Etymologie·films·Non classé·symbolisme

☧irates des Caraïbes

1- La Malédiction du Black Pearl – The Curse of the Black Pearl
2- Le Secret du coffre maudit – Dead Man’s Chest
3- Jusqu’au bout du monde – At World’s End
4- La Fontaine de Jouvence – On Stranger Tides
5- La Vengeance de Salazar – Dead Men Tell No Tales

De nouveau un article seulement pour ceux qui s’intéressent au symbolisme, il attendait depuis longtemps.

Voici, les titres anglais et français, et en anglais donc en version original, c’est toujours plus précis!

2) « Le Coffre de l’Homme Mort » mais aussi « La Poitrine de l’Homme Mort », pour le jeu de mot, c’est là que se trouve le Cœur de Davy Jones (Neptune) et cela est super important!

3) « Jusque la fin du monde » est le jeu de mot.

4) La fontaine de jouvence est en faite, « Sur d’Étranges Marées » et pour le dernier

5) « Les Hommes Morts Ne Racontent Pas d’Histoire » (ou « ne disent rien »; car Tell=Tale dans la prononciation; donc « dire » ou « raconter »).

Alors dans un film de pirates, on devrait trouver plein de références et apprendre la loi du commerce, loi d’amirauté, et les règles et tromperies et codes maritimes des pirates! Une grosse super production programmation maçonnique de Disney, le bras droit armée militaire US.

Black Pearl

Le Black Pearl, c’est la Perle Noire, « Black », c’est Blacks Law ou le Code Noir. Black ou Noir, c’est sombre, brûlé, et ce n’est donc pas la lumière. Aussi le la mort, l’ombre et l’occulte en soi. De l’ancien français, perle, du latin perna (« cuisse, coquillage ») par l’intermédiaire du diminutif *pernula:

–(Figuré) Chose qui a l’éclat de la nacre, donc « glossy »la Glose: l’art-nacre.
(Figuré) Chose qui a la forme ronde de la perle. Symbole de la perfection ; ce qu’il y a de mieux dans son genre.
–Erreur particulièrement amusante commise par quelqu’un à l’oral ou à l’écrit, rapportée comme une citation.

En anglais, perle ou beadpearlbeaddrop (goutte): (figuratif) gem, jewel, beauty, treasure (gemme, pierre précieuse, joyaux, beauté, trésor). « sparkle » donc étincelant, brillant, la glose.

Apparenté à ou issu du grec ancien πέρνα, pernaCuisse, jambon (de porc). Pinne marine. Partie inférieure d’une branche arrachée au tronc, talon d’une branche. Partie de la souche arrachée avec un rejeton, donc ici on a la description de l’action d’enlever la perle de son calice, du coquillage, une caésarienne en quelque sorte, l’essence, l’âme, l’enfant? Le joyau du coquillage, une ambiguïté placenta/enfant? C’est un peu la virginité qu’on retire/viol du coquillage, mais aussi le fruit, l’usufruit qui sera vendu un bon prix… Mel Ve aussi corrobore Pearl avec Parler et Dragon, on a donc le Black Pearl comme le Parler Noir, la magie noire, le langage de la négoce et du commerce et de la manipulation.

Black Jack

Perle en suédois: on a pärla, Aurait-on donc le Parler Noire? … la langue du serpent?! L’Etymo est reliée au serpent en plus. Et donc la langue du Commerce. Et qui de mieux la parle que son maître et capitaine Jack Sparrow, le barreur complètement barré, le Black Jack! ou Jeu Noir ou Valet Noir, Le 21, les paris, les casinos, surtout la Chance! (21, la plus forte carte du Tarot, le Monde, qu’on retrouve dans le titre « Jusqu’au bout du monde ou la fin du monde »).

la vesica pisce sexy, le sexe de la femme

On est pas loin du Joker et du Fou que représente très bien Jack Spa-r-row (ramer dans les eaux de jouvence) et je passe tout le vocabulaire du jeu 21! On aussi Jockey, Disc-Jockey, Jacky… jaculate, cracher son venin…

Perna en anglais, du moyen-Cornouaille prena (acheter, pregnant ou enceinte), du Proto-Brythonic *prɨnad, du Proto-Celte *kʷrinati, du Proto-Indo-Européen *kʷrinéh₂ti ~ *kʷrinh₂éntiIndo-Iranien, cognate avec l’Estonien põrn (spleen” ou la rate en français). On est pas loin de Coxa donc l’entre-jambe… le vagin. « A kind of mussel« , une variété de moule… Alors on achète des moules et on en fait le commerce?

Alors Sparrow? Un drôle d’oiseau, un messager… Moineau, passereau ; piaf (Familier), mais surtout une Mésange, ou messages… ou mes anges. Du Vieux anglais spearwa (sparrow) et spear est une lance. En Angleterre, principalement Londres dans le dialecte Cockney: A quick-witted, lively person: une personne vif d’esprit. Sparra, « to spar » c’est s’entraîner avec quelqu’un, un adversaire d’entrainement en boxe. Spar, de Sparren, frapper rapidement, se débattre, résister, opposer, contester par les mots. De l’espagnole espada « sword » ou « sabre, épée » ou du grec ancien « lame » (une lame de tarot). En danois « spar » est « spade » ou la suite Noire de Pique. « to spare » est aussi « épargner » (ne pas tuer). (Sparrow est le ‘sparing partner’ de Will Turner, l’apprenti) (On a bien l’analogie sword et word par le parler).

On a le Jack of all trades: Homme à tout faire ou touche-à-tout.

Jack? De l’anglais moyen jakke (tout appareil mécanique), du nom Jack, du vieux français Jacques. Un appareil mécanique pour supporter et étayer une charge, un homme, un animal mâle, une carte de jeu avec la lettre « J » et l’image d’un prince ou cavalier ou chevalier, le numéro 11 de sa suite (knave) mais surtout le « valet » et le valet est un servant, un esclave, un enfant, un homme trompeur, un petit drapeau de navigation, un signe naval sur le mât, l’Union Jack est le drapeau du Royaume-Uni.

Union Jack

Et c’est aussi, une armure de cuir du moyen-age, un penny avec une tête des deux côtés pour tricher, un nom de poisson, un marin, une gourde en cuir pour la bière, un connecteur électrique et le fruit du Jacquier ou Jackfruit.

Jacquerie, dérivé de Jacques, sobriquet appliqué pendant la première moitié du XIVe siècle aux paysans (les « vilains« ) avec le suffixe -erie. Par exemple, le soulèvement des paysans contre les seigneurs, qui eut lieu pendant la captivité du roi Jean le Bon en 1358, figure dans l’Histoire sous le nom de JacquerieInsurrection des paysans, donc Piraterie en quelque sorte. Jaque, ou « jaque mate » = « échec et mât », une jaquette, un habit, jaque de mailles ou une côte de mailles. Espagnol, jaca ou jaco, un petit cheval, du vieux espagnol haca, vieux français haque, du moyen anglais hack, de Hackney, un borough de Londres connu pour ses chevaux. Jacques, le Nom ou Jacob. Jacques, Personne niaise, un peu sotte. (Argot) Pince-monseigneur. On retrouve le mot « hacking ». Aussi ‘Jackass’: connard mais surtout jacasser donc parler: Bavarder d’une manière fatigante comme Jack quand y saoul ses adverses pour qu’ils ne comprennent rien, dans le 5ème épisode, il se saoul/noie lui-même d’abord! Jacqueter:

Jacquerie, Jackerie et Piraterie, même combat.

En passant le Roi Jacques Ier d’Angleterre s’appelle King James I, du nom de la Bible reformée sur laquelle la Reine d’Angleterre prête serment. Donc acte de piraterie, la période 1600 contenant 1666 est plein d’Histoires… On peut relier James Bond.

1 La Malédiction du Black Pearl – The Curse of the Black Pearl

« Parley » (pourparler, négociation), la règle d’Or invoquée par les Pirates pour pouvoir négocier avec le Capitaine, et donc du français! Là est la clef! C’est la loi du Commerce, la seule et unique règle je pense car toutes les autres dans le film sont transgressées, en ce qui concerne le Code, Code Pirate. C’est aussi chacun pour sa peau, deuxième règle! Il en va de chacun et de soi de comprendre les règles et de naviguer les eaux de la Liberté. Le Silence est donc bien synonyme de Mort car c’est un consentement tacite. Car comme dan l’épisode 5, les morts ne parlent pas.

Bon, l’histoire par du Médaillon Aztec en or avec tête de Pirate. On a Elizabeth, la reine…Miss Swan (latin sonus, son mais son ou sun donc soleil), le cygne, signe. Pour Will Tuner (fils de Bill Turner notre ami néo-zélandais lol il a même mis la photo du personnage sur sa chaîne youtube), rien d’autre à part que c’est le Prince William, l’héritier mais pour l’instant il né toujours qu’un enfant, « a boy ». On voit le drapeau de la domination anglaise sur les mers. « Will » c’est la « Volonté » mais aussi le « Testament »!

Puis arrive Jack Sparrow (avec du style, sur un bateau coulant) et le docker lui demande de payer 1 shilling pour pouvoir amarrer son bateau (Qui est sous l’eau) et il lui demande: « Quel est votre nom? » et il répond: « 3 shillings et on oublie le Nom ». Toujours 3 lol L’huissier et Docker accepte ce contrat et Jack récupère une bourse derrière (ses couilles, son patrimoine, il n’a pas voulu prendre le NOM).

Puis Jack se dirige vers le navire, les 2 gardes l’interpellent, en lui disant, que le ‘dock’ est interdit aux civils!!! Il répond: « Eh bien, si j’en vois 1, je vous le dirais »… Jack affirme bien qu’il n’est pas un citoyen/civil, mais bien un pirate, un être vivant ( un souverain, mais c’est vrai que ‘vivant’ c’est mieux que ‘souverain, mais faut bien utiliser les mots!). Les 2 gardes lui demandent « qui êtes-vous? » et il répond « Smith » (voir sworsmith/blacksmith ci-dessous), le nom bateau typique US. Il leur dit même « mais je vous dit la vérité, c’est juste que vous ne voulez pas croire la vérité ». En faite, Jack ne dit jamais son Nom, car c’est les gens qui le disent, il le connaissent car il est déjà souverain, souverain de son propre navire (bon ici il se l’est fait volé! et l’autre à couler!) et de sa propre liberté, il maîtrise les règles et les lois Maritime. Et il va nous apprendre comment faire…

Il a son bandeau rouge ? et le Tricorne: il est toujours porté par le maire de la City de Londres, il est le résultat d’un « pledging the brims » pour faire un triangle (une pyramide?), une technique de p-lier les bords, brim est le bord du chapeau et donc le bord (de mer, bâbord, tribord: partie droite du bateau, mais 3 bords: gauche, droite et devant car le derrière est passé oublié… et déjà plié) et, pledge est jurer, lier, contracter, un engagement. D’ailleurs quand on est brimé, on plie…

Mais la mutinerie n’a pas l’air d’être de la piraterie (mais cela en est bien!). Dur de savoir comment le sens des mots ont été changé. Il faut préciser qu’Etienne Chouard conseille un bouquin sur les Pirates qui remet en place leur vraie histoire: « Pirates de tous les pays » (par Marcus Rediker), c’est les navires anglais, espagnoles et français, navires marchands, qui étaient vraiment les pirates, les commerçants d’esclaves, alors que les pirates étaient comme Robin des bois, de vraies individus libres et souverains (comme pour les Indiens/Cow-boy, etc… Hollywood nous a peint une fausse histoire des choses, voir aussi la vraie histoire des USA de Howard Zinn, en anglais). D’ailleurs tout ses films maintenant s’inspire du boulot de Rediker. Les gouvernements ont fomenté pleins de calomnies sur les Pirates, c’est toujours le vainqueur qui écrit l’histoire…

Et Will Turner est un (S)wordsmith ou Blacksmith, un forgeron ou fabricant d’épée (on en a déjà vu la signification). Le wordsmith sait forgée les contrats comme Jack… et pour toi qui te pose la question lol Il existe en effet le ‘Whitesmith‘… c’est l’étameur et le rétameur… celui qui rétame avec l’épée et les mots! Donc, le Mr Smith de Matrix est un blacksmith (costume/lunette noire) mais il devient plutôt rétameur/frappeur ensuite! Ils forgent aussi les codes…

On voit aussi le tatouage de Jack et la marque aux Fers de « P » pour Pirate, le Chrisme marque le trésor ☧. En faite le tatouage vient du faite que les prisonniers étaient tatoués pour qu’on puisse les reconnaître, donc symboliquement si vous êtes tatoué surtout un papillon, vous êtes esclaves, prisonnier, pirates (mais potentiellement libre!). Alors pourquoi poussent-ils le tatouage de plus en plus dans les films, à la TV, et chez les enfants?! Car c’est cool! Eh ben non! (Voir tatouage dans le Glossa).

Le médaillon d’Or, en touchant l’eau(r), réveille et alerte les Pirates fantômes… Il semble que par défaut, l’Or attire l’Amirauté! ILS s’accaparent tout l’Or du Monde (et l’Or-dre!)… intéressant… mais pourquoi? Les Indiens Kogis donnent un début de réponse… le fil d’Or qu’ils utilisent pour retracer l’équilibre du Monde (voir documentaire de la BBC) dans le Monde de l’Invisible (fantôme). Les enfantômes perdus en Mer? Disparus presque 10 ans!

« L’Or nous appelle »

Jack essaye d’attirer le Chien (Dog) avec un Os pour obtenir les clefs de la prison (ça marche pas!), c’est la pleine lune bien sûr! Elizabeth invoque le droit de « Parley » (negocier) avec le Capitaine! Ce droit protège l’individu jusqu’aux négociations! Elle reconnaît qu’elle a vu le Pearl, il y a 8 ans (on est pas loin de 7!)…

Le Code des Pirates est plus une Ligne directrice, directive, consigne (Acte, Articles et Code), qu’une Loi…

Où, le Black Pearl ‘make berth‘ (faire sa naissance)? Will veut savoir et demande à Jack (toujours en cellule)… Ils font ‘accord’ et vont pour voler le bateau, en utilisant une barque renversée pour respirer sous l’eau… Ici, Jack nous apprends comment ‘respirer sous l’eau’ et naviguer sous le nez de l’Amirauté!!!

Will sort Jack de prison… il prends ses affaires (pistolet/chapeau/sabre)… en disant « ses Effets« … et oui, ‘uniforme’, et ‘armes’ font des Effets de Commerce et de Négoce… Le Far-West, ça marche, je le répète, celui qui a le flingue fait la Loi.

Jack nous em-barque dans l’Art de la Négociation et l’Ar(t)naque! Il comment déjà à enseigner à Will, l’art de la Piraterie, pas de règles, mais des règles, mais pas de règles lol « can you sail/sell at the command of a Pirate » (Jack à Will)… Peux-tu vendre/naviguer aux ordres/commandes d’un Pirate »…

(Jack à Gibbs) Ils réveillent Gibbs (un ancien agent de la Reine) qui dors dans la boue avec les cochons (c’est le citoyen de base, le mougeon), avec un seau d’eau (l’Amirauté, la Fraude réveille les mougeons!)… Gibbs lui dit, cela porte malchance de réveiller un homme quand il dort… mais Jack dit qu’il sait contrer cela!

L’homme qui fait l’Éveil (le réveil) du dormeur (de l’endormi) achète l’homme qui est endormi (aussi ‘slipping‘ est ‘glisser) avec la boisson! (Il le réveil et le convainc/vin par l’eau, drink, c’est boisson/alcool mais aussi ‘eau’). L’homme qui dormait (mais aussi celui qui l’a endormi avec la boisson ou acheter des tournées), boit, pendant qu’il écoute la proposition de l’homme qui le réveil (l’éveil)…

Une rhétorique très puissante et plein de connotations et de jeux de mots! Même Gibbs ne semble pas comprendre, c’est la façon de Jack d’entourlouper les gens, en leur disant un truc puissant, qui a plusieurs significations, et qui pète le cerveau! Même le mien! Mais en gros, Jack vient, en plus de Will, éveiller Gibbs, et l’appeler (le rappeler) à son devoir (envers lui-même) et son opportunité d’être vivant, par l’eau (une sorte de baptême)… l’autre seau dans la gueule étant pour le laver de la puanteur de la mort citoyenne/civile!

« he man who did the waking buys the man who was sleeping a drink. The man who was sleeping drinks it while listening to a proposition from the man who did the waking ».

Donc l’équipage du Black Pearl est mort! (disparu presque 10 ans). Ils ne ressentent plus rien, ils sont fantômes et maudits comme ceux qui portent le SURNOM (tatoué sur papier). Et ils cherchent leur Or pour pouvoir redevenir vivant, quelque part en expiant leur péché d’avoir voler (l’or de Cortès, symbologie?), et surtout avec le Sang pour redevenir Chair et Vivant et Libre. Il faut le Sang du père de Will, et le sien aussi, ici, on parle de lignée, d’arbre généalogique, jusque la pomme d’Adam que Barbossa ne peut pas croquer, c’est la pomme du savoir et de l’arbre de la connaissance que Jack maîtrise car il sait ce que c’est que d’être libre et pour lui le Black Pearl représente la Liberté totale d’aller où il veut, quand il veut, d’être son propre maître. Jack rêve d’être le Roi des Océans.

« Il n’y a qu’une seule loi: ce que l’homme peut faire et ceux que l’homme ne peut pas faire » — Jack Sparrow

On voit l’île des Pirates, de débauchés, d’alcool, de prostituées et de bagarres, programmation clichée. Le singe est (p)re-nommé Jack. Turner devient la monnaie d’échange, enfin son sang.

« Tout re-prendre et ne rien re-donner » — Devise Pirates

On a la pleine lune, le sacrifice du sang et autres clichés de sauver la princesse pour la niquer. Elizabeth est en rouge, la femme écarlate! Effrayée par les squelettes et l’attente de la mort… adrénaline et adrénochrome… rituel…

« L’éclat de la lune révèle notre vrai nature morte »… la Lumière, même de la lune révèle et mets la lumière sur le faux, le monde des morts!

« Tu devrais croire aux histoires de fantômes car tu est entrain de prendre/faire partie de cette histoire » — Barbossa s’adressant à Elizabeth

Et oui, on est tous morts et fantômes de cette histoire d’esclavage et de SURNOM et de Piraterie.

« Tout homme tombant derrière dans la bataille, reste derrière »
— Devise Pirates (pas de sauvetage) —

« Tous les trésors ne sont pas Or et Argent » (la Vie, le Vivant)

Le coffre est situé sur l’Île de la Muerte, donc de la mort et on demande d’être Silencieux comme dans un cimetière (loi de la terre d’outre-tombe du Vatican voir un autre article). L’Île est donc leur cimetière car ils sont morts-vivants, comme nous le sommes tous et c’est là forcement qu’il faut qu’ils se libèrent par le sang, le vrai Or et la vraie clef, le vivant.

Barbossa et Jack se battent pour avoir le Nom (de Will) qui doit servir de sacrifice (sacré fils, de Bill Turner), don du sang, ils doivent tuer le NOM pour redevenir Vivants! Ils échangent quelques rhétoriques intéressantes sur le Nom… va comprendre! On voit toujours en fond, la Pomme Verte, que Jack croque, de l’arbre de la connaissance (car il connaît le NOM); alors que plus tôt, Elizabeth ne l’avait pas croquée (Ève) car elle l’a croyait empois(s)onner!

Petite scène avec le Muet et le Perroquet « on suppose que cela veut dire oui »!!!

Les Pirates rentrent dans la Grotte/Con… presque un retour vers la Nature et un Rebirth, une Renaissance, c’est ce qu’Ils veulent tous! Il y a des montages de trésors, mais ils veulent la Vie!!!

Ils partent donc à la poursuite de Will et Élisabeth… « Turner » est aussi « Turn », le Tournant, le virage à gauche vers la Vie et donc (ne) plus à Droite (le Droit=NOM=Tribord, Trinité du Trust). (Marine) Partie droite (s-tier/steer) d’un navire lorsque l’on regarde vers la proue. Quand tu regardes ton acte, c’est l’inverse 😉 Donc, on est bien dans les bons sens!

Lors de la bataille des 2 navires… la gourde que Jack récupère et qui est tirée d’un canon et qu’il rend à son second est en cuir et est appelée « Jack », il lui dit: « Elle est vide », comme Jack… le singe, ‘merci’, qu’ils ont appelé Jack!!! Will, révèle son NOM à Barbossa pour négocier la libération d’Élisabeth et de l’équipage (mais pas de Jack) qu’ils vont laisser avec Élisabeth sur l’Île déserte… libre mais, Will a oublié de spécifier les termes du contrat (libre interprétation), le lieu, donc ils décident pour Will, de les laisser mourir sur une île déserte, avec une seule balle pour deux…

Voilà, on apprend encore à négocier! On va apprendre comment Jack s’est échappé après 3 jours (à boire du Rhum!)… récupérer par un bateau/navire/ship de contrebandier de Rhum passant lol C’est cela un ship/bateau, la Liberté, le Black Pearl est/représente sa liberté! Son moyen de locomotion sur les Océans… Élisabeth lui bourre la gueule (référence à la phrase plus haut avec Gibbs)…

Ce coup-ci, c’est l’endormi Jack (qui a perdu le NOM et sa liberté) qui est réveillé/éveillé par Élisabeth, mais par le feu, elle a mis le feu au baril de Rhum pour alerter les navires de loin… (son père et les agents, les récupèrent). Élisabeth, négocie, le sauvetage de Will, contre son mariage avec le Commodore! « Silencieux comme la tombe« , Jack, doit rester!

Ils arrivent tous sur l’île, est Jack, tend encore son piège lol Car, si les Pirates redeviennent vivant, les anglais vont les tuer quand ils sortiront! il  vole une des pièces en passant, et donc, il se pavane! Car il sait, il a la connaissance lol! Il a croqué la Pomme! Il négocie sa vie, son statut de Capitaine… son Navire, il essaye de s’accorder…

« Take a walk » (allez-y à pied… ah c pas pareil en français!) et les pirates, marche sous/sur l’eau (un tour de magie)… pour prendre à revers les anglais… plus le leurre, l’arnaque des 2 ‘femmes’ déguisée sur la barque… (on a encore une pleine lune).

Jack à Barbossa: « Moi, je suis toujours dishonest (Malhonnête) donc imprévisible », c’est comme cela que se combat l’Amirauté, la négociation, le commerce… par défaut, de toute manière! On a la bataille Will/Jack/Barbossa, les 3, le tier, la trinité, le trust… pour la confiance, la négoce, la fiducie… Élisabeth porte toujours la veste écarlate, elle essaye de convaincre l’équipage d’aller sauver Jack et Will… mais ils ont déjà le navire et donc leur liberté… mais on verra qu’ils vont les aider, car on a aussi besoin des autres, et d’être/Être plus nombreux pour se libérer des Agents!

Davy Jones qu’on retrouve dans les autres épisodes, est considéré comme Neptune.

On voit même Jack comprendre comment marche la magie de la pièce d’or (théâtre), en l’utilisant pour passer dans le monde des morts, se sauver la vie et revenir dans le monde des vivants par le sang, il nous mon(s)tre le chemin lui-même. Jack en ressort d’ailleurs avec la couronne sur la tête, il est le roi (il est libre et il a (presque) le Black Pearl).

Jack sauve Élisabeth de la mort par Barbossa, en tuant Barbossa, alors que Will n’a pas encore rendu son sang et l’or… mais Barbossa en mourant dit « Je ressens », il est heureux! Car il est vivant, il peut sentir les choses! Être en Vie!

Perdre le Black Pearl (son véhicule, sa liberté, son vivant) est donc la faiblesse de Jack, il se laisse capturer et va être exécuter (exéctuer) et pendu, dans l’énonciation de sa condamnation, il est dit qu’il est coupable car il a trahit la couronne (Crown), en effet il a bien trahit la couronne d’Angleterre mais il a aussi échoué à reprendre le Black Pear,l donc il a trahit sa propre couronne. Le Black Pearl est son bateau, son ship, son vaisseau, son moyen de transport (passeport) pour naviguer sur les eaux de la liberté, quelque part c’est même son identité, l’épisode suivant confirmera que c’est ce qu’il veut le plus

Will perd Élisabeth car elle doit marier le Commodore, mais les 3: Will, Élisabeth et Jack avec sa couronne, rame vers l’Interceptor… ils sont donc prisonnier… Jack Sparrow est condamne… Jack, rajoute toujours ‘Capitaine’ car ILS oublient toujours son titre (de vivant) Capitaine… L’équipage vient le sauver! Will déclare son amour à Élisabeth…

On termine par l’exécution de Jack, Will est devenu homme, il porte tout l’apparat d’un chevalier, déguisement de pirates vraiment, et il montre à Jack, en le sauvant, qu’il a comprit comment être libre, en affirmant ses choix de vie.

« — Turner, vous oubliez votre place?! (Commodore)
— non, c’est juste ici entre vous et jack. (Will) »

Turner, le SURNOM, maintenant Will sait se placer entre les NOMS. Il se positionne entre le Commodore mort et Jack, le vivant, (ne)plus comme un Blacksmith (le tranchant des mots) mais comme un Pirate (on met des actions sur ses mots, la vie). (Turner est celui qui tourne).

« This is where you heart truly lies« … ton cœur ment (jeu de mots), ton cœur est vraiment du côté de Will et Jack (Eh oui, du côté de la liberté)… En (notre âme et) conscience comme le dit Will au Commodore… on souhaite tous être libre dans nos cœur (et le Commodore va comprendre cela, ils convertissent donc le Commodore, il plante la graine, en tout cas, de la liberté (ne plus être un agent). Du coup je pense que la référence religieuse (dessus) et bien une conversion spirituelle!

C’est un moment clef, hyper-puissant:

« Nous sommes tous arrivés dans un endroit très spécial à ce moment précis, Spirituellement, Oecuméniquement et Grammaticalement » — Jack Sparrow

Oecuménique, qui réunit toutes les Églises Chrétiennes, les fiefs de la mort grammaticale (du NOM) et spirituelle. Pourquoi Jack utilise spécifiquement ce mot?! Oecuménique, Emprunté au latin oecumenicus (« universel ») dérivé de oecumene (« terre habitée », « univers »). Ce dernier mot est emprunté au grec ancien οἰκουμένη oikouménê, participe-passé de οἰκέω oikéô (« habiter »), avec γῆ gễ (« terre habitée ») sous-entendu.

Puis ensuite Jack s’adresse au Commodore et lui dit qu’il doit bien comprendre qu’il a toujours (soutenu) été de son côté/pour lui (pour bien lui faire comprendre le principe de liberté, le tenir dessous pour l’aider à monter et voir ce qu’est un homme libre).

Il tombe à l’eau et est sauvé par le Black Pearl (sauver par la liberté et non pas par l’Église baptismale), de plus le gouverneur dit que desfois pour poursuivre la bonne cause, il faut faire un acte de piraterie, la piraterie peut être la bonne cause, en s’adressant au commodore. Turner dit « j’accepte les conséquences de mes actions », un vrai homme responsable et par l’épée (que Will a fait lui-même d’ailleurs, autonomie) il est symboliquement fait chevalier par le commodore qui comprend la loi de la liberté comme le gouverneur d’ailleurs.

Une belle bataille du commerce mais la guerre continue. Le père d’Élisabeth: « C’est la voie que tu as choisi, après tout… c’est un blacksmith« … (il forge sa propre destiné)… « non, c’est un pirate »...

2 Le Secret du coffre mauditDead Man’s Chest

Et, on va bien voir que c’est un(e) offre maudit(e)… le prix de l’éternité!

On a un premier plan sur les tasses de thé et l’eau, référence à Bruce Lee?

« Soit comme l’eau dans la tasse de thé, elle devient la tasse de thé, soit comme l’eau, mon ami »

Ils sont donc arrêtés pour avoir aider un Pirate, Jack Sparrow, qu’ils corrigent tous les deux comme « Capitaine » Jack Sparrow. L’Officier les mettant sous arrêt est celui qui a mis le fer sur l’avant-bras de Jack. On a du coup un plan sur un oiseau noire (de mauvaise augure) qui mange les yeux d’un cadavre (corpse, corporation, et surtout l’occulte, oculus, occulter) et un cercueil est jeté à la mer! Disparu en mer, encore et toujours, Jack est de nouveau mort, il doit donc récupérer sa vie et son honneur… et pourquoi jeter un cercueil alors qu’on peut juste jeter les corps à la mer.

Il tue l’oiseau (noir) de mauvaise augur, au travers du cercueil. On voit Jack sortir du cercueil (mort-vivant) (raise from the dead, résurrection, après un repos bien mérité) et ramer avec une vraie jambe (leg en anglais donc un leg/héritage) droite. C’est « the Island of Mercy », l’Île de la Miséricorde (de la pitié ou du merci, dire merci, c’est faire une offrande, Mer-cy donc Mer-SeaSee pour la Papauté et faire une offre = commercy).

On voit le couple d’ex-zombie (eux aussi revenus de la mort) qui vont devenir membre de l’équipage de Jack. Ils faisaient déjà partie de l’equipage du Black Pearl avant, avec surtout celui qui n’a qu’un œil! Et ils disent « Je veux voir quelque chose de luisant, une chose qui brille (de l’or, mais aussi le « shiny » et « glossy », du « brillant », donc la « Glose »), cela fait trop longtemps qu’ils n’en ont pas vu.

On passe au dessin d’une clef (que le Singe-jack toujours mort-vivant essaye de voler), celle qui ouvre le coffre, où se trouve le cœur de Davy Jones (Neptune). Jack se met à parler un peu n’importe quoi, pour ‘confusionner’ le cerveau de ceux qui  demandent, c’est une de ses techniques principales qu’il adore utiliser, il « balbutie », en anglais « babble » (comme un bébé) donc le langage de Babylone, le Légalais, le langage juridique, il n’y a bien sûr que la Maître ou le Capitaine ou l’Homme libre qui la maîtrise.

« Est-ce qu’on a un CAP? »
(faire voile sans même connaitre son CAP — Mister Gibbs)

De retour à l’officier, l’Agent de la Couronne et de l’Amirauté, qui veut faire une « transaction » avec Jack afin de retrouver « propriété » (il mentionne la marque de fer affligée aux pirates capturés). Tout cela pour la Liberté et la Justice. Ils leur faut donc le Compas (boussole) (franc-maçon, dans l’œil), pour trouver leur position (bearings en anglais, ou bear rings, les anneaux de l’ours (la Grande)) et se repérer. D’ailleurs il demande en échange de donner a Jack, une lettre du roi (Lettre de Marque), lavant tout ses problèmes de Justice et Piratage en prenant le Statut de Privateer (Corsaire en français), en gros, le statut d’allié ‘commerçant’ privée, un mercenaire ayant la licence de tuer, voler, faire la guerre et Will dit comme un travail! vous ne connaissez pas Jack, il n’acceptera jamais (de travailler!), l’officier sourit comme si c’était déjà comme cela par défaut! Et Jack n’acceptera pas dans l’Episode suivant, au contraire de Barbossa!

« Le mot « corsaire » a été emprunté à l’italien « corsaro » lui-même dérivé du latin « cursus », « course ». Le mot « corsaire » est attesté du XVe siècle au début du XVIe siècle) mais le terme de pirate était encore utilisé comme synonyme à la fin du Moyen Âge, d’où la confusion entre les deux acceptions ».

On retrouve ici le cursus (éducation) et le ‘curse‘ ou ‘maudire’ et ‘malédiction’… et les Courses de la Vente!

  • Les corsaires sont des civils mandatés par « lettre de course » des autorités de leur nation qui, en temps de guerre, combattent d’une façon indépendante avec un statut équivalent aux militaires les navires sous pavillon étrangers mais sans être rattaché à un état-major, tout en obéissant aux lois de la guerre.
  • Les pirates, au contraire, pratiquent le banditisme. La piraterie n’a pas disparu avec la fin de la marine à voile, elle est toujours pratiquée aujourd’hui sur les océans et notamment au large de la Corne de l’Afrique où des navires de guerre protègent le commerce maritime sur une zone aussi étendue que le continent européen.
  • La confusion résulte du fait que les corsaires faisaient la guerre aux nations ennemies en s’attaquant à leur commerce et que, jusqu’à la fin du Moyen Âge, les termes de corsaire et pirate étaient employés indifféremment.
  • Les corsaires faisaient la guerre selon les mêmes lois que les marins d’État, c’est-à-dire ceux de la Marine (royale puis nationale, impériale en ce qui concerne la France), mais dans un but commercial et non militaire. Ils concluent un contrat appelé chasse-partie quelques jours avant le départ, toutes les décisions sur la destination, l’objet de l’expédition et les prises étant collectives.
  • Le résultat de la procédure était envoyé au tribunal des prises (appelé aussi Conseil des prises), dépendance de l’Amirauté qui statuait sur la légitimité des captures.
  • Selon la Constitution américaine, le Congrès conserve le droit de « déclarer la guerre, d’accorder des lettres de marque et de représailles et d’établir des règlements concernant les prises sur terre et sur mer » (Article 1, section VIII). L’administration Bush, après les attentats du 11 septembre 2001, a souhaité renforcer le droit constitutionnel de prises en mer en voulant faire voter une loi, September 11 Marque and Reprisal Act of 2001, qui autorise le Département d’État à octroyer des lettres de marque sans attendre l’aval du Congrès. Ainsi des personnes ou des sociétés pourraient se voir confier des missions militaires navales offensives. Mais ce texte n’a pas été adopté. D’autres tentatives de conférer au Président des États-Unis le droit d’octroyer des lettres de marque ont été débattues au Congrès en 2007 et 2009, mais n’aboutirent pas.

Arrive le père de Will, Bill « Bootstrap » Turner (« Amorce » ou « pied attaché ») (Bill « le Bottier » en français), de retour des morts, enfin il est mort, transformé en créature de la Mer (de l’eau, mort-vivant) et de Nep-tune. Le deal était soit tu restes mort-vivant au fond de l’océan (prit par les eaux et porté disparu en mer) éternellement, soit il rejoignait (jonction) Davy Jones comme esclaves pour peut-être avoir une chance de vie. Donc pas bien le choix, un peu comme le mougeon consentant par défaut (la carotte, le rêve amerlocain). Bill, en anglais, c’est la facture, et Will, c’est la volonté… mais les deux, derivent de Williams ou Guillaume, prénoms royaux.

« Bootleg« , est la (contre-)façon de passer des marchandises en contrebande, et drive aussi de « leg » aussi « l’héritage », « le patrimoine d’héritage » mais aussi de « ledger », voir article sur le ledger, donc la comptabilité, la pierre tombale, un compte, un hameçon, un appât, une arnaque, une tromperie pour faire de l’argent… Il faut voir la vidéo de Romley Stewart, énormément de Symbolisme. Aussi dans la version francaise, le Bottier, comme Harry Potter, le Pottier… les bottes c’est pour marcher sur terre, mais surtout dans l’eau…

Bill est le seul qui ne s’est pas mutiner contre Jack quand Barbossa a pris le contrôle du Black Pearl avant le début du l’Episode 1. Le Leviathan est le chien de Marque;et Bill lui donne dans la main, la Marque Noir, pourchasser par le Leviathan, l’animal domestique et ami du Poulpe Davy Jones. Jack y perds son Tricorne, son ‘rang/rôle’ de Capitaine, il doit vite retourner sur Terre s’il ne veut pas mourrir, on ne peut échapper aux Lois de la Nature…

Davy Jones donne le « black spot », la « marque noire » à Jack (une lettre de marque occulte), donc un  « curse », une punition, une malédiction, dans la main, un espèce de tag (RFID), un tatouage invisible pour que le Kraken le retrouve (Big Brother de Davy), Jack a donc très peur et veut absolument trouver Terre; et oui soit il meurt en Mer, loi de l’Amirauté, soit il trouve son remède Terrien de la Common Law.

Colossal octopus par Pierre Denys de Montfort – C’est le symbole de l’Hydre, Le Spectre qu’on retrouve dans James Bond, L’Hydra dans la série S.H.I.E.L.D, bref le Léviathan caché, occulte, la mort du consentement tacite qui vous emmène dans les abysses de l’esclavage et la servitude moderne.

The Kraken by Tennyson, 1830

Below the thunders of the upper deep;
Far far beneath in the abysmal sea,
His ancient, dreamless, uninvaded sleep
The Kraken sleepeth: faintest sunlights flee
About his shadowy sides; above him swell
Huge sponges of millennial growth and height;
And far away into the sickly light,
From many a wondrous grot and secret cell
Unnumber’d and enormous polypi
Winnow with giant arms the slumbering green.
There hath he lain for ages, and will lie
Battening upon huge seaworms in his sleep,
Until the latter fire shall heat the deep;
Then once by man and angels to be seen,
In roaring he shall rise and on the surface die.

Le Kraken de Tennyson, 1830
Traduction du poème :

Sous les agitations de la surface,
Loin, loin, dans le calme des abysses,
Enveloppé de son très vieux sommeil sans rêve,
Repose le Kraken.
De faibles reflets de lumière
Frôlent ses flancs ténébreux.
Des éponges géantes, millénaires,
L’entourent.
Dans la pénombre des cavernes infinies,
D’énormes poulpes
Démêlent de leur bras la verte statuaire.
Il s’y repose depuis les premiers âges
Et toujours monstrueusement grandit,
Dévorant d’immenses vers marins,
Jusqu’à la Fin des Temps, le dernier incendie,
La rouge Apocalypse.
Alors, pour la première fois,
Il sera vu des hommes et des anges.
Il se réveillera dans l’horreur pourpre,
Il montera à la surface
Et y mourra.

Et la bête semble se diriger sur son Tricorne! Qui ravage un autre navire! C’est le chapeau de l’homme de paille ou « Strawman Hat », l’épouvantail. Le chapeau symbolise plusieurs couvre-chefs (3), soit l’homme de paille qui travaille au champ comme un esclave soit, la couronne du Roi, qui est souverain de lui-même! Soit le Capitaine portant le Tricorne…

Pour ceux qui connaissent, c’est le but ultime et le « One Piece » de Luffy de battre le gouvernement et tous autres pirates ou milices qui l’empêchent de devenir vraiment libre et son propre souverain et donc le Roi des Pirates, comme Jack Sparrow. Chapeau de Paille se transformant en Couronne Royale, de Sang « D » (« D » en anglais est « dit » ou Dieu?) Royal… D’ailleurs, Luffy dans sa quête utilise deux bateaux, le Vogue Mary (la Mère) et ensuite le Sunny (Horus, le Père)… Chapeau est Château avec ses tours et couronnes crantés.

D’ailleurs, le pavillon/drapeau pirate, le « jolly roger » correspond bien au roi des Pirates, Gold Roger (qui sourit (= « jolly ») tout le temps et s’appelle aussi « roger »). Par « Roger l’enjoué » ou le « joyeux Roger », en anglais, le terme « roger » qui signifie « vagabond » est proche de celui de « rogue » qui signifie « gredin » mais aussi « Rebelle » ou « le vilain canard » ou encore « hors-la-loi », mais aussi les anglo-saxons et l’Armée surtout au walky-talky dit ‘roger’ pour dire qu’ils ont bien compris et enregistré donc registre et roger viennent de ‘reg’ ou ‘roi’. Le crâne et les tibias sont des symboles macabres anciens et connus, déjà propres aux ossuaires ou à certaines armées européennes depuis le XVe siècle ;

Le pavillon comme l’explique Jeremiah est bien un système de communication, plutôt commercial, vous annoncez la couleur en gros, comme au carte, la négociation a déjà commencé et les règles sont posées. En anglais, Ensign donc Insigne ou Enseigne (En-saigne quand c’est la guerre).

Le Jack étant le drapeau de guerre, les pirates étant donc toujours en guerre, et le drapeau anglais, l’union Jack, étant donc toujours en guerre! Le mot « jack » résulterait de la signature du Roi Jacques (le 4 en 1 lol) (le fameux de la Bible KJV) de King James I (1603–1625) l’Union Jack représente donc la naissance du Royaume-Uni ou la Grande Bretagne en 1606.

Une enseigne, une marque est un pavillon de commerce, de guerre commercial… Pavillon est papillon, la marque des prisonniers ;), « insecte au vol tremblotant », le papilla étant le bouton du sein… dérive de « pel« … « peau, poil, se couvrir » « robe, couverture » « fourrure, manteau » « balle du blé, paille », on en revient à la paille et l’homme de paille, un acte, une personne, un super-zéros (plein de zéro à payer!), une fiction, un épouvantail. C’est aussi un vellixum, un velum, une voile, une toge, un drap, un rideau

Kraken attaquant un vaisseau marchand,1810

Davy Jones:

« Davy Jones’s locker est une formule utilisée en anglais pour signifier le fond de la mer, là ou reposent les marins perdus. « To be sent to Davy jones’s locker » (littéralement : « être envoyé dans le casier de Davy Jones ») est un euphémisme pour décrire la mort en mer, alors Davy Jones est un surnom qui devrait représenter le diable/démon de l’océan. Les origines de ce nom ne sont pas claires et beaucoup de théories ont été avancées. »

Nous connaissons les origines donc de ce NOM et la théorie derrière… lire le reste de l’article wiki. De plus Romley Stewart réfère le « Registrar General » comme étant Davy Jones, L’officier d’État civil, le bureau d’État civil, le livre de registres, celui qui supervise les naissances et les morts (le Maire/mer/mère), un officier de guerre, un général mais à qui appartient ses livres de comptes? On le voit dans l’épisode 3 quand ils repêchent Jack.

Jack a donc perdu son couvre-chef, sa couronne de la liberté! Mais qui lui reviendra naturellement après bien des déboires (débit de (b)poissons). Et celui qui porte le Tricorne mais ne connaît pas les règles, se retrouve envoyé par les fonds (monétaires), débiteur et mort, il a but la tasse de Thé (T=ledger=compte=tombe), une addition bien salée, et payé sa dette. Le Tricorne, la trinité, le gouvernement qui fait la loi du commerce, des banques, de la mafia (hydre tentaculaire) et des pirates. On fait (a)mirauté des choses qui brillent, de l’or qui semble avoir un prix, bien plus élevé que d’Être libre. On vent/vend père et mère, femme et enfant, tout s’achètent  avec la bonne licence/prix.

On passe au classique (programmation), je te libère en échange de la fille et du compas. Donc Will est bien libéré (liberté) mais pas libre, là est la subtile différence! Il reste enchaîné à un contrat qu’il ne peut ou ne sait pas négocier, Jack négocie toujours même dans les pires moment!

On retrouve le Black Pearl, échoué, appelé « Black Sail » ou « Voilure ou Navigation Noire » (Voilure obscure, occulte ou Vol, mais « sail » et aussi « seal », le sceau mais surtout « sell » donc « vente et commerce ») qui est le surnom du  « jolly roger » , le drapeau des Pirates. Puis le perroquet qui dit « ne me mangez pas! » et la gourde (jack) et bizarrement Jack s’est fait capturé par des indigènes donc des vrais homme libre, un peu sauvage quand même, il est même leur Dieu car un vrai homme libre et ils peuvent le percevoir, c’est pour cela qu’ils veulent le manger pour devenir lui. Alors qu’ils sont déjà souverain d’eux-même, l’ignorance fait l’esclave. Jack mort l’orteil et en porte autour du coup, il joue son rôle à fond pour survivre. Symbolisme des yeux?! (La vision intérieur des yeux fermés?). Bref, il sauve Will en expliquant à la tribu qu’il n’est pas bon à manger car circoncis (enfin eunuque) donc Orlando Bloom est bien un borg, le NOM c’est vrai en dit long.

« Souvenons-nous que nous allons mourir »

Le père sauve sa fille (Elizabeth= lilibeth= la Reine= Enlil/Enki) qui part en Angleterre mais en faite retourne les chercher.

Les 2 comparses mettent doucement le Black Pearl à flot et ils parlent « d’Intervention Divine » et ils sont avec le Chien (Dog Latin ou Latin de Cuisine, qui se fait presque manger ensuite), le gardien des clefs (cerbère) (de la liberté, du navire?!), eh bien oui le langage est le gardien des clefs de la connaissance et de la survie sur les Eaux. Les deux compères donc sauve(tage) le vaisseau mais cela n’est pas du vol…  et un des deux lit la Bible (sauvetage, hospitalier, croix rouge, rescue) avec un seul oeil, son pote lui dit mais tu sais pas lire… la scène insinue donc (au temps de King James qui a écrit la version 1611 de la Bible, celle utilisée pour les couronnements et investitures de Président US) qu’on est pas capable d’interpréter la Bible correctement, on est en commerce, entre le sauvetage et le vol, et le sauvetage est « du vol »!

« Il faut être responsable de ses propres actes » — Jack

« Tu veux que toi, te trouves toi » — Jack à Will

Et oui, il faut se trouver et se connaître soi-même, n’est-ce pas, savoir qui on est, un homme souverain ou un esclave? Être responsable, ne plus être enfant, pupille de la nation et devenir Homme et même Souverain. Jack parle à Will de sauver sa bien aimée… ‘savvy et/ou savy‘ dans le sens ‘sauver, rescue‘ et aussi ‘savoir, connaissance’. Bref niveau symbolisme dans cette série de films, c’est juste énorme… surtout quand on sait que tous les plans du script peuvent avoir un symbolisme très puissant. Et je pense que cela d’ailleurs donne du pouvoir et du succès au film…

Ils partent donc voir l’Oracle (qui est Calypso), « knowing me » équivaut à « having sex », jeu de mots entre « tu me con-nais déjà » et allusion « on a déjà couché ensemble » (ou allusion à sa mort?! c’est plus cela je pense), puis elle lui dit ‘vient, come‘ ce qui veut dire ‘éjaculer’. Calypso remarque que Jack ne sait plus ce qu’il veut donc il ne peut faire marcher le compas. C’est pour cela qu’il embobine Will pour qu’il retrouve la clef avec le compas pour sauver Elizabeth (au lieu de la sauver directement). Calypso reconnaît Will, elle a lu le script des prochains épisodes lol Calypso reconnait les pretendant pour remplacer Davy Jones… Jack et Will… contrat et con-traction… elle va les enfanter dans la mort, elle a le pouvoir de vie et de mort, c’est Dame Nature!

« Qu’est-ce qui fache tous les hommes? Une femme fatale » lol
la femme écarlate, la pute

Et le paiement, car on demande toujours paiement, est le singe (signe) non-mort (vivant) (jack) et l’oracle libère le signe/singe (beaucoup de symbolisme), il est vraiment libre. On apprend que le cœur dans le coffre appartient vraiment à l’amour perdue d’une femme. Elle voit la malédiction (mal dire) de Jack, car il n’est finalement pas complètement lettré, car la loi invente toujours de nouvelles lois, c’est la mise à jour qu’il faut faire sans arrêt! Et elle lui dit: « Tu est maudit, tu ne peux plus mettre le pied sur la Terre », et il lui donne un pot de Terre! Y a du symbolisme! Lien à la terre. Elle utilise des pinces de crabe pour faire la divination et pas des runes?!

Arrive le vaisseau « le Hollandais Volant« , il vole et vol et il est aussi voilant/violent. Avec des Zombies de Mer. Meme l’Epée de feu (St Michel) de Will, ne suffira pour defaire les démons. Davy Jones a des cheveux de Médusa…tentacules serpentaires…Il joue de l’orgue (morgue) et Will se prend 5 coups de fouet par son père, défié et confondu par Davy Jones, le fils paye le NOM, les erreurs et l’ignorance de son père. Finalement fils et père son réunis, la filiation, le passage de connaissance. Jack lui dit, « tu dis que Jack Sparrow vient régler sa dette », « ça te sauvera la vie ».

« C’est la vie qui est cruelle (Calypso), alors pourquoi l’au-délà devrait être différent? » — Davy Jones

« Jack Sparrow m’envoie régler sa dette » — Jack à Will et Will à Davy Jones

« Tu as une dette à repayer » Davy à Jack (toujours la dette lol).

100 âmes est le prix de la libération de Jack (la valeur de son âme), en passant, et il le scelle dans le sang. Il négocie le mariage maudit avec Davy Jones… pour Will de prendre la place de Davy, ce qui arrivera dans l’épisode suivant…

« Peut-tu le condamner ainsi, et toi partir libre? » — Davy Jones à Jack parlant de Will

Il a donc 3 jours (comme dans un contrat commercial) et la marque disparaît: Jack veut se débarrasser de la marque noire donc il précise qu’il veut sceller le contrat dans le sang: « on peut signer avec le sang, enfin à l’encre car Davy est une pieuvre« . Ils partent vers « Tortuga », l’Île du bordel ambiant, un port de Pirate, pas pour les navires marchands, donc il n’y a pas d’esclavage, chaque pirate à une partie du butin et du travail (on reste en mode survie).

La clef du coffre de l’homme mort, ouvre le coffre et déchire le cœur de l’homme mort, Davy Jones a la clef autour de son coup et Will essaye de la négocier dans un jeu de dé, auquel son père participe pour lui éviter la punition suprême, car il sait que Davy gagnera car tous les deux connaissent les règles de la triche et de la chance mais pas Will. (En passant, « will » veut dire « fera », « testament » et « volonté » en anglais »). L’enjeu des dés, est des années de service, et donc ici une éternité de service contre la clef du coffre. Symbolisme de l’esclave moderne qui donne vraiment sa vie (son cœur, son sang, sa liberté) contre une éternité de servitude (in)volontaire. Will essaye de sauver et repêcher son père mais surtout son NOM, c’est son père qui le sauve de l’éternité d’esclavage, en trichant et prenant pour lui!

Donc l’illusion de la poursuite de l’éternité, de la vie éternelle, Davy représente le gardien du monde d’Hadès… donc il faut absolument que quelqu’un remplisse son rôle sinon… c’est le bordel, démonique? Plus de transition de l’Âme qui elle en théorie est éternelle, donc elle reste prisonnière dans ce monde pour l’éternité, l’âme ne peut plus évoluée, et le monde de pervers gagne et se perpétue. C’est pour cela que les Illuminati veulent la vie éternelle, Pouvoir perpétuer cela éternellement.

Et symboliquement le Commodore à la gueule (langue) de Bois et est ivrogne, il est vraiment libre mais ne sait pas comment s’en remettre à cause de tant d’années d’esclavage qui lobotomise le mougeon de base, il n’a plus de repère, (plus de compas pour trouver sa direction) et plus d’équerre (pour se mesurer lui-même). Il se retrouve dans la merde aux cochons… comme Gibbs (ancient officier) dans l’épisode précédent. Donc son Réveil arrive! Il va apprendre à être libre.

Will et Bill vole la clef à Davy Jones qui dort, depuis quand les fantômes ont besoin de dormir lol!? Tu perds ton identité petit à petit tant que ta dette n’est payé (à Jones) quand tu fais partie de l’équipage de Jones.

Celui qui contrôle le coeur de Davy Jones, contrôle sa puissance (la mort), son role est de véhicule les morts entre le vivant et la mort, le Davy Jones’ Locker et l’Antre-prise, le monde entre les 2. Mais, le Hollandais Volant doit toujours avoir un Capitaine sinon les morts vont dériver nullepart… la Loi de la Nature est brisée.

Le secret du compas, il pointe vers les choses, que la personne qui le tiens, veut le plus. Donc Jack, manieur de mots, arrive à convaincre Miss Swan que c’est le Coffre qu’elle veut le plus et pas Will. Il est très fort!

L’Officier de la Couronne parle de Loyauté envers la Compagnie des Indes (mise en place par les anglais et français dans le commerce d’esclavages, de biens, etc… donc ils relient les choses à de vrais faits) avant de parler de Loyauté envers le Roi! « La Compagnie » ou « The Company« … les Americains disent « The Business »…

Il dit: « Tout homme a un prix pour celui qui veut bien accepter volontairement ».

Will défie Jones aux dés, son âme pour un service éternel contre la clef du coffre… bizarrement, c’est ce qui se passera dans l’épisode suivant! Il condamne son père en fait… car son père sait que Jones va gagner (tu peux pas changer les lois de la Nature), c’est pour cela que Will voudra se racheter dans l’épisode suivant. Il fait la promesse à son père= contrat. La Clef, reste la clef d’une pseudo-vie éternelle mais surtout de régner sur les Mers et Océans! Que Jack convoitera aussi… Ainsi que Becket, l’anglais, pour contrôler les Mers, comme pour le Sceptre de Poseïdon dans l’Episode 4.

Le Hollandais n’a aucun Pavillon

La clef volée, le Kraken (chien des mers) est reveillé par Jones pour couler le navire ou est récupéré Will.

« Saches que c’est moi l’Océan » — Davy Jones

Davy Jones retourne à la chasse au Sparrow! Sparrow négocie le mariage avec la liberté, le sexe, l’honneur et d’autres choses, avec Elizabeth… puis la Marque Noire reviens sur Jack… le contrat vient d’expirer… mais où est mon bocal de Terre! Il vont déterrer le coffre, les 3 prétendant pour Elizabeth sont ici!!! James pense pouvoir donner le coffre pour se racheter envers la Compagnie, il est toujours apprenti et abruti, car Jack et Will savent que ce coffre permet de régner sur les Mers! Les Duels commencent! Enfin les Truelles, pour la clef de la liberté, de la maison des batisseurs du présent.

Il y a de sérieuses négociations dans cette épisode! Beaucoup de symbolisme! Dans tous les sens! Il y a une super séquence avec la roue du moulin de l’église qui tourne, c’est la roue de la fortune avec la clef comme bonus! D’ailleurs ils font sonner la cloche, alors pour qui sonne le Glas? Je crois en plus que c’est Will qui fait sonner son propre glas… Après que le Glas ai sonné, Jack tombe dans la tombe vide… un avertissement! et Jack juste avant que la roue tourne tombe dans la tombe lol Jack ouvre le coffre et voie le coeur, il le touche même! Il le fout dans sa poche lol

James (ex-Commodore) pense échapper au destin de pirate en ramenant le cœur comme trophée à Cutler Beckett. William pense obliger Davy Jones à libérer son père. Jack pense pouvoir ainsi empêcher Davy Jones de le pourchasser avec le Kraken. La mort est toujours conseillère (Toltèque). C’est James qui arrive à tromper les deux autres, et amène le cœur à Cutler.

Le moment clef où Jack retourne en chaloupe chercher le cœur que James à voler mais en voyant le Black Pearl sous les attaques du Kraken, il demande au compas ce qu’il veut le plus et c’est donc le Black Pearl!

Jack parade devant Jones et pense avoir son coeur!

William, Elizabeth et Jack, à peine remontés sur le Black Pearl essuient l’attaque meurtrière du Kraken. Seuls quelques membres de l’équipage (Gibbs, Marty, Coton, Pintel, Raguetti, Will et Elizabeth) arrivent à quitter le navire saufs, en chaloupe. Jack doit abandonner le Pearl, la perle de ses yeux « it’s only a ship« , « c’est seulement un navire/vaisseau » (une grosse barque)… c’est sa raison de vivre, mais comme un vraie capitaine il ne reste pas mourir avec mais en fait si, de par la faute d’Elizabeth qui détourne l’attention de Jack et le menotte à un mât, en gros elle le tue, mais l’embrasse très longtemps (baiser de la mort) avant pour le distraire et Will l’a vu et pense que Miss Swan est amoureuse de Jack. « Pirate » il dit à Elizabeth, il est fier qu’elle est apprise à être une vraie pirate!!! Les autres rescapés pensent que Jack se sacrifie volontairement. Le quiproquo et l’histoire du prochain épisode est déjà prête…. Le Kraken lui crache dessus et le tue… « hello, be(a)stie« … « salut, la bête »…. (‘Bestie’, étant, ‘mon meilleur pote’).

Jack et le Black Pearl par le Kraken partent vers l’Antre de Davy Jones (ou le royaume des morts). Finalement il paye sa dette à Jones. Sauf que Davy Jones voit que le cœur n’est plus là. C’est le Commodore qui l’a… il redevient Agent… trahison du vivant puisqu’il a le coeur du mort-vivant (Jones)…

Les rescapés se retrouvent chez Tia Dalma (Calypso) pour les obsèques de Jack. Jack a probablement déjà négocier avec Calypso comme Barbossa (libération de Calypso)! Elle sous-entend que Jack peut être ramené du royaume des morts à condition de s’aventurer jusqu’au bout du monde (Quelque part ses Barbossa qui a négocier la libération de Jack!!! Meme si Jack a le medaillon des « Pirate Lord »!). Le groupe se déclare prêt pour cette mission. Le capitaine Hector Barbossa, (ressuscité par la sorcière qui est en fait Calypso) apparaît à ce moment-là, prêt à prendre part à l’expédition, Barbossa croque dans une pomme! (La connaissance). Dernier plan, le chien avec l’os dans la bouche est devenu la déité de la tribu… dog/god

3 Jusqu’au bout du monde – At World’s End

Commencement: gros plan sur la corde de pendaison, direct! (spondeo et le rituel de couper la tête: sécurité, encore et toujours, voir Air Glossa ou le PS tout en bas de l’article). C’est la loi martiale, donc le droit d’assemblée (faire semblant, dans le commerce par exemple) est abolie ainsi que celui d’habeas corpus (avoir corps donc plus avoir de corps = mort) (c’est le droit à un jugement) bref pour de la Piraterie (Résistance, Rébellion, Commerce sans accepte le code du commerce, ni de payer des impôts, etc…).

Il recycle les chaussures des morts, symbolisme de ‘sole‘ (plante des pieds/semelle avec soul) donc l’Âme, un fort symbolisme du fait qu’il récupèrent leur âmes! (corps et âmes, c’est presque corps armés ou cops armés). Il y a 7 cordes. Qui donne la musique pour la chanson qui suit, car on enchaîne sur la chanson: Hisser les Couleurs, drapeau, le pavillon, aussi pendre (prendre), sus-pendre et aussi la couleur de la loi! (=la tromperie de la loi).

Hoist the Colours – Hisser les Couleurs

AWEHangingpiratessinging
Souvent, la chanson a été chantée en anglais signifie, c’est la fin, c’est terminé. Il y a aussi débat sur l’orthographe de ‘color’ (US) et ‘colour’ (Anglais), si on enlève le ‘u’ dans ‘couleur’, on obtient ‘couler’… nœud coulé et pirates coulés/morts! Voir les paroles à la fin de l’article, pas de trad pour l’instant.

Hissez le drapeau, un appel à l’action, se battre, se révolter, pour soi, son honneur, son statut libre de pirates.

La chanson dit l’histoire qui lie Calypso au Roi des Pirates lors du Premier Conseil/Tribunal/Réunion des 9 Seigneurs des Pirates. Un Appel (summon) au Conseil a s’unir entre pirates dans les situations de péril extrême. C’est Barbossa qui lance l’appel (to summon, appeler donc nommer donc invoquer/incanter les esprits/démons/dieux), pour libérer Calypso.

 La métaphore bizarre, il faut les 9 pièces de 8… pour rendre sa liberté à Calypso. Calypso, déesse de l’océan:

L’étymologie καλύπτω (kalyptō), signifiant en anglais ‘to cover’, ‘to conceal’, ‘to hide’, or ‘to deceive‘. (kalýptousa to dianooúmenon), i.e. « concealing the knowledge », δολόεσσα (dolóessa), subtile, rusé, astucieux. καλύπτω indo-européenne *ḱel-, derive Hell (les enfers), la déesse Hindou de la Destruction est Kali.

Calypso eut un fils avec Ulysse ou Odysseus, appelé Latinus, cependant sa mère est censée être Circé, alors là! Circé enfante le Latin!!! C’est le Roi des aborigènes!

  • (Mythologie) Naïade de la mythologie grecque, fille d’Atlas, qui retint Ulysse sur l’île de Malte pendant sept ans. Certains auteurs en font plutôt une Néréide.
  • (Mythologie) Océanide de la mythologie grecque, fille d’Océan et Téthys.
  • (Mythologie) Fille de l’Océanide Persé (Perséis) par soit Hélios, soit Apollon.

De καλύπτω, kalyptô (« couvrir, envelopper, cacher. »)De l’indo-européen commun *k̂el  (« couvrir ») qui donne le latin cēlō, occulō (« cacher »), le gotique halja → voir hell, « monde souterrain, enfer ». Il est apparenté (→ voir clepo) à κλέπτω, kleptô (« voler »).

On retrouve l’inspiration de la mythologie dans le film:

« Dans l’Odyssée, elle recueille Ulysse après son naufrage et tombe éperdument amoureuse de lui. Elle réussit à le retenir sur son île pendant sept ans, lui offrant même l’immortalité s’il consent à rester près d’elle ».

Les 2 faces de la pièce tournoient dans le générique… Pile ou face, on ne sait pas, c’est le bouclier.

Rendez-vous, China Town (Singapour), Barbossa, l’équipage (dans les égout, toujours les basses besognes), avec miss Swann, ils ont besoin (perdu) d’un bateau/vaisseau… et demande au Seigneur de Singapour. Ils viennent convoquer l’assemblée des Pirates (neuf lord/seigneurs des mers), Barbossa lance la même pièce (que lors de la pendaison). Pour se battre contre la Compagnie des Indes.

« Qui y a-t-il dans au fond des mers (Davy Jones’ locker) » (aussi dans le coffre, référence cœur/vie), « Il y a Jack Sparrow », qui est donc mort et qui détient 1 des 9 pièces de 8. Donc il faut aller le chercher! Ils vont se battre mais soudainement les anglais attaquent, l’alliance se fait contre les anglais. (on entrevoit Calypso plusieurs fois). Et Will passe son deal avec le Seigneur de Singapour pour avoir le Black Pearl et récupérer son père. C’est la négoce à fond! Business dans tous les coins, la guerre du commerce. Super leçon à ce niveau là! Et le singe (Jack) fait tout péter les feux d’artifices (fiction), Barbossa le remercie. Ils récupèrent la carte, l’équipage et un bateau.

Ils s’échappent, Calypso annonce, que la chose la plus diabolique les attends sur la mer, et apparaîtra des eaux, c’est le Hollandais Volant devant une flotte de navires… tous coulées.

Les anglais veulent comprendre le symbolisme des 9 pièces du 8.

Le RVD, est ‘Brethren of Court’, le tribunal/la Cour des Frères/Fratrie/Confrérie et de la « respiration » (brethen)  donc de la vie.

Le Commodore a forcément retrouvé son statut juridique de fonctionnaire, il a changé son allégeance et la rechangera après, mort dans l’honneur car libre.

Ils se retrouvent soit au Pôle nord, soit en Antarctique, apparemment Jack ne peut pas être ramener de la Mort comme Barbossa, car il est punit, non pas seulement, priver de corps mais aussi de son âme. La pire des punitions dit Calypso.

« Over the edge over again », « Sunrise sets of flashes of green » (le dragon apparaît sur la carte), au coucher du soleil, un flash vert permet de communiquer avec le monde des morts…

Barbossa dit (du monde des morts), « c’est pas d’y aller qui est difficile, mais c’est dans revenir  qui est le plus dur » (allusion pour l’être humain souverain! Revenir d’entre les morts (ports), la route n’est pas facile, car il faut faire tanguer et rouler son navire/vaisseau et inverser le plan bateau/mer/horizon). Autant dire la galère!

Le vaisseau avance dans un couloir de falaise de glace, retour vers le canal/col de l’Utérus.

Il semble que le nouveau commodore détienne le coeur/coffre de Davy Jones, Davy Jones pleure et se met en colère. Il l’oblige à faire ses basses besognes pour dominer les mers, et lui dit, « l’immatériel semble être devenu immatériel » (Référence à leur statut fantôme; et la fiction redevient et est toujours la fiction), ils ouvrent le coffre, le coeur bats et les soldats se préparent à tirer.

Le bateau de Barbossa navigue dans/sur les étoiles, l’eau comme un miroir reflète les étoiles, ce qui est en haut et comme ce qui est en bas

Sauvetage en mer de Jack… « mais il faut en payer le prix » (dit Calypso à Will).

Barbossa dit qu’il fallait se perdre pour trouver, spécialement les endroits qu’on ne peut trouver. Et oui faut lâcher prise, se mettre la tête à l’envers, et tout rechercher et tester pour retrouver le statut de la vie, d’etre humain souverain.

La terre est plate, ils arrivent au bout du monde (word’s end).

Tout est noir puis tout est blanc (parodie NDE: La mort, puis l’autre côté lol). Dieu doit laver plus blanc que blanc.

Jack mange une demi cacahuètes (en anglais, peanut, signifie aussi rien ou des clopinettes), il se fait tuer par lui-même, qui dit « ma cacahuète ») et il donne des ordres à un equipage entier de Jack Sparrow, probablement symbolique de son pire cauchemar de se retrouver avec lui-même lol

Mais aussi du fait que quand on a le statut citoyen donc mort, on ne sait pas qui on est, on est, et on représente (et pas présente comme dans l’instant, le présent, le vrai) beaucoup de personnes. Au tribunal, on est ou on se fait représenter, c’est une représentation (de cirque), un spectacle et vous devez donc payer votre billet pour voir! Quand vous étés présent, vous êtes là, pas besoin d’identification, vous êtes un être humain souverain en chair et en os! Le juge ne peut pas vous voir car il est une fiction. Vous ne pouvez jamais être présent au Tribunal, car c’est une fiction.

Jack se tue encore, au sabre ce coup-ci, il se venge de lui-même de l’erreur qu’il a commise (s’être fait tuer), il débarque du bateau, qui est sur le dur, du blanc, du sable, rien, pas de vent, que dalle, peanuts!

Le caillou qu’il balance se transforme en crabe, il essaye de tirer son bateau, bref la galère, un monde de galère, la torture, pis le bateau avance tout seul par les crabes. Forcement, mort, le navire/vaisseau/corps n’avance plus, il est débiteur et il faut du crédit pour le remettre à flot!

Le Symbolisme du Crabe… il marche de côté, un peu comme Jack, c’est le Cancer en Astrologie, signe d’eau… à explorer. C’est aussi le nom d’une voile qui ressemble à la pince du crabe. Dans l’étymologie, on ramène au scorpion et il y a une signification de machine de guerre et de mythologie babylonienne, peut-être krafta donc Craft/raft/vaisseau. Cancer, <- top étymologie!!! comment cela reflète les attributs du crabe:

(Nom 1) De l’indo-européen commun *kar- (« dur ») doublé en *karkar devenu *kanker par dissimilation. Il est apparenté au grec ancien καρκίνος, karkinos (« écrevisse »), à l’avestique a karkara (« dur »), l’anglais hard, le tchèque rak (« écrevisse »), à carina (« coque de noix, carène »).
(Nom 2) Apparenté au radical *(s)ker (« tourner, tordre ») qui est dans corona (« couronne »), circus (« cirque »). Comparez avec la formation de carcer (« prison ») en latin auquel le sens de « grille, treillis » semble étroitement liée. (carcasse).

Barbossa et l’équipage échouent sur la plage, il voit le bateau de Jack arrivait en haut de la dune.

Le bateau est à flot (remis à flot par les crabes), prés à repartir lol Il leur dit même « C’est vous qui avait besoin d’être sauver car moi j’ai un bateau (le Black Pearl) » que Barbossa revendique comme le sien, biensûr…

Jack a été tué par Miss Swann, c’est pour cela qu’elle tenait absolument à aller le sauver… les autres ne le savent pas encore.

Jack: « A qui faisait vous allégeance? » Équipage chinois: « Au plus offrant! » (meilleur enchérisseur) et comme il a un bateau, alors leur allégeance va à Jack, il enchaîne en disant « Prepare to make sail/sell » donc « Préparez-vous à vendre/naviguer ». Un bateau est un vaisseau du commerce, un navire de guerre.

Barbossa et Jack se battent pour le commandement du Black Pearl. (toujours bataille de statut, de liberté, dualité).

Calypso dit des âmes/corps errant dans l’eau que Davy Jones ne fais plus office d’administrer les morts, et c’est elle qui accompagne les morts depuis le vivant dans le passage. Car la Calypse est le Calixe/Calice, la Coupe, le vaisseau, le corps… [une coupe de sang… et buvait mon sang, d’ailleurs si vous faites du jus de raisin avec une vieille varieté de raisin, elle aura la couleur et viscosité du sang! Pas du vin! Le vagin, le sang menstruel].

En passant, office/officier, c’est ophi-ce/ophi-sse/hiss/hisser, ophi est le serpent, l’officier parle langage du serpent, donne des-ordres, (regi-)ment (reg/roi/commande), hiss en anglais est le son sifflet de la langue du serpent.

Elle dit « L’homme est devenu un monstre » en parlant de Davy Jones, elle a le même pendentif en forme de coeur que Davy Jones.

Tous les morts défilent dans leur barque, Miss Swann voit passer son père qui dit qu’il est mort (et il ne veut pas revenir lol) .

Celui qui poignarde le coeur de Davy Jones doit prendre sa place et voguer pour l’éternité sur les flots de la mort. Peut-être un symbolisme, le coffre/registre, le coeur/acte de naissance, Davy Jones, le chef des esclaves, privé de sa vie. Car la vie privée, c’est bien la vie est privée, c’est bien être privée de la vie…

« Up is down » « le haut est en bas » (as above so below) Jack comprend cela sur la carte donc  le coucher du soleil est le lever du soleil, « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas« ; donc l’éclair vert devrait les ramener, des copies de lui-même sous forme de lutin lui parle en l’oreille, il se dit que prendre la place de Davy Jones est intéressant, il y a même un joker pour retourner à terre tous les 10 ans (boire du rhum). Le prospect de naviguer pour l’éternité contre un simple statut/statue de mort.

Ils doivent retourner le bateau pour inverser les choses, leur statut de mort-vivant, retourner le vaisseau, le soleil se couche donc sous l’eau il se lève, tout est inversé. C’est la séquence Rock’n’Roll…

La perte des eaux sur le bateau! Rebirth, renaissance!

Tout le monde se joute avec des pistolets, même le singe sur le perroquet qui répond « Parler ».

Jack, après avoir vécu la mort, ne veut pas y retourner lol donc il doit affronter Davy Jones.

Tout le monde marchande encore ses propres plans, et Jack avec le Commodore « C’est toujours bon pour le business ». (Bon pour les affaires, le Commodore passe commande et mandate et mande pour la Co-mpagnie…).

Il semble que tout le monde veuillent le Black Pearl, le seul vaisseau qui va plus vite que le Hollandais Volant… C’est ni pour Will, ni pour le Seigneur de Singapour, les anglais le gardent… Will et Elisabeth sont aux(en) fers, arrêter, afférer/affairer (affaire, chacun fait son business).

Barbossa dit au Seigneur de Singapour, « Dommage pour toi que les codes ne soient plus comme avant » (au moins on peut compter sur le code du pirate) mais il lui repond qu’il n’y a pas d’honneur à rester avec la face qui perd, les perdants, et qu’être avec les gagnants est (pile poil) bon pour le business / les affaires, « Nous on a rien, les anglais on le Black Pearl et le Flying Dutchman »… Barbossa… « On a Calypso » (qui doit être l’amante de Davy). Le Seigneur de Singapour ne le croit pas… Barbossa… si si, la déesse elle-même sous forme humaine et la Cour peut permettre de la relacher afin de contrôler toutes les mers.

Tout est marchandé par tout le monde et la guerre du commerce continue!

Le second du Commodore au commodore (sur Jack): « Est-ce qu’il planifie tout à l’avance ou est-ce qu’il improvise tout le temps?« 

Le Seigneur de Singapour croit que Miss Swann est Calypso, c’est pour cela qu’il l’a negociée, elle (femme) sert encore de prix et d’echanges pour les hommes contre son gré.  Il meurt tué par l’équipage de Davy Jones et donne la pièce à Miss Swann, elle devient Capitaine et Seigneur des Mers, elle retrouve Bill Turner en prison dans la cale et Bill lui dit que si son fils le sauve, il deviendra Capitaine du Hollandais et donc Will la perdrait elle. Toujours des choix à faire, la vie toujours les choix, mais aussi choisir des fantômes ou la fiction ou pas, les allégeances, honneur/déshonneur, les choix devant la mort, la folie des hommes… trop de symbolisme dans cette épisode!

« Shipwreck Cove » « la baie du naufrage » (9-rage ou de l’épave), ship w rock, c’est bien ça, le rock contre lequel le navire s’echoue, Cove: covenant, la crique, la chambre, la cave (Référence, utérus, vagin, coffre fort, etc…) ark of covenant dans son étymologie ou arche d’alliance, l’alliance des pirates ou leur naufrage à tous, car la guerre du commerce fait (nauf)rage et les coup bas partent dans tous les sens, on trahit à tour de bras… d’ailleurs en français, c’est le mot ‘confrèrie’ qui est utilisé donc les fréres du con (arnaque, vagin, idiot).

Calypso rappelle à Barbossa que c’est elle qui l’a ramené des morts et qu’il n’a pas à lui donner d’ordre… Mais Barbossa lui rappelle que, elle aussi, elle a une raison.

Je pense que les Pirates vont la ramener à la vie, Calypso avait donc besoin de Barbossa et de Jack, elle les a donc repêcher, il fait emmener Calypso dans les cales (au cachot=brig donnant ‘brigand’, ‘brigadier’, etc…), en l’appelant « fish’s wife » la femme du poisson (Davy).

On découvre que c’est Davy Jones qui a maudit Calypso dans sa forme humaine et il a fait promettre au conseil des Pirates de ne pas la relacher et il leur a dit comment la faire prisonnière. Vu que c’est Calypso qui a maudit Davy Jones donc du coup c’est normal que quand elle est libérée, lui aussi le soit (par la mort).

Will lui dit « Pour quelle trahison… (la sienne envers Calypso ou celle de Calypso envers lui = histoire de trahison d’amour) …a-t-il décider de s’arracher le coeur? » Davy: « Ne cherche pas à me tester » (tester c’est testament, testicule, c’est mettre ses couilles sur la table dans l’accord, c’est défendre ses billes, etc…), Will lui dit de relâcher son père… ça repart sur de grosses négociations, chacun son agenda.

C’est la première réunion du tribunal des 9 pirates (depuis la 1ère), donc présentation des pièces qui sont en faite des reliques, car à l’époque, il n’avait pas de pièces… intéressant un temps sans argent?…

Barbossa renforce l’histoire qu’avant le simple homme de la sueur de son front pouvait vivre, mais plus maintenant que Calypso est prisonnière et que cela a laissé la voie aux anglais (la voie du commerce)…

Tous les monde se bat: Miss Swan « ‘c’est la folie », Jack « ‘non, c’est de la Politique »…

Code is the law « le code est la loi »: le roi des pirate doit décider (ou parler), entre dans la danse (Keith Richards)… qui dit « you are in my way » « tu es sur mon chemin » (double sens) à Jack. A noter que seule la loi est la loi, car le code est le code, sinon il n’y aurait pas de mot pour le code et simplement un mot pour la loi…

ils amènent le « Pirata Codex », un livre qui pèse 3 tonnes lol et c’est le chien (Dog latin, latin de cuisine) qui amène la clef du code, pour ouvrir le livre et décoder.

Il faut donc voter un roi (Keith joue de la guitare, son prénom est Teague en anglais qui veut dire ‘Irlandais’ mais dérive ‘poète’), chacun vote pour soi et Jack vote pour Elisabeth… C’est donc Elizabeth qui devient le Roi des Pirates (la Reine Elizabeth, eh oui, elle l’est vraiment, en vrai! A noter que le bateau dont elle hérite est « l’Impératrice »!) et si on reprend la symbolique de l’épisode d’avant, Jack et/est le roi des Pirates, c’est bien Elizabeth qui doit être élue, car c’est elle qui a tué Jack et donc pris sa place, et c’est Jack qui la couronne en votant pour elle, mais c’est le plus malin, c’est pour son plan à lui donc c’est lui qui reste vraiment le maître du jeu et le roi. Jack serait presque la Reine lol on sait bien que dans les échecs, c’est la reine qui est la plus forte et la plus dur à battre!

Elle vote la guerre (Barbossa vole les 7 pièces, Jack n’a toujours pas donné la sienne, ni Elizabeth).

Jack à Keith « la ruse est de survivre, n’est-ce pas » (the trick is to survive), Keith « it’s not just about living forever, Jacky » « ce n’est une question de vivre pour toujours » « the trick is living with yourself forever », Jacky, « le truc est de vivre avec toi-même pour toujours ». (forcement il en a eu l’expérience en étant mort donc il ne veut pas). Jack « Et comment va maman? » (« how’s mum? ») Keith lui montre la tête réduite, « elle a l’air d’être en forme »! (« she looks great ») lui répond Jack.

9 vaisseaux (Chine, Afrique, Asie Sud-est (Elizabeth), Espagnole, Français, Inde, Arabe, Barbossa, Jack) contre des dizaines de Navires, le perroquet se barre vers l’île, en disant « Abandonner le Navire ».

Jack invoque « Parler », ils se retrouvent (Jack, Elizabeth, Barbossa) sur une bande de sable pour negocier avec les anglais (Commodore, Davy Jones, Will Turner)…

Toujours les négociations, échange de Will contre Jack (toujours échange de rôles, porte tournante, la roue tourne), Barbossa récupère la pièce de Jack, les traîtres rejoignent leur groupe d’allégeance, Jack est un débiteur pour l’instant (envers Davy contre servitude sur son bateau pour 100 ans et la mort, mais Jack dit que cela a été payé), Jack a livré les pirates aux anglais: Davy à Jack « Can you feel death?! » « Peux-tu sentir la mort? », Jack « T’as aucune idée! » (référencer à sa mauvaise expérience de mort et au fait de savoir qui il est et de comprendre le processus).

Commodore « the ennemy as opted for oblivion » « l’enemie a opté pour la destruction » mais ‘oblivio‘ est simplement l’oubli! De liveo (au sens de « devenir noir ») avec les affixes ob-, -isco. Oublier, omettre, négliger.  De l’indo-européen commun *(s)lī-  (« bleuâtre ») ; apparenté au breton liv (« couleur »), au tchèque slíva (« prune [fruit bleuté] »). Mais « to live » en anglais c’est vivre. life ou vie… Il choisit donc de dire le mauvais mot! mau-dire, malediction, il a vraiment maledit/mal dit lol.

« Items« , les articles (comme pour le commerce) doivent être réuni (dans une sort de coupe/saladier) et Gibbs demande y-a-t-il un rituel à faire ou une incantation, Barbossa dit (invente!?) les articles sont mis ensemble, c’est fait! On doit les brûler, et on doit dire « Calypso, je te libère de ton lien humain » (human bond en anglais, important car ‘bond‘ est aussi le bon du trésor, le contrat/contraction de la naissance) (i release you from your human bon) mais cela ne marche pas, il faut le dire comme à une personne qu’on aime, donc le matelot lui redit à l’oreille, il faut le dire en le pensant (« you have to say it right », tu dois le dire correctement, pour de vrai, right=droit, donc comme un droit, il faut, comme Jack, affirmer son droit de vie, d’homme ou comme ici, ce faire reconnaître en tant que tel, en temps que dieu souverain), les articles brûlent (brûler tout vos papiers…) et la fumée pourpre (couleur divine, catholique) est inhalée par Calypso, ou plutôt ‘breathen‘, respirée »

Will lui-demande qui l’a trahit lors du premier conseil pour l’emprisonner? « Nomme-le » (Calypso à Will): « Davy Jones! ».

Elle est encordée (accord/accorder), elle grandit, devient immense, les cordes (bond/lien) se déroulent, se défont, (comme un serpent) elle devient un dieu (déesse) souverain. Je rappelle que ‘human‘ peut dire ‘hue of man‘ donc une nuance/teinte de l’homme et pas l’homme(=femme) (aussi référence: couleur de l’homme, de la loi, du drapeau).

Barbossa « i have fulfilled my vow » « j’ai tenu ma promesse » (rendu grâce, comme pour un tiens, il fait sa messe comme un vrai pro du business), il lui demande de lui retourner la faveur/favor… elle se transforme en millions de crabes.

Le roi (la reine) des pirates fait son speech pour se battre en homme libre et pour la liberté (freedom et non pas étre libre) « Où sont vos couleurs? »  « Hissez les couleurs! » (qui sont du noires lol) car c’est la couleur de mort, des morts qui se rebellent pour leur liberté (libre), le drapeau de Pirate signifie la mort de l’homme du commerce.

Maelstrom, Tourbillon: Du danois malstrøm composé de male (« tourner ») dérivé de male (« moudre ») lui-même de la racine indo-européenne qui donne meule, moulin en français et strøm (« courant ») apparenté à l’anglais stream. (mâle est le masculin, c’est pas l’homme mais le masculin animal).

C’est le Black Pearl et Barbossa contre le Hollandais et Davy Jones

Down the rabbit hole, dans le trou du fond du chapeau, le chapeau du magicien, le terrier (terre) du lapin, le trou du magicien. Jack se libère, grâce au leverage, effet de levier, en anglais, influence (dans la négociation du commerce = acheter avec un emprunt à effet de levier), « souhaitez-moi bonne chance », dit-il à ses 2 clones. le 3ème mort dans le mur « personne ne bouge, j’ai laissé tomber mon cerveau » Jack ne réfléchit et passe à l’action… plus besoin de réfléchir pour sa liberté et son propre agenda, l’action est de mise (enchères).

Jack a le coffre (chest/poitrine) avec le coeur dedans, la vie éternelle quelque part mais au service de la mort (Car devoir de diriger les morts vers la sortie) et Davy Jones récupère la clef du cou du gardien anglais.

Will se bat contre son père, enfin son fantôme, donc le NOM, la fiction, et ceci pour le libérer! (Fort symbolisme ici).

Un bond/lien meurt (Calypso/Davy) et un autre naît (Elizabeth/Will son père lui arrache le coeur, Capitaine).

Commodore « nothing personal jack, it’s just good business » « rien de personnel, jack, c’est juste bon pour le business » (en français, ils ont traduit ‘business’ par ‘guerre’, c’est pas moi qui l’invente).

Le navire de commandement va attaquer le Pearl mais re-surgit le Hollandais Volant avec Will à son bord comme Capitaine, la guerre est finie. Beckett ne réussissant pas à articuler un seul ordre, biensûr car un article de loi = un ordre (une ordonnance) donc il ne peut plus édicter la loi.

L’Endeavour est reduit en pièce… ou End (fin) devour (dévorer), dévorer par le fin, la faim du bon business, la bonne guerre (la guerre est bonne, on aura tout lu!), par l’avarice, et le navire a bien plus qu’une seule avarie, il coule, banqueroute, endevour De l’anglo-saxon endevour, de endeveren (« faire un effort »), de « putten in dever » (« mettre au devoir »), de l’ancien français deveir (« devoir »). Essayer.

  1. Effort, peine.
  2. Démarche, effort, peine, requête.

Aussi duty (droit ou taxe) ou dever, donc devoir de l’argent et la dette, de debeo

Bref, les fameuses obligations de la loi et devoir, vous devez à votre Pays! Vous lui devez quoi? La vie, Monsieur! Mais surtout la Mort!

Le Commodore (Becket) ne sait plus quoi dire à part « bon pour le business », les soldats (sont soldés) crient abandonner le navire (ship)… donc abandonner le contrat, l’Endeavour est mis à l’oublie (oblivion, obligation), le drapeau E&I and Co coule (East-Indian Company, la Compagnies des Indes). Ils ont coupé la tête de la bête, du capitaine donc les autres navires sont vaincus… Analogie de la pyramide, le haut de la pyramide de Gizeh et celle du Dollar manquent, pas parce qu’elles ont été coupées mais car elles ont été occultées car si on voyait la bête, on saurait où la trouver et on irait lui couper la tête = fin de cette societé de guerre/commerce/merde.

Jack, perds encore le Pearl (son vaisseau d’homme libre) et il se retrouve avec Gibbs car Barbossa est parti avec! Mais il a réussi à piquer la Carte de la fontaine de Jouvence à Barbossa, il navigue sur une chaloupe, et un chaloupe est une petite barque, une petite affaire, une entour-loupe. En chantant A Pirate’s Life for Me (voir PS3).

Bref, on pourrait encore en rajouter et en regardant en français, je suis sûr que je trouverais encore plus de truc, tellement il y en a.

4 La fontaine  de JouvenceOn stranger tides

(le film a un autre symbolisme? Je vais mettre à jour par cette autre lecture…)

Cela commence par la repêche d’un mort-vivant, sauvetage, salut et la fontaine et l’eau (le sang?) c’est aussi la vie et le salut, être sauver, de la mort! On aperçoit l’anneau d’or d’ailleurs. Jack c’est ramé dans les eaux du Spa-row de Jouvence!

La sirène ou en anglais ‘mermaid‘, donc ‘mer’ et ‘maid(maîtresse, madame, servante) de la mer qui avec son (mer)chant casse les oreilles de sa voix-sirène (si-reine car elle est si belle et souveraine dans la mer), elle est libre et non pas esclave; et là est vraiment son charme 🙂 Tout marin ou pirate rêve d’être sauvé par elle, voir enchanté par elle, leur salut, sauver des eaux du marchandage et de la marchandise, esclavage.

On a le trio Espagne, Angleterre, Pirates, sur la place public de Londres, là, où il y a les exécutions  et bien sur directe au Tribunal, où Gibbs (le second de Jack) est accusé d’être Jack. Erreur sur la personne, personnification, mascarade du Tribunal! On voit un Avocat recevoir une liasse de billet en bakchich. Et Jack est le Juge lol. Et il punit Gibbs pour le crime de ne pas être Jack Sparrow, sentence= prison dans la Tour de Londres (sentence en anglais est la phrase).

Mais bon, ils sont quand même capturés, toujours de la tromperie (le cocher a été payé) mais il est quand même amené au Roi (se définissant aussi comme le souverain de l’empire romain). Devant le Roi donc il touche la souveraineté, voir, il est même au dessus car le Roi a besoin de lui, et de plus en s’échappant Jack virevolte au dessus du Roi, bien au dessus de lui. D’ailleurs, il ne dit toujours pas qu’il est Jack Sparrow, il esquive à chaque fois en disant ‘Capitaine’. Jack est quand même obligé de dire qu’il est Jack Sparrow, car sinon on va l’exécuté, son Nom a finalement de la valeur et surtout de la renommée… (un savoir faire et être derrière!).

On retrouve le Capitaine Barbossa qui a encore perdu le Black Pearl (symbole d’être libre) et y a en plus laissé sa jambe droite, il est devenu un Privateer ou Corsaire (bon pas complètement), toujours ce même statut, très intéressant à explorer. Bref, course poursuite en carrosse, avec un symbolisme quand il tombe sur le cercueil. Pour finalement s’arrêter dans les seins de l’enseigne du Pub ‘Captain daughter’s tits’ (symbolisme car il y retrouve l’amour de sa vie) et est sauvé de la mort par Keith Richard, son père en faite, qui l’appelle ‘Jacky’.

Donc le processus de la fontaine de Jouvence, c’est trouvé une l’arme de sirène, mettre de l’eau de jouvence dans les 2 coupes avec une larme dans l’une, et rien dans l’autre, celle qui contient la larme (l’alarme de la sirène) donne la vie et prend celle de l’autre, les 2 personnes doivent boire. Donc on prend la vie de l’un pour la donner à l’autre. Un contrat. Le NOM donne la mort et le Non (refuser le NOM) donne la vie?!

« La fontaine te testera, croix-moi! » — Keith Richard à Jacky

Fontaine, fontana, fons, couler, verser mais en anglais ‘run‘ donc ‘courir’ et oui ‘fonce’ et aussi ‘ana’ donc ‘anus’ car elle sort du trou, à nue et née (naître).

« Mark my words« , c’est ce que Jack et certain Pirates disent régulièrement, plein de symbolisme, on a la ‘Marque’, le sceau, qui ne se traduit pas du tout pareil en français, à part que l’on pourrait dire ‘croix-moi’ pour marquer d’une croix ce qu’y est dit!

Puis Jack se bat avec son double, une femme qui le personnifie, son côté féminin on va dire! Son côté Angélique.

C’est la fille de Barbe Noire, duquel navire, il se retrouve prisonnier et moussaillon (en bas de l’échelle). Gibbs est sur le bateau anglais avec Barbossa et a volé la carte à Jack, ce qui l’a maintenu en vie d’ailleurs.

Il se trouve que le sabre de Barbe Noire a des pouvoirs magiques et peut contrôler le navire. Et ironiquement la personne qui fait le gué en haut du mat et attaché au mat et est un chrétien prêchant la bonne parole. Après la mutinerie (passible de mort) de Jack, ils se retrouvent tous prisonnier et Barbe Noire sacrifie certains d’entre eux sur une barque en y mettant le feu et en demandant au Chrétien de les sauver…

Le jeune chrétien représente le prénom, la vraie morale, le vrai code (tu ne tueras point, etc…) de la Nature et donc la vraie Nature de l’homme, la pureté du cœur et le vrai divin. Quelque part c’est Jack qui le libère.

Barbe Noire a aussi un maître vaudou qui a une poupée (de paille) de Jack! Il garde aussi tous les navires battus et volés dans des bouteilles et Jack y retrouve le Black Pearl (Barbossa le sait aussi). Ne serait-ce le génie dans la bouteille? La liberté prisonnier et lorsqu’elle est libre, elle peut réaliser ce qu’elle veut… Car elle est souveraine.

« Tu m’as menti en me disant la vérité! » Jack à Angelica.

Pour attirer et capturer une sirène, des matelots sont mis sur barque et forcer à chanter (enchanter) pour faire plus de bruit et attirer les sirènes.

My Jolly Sailor Bold song, Mon jolie et audacieux matelot, en faite Jolly c’est le Jolly Roger, le drapeau pirate, cela veut aussi dire ‘jovial’ mais cela donne aussi chez nous ‘jolie’ :). Voir paroles et traduction, y a une connotation et des jeux de mots homosexuels dès le départs! Cela parle donc de marchands, d’or, de liberté, d’amour, le nom de la fille qui veut être libre des jougs de la vie de richesse de son père marchand d’esclaves, est Maria (marie, mer) elle connait son vrai nom et aime déjà la vie libre de Pirate…

Les sirènes se trouvent être de redoutable destructrices lol!

On retrouve le compas de Jack, la boussole qui trouve ce que tu veux vraiment, la vie et la liberté. C’est son intuition. Et il sait jouer de la boussole en déboussolant son adversaire.

C’est la compassion et la gentillesse (du jeune chrétien/prénom) qui font pleurer la sirène (Serena, étymologie intéressante et similaire à si-reine, ils essayent de l’assecher en effet, qui annonce la canicule, et Séléné), le sacrifice pour une plus haute spiritualité qui part plutôt dans les profondeurs de l’Océan! Un Acte d’amour (un contrat!).

Barbossa et Jack s’allient pour récupérer le Black Pearl, retrouver leur liberté.  Jack négocie avec Barbe Noire, en premier la vie d’Angelica (les femmes et les enfants d’abord!) puis sa Boussole (sa liberté) et la donne (surprenant) à Gibbs en lui disant: elle t’amènera à ta liberté (sous-entendu à la sienne aussi, au Black Pearl). Et troisièmement de laisser libre Gibbs (Son ticket de sortie, il lui fait confiance, c’est pour cela que Gibbs au départ apparaît comme Jack Sparrow, frères d’armes, frères de sang, etc…).

Barbossa montre la voie à Jack, il a donné sa jambe pour le Pearl et se bat comme un homme (libre) contre Barbe Noire (alors que Jack esquive tout le temps, ce qui semble être une des meilleurs techniques de ‘freeman’ en faite, sauf que Jack n’a jamais le Pearl alors que Barbossa qui lui se bat et affronte ses peurs, le récupère et devient roi des mers), pour se venger, pour le Black Pearl, bon il le tue dans le dos mais comment faire autrement avec le mal incarné?!

Bref, Jack arnaque Barbe Noire pour sauver Angelica et la sirène (sauvée par le jeune chrétien) aide Jack, car acte d’amour, qui ensuite sauve le jeune chrétien de la mort mais pour cela Selena doit avoir quoi?! Son Consentement!!! Elle le tire dans les profondeurs des mers… Faut croire que la sirène a la peau lisse et reluisante a fait changer d’avis notre chrétien qui finalement préfère s’avouer à son saint! On ne sait pas où elle l’emmène!

Jack laisse Angelica sur une île avec un pistolet… Il retrouve Gibbs qui a pris la bouteille du Black Pearl et toutes les autres… mais ils ne savent pas comment faire pour les libérer… à la fin du générique, on revoit Angelica dépitée sur l’île… mais tout d’un coup, la poupée vaudou de Jack s’échoue vers elle… elle sourit… elle retrouve son moyen de contrôle sur l’homme de paille de Jack!

La poupée vaudou = homme de paille! On y pense pas mais c’est le faite du NOM, maudit sur les registres, que font-ils avec les originaux des dossiers, des empreintes, etc… ?

5 La Vengeance de Salazar – Dead Men Tell No Tales

Le drapeau Pirate flotte sur le château de Disney!!! Le titre est traduit différemment. Etymo vengeance:

  • du slave vina (« faute ») : « celui qui montre la faute : accusateur en justice »,
  • du latin vis (« force ») : « celui qui montre [sa] force : protecteur ».
  • vin-dex est le verbe dicere → voir judex: Déverbal de judico (« dire le droit »). Juda!!!!

On le retrouve dans le bateau de Barbe Noire donc de Barbossa: Queen Anne’s Revenge. Bizarrement c’est la revanche, venge de nouveau de la Reine d’Angleterre mais cela signifie en faite que ce bateau sert a se venger sur elle!

On voit, le trident de Neptune d’abord, puis la sirène, le Kraken, puis le drapeau pirate avec le bandeau sur l’œil gauche: illuminati, la malédiction du père (année 6,7,8), l’enfant prend la corde/lien, puis le poster du Bounty (la Prime) sur Jack (enfin 2 posters), puis la lumière, puis le feu du phare (l’oeil de Sauron! Horus, etc…) et la pleine lune biensûr.

L’enfant s’encorde le pied gauche (référence âme/sole/soul/sol/terre) pour couler depuis la barque au fond de l’eau sur un bateau qui surgit, le Hollandais Volant, c’est Henry le fils de Will qui lui dit qu’il a trouvé un moyen de le libérer, de sa dette, enfin le rendre libre de la malédiction, par le pouvoir d’un trésor (l’amour, de son fils?) qui le ramènera à la maison (la vie). Il a donc 12 ans. Le trident de Poséidon, capable de contrôler les océans et d’annuler toutes les malédictions maritimes.

Trois-dent, 3-identité, celle de Salazar (maudit), celle de Will (maudit), celle de Carina Smyth (maudit par la mort de ses parents). S-mythologie, donc et le Smith toujours de forgeron (que l’on voit brièvement forger dans le vol de la banque), car Henry parle de mythologie, de toutes les mythologies et histoires des mers, le trident, inclus, bref le trésor/treasure (très sûre) 3-0r, la vie pour les fantômes, l’amour pour Barbossa, Carina et Henry; et le but de la vie et la ‘liberté’ ‘être libre’ pour jack. Trident aussi est relié à ‘den‘ donc éden et la tanière, cache, cachette, cave, le pont du navire, etc… le coeur est bien dans le coffre de la cage thoracique, enfermé.

9 ans plus tard Henry est sur un navire anglais, un matelot esclave qui poursuit des pirates dans le triangle du diable, Henry se bat pour prévenir le Capitaine de la morte imminente mais c’est une rebellion aux ordres et condamnee et jugee sur place en 1sec pour trahison donc le cachot puis la mort. Les manches déchirées (symbole de la trahison) (Donne faire la manche?). Henry: (« maison(née) », « domaine », « famille », « nation ») et –rik (« riche », « puissant », « roi »).

Le triangle (pyramide) encore un canyon utérus bien sombre, ou les anglais sont exterminés par les pirates fantômes de Salazar (sale-lézard) « Qu’est-ce que vous étes? »: « La Mort! », puis Salazar va parler à Henry et lui demande s’il connait Jack car il en a besoin, il a besoin du compas pour trouver quelque chose et de faire passer un message que la Mort vient pour lui, car lui bizarrement ne peut pas le faire, car un homme mort ne peux rien dire, en tout cas, il semble parler beaucoup! lol, mais il ne doit pas pouvoir lui raconter cette histoire!? Bref lui est mort et donc ne parle pas, il obeit, alors que quelqu’un de bien vivant parle, (c)offre(r) sous condition envers la Justice. Il ne faut donc jamais rester silencieux. La mort n’a besoin que d’un temoin, alors que le vivant, il lui en faut deux!

Une sorcière (Carina) est dans une cellule condamné à mort, elle semble avoir un père inconnu (elle ne sait pas qui elle est donc ni quel est son nom, tant mieux, elle est libre). c’est l’ouverture de la Bank de St Martin (Caraibes, le Martinet, donc mar=mer et kingfisher en anglais donc le roi des pecheurs et Mars, martial). La banque présente le coffre inviolable et Jack est dedans bourré/saoul/soul/spirit avec la femme du gouverneur, c’est le paradis lol, le coffre, le coeur, la richesse et fortune.

L’équipage tire le coffre avec les chevaux mais la banque vient avec, c’est normal c’est un ship/navire/vaisseau, il traverse toute la ville et Jack sauve la sorcière en passant (on note le signe, pas de femme, pas de chien, admis, dans l’histoire, la femme comme le chien detient la clef pour dechiffrer, seule la femme pour lire le livre que l’homme ne peut pas lire!), arrive le pont pour traverser d’une rive/bank à l’autre, ici en faite, il passe en dessous et libère le coffre. Carine: (Marine) Carène, quille d’un bateau, d’un navire, le ventre (femme) du bateau avec le gouvernail, c’est justement elle qui va le faire plus tard mais avec les étoiles. Ca-reine, tri-dent, c’est la carie du trident qui va le casser!

Il ne reste plus qu’une pièce dans le coffre en arrivant sur le bateau!  Qui lui est à quai! En cale sèche, c’est pour cela que Jack desespère-ment essaye de se remplir d’alcool/liquide pour redémarrer mais il se (tour)noye dans son désespboire, noyer, couler, plus de spirit mais plein de spiritueux mais pas de spirituel. Plus tard on voit que le Black Pearl est dans la bouteille mais il a beau en boire, il ne sortira pas! Son compas pointe vers la mer mais il ne peut pas y aller…

Cela se reflète ensuite car il donnera/abandonnera son compas, sa boussole, sa raison d’être, ce qui pointe vers ce qui lui est de plus cher/chère, et c’est le Pearl et il l’a, mais à abandonner l’espoir de le retrouver, ramener à la vie et à l’eau (sobre), à la mer/mère. Il n’est plus que son ombre, et Henry lui fait remarquer, d’ailleurs dans la cellule, il est à côté de son homme de paille, son ombre. Henry lui fait retrouver la raison, le rêve, l’espoir.

Donc l’équipage lui « pay tribute » (hommage, donc homme mais aussi respect et solde/argent) , car fatigués de voir Sparrow échouer en permanence alors que Barbossa est devenu riche et puissant, Gibbs et les autres décident de rompre leur association avec Jack et l’abandonnent. « You lost your luck, your ship, your crew, no more a captain », « Tu as perdu ta chance, ton navire, ton équipage, tu n’es plus Capitaine » (sous-entendu, tu n’es plus un homme).

Jack sombre dans la déprime. Il se rend dans une taverne et, n’ayant pas de quoi payer son rhum, offre son compas en échange. S’estimant trahi, le compas magique rompt la malédiction qui retenait prisonniers Salazar et ses spectres dans le Triangle du Diable. Désormais libres (il fait de nouveau jour, le soleil les éclaire), Salazar et son équipage s’aventurent en haute mer avec leur vaisseau fantôme (capable de « dévorer » les navires ennemis), le Silent Mary (mer silenceuse) dans l’unique but de retrouver Sparrow. Salazar et ses monstres attaquent tous les bateaux pirates qu’ils croisent, dont certains appartenant à Barbossa.

Carina est déguisée en nonne, symbolisme de virginité, à la lune rouge/rousse/sang, les règles. Le trio (trident) s’entrecroise, s’entraide, tresse (3) les liens qui les unis, s’évade! « Do i have your word? » Henry à Carina (toujours contrat, signifiant, tu me donnes ta parole?). Bizarrement Paul Mc Cartney, appelé Jack parle à Jack, doit avoir compétition avec les Rolling Stones car Keith joue dans les autres épisodes! C’est l’oncle de Jack, donc le frère (d’armes/guitares) de Keith Richards.

Bref, l’ancien grimoire, grimer donc maquiller, racontars, doit être déchiffré. Jack peut choisir sa mort lol et donc la nouvelle attraction: la séquence de la guillotine est vraiment top! C’est la roulette russe, Jack est teste et dans l’action retrouve la vie et est face à ses/des choix! Il ne veut pas mourir, revit et choisit la vie. Ok, les 2 jeunes libèrent Jack, mais il fait aussi office de guide et de père pour les deux, la jeunesse lui rappelle le chemin de la liberté, et lui passe son expérience et leur montre la voie et les règles, transmission.

Tous s’enfuient à bord du navire de Jack, la Mouette Mourante: symbolique de l’État de jack! « Dying Gull« , car gull est une arnaque, une Fraude, la triche et (Figuré) Personne que l’on trompe facilement, un arnaqueur mourant donc. « Prepare to drown », « Préparez-vous à couler ». Jack est plus à l’aise sur l’eau! (dans l’eau) Et plus vivant! que que sur la Terre (dans l’alcool). Il a le mal de Terre!

L’énigme du grimoire, livre: « To release pirate of the sea or/one must divide« , « pour libérer les pirates des mers, il faut diviser » (donc casser le trident). Mais diviser ici, c’est couper en deux, il faut donc bien faire la différence entre le vivant et le mort…

C’est aussi la lune sang (blood moon) qui allume la pierre-rubis pour éclairer le livre de Carina qui est la carte et indique ou se trouve le trident. Barbossa  va consulter la sorcière, la vraie, pour se sauver la vie, elle lui donne le compas/boussole de Jack! Mais elle lui dit bien, le prix, c’est toujours le sang et il va en effet le payer à la fin. Barbossa dit à la sorcière, c’est pour cela que t’as pas beaucoup de client! Il passe de Roi à rien, mais va trouver ce qu’il désire le plus au monde (son coeur).

Barbossa se sauve la vie en passant un accord/contrat « I deliver or die », « Je livre ou meurt » (de-livrer sa promesse, donc contrat, son paquet=Jack), on retrouve plusieurs fois dans le film « Do we have an accord? », Accord est le mot utilisé pour signer le pacte, le contrat, et donc pour passer l’accord, la corde au cou car sinon c’est la mort. Il coule son bateau et un matelot dit « Soon, we’ll be dead, and also out of business », « Bientôt on sera mort, et aussi banqueroute ».

« Les morts sont condamnés à la mer, incapable de marcher sur la terre ferme ».

« Trahit la boussole et elle libérera ta peur la plus grande ».

Ce qui est vrai, elle la libère mais Jack s’en débarrasse aussi donc il est libéré en effet de sa plus grande peur et de plus celle de perdre le Pearl, comme Barbossa lui le vole tout le temps, maintenant il va pouvoir le garder.

Les anglais disent « Récupérer le trident pour régner sur les mers« ; la statue de Britannia détient bien le trident! Et la Barre (barreau de la city de Londres et le drapeau anglais) dirige la loi d’amirauté dans le monde, ainsi que les affaires…

« Ce n’est pas parce que tu ne le vois pas que cela n’est pas là » Carina à Henry. En effet, les choses occultent sont bien là. Et Henry cherche et connaît son père et son Nom, mais Carina, elle, le cherche toujours. En tout cas leur lignée familiale.

« Salazar tue les pirates mais pas les hommes ». Salazar différencie les pirates, de la mer donc mort, différent des hommes qui vivent sur Terre, mais l’ambiguïté est sur le fait que les vivant sur la Terre sont esclaves morts alors que les pirates sur la mer son libres! Tout est inversé/occulté. Pour les pirates « No Mercy » ou « Pas de quartier » (pas de liberté et la mort), et donc pas de commercy!

Séquence quand Jack devient Capitaine en emprisonnant Salazar dans le triangle. Intéressant triangle et pyra-mide Δ et pyra-te ou pyre est feu et Ra est le soleil, on a aussi Pi ou Π, référence utérus avec un statut de fantôme, car on est entre la naissance, on ne sait pas vraiment quand l’Âme intègre le fœtus (s’il y ait). -Te pour la croix. Donc le capitaine donne la boussole à Jack « Elle pointe vers ce que tu veux le plus », « Ne la trahit jamais », le compas/la boussole c’est vraiment le coeur intérieur, l’intuition aussi, celle qui dirige sa vie, l’impulsion profonde qui fait qu’on va vouloir certaine chose et ne pas vouloir lâcher, sa raison d’être. C’est pour cela qu’il ne faut pas la trahir, car si on l’a trahit on se trahit soi-même, ses rêves, on termine bourrer dans un cachot, même plus un homme.

Bref, Jack dit à Salazar « Lovely day for a Sail/Sell/Sale », « Super journée pour une Sortie en mer/Vente/les Soldes », car Salazar le poursuit (chase en anglais donnant pur-chase = acheter avec ‘pur’ pour ‘pure’ ou ‘purr‘). Le nom du bateau de Jack et « Wicked & Wench », donc wicked: génial, diabolique, méchant et wench: jeune fille et servante; donc en gros une sorcière. Et le tournant de l’histoire ou twist et le « bootleg turn » car le bootleg, avec la corde/lien aide le bateau à tourner, c’est aussi la contre-bande et aussi une reprise, un remix d’une chanson, détournée donc un détournement (de fond), une arnaque, Salazar se fait avoir. L’équipage lui paye ‘tribute‘ (sa tribu) en lui donnant leur affaire (business, s’attribuer) donc le chapeau de Capitaine qui a une marque X comme Jack sur son visage.

« Les étoiles sont la carte » Carina

On retrouve Jack sur l’Île du Pendu entrain d’être marier (la corde au cou) pour payer une dette (encore une!) dans une église squelette de baleine! Dans le ventre de la baleine, le coffre, la prison, la cage thor-acique. Barbossa encore en mode sauvetage « Save the day« . Mais bizarrement tout ce temps il avait le pouvoir de libérer le Pearl avec le sabre de Barbe Noir, bizarre que Jack est abandonné, Barbossa est vraiment son alter-ego.

Le génie dans la bouteille, comme la perle est au coeur du coquillage, le génie ou spirit de Jack. Car Jack est génial quand il est en vie. Donc après la baleine: Jack est Jonas et Pinocchio; ici, Jack est Aladin, on reste dans la Smythologie et chez Disney, où l’on forge des mots, des épées, des épopées et des histoires.

Il perce d’ailleurs le coeur de Jack en cassant la bouteille (alcool prison) pour rendre libre le Pearl, la perle, et il le fait avec le ‘sword‘ (sabre) et avec le ‘word‘ (mot, la parole), le sabre est un peu la plume donc intention écrite et dite, symbolique par des symboles. Il semble que Barbossa plus vieux que Jack est quelque part son alter-ego et son maître-professeur, il lui transmet son savoir avant de mourir car le Pearl du coup reviendra à Jack (leg=heritage). Le Pearl renaît (rebirth) des eaux…

Barbossa menace tout de suite Jack « Il ne peut y avoir qu’un capitaine », « Time to raise the dead« , « Il est temps de ressusciter (re-citer Jésus) les morts », de ‘relever’, ‘d’élever’, de ‘ramener’ les morts, donc à la vie mais aussi eux-mêmes qui ne sont plus libres (accords passés et en effet quand on passe un accord, il est bien passé, dans le passé, donc une fiction). Jack est aussi ramené à sa vie.

« Vous n’avez pas besoin de comprendre, il faut juste la croire« , Henry parlant de Carina, eh oui, prendre le contrat ou stand under, il ne faut pas le prendre! Ici, il faut croire (fiction), il y a des choses vraies qui ne semblent pas exister mais qui existent en fait et donc il faut y croire pour trouver (aussi se relier à cette intuition intérieur, cette partie féminine, cette perle, le coeur), car elle a ‘compris’ cela, mais avec soi-même, un contrat avec soi, c’est l’ambiguïté fiction/réalité et conditionnement/vérité. Il faut croire que la fiction: la vérité est fausse, une fraude et que la fiction (les histoires, racontars) est vraie! Tu m’étonnes qu’on est en bataille contre le fake news et qu’on ne sait plus ce qu’est la vérité!

Les anglais ré-affirment: « Seul, l’Empire Britannique détiendra le pouvoir de la Mer ». Puis ils sont coulés par Salazar!

« Il n’y a aucun endroit où se cacher sur la mer », Salazar à Jack.

Sur l’île, brillante de pierres précieuses et les rubis rouges (vraiment trouvés comme cela dans la Nature, au Groenland) forme une constellation, en forme de trident, mais laquelle?

Henry, possédé par Salazar, les attaque. Jack neutralise vite Henry mais Salazar a eu le temps d’utiliser le Trident pour s’extraire de ce dernier. Contrôlant désormais la mer avec l’artefact, Salazar s’amuse à torturer Jack en le projetant avec des jets d’eau puissants. Henry retrouve ses esprits et, redevenu lui-même (revenant), réussit à briser le Trident planté dans le torse de Jack (dans le coeur), n’ayant pour seule protection que le grimoire de Carina sous sa veste (c’est les mots, le code, le livre, le sort de la vie qui le sauve, son code: allégeance a ce qu’il souhaite le plus dans sa vie, son fil rouge, sa raison de vivre et d’Être). Carina comprend alors qu’il est son père: « Who am I to you?« , « Qui suis-je pour toi? », Barbossa: « Treasure« . Bizarrement, on lui dit que tout n’est pas perdu, en lui redonnant le livre/grimoire (donc reste à voir la suite de l’histoire?), elle définie le livre comme son ‘birthright‘, son héritage, son droit imprescriptible.

Le singe Jack sanglote en ne voyant pas son maître disparu. « The ship is yours, Captain », « Le navire est à vous, Capitaine ». D’ailleurs se singe Jack fait la paix avec Jack et le rejoint, symbole de ce que Barbossa portait en lui de ressemblance, transmission et héritage. La jeune femme déclare alors ne plus vouloir s’appeler Smyth et change donc son nom en Barbossa (Le Boss de la Barre).

Finalement Davy Jones revient mais il semble avoir une jambe de bois (Barbossa est déjà revenu de la mort!), en tout cas, pour Davy, on lui a pété son sceptre!

La franchise se dilue un peu forcément depuis le 3 mais bon: Mot composé de franc, franche et -ise (« liberté, privilège, immunité »); voir les définitions! Mot très ambiguë, surtout quand on voit les définitions anglaises, synonymes de gratuit et libre! Tous les crédits du film qui defilent sont en lettre Capitale.

Pour finir, Bill Turner dit dans cette vidéo que son film préféré est Pirates des Caraïbes, ils vous apprennent (publicité, avertissement) comment nous sommes enregistrés dans/par le système; et comment regagner accès à votre patrimoine-compte-trust. Pour finir Bill Turner, explique que Bill (la Facture, note, acte, addition, billet de banque, projet de loi) ne peut être libéré que par Will (la volonté, le testament) (mais Will est William est aussi Bill)… seul Will peut donc payer la Facture, le fils (Will/testament) a été créé par le Père (Bill)… dans le monde des Morts= Dead= Deed= Acte notarié, titre de propriété, il faut donc établir un Lien Commercial, un titre de propriété ou Deed (enregistrement au PPSR: c’est le registre des biens personnels comme intérêts, dur de trouver l’équivalent, mais c’est soit la préfecture, c’est là que tous les titres sont enregistrés, soit aussi la Chambre de Commerce, voir même le Ministère du Travail/Commerce) pour faire tomber leurres masques et ACTES, quand on leur donne un Deed/Titre/Contrat, ils sont alors liés par ce contrat, seul Will doit/peut hériter, sauf que dans le film, il doit s’arracher le coeur, il doit mourrir, il passe dans le monde des Situs et de l’écrit, ce monde légal-ement mort, son coeur est gardé dans un coffre fort= Trésor(ie). Dans l’episode suivant avec l’eau de Jouvence, il reviendra à la vie, dans le monde des vivants, il a appris qu’il n’a pas de dette à payer dans le monde des vivants! Un Deed, se fait simplement en écrivant, l’affidavit est l’Autorité! Pas besoin de GLOSE.

Le Magicien d’OZ est la parabole de comment ils ont volé l’Or et nous ont donné des numéros.

Monster Inc. parabole leur contrôle par la peur.

Matrix, parabole comment nous créons notre propre sens de la réalité.

=== Jackfruit ===

PS:

Responsable, Spondeo:

Dans le droit romain du Contrat, au départ seul le mot « spondeo » était accepté d’être prononcé par les romains puis ensuite cela fut généralisé pour tout le monde, mais uniquement par ce mot là!: « spondeo« . Stipulatio est la forme de stipulation principale du contrat chez les romains: questions/réponses, ex: « Est-ce que vous vous engagez pour ce qui vous ai donné (dari spondes)? », « oui, je m’engage (spondeo) ».

Responsable: Qui doit répondre de ses propres actions ou de celles des autres, qui doit être garant de quelque chose. Respondeo.

De spondeopromettre ») avec le préfixe re-. (« faire un rituel« , ou ‘res‘ est la chose: promettre la chose.

D’une forme archaïque *spendo composé de s-, pendeo et pendo, littéralement « s’attacher, se lier [par contrat] » et apparentée au grec σπένδω, spendo (« faire une libation »).

Promettre sur l’honneur, assurer, garantir, se porter fort. S’engager.

(Droit) Promettre solennellement, dans les formes prescrites pour quelqu’un, promettre à titre de caution (sponsor), de répondant. Se porter caution pour quelqu’un.

Spendo donne en anglais « to spend« ; et en français « dépenser ».

Pendeo: Pendre, être suspendu, être pendu, être pendant, tenir à.

pendere (tenui) filo : <pendre à un fil (ténu)> = être en grand danger, dépendre de peu de chose.

Être attaché, être affiché, être mis en vente.

pendere ad lanium, être exposé en vente à l’étal d’un boucher.

Peser, estimer.

Être suspendu, être pendant, en instance, en suspens.

ad senatum remissus diu pependit, tandem absolutus vindicatusque, Pline: renvoyé devant le sénat, il demeura longtemps dans l’indécision; finalement il fut absous et reconnu innocent.

Être indécis, flottant, irrésolu, inquiet.

ego tecum potius quam animi pendeam, cum a te absim, et de te et de me, Cicéron : moi, je préfère être avec toi que d’être loin de toi anxieux et sur ton sort et sur le mien.

Dépendre de, reposer sur, être soumis à.

Pendeo, « être pendu » est l’intransitif de pendo, qui voulait dire à l’origine « pendre », puis « pendre à une balance, peser ». Les premiers payements se firent par le biais de lingots de métal (→ voir as et libra) pesés sur une balance ; de là les sens de « peser, payer », qu’ont les dérivés de pendere et ceux du fréquentatif pensare. On orthographie à tort le français poids comme s’il venait de pondus mais il vient de pensum (→ voir tensa et toise ou mensis et mois). L’idée de « peser » a souvent au figuré, le sens de « estimer, juger ». (Dérive pénis).

Lewis et Short  rapprochent ce mot de funda, « fronde », du grec ancien σφενδόνη, sphendonê, « fronde ».Pour Julius Pokorny , il est apparenté à sponte.

Donc peser, depe(n)ser, donc aussi penser…

Pas loin de ‘funda‘ donc fonder/fondation/fonds (monnaie) donc financer/financement, funds en anglais.

Apparenté au latin spondeo (« promettre sur l’honneur »).
Pour le sens de « verser, répandre », comparer avec le latin pando (« étendre »), pateo (« être étendu »), apparenté à πετάννυμι, πετάω, petánnumi, petáô (« étendre, déployer »). (Répandre/épandre).
PS2: Hoist the Color (super symbolisme à explorer!)
Yo, Ho haul together, hoist the colours high
Heave ho, thieves and beggars, never shall we die
Yo, Ho haul together, hoist the colours high
Heave ho, thieves and beggars, never shall we die
The King and his men stole the queen from her bed
and bound her in her bones
The seas be ours and by the powers
Where we will…we’ll roam
Yo, Ho haul together, hoist the colours high
Heave ho, thieves and beggars, never say we die
Some men have died and some are alive
And others sail on the sea
With the keys to the cage
And the devil to pay
We lay to Fiddler’s Green!
Yo, Ho haul together, hoist the colours high
Heave ho, thieves and beggars, never shall we die
The bell has been raised from its watery grave
Do you hear its sepulchral tone?
A Call to all, pay heed to the squall
And turn your sail towards home!
Yo, Ho haul together, hoist the colours high
Heave ho, thieves and beggars, never shall we die

PS3: « Yo Ho (A Pirate’s Life for Me) »

Yo ho, yo ho, a pirate’s life for me.
We pillage, we plunder, we rifle, and loot,
Drink up me hearties, yo ho.
We kidnap and ravage and don’t give a hoot,
Drink up me hearties, yo ho.
Yo ho, yo ho, a pirate’s life for me.
We extort, we pilfer, we filch, and sack,
Drink up me hearties, yo ho.
Maraud and embezzle, and even high-jack,
Drink up me hearties, yo ho.
Yo ho, yo ho, a pirate’s life for me.
We kindle and char, inflame and ignite,
Drink up me hearties, yo ho.
We burn up the city, we’re really a fright,
Drink up me hearties, yo ho.
We’re rascals, scoundrels, villains, and knaves,
Drink up me hearties, yo ho.
We’re devils and black sheep, really bad eggs,
Drink up me hearties, yo ho.
Yo ho, yo ho, a pirate’s life for me.
We’re beggars and blighters, ne’er-do-well cads,
Drink up me hearties, yo ho.
Aye, but we’re loved by our mommies and dads,
Drink up me hearties, yo ho.

17 réflexions au sujet de « ☧irates des Caraïbes »

  1. Ping: Corps Commun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.