Non classé·pratique

Imposition par le consentement imposé

Imposition par le consentement et par le truchement du dialogue! Ou la Pos(i)tion du con qui sent le mensonge.

On constate ainsi que 2 des 17 articles de la DDHC du 26 août 1789 sont consacrés à la question de l’impôt. Ces deux articles sont les articles 13 et 14.

L’article 13 indique que « pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ».

Et l’article 14 d’ajouter que « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ».

===

Introduction au droit fiscal général et à la théorie de l’impôt par Michel Bouvier 10ème édition

===

Con-sentir

page 167

On parle de pouvoir… le donner ou pas, par la force ou pas… On voit qu’il n’est pas légitime et ils essayent de se justifier (justice fier) ou plutôt de faire le justicier (impôt par la force) et donc l’impôt est légalisé par le truchement du dialogue (enfin monologue) et le pouvoir du papier! Ce n’est ni plus ni moins, une croyance religieuse… ce qu’on verra plus bas!

On voit l’importance du « principe de légalité » ici! La légalité est créée par le consentement! Il devient alors légitime! Légitimité = consentement légal.

Y nous bassinent par « la raison » et le « raisonnable » (= calcul = sommation = addition = compte, voir article juridiction)… Il philosophie sur les articles 13 et 14 pour nous faire croire que ce n’est pas important (pour le consentement) mais que c’est important de donner pour le bien commun (des Riches!), sciemment en étant un con, inconscient!

p168

L’insuffisance de la justification (justice fier) de l’impôt, eh oui car blablater ne suffit pas, il faut faire peur et l’imposer par la force, sinon personne ne le paiera!!!

Il faut mieux laver le cerveau pour que les gens acceptent! il faut « conduire » l’individu à l’acceptation, à s’y accoutumer (coutume= common law; code= civil), il faut qu’il aime sa servitude volontaire!

Prenant naissance dans les endroits les plus cachés du psyché de l’humanité!!!! A se résigner à l’impôt! (re-signer).

Le tour de passe-passe: « à et de ». Avec « à », tu as le choix, avec « de », tu n’as pas le choix, implicitement, cela devient une obligation. Tu fais partie « de » et tu n’est plus une partie (au) « à ». Tu es inclus dedans et donc tu n’as plus le droit à la creation!

===publicité===

Discours de la Servitude Volontaire

===fin publicité===

p169

La légitimité du pouvoir fiscal est sans aucun doute étroitement liée d’abord aux origines les plus lointaines de l’impôt, et à des formes primitives du prélèvement fiscal nées de déterminismes économiques, politiques et religieux, intervenant le plus souvent sur fond de violence, mais aussi d’échange et de soumission acceptée. (no comment!).

En gros la légitimité de l’impôt, c’est parce que cela a toujours été comme cela et que si t’es pas content, et ben on va te mettre sur la gueule! De gré ou de force! Du pillage que cela soit l’ennemi ou l’État qui le prenne!

Le tribut de ta tribu… la tribu des cons?
Les contribuables?

Ça sent encore l’histoire de la trinité du Bon Contribuable, de la Brute et du Truand!

p170

Il est née le divine enfant (de la patrie) et contribuable…

On voit le lien entre « …la création d’États puissants à l’apparition et au développement de l’impôt ».

« Fondés pareillement sur la force et la contrainte, le tribut puis l’impôt ont indéniablement assuré, notamment en permettant la constitution d’une armée puis d’une administration, la consolidation des rapports de domination dont ils procédaient ».

« D’un autre côté, tout en apparaissant ainsi comme l’expression même de la servitude, l’impôt n’en a pas moins été aussi, dès ses origines, une forme mêlant assujettissement,… ». Obligation= échange  (commerce) et solidarité (rite de la solde/soldat/service militaire). Et oui, on ne parle pas de beaux et bons échanges, ni de solidarité d’aimer/aider son prochain…

p171

Tu te fais débiter et déboîter par la bite de Dieu, Dis-corde du lien de l’impôt (Dis=Satan l’habite). Paye tes dieux par le rite du sacrifice au contrat imposé ou imposition des mains lol basses sur les terres, l’esprit, l’âme, le labeur, etc… La Dette est bien une croyance et une religion! Elle fait bien partie du monde invisible car elle n’existe pas comme l’argent ou la monnaie ou la devise/divise, c’est une fiction, un monde fictif prenant forme (égrégore) sur support papier.

La vénération des images (interdit par la Bible, enfin fortement déconseillée!). L’Offr(e)ande et La Demande; Amen-de de l’impôt sur la messe dans les temples d’argent qui brillent aussi d’or et de dorures. Mander ou Mandater est quêter ou quiquêtter bien profond… une enculade profonde pour être plus clair. Le débiteur est bien mort.

Ceci est l’essentiel de cette Doctrine… Écoutez Docteur je sens que je souffre de la connerie généralisée, veuillez me bénir par mon consent-ement et m’exorciser de mes péchés, docteur? vous m’écoutez? pardon, mon père?! mon frère? ma fraternité? pour l’éternité, payer des impôts? Je suis maudit! La charge me pèse!

Programmation doctrina

(Droit) Travaux juridiques destinés à interpréter le droit. (Politique) Idéologie, principes de base sur lesquels s’appuient une stratégie et des plans d’actions. (Religion) (Philosophie) Maximes, opinions, notions, postulées vraies, qui permettent d’orienter l’action humaine et d’interpréter les faits. Dogme auquel on adhère, auquel on croit ou que l’on enseigne… le DOGme latin ou latin de CUICUIsine…

p172, citer Carl Jung pour justifier l’impôt, c’est bizarre non?!

C-G. Jung, Les racines de la conscience, Huchet-Chastel, 1978 :
« Jamais l’humanité n’a manqué d’images puissantes offrant une protection magique contre la vie angoissante des profondeurs de l’âme »

« …la « vraie » réalité, à celle du monde invisible, à l’éternité, à la puissance, quitte à payer de sa personne, telle serait la finalité profonde du sacrifice,… ». (ok, la vraie! donc la vérité est invisible! Donc pour voir, c’est comme au Poker, il faut payer! Finalité profonde du sacrifice de l’impôt! « …le rituel sacrificiel pourrait être précisément considéré comme introduction à cette symbolique,…« .

p173… il peut ainsi remercier l’univers qui lui a donné la vie en la payant tout sa vie… cqfd!!!

Attends, le mec il écrit bien « Sacrifice Fiscal », Sacrifiscal!

« La Terreur de la Dette ». Le Terrorisme par défaut est Étatique et vient de l’État! (définition du webster, par le gouvernement!). En référence aux radicaux jacobins de France, qui régnaient sous le  » règne de la terreur « .

« …est une période de la Révolution française caractérisée par un État d’exception, des violences d’État et des exactions d’individus se réclamant de son autorité… »

Estampe de la guillotine, « Et la garde qui veille aux Barrières du Louvre n’en défend pas les rois… », durant la Terreur.

Un concept qui est abstrait, donc tu l’interprètes comme tu veux, l’impôt tu le dois ou tu le dois pas, ça dépend de comment tu te lèves le matin, un peu comme l’Art Contemporain, tu sais pas ce que sais, mais tu payes quand même pour voir de la merde!

Quand le président t’annonces qu’il faut encore faire des sacrifices, tu sais que tu vas te faire ponctionner et que tu vas bouffer des pâtes pendant 1 an; mais il fait appel au plus fort de ton inconscient (un con vraiment sciant, qui te scie bien les jambes jusqu’au cou(illes)), une programmation sur des générations et des générations de croyances, religion/état.

Et tout ce que certains trouvent, c’est de mettre un gilet jaune et un bonnet d’Âne rouge… ils vont nous faire toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sur une licorne? En Angleterre ceux qui portent un gilet jaune, sont les gamins de maternelle qui font une sortie… tout ce qu’ils font c’est faire chier leurs con-citoyens, diviser pour régner, l’enfant de la Patrie, va rentrer chez lui et payer ses impôts… incapable, ignare, con, handicapé mental, con-génital, jaune et rouge, il a déjà toute sa panoplie pour Noël! Alors pour la prochaine, c’est « les slips bleus » car c’est la fête du slip!

Révolution = ingénierie sociale.

Pour la notion de la Dette, lire Graeber, ouais le phénomène, c’est surtout le lavage de cerveau sur des générations! Et la Force, la Torture, le Meurtre/Génocide et l’Esclavage généralisé! Pas besoin de faire une dissertation! Et Pierre Clastres a tout faux!

« L’hypothèse selon laquelle le passage à 1’État a pu se faire dans le sens religieux-politique, par le biais d’une confusion progressive du rituel sacrificiel, d’une indifférenciation des rôles politiques et religieux n’est sans doute pas à écarter ». (on ne fait plus la difference entre le pouvoir divin et le pouvoir d’État comme se fut (toujours) du pouvoir Religieux).

« b) 1: apport de l’histoire des religions

L’histoire des religions semble venir heureusement compléter les travaux de 1’anthropologie ; selon cette discipline, le passage du profane au sacré, ne serait possible que par un sacrifice de soi-même, par un détachement total des choses matérielles, que la mort seule permet d’atteindre lorsque celle-ci est en même temps sacrifice suprême et volontaire de soi au monde de l’invisible. Acquérir la puissance pour ll’homme religieux, ce n’est pas acquérir un pouvoir temporel sur les hommes, c’est accéder au sacré, c’est revivre le mythe originel, retourner aux origines du monde, réintégrer 1’âge d’or, le paradis perdu.

Or, l’homme doit payer pour cela, il doit racheter sa vie éternelle à travers une reconstitution répétitive de 1’harmonie universelle, une redécouverte de la communauté universelle. Dans les religions, le rituel sacrificiel a pour objet, à travers la communion qu’il engendre, de restaurer cet ordre initial, de le faire revivre à dates fixes; l’affaire est donc d’importance et c’est pourquoi elle est placée entre les mains de « spécialistes » censés posséder la faculté de communiquer avec l’au-delà jusqu’à devenir progressivement les véritables représentants des dieux en recueillant, en leur nom, les offrandes qui leur sont faites, et en devenant ainsi eux-mêmes, progressivement, créanciers de la communauté. »

« Que l’offrande soit en nature ou en monnaie, qu’il y ait modification de la matérialisation du sacrifice, le fond reste néanmoins le même ; l’homme fait toujours présent de sa personne ou plutôt de sa vie. En effet, si l’on suit Louis Dumont, « la monnaie représente tout simplement, ou avant tout, la vie ou ce qui est à peu près la même chose, les ancêtres ». Dans la mesure où, selon l’auteur, la vie constitue la valeur universelle sur laquelle repose le système social, la monnaie, en symbolisant celle-ci peut devenir l’équivalent général admis par tous parce qu’elle symbolise ce que tous admettent comme essentiel. Le passage au paiement de l’offrande en monnaie n’obérerait ainsi en rien le caractère sacré de la transaction. »

« La filiation que paraît entretenir 1’impôt avec le rituel sacrificiel peut certainement conduire à le considérer comme une sorte de fil d’Ariane susceptible, dans une certaine mesure, de nous guider vers les racines les plus secrètes de 1’État et de 1’échange économique. »

p177/178

Il convient à notre sens de distinguer deux formes du consentement fiscal : le consentement à et de l’impôt. En effet, différent du consentement à l’impôt, dont la nature est avant tout sociologique, le consentement de l’impôt suppose que soit explicitement acceptée la levée … C’est le consentement de l’impôt qui fonde sa légitimité politique moderne et qui se traduit au plan des principes juridiques par celui de légalité fiscale.

Ok, l’impôt est bien non-légitime si tu ne consens pas, par contre ce n’est pas légal, on le verra plus loin! Pourtant le consentement donne naissance à la légalité fiscale, puisque tout consentement/contrat donne vie au système légal.

Le consentement légal est obtenue par les représentants parlementaire (par défaut, car ils sont là donc ils représentent le consentement tacite) des personnalités juridiques, donc si en plus tu votes!!! Car quand la force ne marche plus, alors on l’oblige par le truchement du dialogue, le mensonge du gouverne-ment. On promet sécurité, monts et merveilles…

On voit donc bien que comme chez les anglo-saxon, la modification d’une lettre peut tout changer (« of » et « for »; ou comme j’ai remplacé « de la famille… » par « pour la famille… » dans l’adressage ou le dressage). Ce que Cal Washington d’InPower explique pour la Bible KVJ 1611 (des changements de « u » par « v » et « v » par « u » changent le sens du texte). D’où l’importance de créer ou d’attacher à tout courrier son propre dictionnaire, ses propres définitions, pour certains (Monaco) d’avoir sa propre langue, son propre alphabet pour avoir une forme de légitimité légale lol Avoir ses propre coutumes donc, beaucoup se font leur propre panneau de « No Trespassing » ou « Entrée interdite ! Propriété privée !« : en prévenant (établissant leur règles) les autorités et en avertissant des honoraires et dommages à payer.

  • trespass (v) : (tr) enfreindre ; (intr) entrer sans autorisation – No trespassing! : Entrée interdite ! Propriété privée !
    • fr : trépasser (v) (intr) : to die, to pass away
p178

« Ce principe, expressément revendiqué par Jean-Jacques Rousseau (un gros esclavagiste!) et par d’autres, figure, on le sait, parmi les fleurons de la Déclaration des droits de 1’homme et du citoyen. Depuis 1789 la jonction s’est ainsi établie entre consentement à l’impôt et consentement de 1’impôt, conférant une légitimité incomparable au pouvoir fiscal par un enracinement du second dans le fertile terreau constitué par le premier. »

p179

Libérée, Délivrée, Je ne mentirai plus jamais…

Et violà le tour de passe-passe, l’impôt est libéré, voir même mieux il est libéralisé (lisez libérer) comme une chirurgie au laser, un truc qui pète, un truc scientifique. Maintenant ce n’est plus l’impôt « au » cul mais l’impôt « dans » le cul: tu comprends la différence?

L’Administration de l’impôt et l’administration sont enfin libérées de devoir se justifier sans arrêt, maintenant c’est toi qu’ils vont justicer! Et te coller les inspecteurs au cul, pardon dans le cul, j’ai toujours eu du mal avec l’orthographe et la grammaire française… c’est la Soldarité Monsieur! C’est le devoir social, donnes à ton prochain, tout tes salaires! L’inspecteur des impôts avec son regard de chien battu… stp, stp, stp donnez-moi une pièce (de théâtre). L’Impôt est devenu commercial!

« RÉPUBLIQUE FRANÇAISE: Privatisation de l’Impôt depuis 1789 »

Il est donc question de Juridiction et de Pouvoir.

« L’administration n’est pas tenue de se conformer aux indications qui figurent dans la Charte du contribuable publiée en 2005 sur le site du ministère de l’économie et des finances dès lors qu’aucune disposition légale n’autorise le contribuable à s’en prévaloir ». Elle sert a quoi alors? A payer des minions à rien foutre, de l’enfumage.

p180

Donc l’enjeu de l’acceptation de l’impôt est la menace et la peur! Tout repose sur la Peur du gouvernement, de la Police et de l’Armée. On voit bien que l’Agence est définie comme Privée, Privatisée et Autonome.

Par agent, il faut comprendre non-gentile ou sans-gentile, une agence ou un agent est un usurpateur, c’est une fraude, une fiction. « Fiscale »: « Fi » de « se fier » et de « confier » et « fiducie » et scale est la balance (de la justice) (donc mesurer/peser) en anglais ou l’écaille de requin! Les salaires sont fixés en fonction de combien l’inspecteur rapporte au système, et à l’agence!

Le FISC est une FISCTION

Il ré-affirme le pouvoir du Parlement pour imposer l’impôt… alors le Parlement est constitutionnel mais les services publics sont privatisés et donc la Constitution est invalide comme Napoléon. Plus tous les agents qui croient et vous disent que l’impôt est « naturel » et une obligation… oui c’est une obligation sous la menace! Lire aussi les pages des Révoltes Fiscales.

Rien est une obligation, tout est contrat, négociable et réfutable!

Page 251, la théorie des impôts = fiction! Idéologie, utopie fiscale!

Il faut l’assentiment de l’ensemble de la population pour la suppression de l’impôt, c’est simple la république est indivisible donc tu es la république et un seul vote contre l’impôt suffit… Une société peut exister sans impôts, c’est des menteurs, elle peut aussi exister sans argent… plein de peuple l’ont prouvé… je crois que Michel est payé par la Direction Générale des Impôts?!!!

p25

« … les modalités de paiement en nature de la dette d’impôt n’ont pas totalement disparu du système fiscal contemporain. Elles demeurent présentespaiement exceptionnel de l’impôt. …. ou de donation à s’acquitter de leur dette par la remise d’une oeuvre d’art. » Donc voila, tu fais un dessin, tu le fais certifier à 2 millions d’euros par 2 témoins et tu payes l’inspecteur avec! Tu peux faire un jolie billet à ordre avec des couleurs, une promesse de payer, comme tout billet en circulation!Circulation? Un billet est un véhicule?!

« le prélèvement fiscal a fondamentalement le caractère d’un prélèvement obligatoire, dès lors qu’il est effectué par voie d’autorité (par consentement donné, par contrat social) par l’administration sur le fondement des prérogatives de puissance publique (police dans ta gueule) qui sont les siennes. En conséquence, le contribuable n’a ni le droit de prétendre se soustraire à sa dette d’impôt, ni celui de vouloir fixer librement ou négocier le montant de sa contribution. Son accord, son libre-arbitre en somme, n’entre en jeu d’aucune manière. Et, s’il s’avérait récalcitrant, l’administration serait en droit de recourir aux procédures d’exécution forcée pour le contraindre à satisfaire à ses obligations. »

Oh! Michel! T’es bipolaire?!

Alors merde, ça contredit les Droits de l’Homme et ce paragraphe ne cite aucun texte de loi, seulement du truchement de monologue!!! Autorité = consentement et juridiction. Le rite de l’Auto ou véhicule, avoir le pouvoir de ‘conduire’ ses propres affaires. Le Droit au Commerce se taxe car c’est de l’Esclavage…

Donc « ne pas avoir le droit » = « avoir des obligations » donc t’as soi des Droits, soi des Obligations…. CQFD. Un contrat non-négociable (excepté dans des cas précis!!! = non consentement) ressemble beaucoup à un contrat d’adhésion non?!

« L’impôt est une ressource définitive », donc en gros tu ne le revois jamais! « …il n’a pas à être restitué… ».

p26

Si ce n’est pas un service rendu… alors il n’est jamais « du » en premier lieu?

Le droit Régalien est un droit royal, point barre! On parle de Monarchie Républicaine ici!

« contribuer« : Du latin contribuo (« donner en partage ») (tribu et contribuo). Alors « contribuer » c’est « donner » ou pas?! Faut choisir! Le gouvernement et les « lois » souffrent de schizophrénésie! De gré, c’est honorable, de force, c’est un viol… De con-grè(s) (Parlement) c’est de la Fraude… tout prend son sens!

p27, la loi fixe les règles… qui est la loi? Une omelette de lois, tu connaissais toi?!

Qui vole une Omelette, vole le Troupeau: l’État…

Je rappelle que le Droit Positif (Avertissement Marketing, manipulation des mots) s’oppose au Droit Naturel (voir Mark Passio plus bas). Le Droit Positif par défaut est Négatif, il est Immoral et donc toutes les lois de l’Humain sont Immorales!!!

p28

« …subordonnée à l’existence d’une contrepartie (il faut que la redevance soit la contrepartie de l’utilisation effective d’un service public ou d’une prestation fournie). Par ailleurs, le montant de la redevance et la valeur du service rendu doivent être « équivalents » (c’est-à-dire strictement proportionnels), ». C’est la fameuse contre-partie du contrat, Équité, Équitable.

Ton impôt est équitable pour toi? Tu payes ta retraite 45+ ans et tu vas la toucher au maximum pendant 20 ans; tu fais quoi des 25 ans de retraite qui te reste? De plus le gouvernement a pu (mal) l’investir à la bourse pour le faire fructifier sur ton dos! T’attends d’être à la retraire pour bien en profiter, l’État lui n’attends pas… il a tout fait pour que t’arrives en Burn-out à la retraite, pour te la baisser le plus possible pour que tu restes dans un stress permanent; et te garder dans la peur par la TV, t’es cuit, t’as pas d’armes, tu peux pas te défendre, t’es vieux, t’es con, t’es lâche… tu regardes la TV et t’attends la mort. Oh la belle programmation! Ah, mais attends, y en a qui ont une belle retraite… oui, la classe Collabo, l’agent qui a tenu le fusil et la prison.

Lire page 36 IMPÔTS RÉELS ET IMPÔTS PERSONNELS, lire page 60: PORTÉE DU PRINCIPE

page 49:

« Le droit fiscal ne saurait être restreint à son seul objet, c’est-à-dire l’impôt. Il doit être compris plus largement comme l’ensemble des principes et des règles relatifs au droit de lever l’impôt. Les principes à la base du droit fiscal prennent racine, directement ou indirectement, dans la Déclaration des droits de 1’homme et du citoyen de 1789. En cela ce droit se trouve porteur d’une tradition politique ainsi que d’une conception particulière de la fiscalité qui sont liées au projet de société qui fut celui des penseurs de la Révolution française. »

C’est une tradition, voilà la raison! Trado et Trade donc du Commerce.

p50; Le parlement, c’est qui?
p51

« Les limites du principe de légalité de l’impôt sont d’une part politiques, d’autre part juridiques« . Et oui! Politique: Pouvoir par la Force. Juridique: Pouvoir par la Peur.

p52
p53

« …le contribuable n’est pas fondé à contester la légalité de la doctrine administrative, mais seulement 1’application qui lui en est faite. ». Tu ne peux questionner L’État, Papa, ni l’existence de ce Dieu!!! Tu peux en réfuter l’application, non-consentement!

« …le juge peut avoir les plus grandes difficultés à donner une interprétation absolument conforme à la volonté du législateur ». Si le juge obéit au législateur alors il travaille pour lui, conflit d’intérêts.

p54

Juste une Illusion!!!

Page 66: LE PRINCIPE DU RESPECT DES DROITS DE LA DÉFENSE

« Le principe du respect des droits de la défense veut qu’une sanction ne puisse être infligée sans que préalablement la personne en cause n’ait été en mesure de prendre connaissance des éléments et faits lui étant reprochés et de présenter ses observation« . En vertu de l’article L. 80 CA du LPF, la décharge des impositions peut être prononcée par le juge si les droits de la défense n’ont pas été respectés. (présenter observations: Affidavit, Avis de Courtoisie/Responsabilité).

Beforclusion

Une dernière chose, la charge des preuves incombe à celui qui charge ou impose, donc il incombe à l’inspecteur ou à l’agent, la femme/homme de prouver ses dires, il est de leur devoir/obligation (car ils sont payés pour, conflit d’intérêts) de prouver que tu dois payer l’impôt, ce n’est pas à toi de le faire. De plus ils doivent te rendre des comptes (d’où la feuille d’impôts). Même si tu utilises toujours le numéro de Sécu (contrat et consentement tacite) tu peux faire valoir tes droits, ton être, ta vie.

Dans le bouquin de Michel, il cite la loi qui dit que l’impôt est seulement consenti, en aucun cas quand il montre que l’impôt est une obligation, un devoir ou obligatoire, il ne cite aucune loi, il ne fait que le démontrer; il ne fait que du truchement du dialogue/monologue!

Il s’agit bien de Juridiction et de consentement, d’arnaque, de croyances et de religion, la Religion de la Dette! Et bien sûr l’imposition de l’Esclavagisme par la Force et la Peur.

De plus l’agent doit prouver que le Gouvernement pour qui il travaille est un être humain, enfin un homme ou une femme; et de plus il doit prouver qu’il est plus (l)égaux que toi; et qu’il a tout pouvoir sur toi! Il commet bien sûr un acte d’esclavagisme, il/elle est fou et devrait être interné(e). Mais ils sont tellement fous qu’ils cherchent à te faire subir le même traitement en retour (car sinon c’est lui/elle qui serra déclaré(e) fou/folle). Quelle autorité à cette agent, qui lui donne? L’État? Mais l’État n’existe pas! Il viole ton libre arbitre et ta libre volonté en imposant sa libre/livre volonté sur toi! Tout agent du gouvernement viole à tout moment et tout instant tes droits, ta ‘personne’, ton ‘être’, ton corps, etc…

Bienclusion

Pour résumer Mark Passio: Autorité = Esclavage.

C’est l’imposition de la volonté de quelqu’un sur un autre donc le viol du libre arbitre et de la libre volonté. Donc ton viol, tous les jours de ta vie, normal que la vie est traumatisante!

Pas de maître = Pas d’Esclave = Anarchie ≠ Pas de règles ≠ Pas de Morale

L’Étatisme est par défaut de l’esclavage, un maître décide pour toi et pour ta vie. L’Anarchie est l’opposé et cela ne veux pas dire « pas de règles ou pas de morale », bien au contraire!

La Loi Naturelle ou Droit Naturel ≠ La loi faite par l’Homme

« Chaque être dans l’univers distingue le bien du mal » — K-Pax

Il est de notre devoir d’en terminer et d’en finir avec cette condition (contrat) d’esclavagisme. L’Esclavagisme est une ré-clamation (pub/pute) de propriété sur un autre être humain ou une part de sa vie. Par défaut c’est du Vol (viol), pour résumer, toute atteinte à un être humain est du Vol et c’est donc Immoral.

La Police ou Force de l’Ordre (les Forces d’une Société Privée, car un Ordre est une Société Privée Occulte, c’est aussi obéir à une commande donc un Acte de Commerce) pratique le rituel de l’Esclavagisme. Ces agents suivent les ordres aveuglement, ce sont des followers ou disciples (discipline), celui qui suit le maître, et la doctrine ou la religion de son maître, une croyance, c’est un sous-humain, en sous-mission, un soumis, commettant le crime en soumettant l’autre et en cherchant à le convertir et si le pèlerin/gens/gentile n’est pas d’accord avec lui alors par la force, il le con-verti ou/et le per-verti… ceci est du Satanisme.

« Suivre des ordres est la chose la plus immorale que vous puissiez faire » — Mark Passio

Attention, tu n’as pas le Droit de croire ce que tu veux! Ceci est immoral! Tu possèdes le droit de croire ce que tu veux, seulement si tu ne voles pas, ne violes pas ou ne supportes pas l’Esclavage. Je redonne le même exemple du Rabin, le Droit de pratiquer ta religion = le droit de mutiler un bébé et de pratiquer un acte de pédophilie en lui susang le sexe.

Le Droit à la Liberté ou le Droit d’être libre est un droit naturel, donné de(s) Dieu(x), de la Nature ou d’une Force supérieur non-humaine, etc… en aucun cas on ne peut te le retirer (inaliénable), ni le supprimer (imprescriptible)! Sinon c’est de l’esclavagisme pur et simplement du Viol/Volvol.

— Commentaires Jackfruit —

Voici un dissident! Dis-Ident(ité), Jésus l’anarchiste!

La trinité non-divine: Religion (Père), Monnaie (Mère) et Gouvernement (Fils qualité de pute).

6 réflexions au sujet de « Imposition par le consentement imposé »

  1. Excellent article, merci !
    La peur, la culpabilité et la naïveté permettent le consentement à l’impot…

    Un autre paradoxe :
    L’examen du CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS montre qu’il est divisé en deux parties :
    · La partie législative.
    · La partie réglementaire.
    Des le début de ses études, l’étudiant de capacité en droit connaît la différence entre :
    · Textes législatifs faits par le pouvoir législatif (LOIS).
    · Textes réglementaires faits par le pouvoir exécutif (DÉCRETS, ARRÊTÉS).
    On ne trouve trace d’aucun texte législatif à l’origine de la partie législative du C.G.I.
    Le Mégacode Dalloz « CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS » l’expose très clairement dans son « AVERTISSEMENT » :
    « Le Code Général des Impôts a été promulgué par un décret du 6 avril 1950 et mis à jour depuis par plusieurs décrets (…)
    « Au Code Général des Impôts proprement dit s’ajoutent les textes réglementaires (…) »
    La partie législative du CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS n’a pas été faite par le législateur mais par le gouvernement, par le pouvoir exécutif, pas par le Parlement.
    Il n’y a donc pas de partie législative du CODE GÉNÉRAL DES IMPOTS, ET CE, EN VIOLATION DE LA CONSTITUTION.
    Le juge n’a pas à contrôler la CONSTITUTIONNALITÉ d’une loi. ICI, il n‘y a pas de loi.
    Pourtant s’il y a une partie législative distincte d’une partie réglementaire dans le CODE GÉNÉRAL DES IMPOTS, c’est bien pour distinguer les textes législatifs et les textes réglementaires, ou alors les mots n’ont plus de sens, et le mot d’impôt non plus.
    C’est la Constitution qui définit la différence entre les textes législatifs et les textes réglementaires et celui qui est AUTORISÉ à les faire.
    Il suffit de lire le texte de la Constitution du 4 octobre 1946, sous laquelle a été pris le texte du CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS.
    Le texte qui a été pris pour faire la partie législative du CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS est un décret, le décret du 6 avril 1950, qui par définition, n’est pas une loi.

    « Article 3. – La souveraineté nationale appartient au peuple français.
    « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.
    « Le peuple l’exerce, en matière constitutionnelle, par le vote de ses représentants et par le référendum.
    « En toutes autres matières, il l’exerce par ses députés à l’Assemblée nationale, élus au suffrage universel, égal, direct et secret. (…)
    « Article 13. – L’Assemblée nationale vote seule la loi. Elle ne peut déléguer ce droit.
    « Article 14. – Le président du Conseil des ministres et les membres du Parlement ont l’initiative des lois. Les projets de loi et les propositions de loi formulés par les membres de l’Assemblée nationale sont déposés sur le bureau de celle-ci. Les propositions de loi formulées par les membres du Conseil de la République sont déposées sur le bureau de celui-ci et transmises sans débat au bureau de l’Assemblée nationale. Elles ne sont pas recevables lorsqu’elles auraient pour conséquence une diminution de recettes ou une création de dépenses.
    « Article 15. – L’Assemblée nationale étudie les projets et propositions de loi dont elle est saisie, dans des commissions dont elle fixe le nombre, la composition et la compétence.
    « Article 47. – Le président du Conseil des ministres assure l’exécution des lois. »
    Aucun droit au pouvoir exécutif à faire une loi A LA PLACE du pouvoir législatif.

    Dire le contraire amènerait comme conclusion et conséquence tragique qu’il n’y a pas de séparation des pouvoirs dans la République Française,
    Or, comme l’expose la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, reprise dans le Préambule de la Constitution en vigueur :
    « Préambule
    « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946. »
    « Article 16 – Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

    AINSI ACCEPTER D’APPLIQUER LA PARTIE LEGISLATIVE DU C.G.I, faite de façon incontestée par un décret (décret du 6 avril 1950), ce serait priver la République de Constitution et donc saper toute autorité dans tout le pays.

    J'aime

      1. C’est un des arguments que j’utilise pour aviser le centre des finances publiques de mon non-consentement.
        Merci à toi !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.