Etymologie·ingénierie sociale·MK Ultra·Non classé·Psychologie·violence

Violence 2.0

Extrait du livre de David Grossman: On Killing: The Psychological Cost of Learning to Kill in War and Society ou Sur le meurtre: Le coût psychologique d’apprendre à tuer dans la guerre et la société.

Résumé:

3 modes de contrôle et de conditionnement: (1) Pavlov (chiens), (2) Skinner (rats/pigeons) et (3) le rôle modèle (singes):

(1) Apprentissage-conditionnement en cage/classe de comportements,

(2) Conditionnement opérant par entraînement virtuel, et

(3) Modélisation de comportements par les héros, stars et figures paternelles…

« Dans cette dernière section, nous avons appliqué ce que nous avons appris sur tuer sur le champ de bataille afin d’acquérir une compréhension du meurtre dans notre société. Les films violents s’adressent aux jeunes, à la fois les hommes et les femmes, ce même public que l’armée a déterminé comme étant le plus susceptible d’être utilisé pour tuer. Les Jeux vidéo violents conditionnent les jeunes gens à tirer sur des humains. L‘industrie du divertissement conditionne les jeunes exactement de la même manière que les militaires le font. La société civile singe les techniques de formation et de conditionnement de l’armée à ses risques et périls ». (p323)

copywrong Marvel

[C’est 3 techniques (théorie, pratique, observation conditionnées/dirigées) font partie du système d’Éducation, des Sports, tu rajoutes la répétition constante de tout cela tel la propagande et la pub, journaux, autres médias, et t’as une bonne image du conditionnement de notre société… une idiocratie et une fiction…réalité et tu comprends mieux pourquoi, t’as une société complètement traumatisée, paumée et au bord de la faillite, en aucun cas les enfants devenus aussi adultes torturés ne peuvent être responsable de cette merde ambiante et pseudo-humanité construite sur un lavage de cerveau à grande échelle de Jacob, par la mécanique de l’Agent Orange et de son confitoxage eugéniste mondial]

(La propagande : Les 5 filtres des médias de masse / La fabrication du consentement)

« Il n’y a pas de drapeau assez grand pour couvrir la honte de tuer des innocents. » — Howard Zinn

Section VIII Tuer en Amérique : Que faisons-nous à nos enfants:

Chapitre 1 Un virus de Violence (p302)…

Quelle est la cause profonde de cette épidémie de violence dans notre société ?

L’application des leçons tirées de l’assassinat au combat peut avoir beaucoup d’avantages pour nous enseigner les contraintes et le contrôle de la violence en temps de paix. Sont-ils les mêmes procédés que ceux utilisés par l’armée afin de pousser nos soldats adolescents enrôlés au Vietnam  à tuer la population civile de cette nation ?

Les trois principaux processus psychologiques à l’œuvre pour permettre la violence est un conditionnement classique (le chien de Pavlov), un conditionnement opérant (à la B. F. Skinner et ses rats), et l’observation et l’imitation des modèles de comportements par procuration/imitation dans l’apprentissage social.

Grace à une sorte d’Orange Mécanique inversé (un film franchement dégueulasse et MK Ultra), imprimant chez l’adolescent un conditionnement classique par le biais des salles de cinéma à travers le pays, car en regardant les films de la télévision à la maison, ils voient des souffrances détaillées et horribles et le meurtre d’êtres humains, et ils apprennent à associer « tuer et souffrir » avec les divertissements, leur plaisir, leurs boissons gazeuses favorites, leur barre chocolatée préférée, et tout cela dans le contact étroit et intime de leur relations personnelles.

La condition opérante de tir sur des cibles escamotables et de la rétroaction immédiate (feedback loop, récompense, résultat immédiat), et exactement comme l’entraînement des soldats moderne à l’art militaire, et cela se retrouvent dans les jeux vidéo interactifs que nos enfants jouent aujourd’hui. Mais alors que le vétéran du Vietnam adolescent a eu une programmation stimulant ses jugements discriminateurs pour s’assurer qu’il n’a tiré que sous l’autorité de l’autorité, les adolescents qui jouent à ces jeux vidéo n’ont pas de telles mécanismes de contrôle intégrés dans leur conditionnement.

Enfin, l’apprentissage (conditionnement) social est utilisé sur les enfants qui apprennent, observent et imitent un tout nouveau domaine de rôles et comportements dynamiques, comme Freddy et Jason, dans les interminables séries de films Vendredi 13 et Cauchemar sur Elm Street, perpétrant ainsi une foule d’horreurs commises par ces assassins sadiques (MK Ultra).

Même les héros les plus classiques, tels que les archétypes d’un détective de police respectueux des lois, sont aujourd’hui dépeint comme des justiciers meurtrier et instables qui opèrent en marge de la loi. Il y a d’autres facteurs en jeu. Il s’agit d’un système complexe et interactif qui inclut tous les facteurs qui permettent de tuer au combat.

Les chefs de gangs et les membres de gangs exigent des meurtres violents, voire mortels, et cela aide à la confusion de la responsabilité individuelle ; et l’affiliation en tant que membre de gang, la coupure des liens familiaux et religieux, le racisme, les différences de classe, et la facilité de trouver des armes contribuent à la distance émotionnelle entre le tueur et la victime. Si nous regardons de nouveau notre modèle de facteurs favorables au meurtre et qu’on l’applique au meurtre civil, nous pouvons voir comment tous ces facteurs ont contribué à l’assassinat de civils pour permettre ainsi la violence aux US.

Tous ces facteurs sont importants. Drogues, gangs, pauvreté, racisme, et armes à feu sont tous des ingrédients essentiels dans ce processus qui a abouti à la montée en flèche des taux de violence dans notre société. Mais la drogue a toujours été un problème principal, les drogues (alcool, etc.) ont toujours été présentes au combat. Les gangs (mafia) ont toujours été présents, tout comme le combat a toujours eu lieu dans des unités organisées. Pauvreté et racisme ont toujours fait partie de notre société, tout comme la propagande, les divisions de classe et le racisme ont toujours été manipulé pour engendrer le combat. Et les armes à feu ont toujours été présentes dans la société américaine, comme ils l’ont toujours été dans les guerres américaines.

Dans les années 1950 et 1960, les élèves ont apporté des couteaux à l’école secondaire, alors qu’aujourd’hui, ils amènent des calibres 22. Mais ces calibres 22 ont toujours été présents à la maison. Et bien qu’il y ait de nouvelles technologies d’armement disponible, un quart d’heure avec une scie à métaux transformera un fusil de chasse à double canon en un pistolet, un pistolet tout aussi efficace à bout portant comme n’importe quelle arme dans le monde aujourd’hui – c’était vrai, il y a cent ans, et c’est toujours vrai aujourd’hui.

Au Vietnam, le processus systématique de désensibilisation, de conditionnement, et d’entraînement a augmenté le nombre de tirs individuels à partir de la 2ème guerre mondiale, alors de 15 à 20%, pour atteindre un sommet inégalé de 95% au Vietnam.

Aujourd’hui, un processus similaire de désensibilisation systématique, de conditionnement, et d’apprentissage par procuration/imitation déclenche une épidémie de violence aux US. Les mêmes outils qui ont plus que quadruplé la cadence de tir au Vietnam sont maintenant largement utilisés par notre population civile. Le personnel militaire commence à peine à comprendre et à accepter ce qu’ils ont fait à eux-mêmes et à leurs hommes. Si nous n’avons pas de principe de réserve quant à l’utilisation par les militaires de ces mécanismes qui assurent la survie et le succès de nos soldats au combat, alors comment ne pas s’inquiéter de l’indifférence aveugle de l’application des mêmes processus aux enfants de notre nation ?

Les facteurs entraînant le meurtre: demande/respect d’autorité ou commande supérieur, distance à la victime, attractivité de la victime/cible, un groupe qui pardonnera le meurtre.

Chapitre 2: Désensibilisation et le chien de Pavlov au cinéma.

J’ai crié « tue, tue » jusqu’à en avoir la voix cassée. On l’a crié quand on s’est fiancés à la baïonnette et au corps à corps. Et puis on a chanté à ce sujet pendant que nous marchions. « Je veux être un ranger aéroporté… Je veux tuer du Viêt-congs. » J’avais arrêté de chasser quand j’étais jeune à seize ans. J’avais blessé un écureuil. Il m’a regardé avec ses grands yeux, les yeux doux et bruns; et je l’ai mis hors de sa misère. J’ai nettoyé mon arme et ne l’ais jamais ressorti depuis. En 1969, j’ai été appelé et j’étais très… incertain au sujet de la guerre. Je n’avais rien contre les Viêt-congs. Mais à la fin de l’entraînement de base, j’étais prêt à les tuer.

-Jack, vétéran du Vietnam –

Conditionnement classique dans l’armée.

L’une des révélations les plus remarquables du livre de Watson « War on Mind«  est son rapport sur les techniques de conditionnement utilisées par les États-Unis et le gouvernement pour former des assassins. En 1975, le Dr Narut, un membre de la marine américaine, un psychiatre avec le grade de commandant, (programmeur d’assassins) a parlé de ces techniques à Watson qu’il développait pour le gouvernement américain et dans lequel le conditionnement classique et la méthodologie d’apprentissage social étaient en cours d’élaboration et utilisé pour permettre aux soldats de vaincre leur résistance à tuer. La méthode utilisée, selon Narut, était d’exposer les sujets à la « modélisation symbolique » impliquant des films spécialement conçu pour montrer des personnes tuées ou blessées de manière violente.

En s’acclimatant à travers ces films, les hommes étaient supposés être en mesure de dissocier leurs émotions de ce genre de choses. et situations. Narut poursuivit : « On enseignait aux hommes à tirer avec un type spécial de formation ‘Orange Mécanique pour étouffer n’importe quel scrupule qu’ils auraient pu avoir à tuer. On montre aux hommes une série de ses films horribles qui deviennent de plus en plus horribles. Le stagiaire est forcé de regarder en se faisant boulonner la tête dans un collier de serrage pour qu’il ne puisse pas s’en détourner, et un dispositif spécial garde ses paupières ouvertes ». En termes psychologiques, cette réduction de la résistance, pas à pas, est une forme de conditionnement classique (pavlovien) appelée désensibilisation systématique.

Dans Orange Mécanique, un tel conditionnement a été utilisé pour développer un aversion à la violence par l’administration d’une drogue qui cause de la répulsion pendant que les films violents étaient projetés, jusqu’à ce que la révulsion devienne associés à des actes de violence.(Afin de punir et reconditionner le psychopathe).

Dans le monde réel du commandant Narut: les médicaments qui causent la nausée ont été laissés de côté, et ceux qui ont eu la chance de surmonter leur répulsion naturelle ont été récompensés, obtenant ainsi l’effet inverse de celui décrit dans Le film de Kubrick. (la violence n’est plus répulsive). Le gouvernement américain nie l’hypothèse du commandant Narut mais Watson prétend qu’il a réussi à obtenir des informations par une  corroboration extérieure d’un individu qui a déclaré que le commandant Narut lui avait commandé des films violents et par la suite cela a été publié dans le London Times.

Le paracétamol bloque la zone empathie du cerveau!

« Le paracétamol est le médicament le plus prescrit en France (et dans le monde), et même la base des trois médicaments les plus prescrits (noms commerciaux : Doliprane, Dafalgan, Efferalgan), qui totalisent plus de 260 millions de doses ». Donc non seulement les gens s’en foutent de toi mais tu t’en fous d’eux!

Rappelez-vous que la désensibilisation est un aspect vital du meurtre et de l’habilitation des techniques utilisées dans les programmes modernes d’entraînement au combat. L’expérience racontée par Jack au début de cette section est la suivante; un échantillon de la désensibilisation et de la glorification de la mise à mort qui a eu pour effet de faire de plus en plus partie de l’entraînement au combat.

En 1974, pendant la formation de base, nous avons chanté beaucoup de chants de ce genre. Une qui était seulement un peu plus extrême que la majorité était un chant partant comme ceci (avec un cri à chaque fois que le pied gauche touchait le sol) :

I wanna
RAPE,
KILL,
PILLAGE’n’
BURN, annnnn’
EAT dead
BAAA-bies,
Iwanna
RAPE,
KILL . . .

Je veux
VIOLER,
TUER,
PILLER
BRÛLER, annnnn’
MANGER du
BÉBÉÉÉÉ mort
Jveux
VIOLER,
TUER . . .

(Chanson Mickey House dans Full Metal Jacket)

Nos militaires ne tolèrent plus ce genre de désensibilisation, mais pendant des décennies, c’était un mécanisme clé de désensibilisation et d’endoctrinement des adolescents de sexe masculin dans un culte de la violence dans leur entraînement de base. (Culte-ure populaire…). Les genres d’idées à la con utilisées pendant les guerres

Le conditionnement classique au cinéma

Si nous pensons que les techniques du commandant Narut pouvaient marcher, et si nous sommes horrifiés à l’idée que le gouvernement  américain puisse même… envisager de faire une telle chose à nos soldats, alors pourquoi autorisons-nous le même processus pour des millions d’enfants à travers le pays ?

Car c’est ce que nous faisons lorsque nous permettons, de plus en plus, à ce genre de représentations vivantes de la souffrance et de la violence d’être montrées comme un divertissement à nos enfants. Cela commence innocemment par des dessins animés (Tom&Jerry ou voir en bas Avenger) et se poursuit par la suite avec d’innombrables autres milliers d’actes de violence dépeints à la télévision avec lesquels l’enfant grandit; et pour le culte de la ruée vers les pics d’audimats, qui ne cesse d’augmenter le seuil de violence à la télé.

Lorsque les enfants atteignent un certain âge, ils ont alors commencer à regarder des films avec un degré de violence suffisant pour arriver à la programmation PG-13 (moins de 13 ans) en raison de brefs aperçus de sang qui gicle, d’un membre sectionné, ou des blessures par balle. Puis les parents, par l’intermédiaire de négligence ou décision consciente, commencer à permettre à l’enfant de regarder des films classés R en raison de représentations vivantes de couteaux pénétrant et saillant des corps (voir extrait Avenger à la fin), de longues taches de sang jaillissant de la plaie coupée des membres, des balles qui déchirent les corps et explosent dans le dos dans des averses de sang et de cervelle.

Enfin, notre société dit que les jeunes adolescents, à l’âge de 17 ans, peuvent légalement regarder ces films classés R (bien que la plupart d’entre eux ont déjà une bonne expérience avec cela), et à dix-huit ans, ils peuvent regarder les films qui ont une classification encore plus élevée que R. Ce sont des films où l’escroquerie oculaire est souvent le moindre des délits (XXX). Et ainsi, à cet âge malléable de dix-sept et dix-huit ans, qui est l’âge auquel l’enrôlement dans les armées a traditionnellement commencé… le jeune soldat est enrôlé dans l’affaire du meurtre, et est déjà systématiquement désensibilisés dès l’enfance, ils prennent le bon coup final de l’endoctrinement final au culte de la violence, en passant à l’action.

Les Adolescents et Adultes se saturent des plus affreux et de plus en plus d’horribles « divertissements », dont les antihéros – comme Hannibal le Cannibale, Jason et Freddy – sont des malades mentaux incontestables et des sociopathes criminels. Ils n’ont rien en commun avec l’exotisme, l’ésotérisme et l’incompréhension des méchants tel Frankenstein et du Loup-Garou, d’une génération antérieure aux films d’horreur. Dans les vieilles histoires d’horreur et des films d’horreur étaient certes très réels mais… les peurs subconscientes étaient symbolisées par des monstres mythiques mais irréels, comme Dracula, puis exorcisé exotiquement, par exemple par un pieu à travers le cœur mais jamais gore (guerre) et graphique.

Dans l’horreur contemporaine, la terreur est personnifiée par des personnages qui ressemblent à notre voisin d’à côté, même notre Docteur. Un Fait important est que, Hannibal le Cannibale, Jason, et Freddy ne sont pas tués, et encore moins exorcisés ; ils reviennent sans cesse.

Même dans les films où le tueur n’est pas un sociopathe, la formule commune est de valider les actes violents de vengeance en commençant le film par une représentation vivante du méchant en train de perpétrer des actes horribles sur des innocents. Ces victimes sont généralement liées au héros, ce qui justifie les actes d’autodéfense qui en suivront (et qui ont été montrés de façon frappante).

Notre société a trouvé une recette puissante pour manufacturer le meurtre à toute une génération d’Américains. Les Producteurs, les réalisateurs et les comédiens sont largement récompensés pour la création de films les plus violents et les plus horribles que l’on puisse imaginer, des films où les coups de couteau, les coups de feu, les abus et la torture d’hommes, de femmes et d’enfants innocents sont représentés de manière très détaillée. Ces films sont à la fois divertissants et violents fournissant en même temps aux téléspectateurs (habituellement) adolescents des bonbons, des boissons gazeuses, et le moyen de se réunir en groupes pour construire le contact physique intime d’un petit ami, d’une petite amie ou d’ami(e)s. Alors comprenez que ces téléspectateurs adolescents vont apprendre à associer ces récompenses à ce qu’ils regardent.

Discuter de ces films et de ce processus dans les cours de psychologie à West Point, j’ai demandé à plusieurs reprises à mes étudiants comment le public réagit quand le méchant assassine une jeune victime innocente d’une manière particulièrement horrible. Encore et encore, leur réponse est toujours la même: « Le public applaudit ».

La société est dans un état de déni quant à la nature nuisible de ce phénomène, mais en termes d’efficacité, de qualité et de portée, elle rend les maigres efforts d’Orange Mécanique et du gouvernement américain en pâle en comparaison. Nous faisons un meilleur travail de désensibilisation et de conditionner à tuer sur nos citoyens plus que toute autre Commandant. Narut en a toujours rêvé.

Si notre objectif clair était d’élever et de programmer une génération d’assassins et de tueurs sans aucun garde-fou d’une quelconque autorité, ni par la nature de la victime, alors il est difficile d’imaginer comment nous pourrions faire un meilleur travail.

Dans les magasins de vidéo, la section d’horreur affiche les seins nus de façon répétée (souvent avec du sang qui coule à flots), les orbites béantes, et des corps mutilés. Les films classés X avec des couvertures attractives généralement et ne sont pas visibles dans les magasins et, quand ils le sont, ils sont dans des magasins spécialisés, ou dans la section ou la pièce réservée aux adultes. Mais les vidéos d’horreur sont affichées pour chaque enfant à voir.

Ici, les seins sont tabous s’ils sont sur une femme vivante, mais autorisé sur un cadavre mutilé ?

Où avons-nous perdu ce sens de la bienséance à l’égard de la dignité de la mort ? Comment sommes-nous devenus si endurcis ?

La réponse à cette question est que, en tant que société, nous sommes devenus systématiquement désensibilisé à la douleur et à la souffrance des autres. Nous pouvons croire que les tabloïds et la TV nous font croire que nous sommes excessivement conscients de la souffrance des autres puisqu’ils répandent l’histoire de victimes. Mais la réalité, c’est qu’ils nous désensibilisent et nous banalisent ces faits, car chaque année, ils doivent en trouver de plus en plus, trouver des histoires bizarres pour satisfaire un public de plus en plus blasé. Nous en sommes au stade de la désensibilisation où le fait d’infliger de la douleur et de la souffrance est devenue une source de divertissement  (voir expériences de Milgram ou Fort Boyard 😉 ) : le plaisir d’autrui plutôt que la répulsion. Nous apprenons à tuer, et nous apprenons à aimer ça.

Chapitre 3

Conditionner les tueurs dans l’armée

Le conditionnement opérant est une forme d’apprentissage supérieure à l’apprentissage classique du conditionnement. Il a été mis au point par B. F. Skinner et est en général associés à des expériences d’apprentissage sur des pigeons et des rats. L’image traditionnelle d’un rat dans une boîte Skinner, apprenant à presser un bouton afin d’obtenir des granulés alimentaires, provient de la recherche de Skinner. Skinner rejeta les théories freudiennes et humanistes de l’histoire de l’humanité et le développement de la personnalité et a soutenu que tout comportement est le résultat de les récompenses et les punitions passées.

Pour B. F. Skinner, l’enfant est un enfant tabula rasa, une « ardoise blanche », qui peut être transformée en n’importe quoi à condition qu’un contrôle suffisant de l’environnement de l’enfant soit mis en place à un âge assez précoce.

Au lieu de tirer sur une cible en plein dans le mille, le soldat moderne tire sur des silhouettes en forme d’homme qui apparaissent pendant de brèves périodes de temps à l’intérieur d’un couloir de tir désigné. Les soldats apprennent qu’ils ont seulement une brève seconde pour engager la cible, et s’ils le font correctement leur comportement est immédiatement renforcé lorsque la cible tombe. S’il abat suffisamment de cibles, le soldat obtient un bon score de précision et en général un laissez-passer de trois jours. De cette manière, l’entraînement sur les champs de tir entraîne une réponse automatique et conditionnée, appelée automaticité, et le soldat devient alors conditionné pour répondre au stimulus approprié de la manière souhaitée. Ce processus peut sembler simple, élémentaire et évident, mais il y a, preuves à l’appui, qu’il s’agit de l’un des éléments clés d’une méthodologie qui a fait passer la cadence de tir de 15 à 20 % pendant la Seconde Guerre mondiale à 90 à 95% au Vietnam.

Conditionnement à la salle de jeux vidéo

Dans les salles de jeux vidéo, les enfants ont la mâchoire relâchée, derrière une mitrailleuse, avec l’intention de tirer sur des cibles électroniques qui apparaissent sur le champ de tir de l’écran vidéo. Quand ils appuient sur la gâchette, l’arme s’enclenche dans leur main, des coups de feu retentissent, et quand ils frappent « l’ennemi », celui-ci tombe au sol, souvent avec des morceaux de chair volants dans les airs.

La distinction importante entre le processus d’autorisation de la mise à mort qui se produit dans les salles de jeux vidéo et celle de l’armée, c’est que le sujet/objet qui est axé sur le soldat ennemi, est sous Autorité et commande. Et Pourtant malgré ce garde fou, le danger de futurs massacres de My Lai parmi les soldats issus d’une population aussi violente n’est pas écarté, et comme nous l’avons vu dans la section « Tuer et atrocités » les forces armées américaines prennent d’importantes mesures de contrôle pour limiter et canaliser la violence de leurs troupes dans les conflits futurs. Les jeux vidéo avec lesquels nos enfants s’entraînent au combat n’ont aucune sanction réelle pour avoir tiré sur la mauvaise cible.

extrait Wiki:

« Le massacre de Mỹ Lai qui a fait entre 347 et 504 morts civils dans la république du Viêt Nam (Viêt Nam du Sud) le 16 mars 1968. Les victimes sont des hommes, des femmes, des enfants et des nourrissons. Certaines femmes sont violées en groupe et leurs corps mutilés.

Vingt-six soldats américains sont accusés pénalement, mais seul le second lieutenant William Calley, chef de peloton dans la compagnie C, est reconnu coupable de la mort de 22 villageois. Il est condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité, mais il purgea seulement trois ans et demi en résidence surveillée.

Colin Powell, chef adjoint du personnel des opérations de la division et alors âgé de 31 ans, est chargé d’enquêter sur la lettre, qui ne se réfère pas spécifiquement à Mỹ Lai, car Glen a une connaissance limitée de ces événements précis. Dans son rapport, Powell écrit : « Dans la réfutation directe de cette représentation, […] relations entre les soldats de la Division Americal et le peuple vietnamien sont excellents ». La manipulation de Powell est ensuite caractérisée par certains observateurs comme un « blanchiment » des atrocités de Mỹ Lai ».

Quand je parle de violence dans les jeux vidéos, c’est pas ceux où le joueur tue des créatures en leur faisant sauter la tête. Je ne parle pas non plus de jeux où tu manœuvres des épées et des flèches pour vaincre des monstres. La frontière se trouve dans la violence des jeux où vous utilisez un joystick pour manœuvrer un viseur autour de l’écran pour tuer les gangsters qui surgissent et  leur tirer dessus. Le genre de jeux qui permettent très certainement la violence sont ceux dans lesquelles vous tenez une arme dans laquelle vous avez réellement votre main et tirez sur des cibles en forme d’humain sur l’écran. Ces types de jeux peuvent être joués à la maison, mais vous les voyez généralement dans les salles de jeux vidéo.

Il existe une relation directe entre le réalisme et le degré de réalisme de la violence, et les plus réalistes d’entre eux sont les jeux où les têtes s’envolent  et éclatent quand vous tirez sur l’ennemi. Un autre type de jeu, très différent, à la mode occidental, et que vous vous tenez devant un écran vidéo géant et tirez avec un pistolet sur des images filmées de « hors-la-loi » telles qu’elles apparaissent à l’écran. Ceci est identique au programme d’entraînement au « tir-tir pas »  ou « shoot-no shoot » conçu par le FBI; et utilisé par les services de police de tout le pays pour former des agents de police et permettre aux policiers de tirer avec leurs armes.

Le programme  » shoot-no shoot  » a été lancé il y a près de vingt ans, en réponse à l’escalade de la violence dans notre société, qui a entraîné une augmentation du nombre de décès chez les agents de police qui hésitaient à tirer dans une situation de combat réelle. Et, bien sûr, nous le reconnaissons comme une autre forme de conditionnement opérant qui a permis de réussir à sauver la vie des agents des forces de l’ordre et des passants innocents; puisque l’agent fait face à des sanctions sévères s’il tire dans des circonstances inappropriées.

Ainsi, le programme  » shoot-no shoot  » a servi avec succès à la fois à activer et à limiter la violence parmi les officiers de police. Mais son équivalent d’arcade vidéo n’a pas de de telles sanctions pour limiter la violence. Il ne fait que la permettre. Le pire est encore à venir. Tout comme les films sont devenus successivement plus réalistes dans leur représentation de la violence et de la mort, il en est de même pour les jeux vidéo. Nous entrons maintenant dans l’ère de la réalité virtuelle, dans laquelle vous portez un casque muni d’un écran vidéo avant d’entrer en contact avec la réalité par vos yeux. Lorsque vous tournez la tête, l’écran change comme si vous étiez dans le monde de la vidéo. Tu tiens une arme dans ta main et tu tires sur les ennemis qui surgissent autour de toi, et si tu tiens une épée, tu coupes et trucides tes ennemis autour de toi.

Alvin Toffler, auteur de Future Shock, dit : « Cette manipulation de la réalité peut nous fournir des jeux passionnants et du divertissement, mais il ne se substituera pas à une réalité virtuelle, mais à une pseudo-réalité, si subtilement trompeuses au point d’accroître le niveau de suspicion et d’incrédulité du public au-delà de ce que toute société peut tolérer. » Cette nouvelle « pseudo réalité » permettra de répliquer toute la violence de l’histoire de l’humanité et des films violents populaires, sauf que maintenant c’est vous qui êtes populaire (Ready Player One), la star, le tueur, le tueur de milliers de personnes.

Par le conditionnement opérant, B. F. Skinner a soutenu qu’il pouvait transformer n’importe quel enfant en ce qu’il voulait. Au Vietnam, les les forces armées des États-Unis ont démontré que Skinner avait au moins partiellement raison en utilisant avec succès le conditionnement opérant pour transformer les adolescents en une force de combat la plus efficace que le monde ait jamais vue. Et L’Amérique semble vouloir utiliser la méthodologie de Skinner afin de nous transformer en une société extraordinairement violente. (plus tu violes la loi, plus ils font de l’argent).

Chapitre 4 L’apprentissage social et les modèles sociaux dans les médias

Le camp d’entraînement de base a été conçu pour effacer les concepts et les croyances passés de la nouvelle recrue, afin de saper ses valeurs civiles, et de changer sa conception de soi – en le soumettant entièrement à l’influence du système militaire.
– Ben Shalit – The Psychology of Conflict and Combat

Le conditionnement classique (Pavlovien) peut se faire avec des vers de terre, et le conditionnement opératoire (Skinnerien) peut être effectué sur des rats et des pigeons. Mais il y a un troisième niveau d’apprentissage qui ne peut se faire seulement que sur les primates et les humains, et c’est ce qu’on appelle l’apprentissage social. (singerie).

Ce troisième niveau d’apprentissage, dans sa forme la plus puissante, s’articule autour des éléments suivants mais principalement autour de l’observation et de l’imitation d’un modèle de comportement. Contrairement au conditionnement opérant, dans l’apprentissage social, il n’est pas essentiel que l’apprenti soit directement renforcé pour apprendre. Ce qui est important dans l’apprentissage social, c’est de comprendre les caractéristiques qui peuvent mener à la sélection d’une personne en particulier comme modèle social. Les processus qui font d’une personne un modèle désirable sont les suivants :

  • Renforcement par procuration/imitation. Vous voyez que le modèle est renforcé d’une manière que vous pouvez expérimenter par procuration/imitation. (porter les mecs fringues, parfums..)
  • Similitude avec l’apprenti. Vous avez l’impression que le modèle a un trait clé qui le rend semblable à vous. (le même degré de connerie!).
  • Le pouvoir social. Le modèle a le pouvoir de récompenser (mais il ne le fait pas nécessairement). (il peut te choisir sur Twitter).
  • L’envie du statut. Vous enviez les récompenses que le modèle reçoit de la part des autres. (la pute parfaite servant le système).

Une analyse de ces processus peut nous aider à comprendre le rôle du sergent instructeur en tant que modèle en matière de violence dans l’entraînement militaire, et cela nous permet de comprendre pourquoi un nouveau type de violence est si populaire chez la jeunesse américaine.

La violence, le modèle du sergent instructeur dans la formation de base

A partir de maintenant, je serai ta mère, ton père, ta sœur, et ton frère. Je serai ton meilleur ami et ton pire ennemi. Je serai là pour te réveiller le matin, et je serai là pour te border la nuit. Tu sauteras quand je dirai « grenouille » et quand je dirai « s………….. », votre seule question sera : « Quelle couleur. » EST-CE CLAIR ?

– Sergent instructeur G., Fort Ord, Californie, 1974

(Bande Annonce VO illustrant le rôle modèle du Sergent Instructeur)

(Bande Annonce en Français)

[Tu vas comprendre en regardant Full Metal Jacket (eh oui, encore du Lubrick Kubrick…). Né Pour Tuer]
[Ceci est aussi un Full Metal Racket]

Full Metal Racket! Un jeu de Cour(t)(se) bien réel.

Les armées du monde ont depuis longtemps compris le rôle  sociale d’apprendre à développer l’agressivité chez leurs soldats. Afin de parfaire leur formation/entraînement de base, leur instrument de travail est le sergent instructeur ou Drill Sergeant (sert gens). Le sergent instructeur est un modèle. Il est le modèle ultime. Il est soigneusement sélectionné, et formé et prêt à être le modèle à suivre, celui qui inculquera les valeurs du soldat d’agressivité et d’obéissance. Il est aussi la raison pour laquelle les militaires ont toujours été un facteur positif pour les jeunes des pays des milieux délinquants ou défavorisés. (Le père patrie… patriarche… Patrie Archon)

La leçon que le sergent instructeur enseigne est que l’agression physique est l’essence même de la virilité et que la violence est un moyen efficace d’améliorer la qualité de vie et souhaitable pour les problèmes auxquels le soldat sera confronté sur le champ de bataille. Mais il est très important de comprendre que le sergent instructeur enseigne aussi l’obéissance. Tout au long de l’entraînement et de l’exercice, le sergent ne tolérera pas un seul coup ou un seul coup de feu exécuté sans ordre, et même de pointer une arme vide dans le mauvais sens ou de lever le poing au mauvais moment mérite la plus dur des punitions. Aucune nation ne tolérera des soldats qui n’obéissent pas aux ordres sur le champ de bataille, et le défaut d’obéissance aux ordres au combat est la voie la plus sûre vers la défaite et la destruction. Il s’agit d’un processus vieux de plusieurs siècles, peut-être de plusieurs millénaires, qui est essentiels pour assurer la survie de nos soldats et leur obéissance au combat. (la survie de la Guerre et de l’État Commandant)…

A l’époque du Vietnam, le sergent instructeur communiqua une glorification du meurtre et de la violence d’une intensité jamais vue auparavant. Nous l’avons fait intentionnellement. Nous l’avons fait de façon calculée. Et aussi longtemps que nous pourrons, nous devrons continuer à fournir des modèles appropriés à nos forces armées si nous voulons que nos fils et nos filles survivent sur les futurs champs de bataille.

La drogue dans le MK-Ultra (Guerres sur ordonnance) France 3 – Février 2017#

Documentaire en anglais sur l’expérimentation sur la population aux USA: « HUMAN RESOURCES Social Engineering In The 20th Century » (attention, peut-être choquant).

Les modèles, les films et un nouveau genre de héros

Si une telle « manipulation de l’esprit des adolescents impressionnables » est un mal nécessaire, accepté seulement à contrecœur et avec réserve pour les soldats de combat, que devrions-nous penser de son caractère indiscriminé sur les adolescents civils de cette nation ?

Car c’est ce que nous faisons par le biais des modèles qui nous sont fournis par l’industrie du divertissement aujourd’hui. Mais pendant que le sergent instructeur enseigne et modèle l’agressivité dans l’obéissance à la loi et à l’autorité, l’agressivité enseignée par les nouveaux modèles d’Hollywood est débridée de toute obéissance à la loi. Et pendant que le sergent instructeur a un impact ponctuel profond, l’effet cumulé d’une vie entière de conditionnement des médias pourrait très bien être encore plus grande que celle du sergent instructeur.

== reportage Arte ==

https://www.arte.tv/fr/videos/030273-697-A/arte-reportage/ (débute vers 26 mins)… incroyable! Ou Téléchargez ici 187Mo (OneDrive).

Reportage sur l’Armée américaine qui enseigne le civisme dans 3000 collèges aux USA, pendant 4 ans, l’option armée, va enseigner le programme du Pentagone…

USA : LES PETITS SOLDATS DE L’AMÉRIQUE

L’armée américaine, présente dans cent quarante six pays à travers le monde, doit convaincre chaque année quatre-vingt mille jeunes de rejoindre ses rangs. Pour susciter les vocations, faute de service militaire, elle a mis en place dans plus de trois mille établissements scolaires publics un programme de réserves militaires juniors, destiné à cinq-cent mille enfants de 14 à 18 ans. Ils portent l’uniforme , leurs cours d’éducation physique sont remplacés par des cours d’histoire des forces armées, d’instruction civique, de discipline, de préparation physique, voire de maniement des armes, dispensés par des militaires à la retraite. Le programme cible en priorité les lycées de banlieues défavorisées et les jeunes issus des minorités, auxquels l’armée promet une éducation gratuite. Il est financé par le Pentagone -plusieurs centaines de millions de dollars-, officiellement pour contribuer au “développement de la jeunesse”.

=======

On sait depuis longtemps que les films peuvent avoir un côté négatif sur une société par le biais de ce processus de modélisation des rôles. Par exemple, le film Birth of a Nation ou Naissance d’un Nation (naissance du nazisme 😉 ) a été largement et plausiblement crédité pour la renaissance du Ku Klux Klan (voir docu Hollywood). Mais en général, tout au long de son âge d’or, Hollywood a intuitivement compris ce mal et essaya toujours d’agir de façon responsable en fournissant des modèles positifs pour la société. Dans les films de guerre, les westerns et les films policiers du passé, les héros sont tués uniquement sous l’autorité de la loi. Sinon, ils sont punis.

En fin de compte, le méchant n’a jamais été récompensé pour sa violence, et il a toujours reçu justice pour ses crimes. Le message était simple : Aucun homme n’est au-dessus de la loi, et le crime ne paie pas, et pour que la violence soit acceptable, elle doit être guidés par les contraintes de la loi. Le héros a été récompensé pour être obéissant à la loi en canalisant son désir de vengeance à travers l’autorité de la loi. Le spectateur s’identifiait au héros et sa morale était renforcée par procuration/imitation chaque fois que le héros l’était. Et les spectateurs quittaient le ciné en se sentant bien dans leur peau par l’existence d’un monde juste et légal.

(Depuis le départ Hollywood et Disney, bras armé de la propagande de l’Armée et de la Guerre, ont toujours détourné ces archétypes et stéréotypes pour enrôler et rouler dans la farine et dans le sang le citoyen de base… censure ou pas censure).

Mais aujourd’hui, il y a un nouveau genre de héros dans les films, un héros qui… opère en marge de la loi. La vengeance est beaucoup plus vieille, plus sombre, et plus primitif que le Droit, et ces nouveaux concepts d’anti-héros sont dépeints comme étant motivés et récompensés pour leur l’obéissance aux dieux de la vengeance plutôt qu’à ceux de la loi.

Un des fruits de ce nouveau culte de la vengeance dans la société américaine peut être vu dans l’attentat d’Oklahoma City, et si nous regardons dans le miroir fourni par l’écran de télévision, le reflet que nous voyons est celle d’une nation qui régresse d’une société de droit à une société de droit à la violence, aux justiciers et à la vengeance.

DIRTY HARRY, Clint Eastwood, 1971, quelques années de plus et pis t’as Grand Torino…

Et si l’Amérique a une force de police qui semble incapable de contraindre sa violence, et une population qui (après avoir vu la cassette vidéo de Rodney King et la police de Los Angeles) a appris à craindre ses forces de police, alors la raison peut être trouvée dans l’industrie du divertissement. Regardez les modèles, regardez les archétypes avec lesquels les officiers de police ont grandi: Dirty Harry ou l’Inspecteur Harry de Clint Eastwood est devenu l’homme de la situation, un archétype pour une nouvelle génération de policiers qui n’étaient pas des agents de police contraint par la loi, et quand la nouvelle race de flics d’Hollywood a été récompensé pour avoir placé la vengeance au-dessus de la loi, le public a également été récompensé par procuration/imitation pour ce même comportement. Nourrissant leur public d’un flux constant de renforcement par procuration/imitation à travers de tels modèles vengeurs sans loi, ces films ont préparé notre société à l’acceptation de modèles véritablement sociopathes.

L’essence de cette nouvelle marque de modèle est une personne brutale et généralement surnaturellement habilitée, un(e) meurtrièr(e) qui est dépeint comme un meurtrier torturant et assassinant des victimes innocentes.

Josey Wales, Hors-la-loi

Dans ces films, il n’y a généralement pas de véritable tentative de peindre les victimes comme des criminels ; il est généralement acceptable de justifier leur mort bien méritée en raison du snobisme ou des comportements déviants et autres difficultés sociales qu’ils ont infligé à d’autres (comme dans le film d’horreur classique Carrie, qui en a engendré des douzaines d’autres, coulées dans le même moule) ou en raison de leur appartenance à un groupe social ou à une classe sociale tenue en mépris par la majorité du public cible des jeunes. Dans ces films, les sentiments des téléspectateurs sont renforcés par la mort par procuration des personnes qui les snobent socialement ou autrement  » manque de respect » (ils ont montrées un manque de respect à leur égard). Et, dans la vraie vie, les jeunes et les gangs de jeunes escaladent la violence car ils apprennent à prendre la justice entre leurs propres mains et à la rendre à ceux qui « leur manquent de respect ».

À un niveau inférieur, il y a les modèles par procuration qui tuent sans même le besoin d’une justification apparente quelle qu’elle soit. Après avoir a été désensibilisé par les types de films décrits ci-dessus, une partie de notre population est alors prête à accepter des modèles de comportement qui tuent sans raison. Le renforcement par procuration ici n’est même pas une vengeance pour de prétendues doléances sociales, mais simplement le massacre et la souffrance par eux-mêmes et, en fin de compte, pour obtenir du pouvoir.

Remarquez l’enchaînement de cette spirale descendante du rôle de ces modèles. Nous avons commencé par ceux qui ont tué dans les limites des contraintes de la loi. À un moment donné, nous avons commencé à accepter un rôle (un modèle) qui  » devaient  » sortir de la légalité pour tuer des criminels qui nous savons « méritait de mourir », puis des modèles (de comportements) par procuration/imitation qui ont tué en guise de représailles simplement à cause des tensions sociales dans la vie des adolescents, et finalement pour des modèles de comportement qui tuent sans provocation ni but.

À chaque étape du processus, nous avons été renforcés par procuration par l’accomplissement de nos fantasmes les plus sombres. Ce nouveau type de rôle a aussi un pouvoir social : le pouvoir de faire tout ce qu’ils veulent dans une société dépeinte comme mauvaise et méritant d’être punie. Ces modèles transcendent et transgressent les règles de la société, ce qui se traduit par le plus grand succès en leur conférant leur  » statut  » envié par toute ou une partie de la société qui en est arrivée à adorer cette nouvelle race de célébrités. Et bien sûr, nous avons observé une similitude de l’apprentissage de la rage véhiculée par ces modèles. Une rage ressentie par la plupart des êtres humains à l’égard des affres et des crimes perçus infligés sur eux par leur société, et qui est particulièrement intense pendant l’adolescence.

L’augmentation des divorces, des mères adolescentes et des familles monoparentales dans notre société a souvent été connotée et déplorée, mais des effets secondaires invisibles ont rendu les enfants encore plus sensibles à cette nouvelle race de rôle violent. Dans la famille nucléaire traditionnelle, il y a un père stable qui sert de modèle pour les jeunes garçons. Les garçons qui grandissent sans une figure masculine stable dans leur vie recherchent désespérément un modèle à suivre. Des modèles de rôle forts, puissants et de haut niveau tels que ceux qui sont offerts au cinéma et à la télévision comblent le vide dans leur des vies. Nous avons pris leurs pères et les avons remplacés par de nouveaux modèles dont la réponse à chaque situation est la violence. Et puis nous nous demandons pourquoi nos enfants sont devenus de plus en plus violent.

Pour l’histoire de ce qu’est la famille et la communauté et pourquoi il fallait le détruire voir ce documentaire sur le Habiter le Monde: Chili… (télécharger)

Le chemin de la ruine.

Et dans l’état de Nature, aucun art, aucunes lettres, aucune société ; et ce qui est pire que tout, la peur continuelle et le danger d’une mort violente ; et la vie de l’homme, solitaire, pauvre, méchante, brutale et courte.
Thomas HobbesLéviathan

« Mais le langage peut aussi induire en erreur et Hobbes met en garde contre quatre formes d’abus de langage : (1) flottement dans la signification des mots ; (2) emploi d’expressions métaphoriques ; (3) volonté de tromper ; (4) volonté de blesser« .

« Mais cette force vitale, l’Eros de Freud, est équilibrée par le Thanatos, la force de la mort. Et nous avons vu l’omniprésence et l’uniformité de cette bataille entre ces deux forces tout au long de l’histoire. Nous avons appris à permettre Thanatos. Nous savons comment enlever le mécanisme psychologique de sécurité des êtres humains aussi facilement que d’enlever la sécurité sur une arme. Nous devons comprendre ce qu’est cette sécurité psychologique, comment elle marche, et comment la remettre en place. C’est l’objectif de la killologie, et c’est le but de ce livre ». (Dernier paragraphe du livre).

Formation-Programmation

(Thanatos contre les A-vengeurs sur la chaîneaimant-les-enfant de Mickey)
(C’était un extrait d’une scène violente d’Avengeur où Iron Man se fait trucider, disponible sur Disney Channel Kids… qu’ils ont du supprimé!)

Quand les drones rendent les jeux vidéos réels, Armée et pilotes de dronesLes soldats qui utilisent des drones pour tuer recevront des leçons d’éthique par des aumôniers de l’armée. Les pilotes de drone démissionnent en nombre record: La combinaison d’un statut de classe inférieure dans l’armée, d’un surmenage professionnel et de traumatismes psychologiques semble avoir un impact mental sur les pilotes de drone. Les drones vont bientôt décider qui tuer, on sait que les robots tuent déjà, avec les premiers accident de voiture I.A. donc la règle numéro 1 que le robot ne doit pas tuer l’homme passe à la poubelle! (mais tout est dans les mots, leurs sens et leurs définitions!).

river tam etsy
River Tam caractère fétiche de Joss Whedon dans la série Firefly, le poster epitome ‘à la Buffy’ de la femme-enfant héroïne, machine à tuer… c’est la représentation de la Vierge Marie qui finalement tue ses enfants, des res/monstres-zombies de toute manière.

Héroïsation de modèles féminins forts: tel GI Jane, Buffy, Alias, Lara Croft, Xena et toutes les super-héros style Wonder Woman. Ces déesses bonasses irréelles et irréalisable comme rôle modèle, c’est la Princesse 2.0 car le Prince Charmant 2.0 super-héros irréalisable et inatteignable pour un simple Homme, c’est transformé en Roi des Idiots -2.0, une solution bien plus facile et une sou(s)mission acceptée par la TV et actée par les prostituées TV-réalité; car le virtuel est réalité et sa (per)vir-tue la réalité!

Ces femmes doivent être forte et doivent tout réussir, toute seule, et même devenir comme les hommes mais en mieux, froides et psychopathes… siliconées, hybridées, refaites et trans-augmentées, surtout dans les Mangas, l’influence des mensurations irréelles de la poupée Barbie est prouvée maintenant! (voir le casting de Battlestar Galactica, une programmation exceptionnelle!).

et toujours avec hérotisationtease… Tricia Helfer a.k.a. Numéro 6

Et ainsi Captain Marvel passe d’Homme à Femme…

Un Noble (de sang ignobilis) Héro… ou HER comme dans le trailer, HER est Hireling, à louer et dérive ‘mercenaire’ et ‘escorte’ donc une prostituée à louer… (une sauveuse à la Jésus-Marie) pour louer les saigneurs de la violence, de la programmation MK Ultron et Compagnies (de Guerre, Commerce, Esclavage, Trafic et Prostitution). Même les vieux ont le droit de se faire défoncer la tronche… toujours plus haut, plus fort, plus longtemps et plus supérieur…

En passant on voit la programmation étoile Nova/CIA chez Marvel? Mar=mer, Vel=voile et volonté. La volonté de la mer (amirauté) ou/et mère marie? De la revanche sur le père Thanos, violent/violeur/violée, la mort et l’exécution symbolique du Père Tout Puissant, le rôle modèle, aussi amant Prince Charmant 2.0 et Roi impuissant -2.0?

Car l’Homme est très loin de protéger la femme, ni même son image, il en est même très loin, (encore moins ses enfants, baby-sitter par TV/Tablette/AI) alors on cherche le pouvoir et la puissance du PN psychopathe et sociopathe, Général Pimp, un ersatz de Père et d’Homme. Un faux protecteur (protterore). Pour les enfants de la Patrie, on a le plus Grand Pimp, le Général Ultron (Macro)ⁿ. Tu comprends il faut un homme avec de la poigne… qui sait très très bien étranglé…

« Je suis le commencement, la fin, celui qui est nombreux. Je suis le Borg. »
— La reine Borg —

C’est donc le méchant qui devient héro et rôle modèle pour la petite amie, le super-zéro, comme dans Buffy (Angel, Spike, Ryan) qui se tape des Vampires et un super-soldat et ses potes des démons; (comme dans Twilight? que j’ai pas vu) et dans plein d’autres séries et de films (sorcières, vampires, démons, zombies, agent double/triple/quadruple, synthétiques, E.T… j’ai pas toute la culture lol). C’est de la Romance 2.0 ou nec-romance, qui a de gros airs de nécrophilie… magie noire, satanisme et compagnies (Harry Potter & Co). (FEMME FATALES: Comment les assassins de filles des cartels mexicains se baignent dans le sang de leurs victimes et ont des rapports sexuels avec leurs cadavres).

(pub ‘freedent‘ clairement de la nécromancie, franchement dégueu, d’ailleurs suffit d’écouter les récits de Fiona Barnett sur ce sujet)

Le Satanisme, la Magie Noire et la Sorcellerie sont la New Age Religion ou la Nouvelle Religion, et leurs rituels sont exposés partout à la TV, en musique et clips rituels, sur toutes les Scènes (de meurtres) réelles ou virtuelles du Monde! Et en plus c’est cool! Et la Toile du Web se re-ferme pour la Reine au ‘Hive-Mind‘ de l’esprit-Ruche/Riche, la Reine des Borgs?

C’est ce que Hollywood poussent depuis toujours, de Mickey: le magicien, à ma sorcière bien-aimée, en passant par tous les films d’horreur et séries fantastiques jusqu’au dernier mythe magique créé pour toute une nouvelle génération: Harry Potter. Chamanisme, druidisme et païens médiévaux à la Tolkien inclus, mention spéciale aux chanteurs d’OM… fais bien gaffe à ce que tu dis et invoques… tiens mais le Dalai Lama ne bosserait-il pas pour la CIA?

Alors apprentis sorcières et sourciers… soit averti plutôt que prévenu…

(Documentaire Arte, Hollywood Confidential, les égouts du paradis).

Quand la censure sert de Pub! Le Code Censure entraîne la codification symbolique des films et des images! Puis petit à petit, l’aigle fait son nid! La Graine de Violence pousse…Hitchcock censé être un maître MK Ultra… pis vint « Orange Mécanique »…

Censure vs Liberté d’expression vs Tolérance!

C’est la culture Bad Boys (il faut du tatouage de prisonnier!); les Stars(war) se font frapper mais c’est normal, elles aiment le bad boy rappeur, le héros sportif de batailles, le biker et le rockeur qui fait des sex-tape, c’est le nouveau modèle, la sexe-tape, le boyfriend et petit ami devient Pimp, Mac et Macro pour se faire 3 francs 6 sous sur le net. Le copain est sado-maso-sociopathe, c’est les normes d’aujourd’hui inculquer à la populace… Culture Vulturel du vulguerre charognard du vagin-pute, du sexe et de l’intimité qu’on jette à la poubelle Big-Data comme du plastique. Terrible et effrayante Circé en effet! L’anneau du Saigneur, cirque du divertissement pour (A)régner.

On a la non-violence conditionnée en société surtout contre le pouvoir et l’État; mais contre les autres humains c’est la violence qui est conditionnée… la bipolarité s’installe doucement mais sûrement.

La TV réalité conditionne les jeunes génération dans leur rapport de couple et sociaux, comme Disney l’a fait lorsqu’ils étaient enfants… la Génération Z de conditionnement de comportement à la con comme Jackass (zhéros des temps nouveaux) ou Dumb & Dumber, c’est l’avenue de la Génération A(nal), en fait des Millénales ou Dumbass generation et de l’Idocratie qui se sont fait complètement enculés sans être vulgaire et héritent ainsi d’une planète et d’un conditionnement de merde! Mon petit Jordan bienvenu dans l’Esclavage 2.0 à réalité augmentée… mouais… tu veux dire leur réalité de leur capitale augmentée… ?

La génération X, c’est le jusqu’au début du X sur Canal+ lol et c’est Temps X, ensuite transition Y en 90/00 pis Z en 00/10/20 donc Anal maintenant! Faut regarder Temps X pour voir le gouffre culturel et technologique!

Ce n’est pas la Réalité mais c’est la réalité du conditionnement, un programme virtuel étant entrain d’Être exécuté. Il est écrit, le pouvoir de l’écritu(e)re de l’acte, la magie du curseur, la croyance et la force qui actionne, (qui exécute la commande?) qui lui donne l’énergie et prend l’énergie des gens, une possession, par l’a(r)gent. La ma(r)chinerie et machination du mo(n)teur Économie et qui la conduit comme un fou et comme c’est pas permis (de conduire), vers sa perte et leurs gains. Nous sommes l’exécutant exécutif et l’exécutée, nous sommes l’acteur étant joué (the actor being played, en anglais, qui veut dire l’acteur s’est fait joué donc arnaqué, on est les jouets du 1%, c’est (le marché) Noël tous les jours pour Santa/Satan). C’est pas magique tout ça?!

Un des clé je pense est dans le « Qui exécute la commande? », le jour où la commande n’est pas exécutée, alors le programme cesse d’être (exécuté)? La pièce cesse, et la vie fleurie? Qui peut cesser d’obéir à l’Ordre? Notre pouvoir est-il là?

La Guerre de l’Information: de l’1-faux, c’est la programmation à la guerre comme le décrit le bouquin de Grossman, par l’entraînement, le conditionnement, la formation: form-a-sion, l’in-form-a-sion, par l’imitation, limit-a-sion, par pro-cura(teur)-sion afin de per-former à la per-vers-sion, une version père perenne.

As-tu suivi des formations au travail? une reconversion? L’Information t’informe-t-elle ou te (con/dé-)forme-t-elle? T’as formation est de te tuer au travail et de ne pas être digne de survivre après avoir battue en retraite… car battre en retraite est une trahison pour le système militaire avide de ta pension… alors il t’enfermes assis (pharmacie) dans ta maison (de retraite), pour te sous-tirer quelques derniers tests de drogues, de tortures et de conditionnements, afin et afaim de te faire payer jusqu’au dernier sou(s)ffle. La re-traite et se faire re-traire et re-facturer!

Tu passes lâmentablement l’a(r)me à gauche finalement  dans la/en marge du coté du NOM mort et tes héritiers verseront encore des l’armes et des lâmentations pendant quelques années… car leur/ton NOM sonnera encore l’al’arme (la-lâme), le son(fils) du NOM qui retenti toujours à l’appel et l’é-pelle des agents du gouvernement (profs, administrateurs et autres dockteurs et sert-gens) jusqu’au jour où finalement tes descendants diront Non!!! L’aimant lamente l’Âme morte par la lame de(s) fonds qui coupent et décapite finalement la vie de l’esclave. Triste sort t’y lègues.

Extrait de l’Introduction du bouquin:

Comment ça marche : SIDA-V, Syndrome d’Immunodéficience Acquise de la Violence

Quand les gens deviennent fâchés (colère) ou effrayés (peur), ils arrêtent de penser avec leur cerveau antérieur ou lobe frontal (l’esprit d’un être humain) et commencent à « penser » avec leur cerveau limbique (ce qui est impossible à distinguer de l’esprit d’un animal). Ils sont littéralement « effrayés à mort ». Le seul qui a le moindre espoir d’influencer le mésencéphale est aussi la seule chose qui influence un chien : le conditionnement classique et opérant (entraînement/formation/répétition).

C’est ce qui est utilisé pour former les pompiers et les pilotes de ligne à réagir aux situations d’urgence : réplication précise du stimulus qu’ils devront affronter (dans une maison de flammes ou un simulateur de vol) et ensuite l’élaboration à grande échelle de la réponse souhaitée à ce stimulus. Stimulation-réponse. Lors d’une Crise, quand ces individus sont effrayés, ils réagissent alors correctement et ils sauvent des vies. Ceci est fait avec toute personne qui devra faire face à une situation d’urgence, comme des enfants qui font un exercice de prévention incendie jusque dans un simulateur d’écoles de pilotes. Nous le faisons parce que, quand les gens ont peur, ça marche. ll ne faut pas dire aux écoliers ce qu’ils doivent faire en cas d’incendie, nous devons les conditionner ; et quand ils ont peur, ils font ce qu’il faut. (C’est l’entraînement et la condition opérante physique ou conditionnement)

Par le biais des médias, nous conditionnons également les enfants quand ils ont peur ou qu’ils sont en colère (commande déclencheur/trigger dans certains moment du programme TV, pour infiltrer un Virus-programmation mental et  contourner ou détruire les protections innées par exemple), et ses conditionnements s’en mêlent. C’est comme s’il y avait deux filtres à traverser. Le premier filtre est le cerveau antérieur/frontal. Une centaine de choses peuvent convaincre votre lobe frontale (développement totale pas avant 21 ans) de prendre une arme à feu dans votre main et d’aller tuer, il y a la pauvreté, la drogue, les gangs, les dirigeants, la politique et l’apprentissage/pression social de la violence dans les médias – ce qui est amplifié lorsque qu’on vient d’un foyer brisé et qu’on cherche un modèle à suivre.

Mais traditionnellement, toutes ces choses se sont heurtées à la résistance de ce qui se passe dans le cerveau chez un être humain effrayé et en colère. Sauf chez les sociopathes qui, par définition, n’ont pas cette résistance. La grande majorité des circonstances ne sont pas suffisantes pour casser le filet de sécurité du lobe frontal. Mais si vous êtes conditionné pour surmonter ces inhibitions du lobe frontal, alors vous êtes une marche comme une bombe à retardement, un pseudo-sociopathe, attendant juste que les facteurs aléatoires d’interaction sociale soient réunis pour rationaliser le lobe frontal afin de vous mettre sur l’avant-scène, au mauvais endroit au mauvais moment… Pan!

Une autre façon de voir les choses est de faire une analogie avec le sida. Le sida ne tue pas les gens ; il détruit simplement le système immunitaire et rend la victime vulnérable à la mort par d’autres facteurs. Le « système immunitaire anti-violence » existe dans le lobe frontal, et le conditionnement des médias crée une « déficience acquise » dans ce système immunitaire. Avec ce système immunitaire affaibli, la victime devient plus vulnérables aux facteurs qui favorisent la violence, comme la pauvreté, la discrimination, la toxicomanie (qui peut fournir des motivations puissantes pour le crime afin de répondre à des besoins réels ou perçus), les armes à feu et les gangs (qui peuvent fournir les moyens et la « structure de soutien » afin de commettre des actes violents).

Ce processus se déroule dans le monde entier, dans des pays qui sont exposés à la violence dans les médias. La seule exception est le Japon.

Si votre système immunitaire est détruit, votre seul espoir est de vivre dans une « bulle » qui vous isole des contagions potentielles. Le Japon est un exemple d’une nation qui vit dans une « bulle de violence« . Au Japon, nous voyons une structure familiale et sociale puissante ; une structure homogène de la société avec un taux de criminalité bas, stable et relativement homogène (qui dispose d’un groupe et d’un leadership étonnamment  » positifs « .  et influente, du moins en ce qui concerne les sanctions à l’encontre des délinquants) ; c’est une île avec un contrôle draconien non seulement des armes à feu, mais aussi de beaucoup des autres armes et de tous les aspects de la vie. (C’est l’enfant bulle qui sort de sa bulle est meurt, comme le japonais qui se tape des Crises lorsqu’il vient à Paris! Car l’étranger est traumatisant pour lui, ils sont allergiques au touché! Qui pourtant est une garantie d’un bon système immunitaire!

(C’est pour cela qu’ils ont certainement les plus violents et les plus pervers des Mangas et que le seul moyen de devenir Mangaka est d’abord de faire du cul)…

Ainsi, les Japonais ont très peu d’antécédents culturels, sociaux,  » cerveau frontal « , etc. qui favorisent la violence contre la population, de sorte que nous ne voyons pas… autant de violence dans leur société. Mais ils (comme n’importe quelle nation qui compte un nombre important de citoyens avec « violence acquise immunodéficience ») sont comme des armes potentielles, assis chargés de l’énergie de l’ennemi en attendant que quelqu’un (un autre Tojo ?) tire sur le cordon déclencheur. En fin de compte, le Japon peut  » accepter  » un niveau plus élevé d’émissions et de médias parce que cette variable de la violence est freinée par tous les autres facteurs.  (Et surtout par leur taux de suicide!).

Mais cette retenue ne peut défier cette vague médiatique que pendant une période limitée. Certainement leurs récentes attaques terroristes au gaz neurotoxique Sarin (terrorisme d’État pour passer des législations!) ont été suffisantes pour causer de l’introspection alors que le Japon examine la mesure dans laquelle les médias de la violence amène ses citoyens à accepter la violence comme une alternative viable.

La majeure partie du monde n’a pas été en mesure de protéger ses citoyens. Les gouvernements du monde entier, même s’ils ont essayé (non! non!!!), n’ont pas été capables de maintenir leurs citoyens immunodéficients dans une bulle. Et ils ne pourront jamais vraiment contrôler les crimes violents à moins qu’ils n’arrêtent d’infecter leurs enfants.

(Arrêtons les TV et les Cinémas… les tablettes, les téléphones, les écrans d’arrêt).

se battre (fight), fuir (flight), se soumettre (freeze) ou Posture…

(L’armée semble avoir hi-jacké la position de soumission (freeze/gèle) qui serait un mécanisme supplémentaire de pose et de posture pour montrer qu’on est le plus gros, position d’observation (avant le combat) et de défiance (limite préparation au combat) comme le Singe qui montre son torse… intimidation… sur le fil du rasoir combat/fuir/soumission, sur la tranche de la pièce de monnaie).

(La posture peut, à l’entraînement et pendant le conditionnement, être transformée et détournée en réponse pour tirer… rien que le fait de tirer dans le vide ou en l’air est une réponse naturelle… au stress, deja observé pendant la guerre Napoléonienne. Ne pas tirer est le même genre de réponse. L’Armée va chercher à transformer cela en tir effectif par la répétition des milliers de fois à l’entraînement, sous la fatigue, de charger l’arme et tirer, dormir avec, etc…)

Résistance au meurtre innée

page 39: Nous ne comprendrons peut-être jamais la nature de cette force chez l’homme qui l’amène à résister fortement au meurtre de son prochain, mais nous pouvons que louer cette force que nous tenons pour responsable dans les actes de notre existence. Et bien que les chefs militaires responsables de la victoire dans une guerre peuvent être affligée par elle, en tant que race, nous pouvons voir cela avec fierté. Il ne fait aucun doute que cette résistance à tuer son prochain est là et qu’elle existe grâce à une puissante combinaison instinctive, rationnelle, environnementale, héréditaire, culturelle, et d’autres facteurs sociaux. C’est là, c’est fort, et cela nous donne des raisons de croire… pour qu’il y ait de l’espoir pour l’humanité, après tout.

Les nations mesurent habituellement les « coûts de la guerre » en dollars, en production perdue et en nombre de soldats tués ou blessés. Rarement l’establishment militaire tente de mesurer les coûts de la guerre en souffrance humaine individuelle. La dépression psychiatrique demeure l’un des éléments de guerre les plus coûteux lorsqu’il est exprimé en termes humains.
Richard Gabriel – No More Heroes

Mais c’est bizarre quand même cette résistance a tuer son prochain?! vraiment bizarre!!! C’est pas normal quand même! Il y a aussi un chapitre qui compare le meurtre au sexe, le sexe étant connu sous le nom de petite mort

Partage de la culpabilité et responsabilité avec le groupe, l’autorité (Police/Armée) ou la distance à la cible.

Réclusion

C’est pour cela que l’Ignorance de la Loi n’est pas une excuse car tu dois savoir par défaut/des-faux, de par toutes les annonces et avis faits de partout! que tu es en Guerre! C’est pas faute de t’avoir prévenu. Y-a des SIGNES/PUB/ENSEIGNE de partout!!! Tu-er chez les militaires et tu ne peux te rebeller.

(voir le documentaire « L’Affiche, la naissance de la publicité moderne« , en 1900… on se croirait en 2000! Un peu chiant mais intéressant).

La guerre de l’in-formation par ces 3 conditionnements! Plus, une société de collabo-orateurs informant, un delator, une langue de pute licite et licencié (Siri, Cortana, Alexa…), qui déNOMme et dén’homme, une balance d’injustice, l(’)égalité fraternelle… un mouchard 5G, compas et équerre inclus, l’information trait(r)e et trahit, l’info(r)-mateur pervers… qui rend saigne et en-saigne les insignes bien poli(C)es par des signes, signalisations, signalements et avertissements d’amen-des… beep beep! Il est l’or de te r-evil-er…

Et oui, car tu es l’imposteur, celui qui pose/poste pour le NOM qu’il n’est pas, donc l’impositor dé-nomme, il le sait, il enlève le NOM car c’est une fraude et il t’impose, tu dois payer cette fraude, l’usure-passion du NOM, la passion de l’usure du Commerce donne l’usure du corps, un travail au noir, esclavage, tu n’es pas maître de ta position/ton poste, tu as pignon sur rue que tu loues, là où on te dresse et t’adresse; c’est là où tu te prostitues, tu personnifies quelqu’un d’autre, un acteur qui doit respecter les actes et les acter! Le NOM, un (d)rôle de  Prostitué, à l’humour et l’humeur-tre iron-nique et SARKcasting.

imposteur, impositor.

L’Impossible personnification ou possession de l’entité NOM doit être puni par de-faux car coupable donc on lui enlève le corps par sécurité (le corps appartient à l’État, il représente le SURNOM, une statistique, la Guerrantie), seule la tête (représente l’esprit/âme, le prénom devenu fou donc PRENOM) folle est capturée, car tu as commis un Acte de Trahison (personnification/mensonge) valant la décapitation, et sur tes cartes tu signes ton propre acte de décapitation, tuer ton propre bourreau; et ta tête reste (R.I.P) sur la carte/charte/char/car, un véhicule que tu conduis pour aller à la guerre.

En acceptant le NOM, tu as commandé une (pré)facture, et tu ne veux pas la payer, c’est une conduite bizarre, pas très permise, alors l’ambulance va t’emmener pour te faire réviser.

L’Acte de naissance est un Acte de Guerre.

Le prénom vient bien avant le NOM, il vient des parents mais les parents l’ont eu d’où? De nulle-part? de Dieu? Il fut parlé/crié/dit/donné; alors que le NOM vient de L’État (de Guerre), il est par-lu/écrit/édit/vendu. Tu peux être sûr de ton prénom, tes parents te l’ont donné, mais ton NOM, il vient d’où? D’une lignée? de quoi de quoi? C’est un peu plus obscure…

L’Acte de naissance reste une sorte de remède, une pilule difficile à (c)avaler, car la jointure n’est pas clair dessus, elle se fera plus tard quand l’enfant devenu majeur/major (après avoir fait ses classes et ses grades) signe son premier document, généralement, le compte en banque, l’argent de la prostitution.

gloss glossa

L’Acte est papier et fiction mais dans le monde de la fiction, il reste la preuve de la fraude, maquillé comme une pute  » glossy « , qu’ils ont légalisé par le truchement du Papier et de la Construction administrative.

Le prénom est inaliénable et non-transférable, au contraire du NOM. Informer est « donner forme », le prénom est substance, c’est l’enfant/l’Âme, on voit, sait et nomme la forme, bien reconnue (nu à la naissance) comme quand les gens, tes parents, tes potes t’appellent (par ton prénom), alors qu’on doit donner (uni)forme au NOM sinon on ne le re-connaît pas (tu n’es plus nu, tu es habillé, par l’uniforme du NOM, et civilisé, un bien jolie ‘glossy‘ déguisement), car ça peut-être quelqu’un d’autre de ta famille-NOM, etc… bref je pense que tu saisis le concept.

La jointure, la jonction, le lien des 2 ne peut être faite que par toi, par la signature ou l’acceptation. Au pire tes parents peuvent te dénoncer en croyant/témoignant que tu es NOM PRENOM… mais ce n’est pas ce que l’Acte de Naissance prouve… un merger en Affaire est une (co-n)fusion de MARQUE, une incorporation et immersion, immergée dans la loi de l’Amerauté. C’est aussi une convergence linguistique, une con-verge, intercourse, sexe… arnaque, enculade… qui t’enterres dans le mauvais trou… tu es le seul à pouvoir prouver et ressusciter le monstre, le lien avec le NOM! Le gouvernement ne le peut pas! Il a besoin de toi! Tuer le monstre…

T’as échoué au test de la vie, sans le BAC, tu coules, marre de la noyade journalière! Tu t’es fait émarger, en marge du registre de la vie, chez les morts, tu fais maintenant la traversée d’un No Man’s Land, alors t’émerges durement d’un long somme-ILS, la bouée plein les yeux, t’as du mal à voir dans ce noir, tu t’es fait profondément occulter et la douleur te voile/viole encore l’esprit et l’Âme. Tuer en marge de la société/mort, prêt/près à retourner à ta vie.

Sinom, c’est la r-en-saigne du small et BIG Data des/du LOGOS (dieux faussaires fossoyeurs/faux-êtres) des Corporations d’Armées… d’informants, d’enfanteries et autres soldes-A-vend(g)eurs… le NOM ou SURNOM n’est que du blabla-s-fame, un flux de paroles inutiles ou incohérentes, un discours creux de bonne ré-putasion!

Voici donc Ton NOM de GUERRE au NOM de la Guerre mais tout cela n’est/né que de bonne gère, fait/fiction dans les règles de l’art… la violence, c’est une loi physique et physiologique fondamentale avec une mot-râle (cri/colère) innée qui empêche de faire n’importe quoi et n’importe comment mais surtout qui empêche ou devrait empécher le viol, mais non… là est la clé du succès de ce système de gouvernement, l’apathie (non prise-partie, non partie-pris, le prix de participer à l’esclavage, une sous-mission d’une armée de citoyen, prise de partie pour l’apatrie, (path) la non-voie du milieu donc par acceptation tacite, la voie/voix du gouverne-ment) à l’opposé de l’empathie.

Le NOM est un vaisseau de commerce/guerre, il a de l’argent et des trésors dans ses soutes (et des casseroles), sa cargaison, jamais le NOM ne t’appartiendra, il appartient au Royaume du Commerce (Satan, et non au Royaume de Dieu et son fils Jésus le chrétien/Christ, fils de pute? de Marie/mer? Né/n’est des eaux de l’Amirauté? Christ est CHRIST? la CROIX qui porte l’imposition de la trahison de faire la guerre du commerce?) (c’est pas de la religion mais une analogique).

Tu peux copyrighter le NOM (même la jointure Prénom/NOM qui est le monstre, un hybride, une confusion ou co-fusion de 2 choses opposées, d’un Homme/Femme et d’une Chose/chimère donnant naissance à un bâtard, Franck EINSTEIN, la réalitivité du Nom) mais tu seras alors en Commerce sous ce NOM, tu payes d’ailleurs ta licence de trademarktu officies donc dans le privé, tu est un privateer, un corsaire qu’on peut louer et employer comme mercenaire pour faire de l’argent, tu manipules l’argent, tu es un commersang, tués dans le commerce du Sang. D’ailleurs il faut tes empreintes (empreintes ou/et signature) pour emprunter de l’argent de guerrantie.

Maintenant le merger et la confusion est dans le partenariat privée-public… c’est pareil, on en est toujours le bâtard! public et privé, ni public, ni privé! Confus? Privé = public.

Tu crucifies (croire et s’y fier) le prénom en PRENOM, un Prête-NOM, l’uniforme prêt-à-porter la charge parfait, tu fais une croix sur ta vie, n’oublies pas de payer pour ta cape. Ton voile peut se transformeur en Cape?! Allez, t’es pas cap! On mets les Voiles? Vers l’île aux souverains, y parait qu’il y a même un Trésor là-bas marqué X-MON… quoi? encore une fiction? Pitain, j’ai l’impression d’être dans Lost! Prix dans les filets d’Internet, mer/mère des données et déesse du Big Data, la pi-œuvre du GRATUIT 2.0!

Le SURNOM est héraldique, c’est ton nom de super-héros, ton blason (tu le portes, costume et/est donc posthume), tes armoiries, ton nom de combat (comme le scratch de soldat ou de policier sur l’uniforme), ton pavillon de guerre; et tes armoiries sont une arme qui dit que t’es armée, ton NOM est donc une arme de guerre, un navire de guerre, c’est même ton bras droit car arm en anglais est bras (avec lequel tu rames!). Et tout paiement se fait par l’A(r)me (la signature par le b(r)as pour financer la guerre), par le NOM; et par les Armes (NOM, PRENOM). La lame du NOM ou l’âme du prénom. Lamentation sur le NOM, c’est l’amant à sion, l’amateur n’est pas professionnel, mais l’armateur est un pro-guerrier.

La paix est le véhicule charité, la gratuité et l’amour, en (b)honneur.

Toute l’argent accumulée sous le NOM, tu l’as donné, en trust/confiance au propriétaire du NOM, tu ne peux le récupérer car reprendre c’est volé, le cestui-que-vie est sous le NOM et son héritage ira au NOM… c’est un cul-mule, un cule, et un CAPITAL et tu ne peux rien posséder en vrai chrétien (le prénom, un nom donné gratuitement, given name), le prénom est un moine, il fait voeux/veux/free will/volonté de pauvreté car la richesse est un pêché (sin/signe) et l’argent est la racine du mal, elle est le véhicule de la guerre du commerce, la possession doit être exorcisée!

On sait que le moine fait le commerce de la Religion, les Chartreux se font de la tune avec la Chartreuse en vendant de l’alcool, c’est pas très Catholique ça non?! Et tout moine ou religieux est financé par sa propre institution avec de l’argent ou des terres privées/louées.

Attention, le communisme socialiste de Davos est un communisme de commerce donc non-chrétien où tu ne possèdes rien mais où les riches et/ou leurs entités LOGO démo-niques possèdent tout! Leur P(r)ossession finale! (la Procès-sion de ton enterre-ment)…

Le GRATUIT 2.0 Big Data, voir 56ème mins « Le temps c’est de l’argent » documentaire Arte… (le pigeon de Skinner, FB nous fait bosser gratos, des allemands poursuivre FB en justice pour travail gratuit… on est des pigeons humains! Ils calculent « ta valeur vie client » « potential lifetime value » combien de temps tu vas passer sur leurs services et combien tu va donc leur donner!)

Tu ne peux choisir Dieu et Mammon, tu ne peux être Prénom et NOM… tu ne peux être en Paix et en Guerre en même temps… mais la Guerre peut avoir l’apparence de la Paix… Paye… Pays…

Dieu et Mammon, le Père/pape/papa et Maman? tu ne peux choisir les deux, tu viens des deux! dualité!?! Tu aimes les deux par défaut, syndrome de Stock-holm-option.

La Corruption (corps rompre, ceci est mon corps que tu manges… bois mon sang, mon fils au NOM de notre SAIGNEUR, JESUS CHRIST); car quand la mère est une pute et que le Père est un Mac, alors tu es l’enfant bâtard tiraillé par le malheur et le déshonneur, voué à une vie d’esclavage. Trahison familiale. Tu est en co-n-fusion, tu ne sais pas à quelle seins/saints/santé/santa/satan te vouer et t’avouer, quel (fe)mal choisir? tu es schizophré-nique, prix dans une vie schizophrénétique car ton père est pervers pépère PN et ta mère n’est que l’a(r)gent du mal qui te nourrit, tu ne connais que ces 2 rôles modèles. Pourtant tu connais/es le Bien, tu l’a(i)mes depuis le départ, tu l’as choisit et tu le souhaites.

« Gratuité, abondance et libre » ne sont pas les valeurs de ce système démo-nique cratos/crados, tu n’as apprix que de fausses valent-leurres, la prostitution et l’esclavage, le viol et la guerre sont les v(m)alheureux chevaliers des temps modernes! (mort-den).

[et Mammon est Maman? Maïa, la mère d’Hermès/Mercure, dieu du commerce… possiblement Cybèle et Junonla déesse de la monnaie! avec son Temple/Banque sur le Capitole de Rome; mais elle serait aussi Mnémosyne: elle aurait inventé les mots et le langage de la Terre entière et est la déesse de la Mémoire.]

La guerre est la garantie (guerrantie, protéger, défendre, warjan, la guerre) que quelqu’un sera payé! En anglais, c’est warranty donc war-ranty (guerre-pester ou maudire ou guerre-louer), que Mars, Dieu de la Guerre, soit loué, gentile alouette, tu te feras plumer jusqu’à la faim.

Que tu sois zen ou pas, que tu médites ou pas, que tu sois autarcique de ce système ou pas… que du sois méga-positif ou pas, que tu ne te laisses pas prendre par la négativité ou pas, que Dieu te sauve ou pas, que ce monde soit une fiction ou pas, ton environnement n’est que Luxe, Calme et Violupté… en termes orwellien donc, il n’est que Guerre. La paix peut-elle exister sans la Guerre? Tu veux la Paix sans la Guerre, ni la Violence… Brave-au!

Tu crois que le Commerce ne viendra jamais te chercher au fin fond de la Jungle? Ni même sur L’île de Pâques la plus éloignée au monde? Croix-tu pouvoir échapper à la puce tout seul? Où sont les peuplades indigènes d’Australie, des Amériques, et les moines qui méditaient au Tibet, etc… 6 pieds sous terre… bien au chaud dans la Loi de l’EnTerre.

« Le monde ne sera pas (seulement) détruit par ceux qui font le mal mais (aussi) par ceux qui les regardent sans rien faire ».

Albert (‘le fraudeur’) Einstein.

Programmation « Jaune Mécanique »

C’est comme le Slogan, « liberté, égalité, fraternité ou la mort », c’est le système de lutte (légalité) ou fuite (pseudo-liberté) ou gèle/posture (fraternité/collaboration) ou la mort

Pute 2.0 : c’est le client qui paye pour travailler

Quand tu prends une carte d’abonnement pour le train, on te fais signer un contrat d’adhésion, le contrat est valide 5 ans (même si tu la jettes) ou un truc dans ce genre, avec plein de conditions attachées… et ils exploitent les données de cette carte, complètement scandaleux, et comme au ski, ils ont des boites de recyclage de carte, les gens payent leur carte 5e et la rendent gratuitement, un business qui marche… bref tout va être de plus en plus comme cela, y a un terme marketing pour ça (m’en souviens plus), mais c’est le client qui travaille gratos… ex: tu payes un service de rencontre sur le net, et donc tu payes pour que quelqu’un d’autre fasse de l’argent avec tes données et en plus tu bouffes de la pub/pute, c’est dingue, tu demandes à n’importe qui, si il serait prêt à bosser gratos et personne te diras oui! Mais en fait, c’est exactement ça! Et c’est même pire.

C’est le rêve ‘américain’ du Capitalisme!
Le Client qui paye pour travailler!

C’est comme une drogue et les GAFAM sont des Pimps, y te donnent des doses gratuites car ils savent qu’ils vont se faire du blé et de la tune comme pas possible! Ils sont gafamés de pouvoir, d’argent et de luxe-ure.  Open Bar! (débit de boisson/poisson/poison).

Qui est la cible, la target, l’homme sandwich?

Si c’est gratuit, vous êtes le produit, produit = objet (IoT) = chose = res

Débit social = Monnaie courante = A(r)gent en-detté = Comportement Méritocratique = Eugénisme

Système de Crédit Social = Eugénisme

En fait ils transforment l’argent en crédit/débit social… (BAR) A(R)GENT = comportement… tu monnayes les comportements sociaux, c’est la récompense de la méritocratie… la feedback loop ou boucle de retro-action, la souris et le rat qui appuie sur le bouton pour trouver à manger; plus tu collabores et même plus tu dénonces les autres, plus t’es riche, enfin plus t’as du crédit social, c’est même pas que t’es plus riche en fait… car toi tu ne gagnes que du prestige, c’est Big Brother…. la Chine y est déjà ! Même si nous le sommes, y a encore une marge de manœuvre, faudra mourir dans la rue (et c’est déjà comme cela aux US) car sinon c’est cuicuit pour nous et on va très vite déchanter (les mêmes chants et champs de bataille, voir Full Metal Jacket) et désenchanter… Ça a toujours été comme cela, ils ont laissé crever le peuple dans la rue ou dans les goulags.

L’âge du Capitale Surveillance ou The Age of Surveillance Capital du livre et de l’article du Guardian: « Le but est de nous automatiser: bienvenue à l’ère du capitalisme de surveillance« . ….l’expert en sécurité Bruce Schneier a écrit que « la surveillance est le modèle économique de l’Internet« .

« Autrefois, nous avons fouillé sur Google, mais aujourd’hui, c’est Google nous fouille. Autrefois, nous pensions que les services numériques étaient gratuits, mais aujourd’hui, les capitalistes de la surveillance nous considèrent comme étant gratuit ».

« Il en résulte que ces nouveaux territoires de la connaissance font l’objet de conflits politiques. Le premier conflit porte sur la diffusion du savoir : « Qui sait ? » La deuxième concerne l’autorité : « Qui décide qui sait ? » Le troisième concerne le pouvoir : « Qui décide de qui décide de qui sait ?« 

« Nous n’avons aucun contrôle formel sur ces processus, car nous ne sommes pas essentiels à la nouvelle action du marché. Au lieu de cela, nous sommes exilés de notre propre comportement, privés de l’accès ou du contrôle du savoir que d’autres détiennent du fait de sa dépossession pour les autres. La connaissance, l’autorité et le pouvoir reposent sur le capital de surveillance, pour lequel nous ne sommes que des « ressources naturelles humaines ». Nous sommes les peuples autochtones dont les revendications d’autodétermination ont disparu des cartes de notre propre expérience« .

Comme me l’a expliqué un spécialiste des données : « Nous pouvons modifier le contexte autour d’un comportement particulier et forcer le changement (d’utilisateurs)… Nous apprenons comment écrire la musique, puis nous laissons cette musique les faire danser ».

« Ce pouvoir de façonner le comportement pour le profit et le pouvoir d’autrui est entièrement auto-autorisé. Elle n’a aucun fondement dans la légitimité démocratique ou morale, car elle usurpe les droits de décision et érode les processus d’autonomie individuelle qui sont essentiels au fonctionnement d’une société démocratique. Le message est simple : fut un temps, j’étais à moi. Maintenant, je suis à eux« .

Et donc le Débit Social ne peut qu’augmenter comme le Trou de la Sécu et la Dette, car l’Argent-dette devient du débit social, et le crédit se concentrent sur un minimum de riches, 1%. Ils sont bourrés d’argent et nous sommes les enfants qui trinquent, on est sous-les/saoulé, alors va falloir que la cure/curie de désintox et désinfaux se fasse très vite, désinfakectes-toi vite, des-sous-le (dessaoule, se débarrasser de l’a(r)gent, se débarrasser des démons de l’Âme, de-soul) vite car sinon la gueule de bois, va être le totem de ta pierre tombale. T’as Licence IV vient d’expirer, t’es recalé… tu ne te réveilles pas, quel cauchemar, ton père est un alcoolo du pouvoir bien rassasié et bourré (de riches-se) et il est bien un mac rond, il est donc normal que toi, pauvre chrétien, tu te retrouves sans un (mac)rond, et  sans un saoul… sans âme ou sans arme?

Hexacraft, la religion mondiale, internet?

Qui écrit ton programme? Toi?

Que programmes-tu dans Internet? Toi? l’I.A. ou Dieu?

« Ce monde est désâmée alors qu’il devrait être désarmée ».

« Sois t’apprends à déco(r)der, sois tu te fais co(r)der et programmer ». (néo vs SMITH)

L’Eugénisme  (par le comportement et conditionnement) devient Monnaie Courante: l’Argent; c’est devenu la norme sociale, avec au final des églises de pédophilie, certes pas légitime mais légalisé! L’égalité pour tous! L’Eugénisme est l’Agenda. Sans Gens. Dans un monde où faire la pute au travail et l’esclavage sont la normalité, se faire enculer fait partie de la routine.

— Pour que la loi soit valide, pour que tout papier soit valide, il faut une force/arme/peur pour l’imposer et un homme ou un femme pour l’exécuter —

« Comment peut-on avoir une guerre contre le terrorisme alors que la guerre elle-même est du terrorisme ? » — Howard Zinn

== Copie Jackfruit ==

Les nouveaux Microbes…. Côte d’Ivoire: les enfants meurtriers, Arte.

Traduction aider par DeepL.
Inspiré aussi par ChristianRemedyInLaw.
Lire aussi Contre Violence, eco-sorcellerie 🙂

L’emploi du « tu » est plus direct, en aucun cas accusateur, le « je » serais de mise normalement, car avec un peu de chance, le je tu ILS… un contrat en bonne et due forme. En passant tout ce que j’insinue, dit ou décrit passe à la TV dans des documentaires notamment ou dans des bouquins, j’invente rien, je suis pas plus intelligent qu’un autre, tout est là, tout a déjà été écrit!

« Nous sommes les Borgs.
Baissez vos boucliers et rendez vos vaisseaux.
Nous ajouterons votre spécificité biologique et technologique à la nôtre.
Votre culture s’adaptera pour nous servir.
La résistance est futile. »

Borg = Berg(e)= Bank = Banque = Berger(man) = Conducteur du troupeau à l’abattoir = la race qui ne s(i)ont pas gentils

Qui te programmes depuis ‘avant ta naissance’? (Preloading et préchargement) Comment peut-on te programmer avant que tu soi(s)? Es-tu déjà? Es-tu déjà quelque chose des années avant ta  naissance? La mémoire génétique ça marche, le corps est une antenne, émission-reception, fascinant, les Os d’un mort émettent encore son information… des millénaires après sa mort dans certains cas, des millionnaires avant! Les traumatismes sont-il héréditaires? (Eh oui la connerie, la mentalité d’esclavage, les traumas de viols se transmettent aux enfants!).

L’Univers une soupe de vibration! Un Océan de fréquences… ou pas, là n’est pas la question! La Réponse est, tu choisis d’Être Esclave ou pas?! A la pêche Internet: qui est l’Araignée ou le pêcheur/pécheur et qui est la proie?

Nommer les choses, c’est discriminer, dis-crime… incriminer dis/dieu/satan discorde, nommer (crier-miner) les choses c’est séparé du tout, c’est couper et donc coupable? un crime?

Ne plus exécuter les ordres est ‘déposer les armes’ et reposer les âmes, la Paix?

===================

A voir? The Act of Killing: L’acte de Tuer: Le film documentaire traite de la banalité de la violence et des meurtres au cours des massacres de 1965 en Indonésie, en s’intéressant en particulier aux assassins.

Finissons par un bon déconditionnement!

11 réflexions au sujet de « Violence 2.0 »

  1. Ping: Violence 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.