Le Vatican détient légalement la propriété de toutes les âmes…Depuis 1306

Histoire du Trust

Définitions :

La fiducie est un transfert de propriété soumis à des conditions d’usage ou de durée. Cette notion existe principalement dans le droit anglais sous le nom de « trust », dans le droit allemand (« Treuhand »), ainsi que dans le droit musulman sous le nom de waqf. Elle a été introduite en droit français en 2008 dans le cadre de la loi de modernisation de l’économie. (Modernisation de l’Esclavage!).

Une fiducie est un contrat nommé entre trois personnes: le constituant ou fiduciant (l’administrateur), le fiduciaire (le débiteur) et le bénéficiaire (le créditeur) et qui doit respecter un certain nombre de mentions obligatoires pour être valable. Par ailleurs, le contrat doit, à peine de nullité, être enregistré dans un délai d’un mois à compter de sa constitution. En conséquence, le contrat doit être conclu par écrit. (L’Acte de Naissance remplit ces critères).

D’après l’article 2008 du code civil, Les mentions obligatoires sont, sous peine de nullité :

Les biens, droits ou sûretés transférés. S’ils sont futurs, ils doivent être déterminables;
La durée du transfert, qui ne peut excéder 99 ans à compter de la signature du contrat;
L’identité du ou des constituants ;
L’identité du ou des fiduciaires ;
L’identité du ou des bénéficiaires ou, à défaut, les règles permettant leur désignation ;
La mission du ou des fiduciaires et l’étendue de leurs pouvoirs d’administration et de disposition.

Histoire :

Le 1er Trust du Monde : Unam Sanctam

Une Bulle pontificale proclamait la suprématie de l’Église sur l’État et, de ce fait, l’obligation pour toute créature humaine de se soumettre au souverain pontife.

Une bulle (que l’on appelle pontificale, papale ou apostolique) est un document, originellement scellé (du latin bulla, le sceau), par lequel le pape pose un acte juridique.

Voir la liste des bulles à partir du XIVe siècle, l’Unam Sanctam original en latin…Ici, La bulle du Nouveau Monde (New World Order, NWO ?): Inter caetera du 4 mai 1493. Pas étonnant qu’il soit donc installer aux USA! Définition de Stop the Pirates:

23. Le Pape proclame détenir la planète entière aux travers de Lois de Conquêtes et Découvertes. (Bulle Papale de 1495 & 1493).
24. Le Pape ordonna le génocide et la mise en esclavage de millions de personnes. (Bulle Papale 14521455 & 1493).

Donne au roi du Portugal Alphonse V de Portugal toute latitude pour soumettre les Sarrasins, païens et autres incroyants – voire les réduire à un esclavage perpétuel.

L’Unam Sanctam est l’un documents les plus effrayants de l’Histoire et c’est la référence en ce qui concerne la déclaration des Papes de leur Domination du monde. C’est un acte de fiducie ou de procuration express! La dernière ligne dit:

« Dès lors, nous déclarons, disons, définissons et prononçons qu’il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d’être soumise au pontife romain. »

Ce n’est pas seulement la première procuration de l’Histoire mais aussi la fiducie ou le trust le plus large jamais constitué, vu qu’il réclame la planète entière et tout ce qu’il y a dessus, une cession de biens ou un acte de propriété totalitaire.

La Triple Couronne de Ba’al ou Bael, aka la La tiare pontificale, appelée aussi le trirègne (en latin tiara ou triregnum), est la triple couronne des papes.

Pouvoir d’Ordre sacré.
Pouvoir de Juridiction.
Pouvoir de Magistère.

Père des rois.
Régent du monde.
Vicaire du Christ.

Le couronnement de la Tiare est un rituel important? Car Le Pape Jean-Paul 1er en serait mort (exécuté) car il l’a refusée, il fut remplacé par Jean-Paul II le retour! Difficile donc de séparer les pouvoirs! Elle indique l’unité des pouvoirs d’Ordre, de Juridiction et de Magistère dans la même personne.

En 1302 le Pape Bonifacio publia donc sont tristement célèbre « Unam Sanctum ». Il proclama ainsi sa domination sur le Monde, ce qui le définit comme le « roi du Monde« . Pour célébrer, il commissionna une coiffe en plaque-or en forme de cône ou pomme de pin (pinéal) avec une couronne à sa base. La pomme de pin est un symbole ancien de fertilité associé au culte de Ba’al et de Cybèle qui est la « Magna Mater »  (A l’opposé de la Magna Carterconflit avec l’Eglise, rébellion du Roi et des barons? ), et qui est Isis mais aussi Marie! Elle représente aussi la glande pinéale au centre du cerveau de nature cristalline et qui nous permettrait d’accéder à la source, voir la pomme de pin du Square du Vatican. Pourquoi les Pontifes (pontife, pontifex) idolâtrent une pomme de pain?

La 1ère Couronne des Terres de la Couronne (Domaniale)

Le Pape Boniface VIII (armoiries jaune/orange…) fut le premier leader de l’Histoire a créé (officialisé?) ce concept de Trust/Fiducie, mais la Fiducie Testamentaire, au travers de l’Acte du Testament, fut crée par le Pape Nicholas V en 1455, créant ainsi un ‘Estate‘, un Etat Mort, une succession, un domaine/une propriété.

Emblème de Boniface VIII

Cette bulle parle également des conséquences salutaires qui résulteront de l’asservissement des païens.

C’est une des 3 bulles Papales à inclure la ligne « A tout jamais » ou « Pour perpétuelle mémoire ». Cela a eu comme effet d’octroyer le droit d’utilisation de la Terre comme Biens Immobiliers (Immeuble/meuble), de part la fiducie Express de l’Unam Sanctam, et de la mettre sous le contrôle du Pontife et de ses successeurs à Perpétuité.

Donc, Toutes les terres sont proclamées « Terre de la Couronne ». La première couronne est représentée par la première fiducie du « Cestui Que Vie » créé lors de la naissance d’un enfant. Cela nous destitue de tous Droits bénéficiaires ou d’actes de jouissance des Terres (Mers et autres animaux…3:16).

La 2ème Couronne du Commonwealth

La deuxième Couronne fut créée en 1481 par la bulle papale Aeterni Regis, signifiant « Couronne Eternelle » par Sixtus IV, étant seulement la deuxième bulle papale correspondant à un acte testamentaire.

Cette bulle papale créa la « Couronne d’Aragon » (clin d’oeil à Aragorn), plus connu sous le nom de Couronne d’Espagne, et elle est la plus haute autorité souveraine et l’administrateur de tous les esclaves Romain (de Rome) qui sont assujettis au Pontife Romain. C’est pour cela que Anna von Reitz dit que les Terres dépendent du Roi d’Espagne; les Mers, de la Couronne d’Angleterre; et les Airs, du Vatican.

L’Espagne perdit la Couronne en 1604 quand elle fut attribuée au King James I d’Angleterre ou Jacques VI et I créant ainsi le Royaume Uni…ou la Grande-Bretagne, une traduction de la Bible porte son nom! Il fut même roi de France (symboliquement) en 1604 donc nommé par le Pape Paul V après l’unification des Couronnes, appellée Commonwealth, en 1605, après l’opération Conspiration des poudres et la naissance de Guy Fawkes (le fameux masque d’Anonymous), ainsi qu’a la « bonfire night » en Angleterre ou on fait des feux d’artifices…artificeartificium: art, habilité, talent de tromper…artifex: maître. Ceci est lié à la possible naissance de la Franc-maçonnerie

La couronne lui fut perdu en 1975 car elle fut rendu au Roi d’Espagne Carlos I qui la conserve toujours…Cette deuxième couronne est représentée par le 2ème acte « Cestui que vie« , créé quand l’enfant née, par la vente de l’acte de naissance comme Titre (certificat, obligation, billet d’ordre, etc…) à la banque centrale de la Nation, nous privant ainsi de la propriété de notre chair/corps et nous condamnant à la servitude perpétuelle, comme une personne romaine: un esclave.

la 3ème couronne est Le Saint-siège Ecclesiastique

« Holy see » en anglais est le Saint-Siège, Dieu, celui qui voit tout, et il y a un jeu de mots avec « Holy Sea« : la Mer sacrée, la Loi Maritime et donc Loi du Commerce (UCC). La juridiction ecclésiastique (Episcopal See):

« Within Roman Catholicism, each diocese is considered to be a See unto itself with a certain allegiance to the See of Rome. The idea of a See as a sovereign entity is somewhat complicated The episcopal see of the Pope, the Bishop of Rome, is known as « the Holy See » or « the Apostolic See », claiming Papal supremacy. »

« Dans le Catholicisme Romain, chaque diocèse est considéré être un évêché (un œil qui veille, surveille et voit = Sauron) avec une allégeance au Saint-Siège de Rome (Surveillance). L’idée d’un Siège (Tour de contrôle) comme entité souveraine est, quelque part, très compliqué, le siège épiscopal, le siège de l’évêché est connu sous le nom de ‘Saint-Siège’ (Holy See) ou Siège Apostolique, affirmant la suprématie Papal. »

La troisième Couronne fut créée en 1537 par Paul III, par la bulle papale Convocation, censée ouvrir le Conseil de Trent et aussi en passant la création de l’ordre des Jésuites par le Regimini militantis ecclesiae, en 1550, le bras armée du Pape, son régiment militaire ecclésiastique…

C’est le 3ème acte testamentaire final, mis en place pour réclamer toutes les « âmes perdues » (ou trouvées, objets perdus ou objets trouvés), perdues pour le Saint-Siège (« lost to the See » en anglais, « disparue/perdue à la vue et donc avec jeu de mots, « lost at sea« : disparues/perdues en mer…) difficilement traduisible en parallèle et j’ai pas trouvé la vraie référence dans les actes même si cela doit faire partie de l’esclavage des amérindiens et du Concile…et le baptême des indigènes. La bulle In Nomine Sancte, en donnant un nom de Baptême ou christianisant, on sanctifie? (sang-ctifie, faire couler le sang?). Bref des esclaves en moins, ça fait de la tune en moins…

Les Vénitiens ont aidé à la création du 1er Cestui Que Vie en 1540 (création du bras Armée des Jésuites), afin d’utiliser cette bulle papale comme la base de l’Autorité Ecclésiastique d’Henry VIII (rappelez-vous le Henry qui créa l’Église Protestante!) dans le but de réunir les Couronnes…L’Espagne et L’Angleterre contre le Pape (Le Vatican, la France à l’époque, bataille de pouvoir & Co…). Il serait intéressant d’explorer les Guerres d’Italie? Afin de créer le Saint-Empire Romain autrement dit le Reich…on comprend un peu mieux la raison des batailles entre l’Angleterre, la France, la Papauté (Italie), l’Espagne, l’Allemagne (moins le Portugal). Wiki y mentionne le décès de l’Empire Romain, mais il est bien vivant!!! Bref, cela mérite plus d’exploration mais trop compliqué pour moi!

Donc la Couronne fut secrètement accordée à l’Angleterre en l’échange de la collection et « moisson » (la fauche, la grande faucheuse, on les fauche et les faux-che) des âmes perdues. De jure: « De droit ; par le droit ; par la loi. » : exprime l’idée d’impératif légal, parfois d’impératif nécessaire. Souvent opposé à de facto. Elizabeth II, reine du Canada, est chef d’État du Canada de jure ; le gouverneur général du Canada est chef de l’État de facto.

Locution ou expression latine

L’aigle est le symbole de la puissance impériale et cela depuis l’Empire romain auquel le Saint-Empire se rattache.

C’est sous Sigismond Ier que l’aigle bicéphale devient le symbole de l’empereur sur les sceaux, les monnaies, le drapeau impérial, etc., tandis que l’aigle simple devient le symbole du roi. L’utilisation de l’aigle est un acte d’allégeance à l’Empire.


Après la chute du Saint-Empire, l’aigle impériale est reprise par le Reichstag de 1848 comme symbole de l’Empire allemand.

La couronne fut perdu en 1816, quand l’Angleterre fit délibérément faillite, elle fut donc octroyée au Temple Bar,  la Cité de Londres (indépendante, je rappelle, les 3 villes indépendantes au monde, Washington, Londres et le Vatican) donc la City (Les banques anglaises). Située sur la rive gauche de la Tamise, elle englobe le périmètre du mur de Londres, enceinte de la cité romaine de Londinium.

L’Honorable (eh beh! mais cela vient du principe de toujours rester honorable, voir Bill Turner) Société du Middle Temple est l’une des quatre Inns of Court, qui se trouve autour du Royal Courts of Justice de Londres (Angleterre) et Inner Temple représente un des quatre centres de formation des barristers (avocat).

Son nom provient du fait de que chacun de ces « instituts de formation » est installé dans les locaux d’une partie de l’Église du Temple fondée au XIIe siècle par les Templiers anglais, qui devint propriété de la Couronne en 1307 après l’anéantissement de l’Ordre du Temple. Par la suite, celle-ci fut donnée à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui loua dès 1312 le temple aux deux universités d’avocats : l’Inner Temple et le Middle Temple, qui se partagèrent alors l’utilisation de l’édifice.

En 1200, le pape Innocent III fulmina la bulle Omne datum optimum déclarant l’immunité des personnes et des marchandises dans les maisons du Temple, par rapport aux lois locales, ce qui fit de la maison du Nouveau Temple le dépositaire du trésor royal et de l’accumulation des revenus Templiers. Ces ressources financières servirent de base au développement des opérations bancaires templières.

« Nous vous exhortons à combattre avec ardeur les ennemis de la croix, et en signe de récompense, Nous vous permettons de garder pour vous tout le butin que vous aurez pris aux Sarrasins sans que personne ait le droit de vous en réclamer une part. Et nous déclarons que votre maison, avec toutes ses possessions acquises par la libéralité des princes, demeure sous la protection et la tutelle du Saint Siège. »

La corporation de la Cité de Londres est dirigée par le lord-maire de Londres, secondé par la Court of Aldermen et la Court of Common Council (représentant les 1101 vénérables compagnies répertoriées dans la Cité).

Seules deux enclaves indépendantes, entourées par la City ne sont pas soumises au gouvernement de la Corporation : le Middle Temple et le Inner Temple, deux des quatre juridictions de Inns of Court, organismes chargés de la formation et de la réglementation du métier de barrister (avocats) en Angleterre et au Pays de Galles. Donc non seulement la City n’est pas soumise à la Loi mais en plus l’ordre des avocats/juges n’est soumis à aucune loi, à part l’allégeance à Rome…

Au Royaume-Uni, on a Crown land ou sur Les Terres de la Couronne, est le Crown Estate (c’est-à-dire le « Domaine Royal » ou « Domaine de la Couronne ») qui gère le portefeuille des actifs associés à la Couronne britannique. Auparavant, il s’agissait de l’ensemble des biens possédés par les souverains. Cela a évolué vers une institution unique qui transfère ses recettes au HM Treasury (le « Trésor de Sa Majesté ») c’est-à-dire le Ministère des Finances.

Tous les Etats du Commonwealth, les USA inclus, payent des taxes à la Couronne anglaise. Y a des chances que la France aussi…Comprenez-vous alors pourquoi le Brexit ? Or-chestré ou pas ?

Il y a des voies bien particulière à emprunter pour traverser les champs en Angleterre, sinon vous vous faites virer par le proprio, alors qu’en France, on peut quand même aisément pic-niquer dans un Champ, mais pas là-bas…

« Parmi ces Avoirs, on compte par exemple l’hippodrome d’Ascot ou encore l’ambassade d’Israël à Londres. »

oh oh!!! Vraiment!!!

Crown Estate est, aujourd’hui, une société commerciale chapeauté par les « Crown Estate Commissioners » (Commissaires aux Domaine de la Couronne) selon les dispositions de la « Crown Estate Act« , loi de 1961 (texte de la loi). Son portefeuille comprend des actifs dépassant les 9 milliards d’euros qui génèrent un revenu de £190 millions versé chaque année au Trésor britannique (et pas aux Ménages). Le « First Commissioner » ou premier commissaire en est le président, même s’il n’ y travaille pas à temps complet. Le « Second Commissioner » en est le Directeur Général. Voir les membres actuels du Conseil d’administration.

Dans les royaumes du Commonwealth, la Couronne (anglais : The Crown) désigne l’État. D’où le nom de Crown Bar, donc le BARREAU de la Couronne ou simplement « The Crown« : La Couronne. « The Crown is a corporation sole (Soul=Âme) » donc la Couronne est une personne morale individuelle (corporate sole ou soul, création de l’entité personne avec une âme, un vrai égrégore…) « that represents the legal embodiment of executive, legislative, and judicial governance in the monarchy of each country. » donc « qui représente le corps législatif exécutif et judiciaire gouvernant de la monarchie de chaque pays ».

Une personne morale individuelle ou personne morale simple (corporation sole) est une entité ayant la personnalité juridique et étant constituée d’une seule personne physique. Il s’agit d’une « personne morale », puisqu’elle constitue une entité légale distincte d’une personne physique, mais elle est « individuelle », puisqu’elle est associée avec une fonction ou une personne.

La personne morale individuelle est un concept utilisé dans les pays ayant pour tradition juridique la common law afin d’illustrer certaines fonctions historiques ou protocolaires. Elle permet d’effectuer une distinction entre l’entité juridique et la personne physique qui est titulaire d’une fonction . À titre d’exemple, la Couronne en common law est une personne physique (le monarque), mais elle est aussi une personne morale individuelle qui est titulaire de droits et d’obligations. Ainsi, lorsque le monarque décède, la personne morale individuelle se transmet au monarque suivant.

Ce concept vise à dépersonnaliser les rapports juridiques avec une fonction publique.

En France, l’Ordre, comme le Barreau, sont tous deux des personnes morales de droit privé exerçant des prérogatives d’intérêt public (ce ne sont pas des Établissements d’utilité publique). L’Ordre comprend l’ensemble des Avocats, y compris honoraires (de même que stagiaires, lorsque ce régime existe, ce qui n’est pas le cas, depuis 2004). Le Barreau ne rassemble que les Avocats inscrits, donc, en exercice. C’est l’Ordre qui rassemble les votants désignant le Conseil de l’Ordre, organisme professionnel (Donc une société privée, entité corporation)

Le terme d’Or-dre (professionnel) est, en France, pénalement protégé.

Il existe un barreau auprès de chaque tribunal de grande instance. Son bâtonnier, avocat élu par ses confrères, est notamment chargé de la discipline de la profession d’avocat. Le droit français admet cependant des structures d’exercice inter-barreaux. Le Conseil National des Barreaux est chargé de représenter la profession d’avocat notamment auprès des pouvoirs publics, d’unifier les règles et usages de la profession d’avocat (Code de déontologie des avocats), et d’en organiser la formation.

Le nom de barreau, vient d’une barre de fer ou d’une barrière en bois qui séparait le lieu où se tenaient les plaideurs de celui qui était réservé aux juges, et c’était à cette barrière que se plaçaient ceux-ci pour recevoir les mémoires et les requêtes qu’on avait à leur présenter.

En faite, réellement, elle représente la Barre d’un bateau et la séparation Terre et Mer, car la Loi Maritime du Commerce ne peut être appliquer sur la Terre..sous peine d’acte de Piraterie sur terre…

Le barreau est un lobby!

Le lobbying est la partie du plaidoyer qui se rapporte spécifiquement aux activités visant à influencer une législation donc une organisation frauduleuse et mafieuse.

L’association du Barreau a depuis été responsable de l’administration du « moissonnage » (à la faux) des âmes perdues (elles le sont toutes après les 7 ans après la naissance, de par la loi maritime), et des damnés et autres répudiés par les papes), incluant l’enregistrement et la collection des certificat de Baptême représentant les âmes récoltées par le Vatican et engrangées dans ses coffres (réserve, entrepôt, dépôt, provisions).

Qui plus tard fera place à l’Acte de Naissance ou Certificat de naissance pour les anglo-saxons.

Cette troisième couronne est représentée par le 3ème Fiducie du Cestui que Vie, créée quand un enfant est baptisé. C’est l’accord parental du Certificat Baptismal ou acte de baptême —Titre de propriété de l’âme— qui est donné à l’Eglise ou Registre.

Le mot naufragium désigne, dans la Rome antique, le bris d’un navire, et plus généralement la perte d’un navire par fortune de mer. Parfois les objets qui se trouvaient sur le navire qui a péri sont qualifiés de naufragium. Voir le document anglais Lost at sea de la freedom-school.com ainsi que le Droit d’Épave, Droit Maritime, Obligation de Freight en anglais, la Loi d’Amirauté et donc de la réclamation/propriété de Marchandises (vous) du Cargo (votre mère et/ou votre SURNOM).

Donc, sans le titre légal sur sa propre âme, on nous refuse un vrai statut juridique (on doit se faire représenter par un Avocat, on est donc déjà coupable car incapable, non-souverain et toujours sous tutelle, on est toujours la propriété de l’Etat par Acte de naissance), on est donc traité (la traite=esclavage) comme « chose » ou marchandise —un cargo sans âme— sur lequel le BARREAU a maintenant légalement le droit d’y imposer la Loi Maritime, donc la Loi du Commerce donc de l’Esclavage…

« Les réclamations pour dommages causées à un cargo et ses marchandises dans le commerce international sont gérées par la COGSA ou Carriage of Goods by Sea Act, l’Acte sur le Transport des Marchandises en Mer, qui est un texte U.S. basé sur les Règles de Hague (Hague Rules). Un de ses règles clefs est que le propriétaire du navire (le propriétaire du SURNOM) est passible de dommages-intérêts depuis le chargement jusqu’au déchargement, à moins d’être exonérer par une des 17 exceptions à la règle, telles une « catastrophe naturelle ou cas de force majeure » (Act of God en anglais), la nature inhérente de la marchandise (votre container nucléaire fuit), les erreurs de navigation et de gestion du navire. La base de la responsabilité du propriétaire du navire est le contrat de dépôt ou cautionnement (la caution, et faire attention). Et donc si le transporteur est passible de dommages-intérêts comme transporteur publique, il doit être alors établit que les marchandises furent placées sous le contrôle et la possession du transporteur pour transport immédiat. »

Donc il faudrait que le transporteur déclare qu’il possède la cargaison mais bien sûr ce n’est pas la sienne, le problème c’est que vous, vous devez payer car vous déclarez que vous êtes le SURNOM (alors que c’est l’Etat) et de plus les documents suivant: Carte vitale, permis, passeport, carte d’identité, contrat d’achat de maison, voiture, etc…le prouvent car en faite un permis/contrat établit que vous transférez vos propriétés à la l’Etat et celui-ci vous donne/octroie en contre partie un permis d’utilisation contre rémunération/taxe. Voir Association Droit Maritime en France et en anglais l’IMO.

Le Cestui Que Vie

CQV de 1540:
« A person may be legally declared dead (declared death in absentia or legal presumption of death) despite the absence of direct proof of the person’s death, such as the finding of remains (e.g., a corpse or skeleton) attributable to that person. Such a declaration is typically made when a person has been missing for an extended period of time and in the absence of any evidence that the person is still alive – or after a much shorter period but where the circumstances surrounding a person’s disappearance overwhelmingly support the belief that the person has died (e.g., an airplane crash).

A declaration that a person is dead resembles other forms of « preventive adjudication », such as the declaratory judgment. Different jurisdictions have different legal standards for obtaining such a declaration and in some jurisdictions a legal presumption of death may arise after a person has been missing under certain circumstances and a certain amount of time. »

« Un personne peut être légalement déclarée morte (présomption légal de mort in absentia) malgré l’absence de preuves directes de la mort de la personne, tel que de retrouver les restes du corps (ex: le corps, le squelette) appartenant à cette personne. Une telle déclaration est normalement faite quand une personne est disparue depuis un certain temps et de part l’absence d’évidences qu’elle est en vie — ou après une très courte période dans les cas où l’on est presque sûr de la disparition car les circonstances sont flagrantes (ex: Avion écrasé).

Une déclaration de personne morte ressemble à d’autres formes de ‘jugement préventif’, telle un jugement déclaratoire. Différentes juridictions ont différents standards juridiques afin d’obtenir une telle déclaration et dans certaines juridictions, une présomption juridique de mort peut s’appliquer après qu’une personne ait disparue sous certaines circonstances et depuis un certain temps. »

CQV de 1707

The Cestui Que Vie Act 1707

« Introductory Text:

II. If such Infant, &c. Tenant for Life, appear to be in some Place beyond Sea, Party prosecuting such Order may send over to view such Infant, and if guardian, &c. will not produce such Tenant for Life, then he or she to be taken as dead.

III. If it appear afterwards in any Action to be brought that such Tenant for Life was alive at the Time of the Order made, then he or she may re-enter, and have Action for Rent, &c.

IV. Proviso for Guardian, &c. who shall make it appear that due Endeavour has been used to procure the Appearance of such Infant and Tenant for Life.

V. Guardians, Trustees, &c. holding over without consent of Remainder Man, &c. deemed Trespassers. Damages. »

« Texte d’Introduction:

II. Si un tel nourrisson et locataire à vie, apparaît être quelque part de l’autre coté de la mer, la Partie poursuivante (judiciaire) gérant un tel Ordre (ou commande) peut envoyer une mission afin de vérifier/voir ce nourrisson/locataire, et si le Gardien (parent) ne produit pas ce locataire à vie, il ou elle sera considéré comme mort.

III. Si il apparaît après cela que ce locataire à vie soit en faite vivant au moment de la Commande faite (l’Ordre passé), alors il ou elle peut ré-entrer et avoir une action en recouvrement de loyer.

IV. Condition du Gardien, celui qui fera apparaître la cause que tout a été tenté de faire afin de prouver l’Apparition d’un tel nourrisson et locataire a vie.

V. Gardien, Fiduciaire détenant sans le consentement du marchand des livres soldés ou de l’homme invendu sont rendus transgresseur de la loi. dégâts ; dommages et intérêts. »

Cestui Que Vie Act 1666

http://www.legislation.gov.uk/aep/Cha2/18-19/11/contents

 

http://www.legislation.gov.uk/aep/Cha2/18-19/11/section/IV

If the supposed dead Man prove to be alive, then the Title is revested. Action for mean Profits with Interest.

[X1 Provided always That if any person or [X2 person or] persons shall be evicted out of any Lands or Tenements by vertue of this Act, and afterwards if such person or persons upon whose life or lives such Estate or Estates depend shall returne againe from beyond the Seas, or shall on proofe in any Action to be brought for recovery of the same [X2 to] be made appeare to be liveing; or to have beene liveing at the time of the Eviction That then and from thenceforth the Tennant or Lessee who was outed of the same his or their Executors Administrators or Assignes shall or may reenter repossesse have hold and enjoy the said Lands or Tenements in his or their former Estate for and dureing the Life or Lives or soe long terme as the said person or persons upon whose Life or Lives the said Estate or Estates depend shall be living, and alsoe shall upon Action or Actions to be brought by him or them against the Lessors Reversioners or Tennants in possession or other persons respectivelywhich since the time of the said Eviction received theProffitts of the said Lands or Tenements recover for damages the full Proffitts of the said Lands or Tenements respectively with lawfull Interest for and from the time that he or they were outed of the saidLands or Tenements, and kepte or held out of the same by the said Lessors Reversioners Tennants or other persons who after the said Eviction received the Proffitts of the said Lands or Tenements or any of them respectively as well in the case when the said person or persons upon whose Life or Lives such Estate or Estates did depend are or shall be dead at the time of bringing of the saidAction or Actions as if the said person or persons wherethen liveing.]

« Si le supposé Homme mort est prouvé être vivant, alors le Titre est ré-investi. Action pour profits avec intérêts.

[X1 Que toujours si une personne fut expulsée d’une Terre ou d’un logement par vertu de cette Acte, et qu’après une telle personne dont la vie dépend de cette Fiducie/Estate/Patrimoine revienne d’au delà des mers, ou apparaisse comme étant vivante en le prouvant par n’importe quelle action ou apparaisse avoir été vivante au moment de l’expulsion, comme le locataire s’étant fait expulser par leur Exécuteur/Administrateur/Gérant, peut alors ré-entrer en possession et jouir de ses Terres et de son patrimoine ainsi que d’en recevoir les profits respectivement ainsi que les intérêts.] »

Une fiducie « Cestui Que Vie » est une fiction (un personnage, une entité). C’est un testament temporaire, une déclaration de décès (entité morte ou corporation), créée lors du règne d’Henry VIII d’Angleterre à partir de l’Acte Cestui Que Vie de 1540 et mis à jour par Charles II, au travers de l’Acte CQV de 1666, par lequel un Bien (domaine ou propriété ou patrimoine — patrie moine –) peut être effectué/créé pour le bénéfice d’une personne présumé disparue en mer (portée disparue) et donc présumé « morte » après 7 ans.

Des présomptions supplémentaires, par lequel cette Fiducie peut être créée, furent ajoutées plus tard dans les statuts juridiques, pour inclure la faillite, les mineurs, les incompétents, les mortgages ou hypothèques ou crédits et les sociétés privées. Le but original de la Fiducie CQV était de créer un Bien temporaire pour le bénéfice d’un autre (L’Etat! The E-state) parce qu’un événement, l’état des choses ou des faits, ou toutes autres conditions (problemes = disparition en mer) empêchait une personne de réclamer son Statut d’Etre Vivant, d’être Valide (d’avoir donc de la valeur, opposé à invalide/handicapé/mineur) et d’être présente, donc ne pouvant pas se re-présenter devant l’Autorité, l’Etat (l’Eglise), celle-ci ayant créer cette fiducie sous présomption de mort. Donc, toute réclamation, histoire, statut ou argument/dispute qui dévie en terme d’origine ou de fonction de la Fiducie du CQV, comme décrit par ses canons (définition dans l’Acte), est fausse et est automatiquement déclarée nulle et non avenue.

Une bénéficiaire sous Propriété peut être un bénéficiaire ou une fiducie CQV. Quand un bénéficiaire perd son bénéfice direct de ses propriétés, du domaine foncier ou immobilier placés dans une fiducie CQV comme investissement pour son bénéfice, il n’est pas le propriétaire de la Fiducie CQV « contrat »; il en est seulement le bénéficiaire de l’investissement fait et choisit par le fiduciant du CQV (l’Etat). Comme toutes les fiducies CQV sont créées par présomption, basées sur le but et la fonction d’origine de garde/investissement, une telle fiducie ne peut donc être créée (ou n’est plus valide) si on peut prouver que ces présomptions n’existent pas ou plus, ou qu’elles sont fausses.

Depuis 1933, quand un enfant né dans un Etat (E-State, Une propriété/domaine de l’Etat) sous la loi (inférieur) Romaine, trois (3) fiducies Cestui Que (Vie) sont créées sous certaines présomptions qui sont spécifiquement faite pour empêcher, à tout jamais, tout Droit de propriété réelle à l’enfant, tout droit d’être Libre, et tout Droit d’être re-connu comme humain, homme ou femme ou enfant, il est plutôt considéré comme une créature ou un animal (Chattel=biens meubles, Cattle=bétail), vous faites partie des meubles, des murs des propriété de l’Etat puisque celui-ci possède votre corps, Âme ou esprit (défendez la nation à Corps et Âme).

3 = 1) le prénom chrétien par le baptême, 2) le SURNOM par l’acte de naissance et 3) le Titre (monsieur/madame/mlle = rang de guerre) par acceptation/dénomination (consenti par défaut) de tout contrat, adresse, etc…?

Le prénom est la juridiction de l’Air donc du Vatican, l’Âme.

Le SURNOM est la juridiction des Terres donc de l’Etat, en vérité la Couronne espagnole, le Corps.

Le titre: Mr ou Mme ou Mlle est la juridiction Maritime des Mers, donc de la guerre, du commerce et de l’esclavage de la Couronne anglaise aux travers du bras armée des US à Washington…mais c’est bien la City de Londres qui gère la domination des Terres…ensuite je n’ai pas trouvé les détails mais je pense que le Barreau fait office d’administration de la Loi maritime sur les Terres (acte de piraterie) au travers donc du barreau anglais de la City de Londres, l’Esprit. (Pour reprendre les grandes lignes d’Anna von Reitz).

Les Exécuteurs (ou pouvoir exécutif) ou administrateurs (donc tous deux des termes de guerre) des biens immobiliers et des propriétés volontairement et consciemment:

1. font passer les droits et bénéfices de jouissance de liberté et propriété de l’enfant donc sa souveraineté, comme le Bénéficiaire, dans le 1er Trust CQV sous la forme d’un numéro d’en(registre)ment ou d’État Civil en enregistrant le Nom (SURNOM), créant ainsi la personne juridique ou l’Entité juridique (morte) équivalent à une société privée, empêchant ainsi à l’enfant de détenir quoi que ce soit, ni même d’avoir des Droits, Et,

2. déclarent ainsi le bébé comme Bien Meuble appartenant à l’Etat, l’Estate . Le contrat du bébé-esclave est donc créé en honorant l’ancienne tradition d’impression à l’encre des pieds du bébé sur l’en(registre)ment de la naissance en vie (live birth record) donc on pèse et mesure (faudrait voir ce que font les médecins/infirmiers à la Maternité derrière notre dos?) ou une goutte de son sang, ainsi que de tromper les parents en signant l’acte de naissance et en déclarant la naissance, qui n’est ni plus ni moins qu’un contrat de cessation de bien envers l’Etat, une promesse de remboursement (de la part de l’Etat) de cette investissement, cessation/cession de propriété, etc…Consentement par défaut…Tromperie et Fraude et Mise en Esclavage…

Tout les officiers civils sont sous le coup de lourde peine de prison (l’ignorance de la loi n’est pas excuse). On obtient donc un bon du Trésor, détention d’esclave, qu’on vend, monnaye et échange ensuite aux banques privées (FMI), créant ainsi le 2ème et séparé CQV, un par enfant, détenu (Vous êtes bien coupable et emprisonné) par une Banque. Quand le contrat d’acte de naissance atteint maturité ou sa majorité (18 ans) et qu’il est donc temps de rembourser avec les intérêts…et que la banque ne peut donc plus saisir l’enfant-esclave (ou sous tutelle si vous préférez) car il est adulte, la magie (Déjà bien ancrée/encrée par la GLOSE) du lien maritime prend effet; et on délivre en toute légalité, en conférant le titre de guerre (soit par l’armée ou conscription obligatoire, soit on devient Mr, Mme, Mlle, on émet des contrats: permis de conduire etc…) donc cette loi vient sauver, récupérer, (un sauvetage en mer) sa propriété, son bien, au bureau des objets trouvés; et monétiser en émettant sous forme de monnaie/devise (Currency ou current sea/see, un courant marin) im-primée en série (création d’argent papier/dette) contre remboursement de la Fiducie CQV.

3. déclarent la propriété de l’âme de l’enfant par le certificat de Baptême. Depuis 1540 et la création du 1er Acte CQV, dérivant son pouvoir de la bulle papale du Culte de Rome, le Pape Paul III. Quand un enfant (indigène, invalide, incapable, etc…) est baptisé et le certificat de baptême est émis, les parents ont donné, accordé, octroyé l’Âme du bébé au « 3ème » CQV détenu par le Culte Romain de l’Eglise Chrétienne, et cette propriété avec beaucoup de valeur est toujours détenue dans les coffres du Vatican depuis.

Depuis 1815, la 3ème Couronne du Culte Romain et la 3ème fiducie CQV représentant la propriété Ecclésiastique sont gérées par le BARREAU, le responsable reconstitue « Galla » (et le pays de Galles, Prince de Galles et consort…) ou Gallu (jeter dans l’autre monde, l’outre tombe de la Glose, l’Entité morte du SURNOM et la descente aux enfers)…ou le Grim Reapers la personification de la Mort!!!

La materialite de la peur de la Mort, on ne regarde plus la mort pareil!!! la mort ne serait-elle vraiment qu’une fiction finalement, c’est bien probable, tout un système machiavélique de Matrix est mis en place pour détourner tout cela…à voir sous l’Égide de la Tromperie du code Justinien:

La Première épître aux Corinthiens (15,26) affirme, « Le dernier ennemi à détruire est la mort », qui implique que la Mort n’a pas été détruite une fois pour toutes, dans le sens où chaque chrétien doit être amené à vaincre la mort à son tour.

Quelques passages après, cependant, sont plus explicites. L’Épître aux Romains parle de la Mort comme ayant « dominé de la période d’Adam à Moïse », et divers passages dans les Épître parlent du labeur du Christ sur la Croix et sa Résurrection comme une confrontation avec la Mort. Des versets de cette sorte incluent l’Épître aux Romains (6,9) et la Deuxième épître à Timothée (1,10).

Le Christ a donc bien compris la loi, la glose et l’esclavage et a même ressuscité (Comme la princesse Kate, voir autres articles).

Chaque Cestui Que Vie, créé depuis 1933, représente une des 3 Couronnes représentant les 3 déclarations (appropriation/vol) de propriété du Culte Romain de l’Eglise: La propriété réelle (sur Terre), la Propriété Personnelle (le Corps), la propriété Ecclésiastique (l’Âme). On a donc la vraie Sainte Trinité. Chacune correspond exactement aux trois formes de Loi disponible au Galla du BARREAU de la Cour: Code Civil ou vraiment le Code privé donc la Loi du Commerce corporation (1: le juge est le « landlord »  donc le propriétaire), Maritime et Loi Canon (2: le juge est le banquier), et la Loi du Talmud (3: le juge est le prêtre). C’est pour cela que Bill Turner dit qu’il faut rebuter le juge 3 fois car à chaque fois il se présente sous une forme différente…le propriétaire (L’Etat), le banquier et le prêtre (le bon, la brute et le truand…le bon car le vrai propriétaire et vrai DIEU, c’est vous).

Quel est donc le vrai pouvoir d’un juge au Tribunal?

D’après ce qu’on a révélé sur les fondations de la Loi Romaine (Code Justinien), quel est le vrai pouvoir cache du juge à la Cour? Y-a-t-il une connaissance cachée supérieur dans les procédures, voir de la magie? Ou cela est-il plus simple et évident?

Il est dommage (et intérêts) que tout ce remue-ménage sur les Biens meubles (Estate/propriété de l’Etat) et autres Exécuteurs ne révèle en rien qu’un Bien ou un Droit, par définition, doit appartenir à un Trust ou Fiducie, pour être précis, à un Testament ou une fiducie testamentaire CQV. Quand on reçoit les papiers légaux ou qu’on doit aller au Tribunal, c’est la même fiducie CQV (SURNOM) qui détient nos Droits et Avoirs convertis sous forme de propriété fiduciaire CQV. Au lien d’être le fiduciaire (le débiteur et le coupable, ou l’administrateur/exécutant ou fiduciant), nous sommes en faite réellement le Bénéficiaire de chacun de ces Trust/Fiducie CQV (réellement nous détenons la Couronne, nous sommes un être souverain), mais on nous laisse seulement bénéficier des titres et permis qu’on nous octroie et l’utilisation de ces propriétés/avoirs/biens meubles contre taxation!

Nous ne sommes pas le vrai détenteur du titre légal (SURNOM, actes, ou tout autre contrat), nous en sommes l’agent commercial ou le représentant légal. Donc si le système juridique Romain suppose que nous sommes simplement le bénéficiaire de la fiducie CQV, quand on va au Tribunal, Qui représente l’Administrateur (trustee) ou l’officier exécuteur? Nous savons bien que dans tous les cas, le jugement est laissé à la discrétion et au pouvoir du Juge, qui souvent défie les procédures (voir le bouquin Impunités de Vincent Le Coq), les statuts et les maximes de Loi.

En faite, ils font ce que tout administrateur ou exécuteur d’un investissement, d’un placement ou d’une garde, ou n’importe quel mafieux ferait! en présence du Bénéficiaire, ils obtiennent sont consentement tacite; car sous la loi, le code, et les statuts Romains, qui sont sous le principe de Trust law: Le trust est un acte juridique unilatéral sanctionné par l’Equity, dans lequel un individu ou une personne morale (le settlor) transfère des actifs au trust et confère le contrôle de ces biens à un (ou plusieurs) tiers ou à une (ou plusieurs) institution (le/s trustee(s)) pour le compte du ou des bénéficiaire(s).

Créé par le Code Justinien, le culte de Rome, un administrateur a donc tous les pouvoirs sous le consentement tacite du bénéficiaire incluant la possibilité de rectifier, corriger, changer toute erreur de procédure, en obtenant donc le consentement (par tromperie) du bénéficiaire, afin d’effacer toute erreur ou arnaque de sa part. Le juge est le vrai et réel NOM juridique. Le juge est la fiducie (le trust/SURNOM) elle-même. Nous n’en sommes que l’image miroir –le fantôme — le mort. Cela est de la haute sorcellerie, cette tromperie et ce subterfuge est resté légal depuis trop longtemps. Faites donc passer le mot.

— Traduction, adaptation et Exploration par Jackfruit —

Empire romain: Couronne et aigle, couleur sang.
Drapeau ONU: Bleu=Loi Maritime
République Romaine

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonus! (L’ Argent du Vatican, documentaire ARTE 2017)

Source:

The event chronicle
Original: stopthepirates

PS: Commentaires:

Ultimus Triritus Probatum Romanus est un groupe de 3 décrets officiels émis en 2011, signifiant la fin du Trust-Maître ou Fiducie Suprême établit par présomption par le Vatican, donc le Culte Romain et leur domination aux travers de la Direction Khazarienne/Magyar de Venise (voir aussi Ashkénaze et (Khaz)Aryenne, voir la version anglaise de Ashke(nazi)…partie de l’Empire Romain et cela donne plus de sens aux guerres mondiales…le Talmud de Babylone (pdf) imprimé en 1520 à Venise, en sachant que Wiki cache les vraies vérité…) .

Emblème de Russie – Similaire à l’Empire Romain, non?

Cela remonterait encore  beaucoup plus loin. Voici une copie en format .pdf de la Loi Romaine en anglais,  (PDF copy of Roman Law) donc Roman Law en anglais, en 33 ap-JC quand Rome fut brûlée, c’est à ce moment là que les Estates (Patrimoie) des personnes furent créées et mis dans un trust ou une fiducie. Les bulles papales sont venues beaucoup plus tard mais firent pareil.

PS2: Extension:

Le CQV est un Trust/Fiducie détenue sous le SURNOM de l’homme disparu en mer (lost at sea en anglais, disparition juridique). Quand il revient, il est entièrement remboursé avec les intérêts.

Donc, tout ce que vous avez à faire est de revenir.

LOST = the Law Of the Sea Treaty. (la Convention sur les Océans et les Mers)

C’est un accord résultant de la 3ème conférence des Nations-Unies (UNCLOS III) sur les Lois des Océans et des Mers, qui prit place entre 1973 et 1982.

Il n’y a pas une MONNAIE en circulation ayant une valeur intrinsèque aujourd’hui… Ce que nous avons est : « Currency ou CURRENT-SEA » = un courant marin.

~ Ou un « Legal Tender« … Une monnaie ayant cours  et qu’est-ce qu’un ‘Tender‘..?? (Soumission, offre)
~ Etes-vous déjà allé dans un port..??
~ Il y a un  « Tender Vessel« ..!! (un navire, un bateau)
~ Tout est toujours ramené à la Mer (Mère) dans cette fiction de monde à l’envers…

** Que se passe-t-il donc:
~ Le T ACCOUNT  ou GENERAL LEDGER ou Compte.. est un système de balancement et contre-balancement (tangage) des COMPTES fictionnels de Débit et Crédit, les actifs et passifs fictionnels du COMMERCE et des BANQUES!!!

~ Les gens sont vraiment le « Crédit de la Nation »..
~ On a été SÉCURISÉ et TITRÉ en Bourse..!!!!
~ Votre valeur dans la société est calculée avec la table de Mortalité actuarielle. Votre Bon (Obligation boursière) devient un Titre nominatif, que le Trésor utilise comme garantie pour Valeur du Trésor tel les bons du Trésor, Lettres et Billets (d’ordre).

~ Donc vous avez été monétisé.  Le Peuple est vraiment le “Crédit de la Nation”. Cependant, dans ce système corrompu, le crédit du peuple est effectivement le « capital humain » ou « bétail »!!!
~ Les promesses de remboursement ou Billet d’ordre et autres titres négociables (contrats) sans limite de CRÉDIT et ce que nous, en tant qu’humain, devrions vraiment utilisé afin de mettre fin aux dettes par rapport aux Comptes qui sont détenus par l’Échiquier et le Trésor!!!

~ En APPROUVANT l’utilisant de l’envers du Billet d’OR-dre, c’est comme cela que « Moi, l’HOMME », je règle et mets fin à tout COMPTES et DETTES!!!

~ Et tout ce processus qu’on prend pour argent comptant (acceptation tacite) réside au cœur de tout ce système.

Ned Kelly

PS3: De Anna von Reitz:

Donc, l’Angleterre (Terre) n’est pas la Grande-Bretagne (Amirauté), ni le Royaume-Uni (Maritime). Il y a le même problème avec les Etats unis d’Amérique (Terre) qui n’est pas les Etats-Unis (US)(Amirauté Hollandaise/Française), ni les ETATS-UNIS (Maritime Hollandaise/Française), ni Les Etats-Unis d’Amérique (Amirauté Anglaise) et finalement, ni LES ETATS-UNIS D’AMÉRIQUE (Maritime Anglaise).

Le crime les plus classique commis par les membres du Barreau sont usurpation d’identité et piraterie. Cela se passe à chaque fois qu’un humain vivant et son patrimoine sont mal-représentée par le nom du COMPTE (SURNOM) présenté à la Cour. Cette procédure ou pratique prétend qu’un Etre humain est la même chose qu’une Entité Corporative ou Personne Juridique — un crime d’usurpation d’identité, cela entraîne des accusations contre la corporation/personne et demande à l’Être humain d’en répondre, le piège se refermant sur lui et l’entraînant dans le cercle infernal de la dette, de paiements et de taxes de cette franchise juridique — un crime connu sous le nom de Piraterie.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le Vatican détient légalement la propriété de toutes les âmes…Depuis 1306 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s