ‘g’ de la gnose)… ce qui donne en anglais « nice« = quelqu’un de ‘gentil’ donc on retrouve ‘gentile‘ et ‘gens‘ donc des ignorants, des gentils! Des mecs sympas! En ancien français: Nigaud, niais, négligent. Nécessiteux, pauvre. Nique. Qui est simple, candide, innocent. (Droit) Simple, dépourvu de stipulation annexe.

De nescio (« ne pas savoir »): ne-scio, no-science… dans la forme, ‘nosco’ semble aussi dire ‘no-sco‘ (‘co-‘ pour contrat, etc… et le ‘i’ le change en ‘coupant/couper/scier’… bizarre… ‘sco-‘? vider/écoper (scoop). On y retrouve ‘Schippe(pelle)‘ (navire/bateau) et skipper je pense (schipper), est équivalent à schip +‎ -er… on retrouve bien ‘ship‘/navire… ‘navire’ vient de ‘nascor/nautique/nager/naissance/nosco/nescio‘ et même ‘naivre‘=naïve?!

nescio‘ est presque ‘nexio‘ et ‘nexus‘ signifie ‘contrat de vente’, ‘esclavage/obligation/assujettissement’ et ‘enfermement/prison/entrave/lien/bond‘.

Une réflexion au sujet de « Big Brother 13, Baudrillard: Mass Media, Sexe et Loisirs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.