Etymologie·Non classé

La Tir-Hadès du Né

Compte de Malvert:

« Vous…. vous êtes un né… heureux… un né… le divin enfant… très grand. »

Parano de Borgerac:

Ah ! non ! c’est un peu court de Tribunal, jeune homme !
On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des CHOSES en SOMME…
En variant le ton, – par exemple, tenez :
Agressif : « Moi, MONSIEUR, si j’avais un tel né,
Il faudrait sur-le-champ-de-Mars que je me la putasse ! »
Admiral : « Mais il doit boire la tasse
Pour boire, faites-vous fabriquer un canap ! »
Des-criptif : « C’est un esc-roc ! … c’est un pic-tograme ! … c’est un CAP !
Que dis-je, c’est une CAPITALISATION ? … C’est une Peine insulte ! »
Curieux : « De quoi sert cette oblongue CAP-insulte ?
D’écritoire, MONSIEUR, ou de boîte à saisies-eaux ? »
Gra-cieux : « Aimez-vous à ce point les ouïseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De pré-tendre ce perchoir à leurs petites papattes ? »
Tenculent : « Ça, monsieur, lorsque vous pé-tunez,
La vapeur du passage-à-tabac vous sort-elle du né
Sans qu’un voisin vigilant ne crie au feu de chemin-né ? »
Préven(u)ant : « Gardez-à-vous, votre tête en traînée
Par ce poids, de tombeau en avant sur le Sol ! »
PréTendre : « Faites-lui faire un petit pariaSol
De peur que sa couleur au solœil ne se fane ! »
Pédant : « L’anima seul, MONSIEUR, qu’Aristocrate-fane
Appelle Huissoavocatopolicépédopoliticosagentix
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’ostium ! »
Cadavra-lier : « Quoi, l’ami, ce croc-mort est à la mode ?
Pour pendre son CAP-pello, c’est vraiment très commodité ! »
Emphathétique : « Aucun(e) vent(e) ne peut, né(e) magistrat(e),
T’enrhumer au COVID tout entier, excepté le magîstral ! »
D-rame-atypique : « C’est la Mer Rouge quand il s(a)igne ! »
Admiral-tif : « Pour un enfumeur, quelle ensaigne ! »
DéLyrique : « Est-ce une conne quête, êtes-vous un traitons ? »
Naïf : « Ce M-onu-ment, quand le visite-t-on ? »
Re-spec-tueux : « Souffrez, MONSIEUR, qu’on vous salue Mairie,
C’est là ce qui s’appelle avoir signons sur rue ! »
Campoignard : « Hé, fardé ! C’est-y un né ? MAMAIN !
C’est queuqu’n’avais gréant ou ben queuqu’mielon naïf ! »
Mili-taire : « Pointez contre caravelerie ! »
Pratique : « Voulez-vous le mettre en lot-erie ?
Assurément, MONSIEUR, ce sera le gros lot ! »
Enfin parodiant Py-rame en un sang-lot :
« Le voilà donc ce né qui des traités de son maître
A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
– Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez édit
Si vous aviez un peu de LETTRES et d’escrit
Mais d’esprit, ô le plus la-mentable des Êtres,
Vous n’en eûtes jamais un aRome, et de lÊttres
Vous n’avez que les trois qui forment le maux : sot !
Huissiez-vous eu, d’ailleurs, la convention qu’il faut
Pour Pouvoir là, devant ces Nobles galèries,
me servir toutes ces folles plai(e)sangteries,
Que vous n’en huissiez pas artenculé le quart
De la moitié du commercement d’une, car
Je me les ser(vi)s moi-même, avec assez de verge,
Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

source: La Tirade du nez de Cyrano de Bergerac

=== Ad(rap)tation Jackfruit ===

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.